Livres
447 310
Membres
387 612

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Nébuleuse d'Héra, Livre 1 : La Toile du destin



Description ajoutée par Devinlabi 2017-05-30T18:26:11+02:00

Résumé

En 3602, la Terre n’est plus qu’une planète à l’abandon. Trois races distinctes, issues des humains, ont colonisé de nouveaux systèmes.

Kendalh, une scientifique « homogène » — l’espèce dite supérieure — rejoint sa planète après une mission de plus d’un an. Sa vie extrêmement réglée prend un virage inattendu lorsque son vaisseau s’écrase sur un territoire hostile, envahi de créatures monstrueuses.

Quel choix lui reste-t-il quand celui qui lui sauve la vie est un de ces détestables humains, et qu’il tire des pouvoirs étranges de cristaux que tous pensaient disparus ?

Entre Science-fiction et Fantasy, entre Romance et Policier, ce roman nous interroge sur ce qui nous rend humains.

Afficher en entier

Classement en biblio - 16 lecteurs

Extrait

- Tiens ! Cadeau.

- Tu fais ça souvent ? l'interrogea le fils Cloony, interloqué.

- Tous les week-ends. Dépeçage de kaufnacs, éviscération de muflons. Ensuite, on se couvre de sang et on danse nus jusqu'à l'aube.

Amir mit un peu de temps à détecter qu'il se moquait de lui.

- Sérieusement. Peux-tu me dire qu'elle est ta fonction ?

- Puisque tu insistes. Informaticien.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

J'ai beaucoup aimé cette histoire pour le cadre très construit et logique dans lequel il prend place. L'autrice nous propose un monde post-terrestre dans lequel certains humains sont devenus des homogènes, c'est-à-dire qu'ils ne conçoivent plus naturellement mais en construisant entièrement le code génétique. Une autre espèce est apparue, les anifah, entre hommes et animaux. Tout au long du roman, des informations nous sont données pour comprendre comment a-t-on pu passé de notre monde au leur, et sachez que Lydia A. Wallon le fait très bien. La société qui en découle est très bien organisée et les inégalités et discriminations bien décrites.

J'ai aimé le rythme, même si pour moi certains passages étaient vraiment longs. J'ai préféré l'enquête policière, même si j'ai trouvé à certains moments que certains éléments pour la comprendre arrivaient comme un cheveu sur la soupe, trop facilement dans les dialogues... J'ai moins aimé le côté romance entre Kendalh et Rajan : d'abord parce que la romance n'est pas mon truc, puis parce que je l'avais vue venir, et pour terminer parce que j'ai eu un peu de mal avec le personnage de Kendalh. Cependant, elle est assez bien rythmée, les éléments pour la construire arrivent aux bons moments.

Les personnages sont le points fort mais aussi le point faible de ce roman. Il y en a beaucoup et pour certains, c'est facile de s'attacher à eux. Cependant, leurs profusion fait qu'hormis Kendalh (ce qui est normal, puisque c'est le personnage principal) assez peu sont menés à terme. Je pense par exemple à Magnus, que l'on suit pendant plusieurs chapitres mais qui en fait ne sert qu'à introduire les égoutiers, les résistants humains. Il ne ma pas fallu grand chose pour m'attacher à lui et paf, on me l'enlève ! J'espère que sa relation avec sa jumelle Cassandre va être mieux exploitée à l'avenir, car le lien qu'ils ont est bourré de potentiel. Je pense aussi à des personnages comme Lady Marlyse, expliquée en un chapitre avant qu'elle ne disparaisse de la circulation alors qu'elle est centrale dans ce tome. Mais mon handicap pour moi, c'était Kendalh. Bon, déjà, j'ai toujours un peu de mal avec les personnages féminins. Elle a plein de points positifs : elle aime l'histoire, elle s'investit dans ce qu'elle fait, elle se pose les bonnes questions sur sa société... Mais il n'empêche que je la trouve un peu classique : si je devais la résumer, je dirais qu'elle est belle, intelligente, et rebelle. Comme beaucoup de filles. Néanmoins, je sais que c'est mon ressenti et que l'autrice l'a bien construite. D'autres personnages par contre, et c'est normal puisqu'on ne peut pas tous les exploiter, font un peu figuration : je pense à ce pauvre Rouck qui ne comprend pas du tout que Kendalh veut rompre avec lui ! Jai eu un peu pitié de lui.

Ai-je parlé du style ? Ai-je parlé de la beauté des paysages que l'autrice nous transmet ? De la facilité avec laquelle on peut lire ce roman ? Non ? Et bien voilà, c'est fait. Pour moi, c'est essentiel : j'ai aimé lire ces lignes, car tout en beauté, sans lourdeur, Lydia A. Wallon nous décrit son monde et ses paysages, les émotions de ses personnages, et même la construction de son univers.

J'ai adoré ce roman qui me laisse encore pleine de questions quant à la suite !

Afficher en entier
Argent

Du Space Opera bien mené…

Après plusieurs mois d’attente, je vous parle enfin de ce roman que je m’étais procurée lorsqu’il était sorti pour la première fois chez Evidence Edition. Dans ce roman, ce pavé devrai-je même dire et vous savez comme j’ai du mal avec les pavés, nous faisons la connaissance de toute une ribambelle de personnages, aussi différents les uns que les autres, et auxquels l’auteur a insufflé une personnalité, à chacun. Et c’est bien joué de sa part, car vu la multitude de protagonistes, j’aurai été vite perdue si ceux-ci avaient été sans profondeur. Vous pouvez donc être rassurés de ce côté-là, pas de misère à déplorer, mais des personnages bien campés et cohérents. Et autour de tous ces héros se dessine un décor futuriste, du space opera. J’apprécie beaucoup ce sous-genre de la science-fiction. Après tout, qui n’est pas fan de Star Wars ? (répondez pas, je sais, je sais…) Ici, l’auteur nous transporte dans un univers travaillé et mieux encore : maîtrisé. Elle ne laisse rien au hasard, à coup d’explications, de descriptions et de passifs. Si parfois, j’ai trouvé certains passages longs et plutôt lents, j’ai été néanmoins ravie de pouvoir en apprendre plus et gratter la couche de non-dits qui semblent recouvrir cet univers.

Aux allures de dystopie…

Il est devenu assez récurrent de trouver plusieurs genres dans une fiction, et ce roman-ci n’échappe pas à la « règle ». Et si le space opera est très bien mené, j’ai pu relevé des traces de dystopie pas vraiment dissimulées. À quoi je fais référence ? La grande question. Eh bien, ici, nous évoluons dans un univers géré et dominé par une race nommée « Homogène », des êtres parfaits, créés génétiquement à partir d’un catalogue. L’idée est intéressante, n’est-ce pas ? Rien que par cette espèce, Lydie A Wallon pose les questions de « l’humanité », et de toutes sortes de sentiments qui l’accompagnent. Ce qui provoque, pour nous aussi, tout un tas de questions : comment vivre heureux dans un monde où tout est parfait ? Suis-je prêt à suivre tout ce qu’on me dit, sous prétexte que c’est ce qui a été décidé pour moi, dans un but de perfection ? Si là déjà on voit se dessiner une jolie dystopie à la sauce Promise, nous ne sommes pas encore au nœud du problème. Parce que s’il y a des dominants, c’est que forcément, il y a des dominés. Et n’en doutez plus, ceux-ci sont les humains. Il existe également une autre race, considérée comme inférieure aux Homogènes (comprenez bien que les Homogènes, c’est la perfection tout ça, tout ça) : les anifahs, créature mi humaine, mi bête. Et c’est là qu’on entre dans un autre niveau de la dystopie puisque les humains sont considérés comme impurs, il est donc interdit à un Homogène un quelconque rapport avec un Humain. Comprenez qu’on ne mélange pas les torchons et les serviettes. Maltraités, considérés comme des moins que rien, les Humains vont donc se révolter, doucement mais sûrement. Mettant des bâtons dans les roues aux Homogènes. Hey, mais c’est qu’on est en pleine dystopie là, n’est-ce pas ? Où le cœur du combat est cette discrimination, cette guerre inter-raciale. Une thématique profonde et très bien traitée.

Porté par une multitude de sous genres…

Et puis, derrière ce space opera, cette dystopie, d’autres genres se révèlent. On a une romance interdite, qui, sans être inintéressante, était plutôt prévisible. Et même une enquête policière. Si on gratte un peu, on peut sans doute en trouver d’autres et c’est, à mon avis, ce qui fait la force de ce roman. Il réunit tellement de genres littéraires, traitent de nombreux sujets, mettant en scènes une multitude de personnages tous différents, tellement, qu’il peut plaire à un très large public. Le but de l’auteur est de rendre abordable la science-fiction aux femmes, puisque ce genre est souvent boudé par ce lectorat. Apparemment. Et, il me semble qu’elle a plutôt bien réussi son affaire. Loin de tomber dans une histoire simple, basée essentiellement sur une romance, Lydie A Wallon ouvre les portes d’un monde développé, à l’historique passionnant et original. Si une romance se tisse, c’est pour surtout montrer que peu importe la race, nous ne sommes pas si différents. Finalement, ce roman est une ode à la tolérance, sous couvert de complots, manipulations, mystères, enquête policière, romance…

Afficher en entier
Or

Nous voici dans le futur, en 3602 dans la Nébuleuse d’Héra. Ici point de météorite ni de bataille au sabre lazer. L’histoire se passe sur 3 planètes avec 3 « races » différentes : les Homogènes génétiquement crées en laboratoire et se croyant supérieurs aux deux autres, les Anifahs (mi hommes mi animaux) et les humains. Tous essayent de cohabiter. Les décors sont détaillés avec beaucoup de précisions et de richesses, que nous soyons dans une foret dangereuse, une maison close ou encore dans un vaisseau spatial..

Dès le début, l’auteure nous emporte dans un tourbillon d’évènements avec des personnages principaux, tous très différents : Kendahl qui s’échoue avec Mé-Boh dans une zone dangereuse d’Héra , va se retrouver prise en semi otage par Rajan un égoutier qui les amène dans sa « tribu ». Ils vont devoir faire preuve de savoir vivre pour ne pas s’entretuer lors de la traversée de la foret.. Puis nous suivons Magnus qui est sur la trace de sa sœur jumelle, Cassandre, emprisonnée dans une obscure demeure remplie d’adolescents et tenue par une mystérieuse Lady Marlyse aux grands pouvoirs.. Enfin, nous assisterons le commissaire Grant dans son enquête sur les meurtres qui sévissent dans Hérawood.. Nous y rencontrerons Amir Cloony, personnage haut en couleur (et carrément détestable, oups je spoile !) et fils d’une des dernières victimes..

Au début de la lecture, on pourrait s’y perdre, un vrai voyage intersidéral ! Tous ces protagonistes, ces complots, ces différences, il y en a partout, ça part dans tout les sens, pas de temps morts ! Les univers et les destins de chacun sont éloignés : on passe de l’un à l’autre mais finalement avec une étonnante facilité. Des histoires plutôt complexes mais encore une fois très bien travaillées et expliquées : elles pourraient très bien se suffirent à elles même. Mais une fois l’intrigue lancée et tous les personnages mis en place, on se demande où va nous emmener l’auteure ? On passe notre temps à cogiter, à imaginer des liens entre telle ou telle personne, des actions qu’on imagine pour l’un ou des résolutions d’enquêtes qui tombent à l’eau.. Il n’y a que Lydie A. Wallon pour mener à bien ses équipes ; petit à petit, par bride d’événements, elle a su réunir tout ses protagonistes, et les destins de chacun vont finalement s’imbriquer parfaitement.

Le nombre de page n’est pas à négliger non plus : 440 pages sur ma liseuse ! j’ai eu un peu peur de ne pas suivre, de par le genre Sf uniquement, mais encore une fois la fluidité de l’écriture de l’auteur nous entraine de page en page sans nous déranger. Le vocabulaire très futuriste et bien fourni nous transporte dans l’atmosphère d’Héra dans une grande cohésion. On a tout le temps de s’attacher ou de s’identifier aux personnages, aux tempéraments très différents. Tout est maitrisé, pas de risques de collisions !

Le final, bien qu’explosif en dénouements est plutôt calme dans les états d’esprits : mais il laisse présager un second tome tout aussi futuriste que le premier, encore plus énigmatique et complotiste, peut être même des amours naissants (on reste des filles hein !), le tout dans la nuance ce qui est fort apprécié..

Pour résumer, je suis très agréablement surprise. Une sortie de zone de confort risquée mais qui a su me faire découvrir une branche de la Sf vraiment sympathique. Cela ne reste pas un genre littéraire qui me parle, mais très honnêtement, je pense que le style de l’auteur y est pour quelque – chose dans le fait de m’avoir fait apprécier son livre à sa juste valeur. Je ne doute pas que les pro Sf se régaleront !

Afficher en entier
Or

La couverture est tout simplement magnifique. J'adore ! On identifie trois personnages avec en arrière-plan un décor de science-fiction (planètes en rapport avec la Nébuleuse, je suppose). Pour moi qui suis sensible aux images, je trouve que celle-ci est très représentative. Ce roman va donc présenter les aventures de deux jeunes femmes et d'un jeune homme d’origines diverses à la vue de leurs personnalités.

Le résumé nous présente l'essentiel. Nous allons suivre les pérégrinations de cette jeune femme Kendahl issue d'une espèce très évoluée. Son destin va être perturbé par un crash aérien imprévu. Il n'est pas fait mention des deux autres personnages présents sur la couverture. Je suppose qu'il s'agit donc de personnages secondaires.

Nous sommes en 3602.

La terre que nous connaissons n’est plus qu’une planète à l’abandon. De nouvelles espèces dominent cet univers crée par l’auteure : les homogènes avec Kendhal ; les humains avec Magnus et les anifahs avec Me-Boh . Ainsi, dès les premières lignes, nous suivons Kendaahl, une homogène scientifique. Cette jeune femme est une création artificielle sorti tout droit du Natalimag, une espèce de catalogue sur lequel les parents commandent leurs nouveaux-nés. Eh oui ! Ces homogènes s’érigent en race parfaite, non soumis à leurs émotions.

D’un autre côté, nous avons Magnus, un jeune garçon humain qui va se retrouver embarqué dans une aventure périlleuse pour sauver sa jumelle Cassandre, emmenée de force dans une maison de passe. Il fera la connaissance de Riah, une égouttière et se découvrira au sein de cette société dont il n’avait que des préjugés.

Enfin, sur une planète des meurtres sont commis. Le commissaire en charge de l’enquête tente de retrouver l’assassin. Or, Amir, le fils de l’une des victimes, fera connaissance d’une jeune fille retenue dans une maison close. Une certaine Cassandre…

Arrivés à ce stade de ma chronique, vous vous dites sans doute : aïe ! Je n’arriverais jamais à suivre ce roman avec autant de personnages. Je vous comprends. Je me suis fait la réflexion. Et j’ai eu tort car tout s’enchaîne de manière très fluide dès lors que les situations sont bien installées. Impossible de les confondre. L’auteure nous prend la main pour nous emmener avec elle et l’on se rend compte au fil de la lecture que les destins de tous ces personnages sont reliés les uns aux autres.

Il me sera difficile de parler du caractère de chaque personnage car il y en a beaucoup. Malgré tout, Kendahl, Rajan, Magnus et Mé-Boh sont ceux qui m’ont le plus marqué. La touche de romance est la bienvenue pour alléger cette ambiance très scientifique. Kendahl une jeune femme courageuse et curieuse qui essaye de comprendre et de dépasser les différences. En cela, elle rejoindra Rajan d’une certaine manière.

Dans ce premier tome, qui pose les bases de ce nouveau monde, les personnages de l’auteur tissent des liens nouveaux au sein de cette Nébuleuse. Ils prennent conscience de choses auxquelles ils ne songeaient pas forcément avant. Nous sommes interpellés par ce miroir de nos sociétés avec tout ce qu’il y a de plus sombre dans ses dérives (la race supérieure, le contrôle des émotions…)

Un univers riche.

Des descriptions, il en faut surtout lorsque l’on débute une saga. Ici, elles sont présentes. Bien dosées, juste distillées aux moments adéquats. Impossible de ne pas se projeter dans ce monde crée de toutes pièces par l’auteure. J’en retiens un excellent voyage qui m’a réellement dépaysée.

Et là, je me suis dit : waouh ! Enfin, une auteure qui écrit de la science-fiction avec ses tripes. On sent qu’elle y a mis toute son âme, tout son cœur. Et c'est tant mieux !

C’est donc un voyage intersidéral que je vous conseille fortement d'embarquer en attendant le tome suivant !

https://chroniquesdesmondes.wixsite.com/monsite/la-toile-du-destin-t1

Afficher en entier
Or

https://wp.me/p74TJA-Er

l’auteure sait où elle nous mène et son décor est incroyable. Parce que OUI, en plus d’une histoire travaillée nous avons un vrai décor qui varie d’une planète à une autre et j’ai vraiment aimé imaginer tout cela.

Afficher en entier
Or

Magnus a une sœur jumelle. Il ne peut empêcher son enlèvement mais poursuit à la trace ses ravisseurs et se retrouve sur Héra, la planète des Homogènes. Ceux-ci, « génétiquement améliorés », si j’ose dire, se considèrent comme la race supérieure et contrôlent cette civilisation, composée de deux autres races : les humains comme Magnus et les Anifahs, curieux mélange de caractéristiques humaines et animales. Sa sœur se retrouve prisonnière d’une étrange maison. En cherchant à la libérer, il rencontre la résistance humaine d’Héra : les Égoutiers.

Kendalh est une scientifique homogène. Depuis un an en orbite autour de la Terre, planète d’origine de leur civilisation, le retour ne va pas se passer comme prévu. Après un atterrissage en catastrophe dans une zone sauvage et dangereuse d’Héra, elle est prise en charge (ou en otage ?) par un égoutier qui la ramène dans son camp.

Pour la mise en place de sa saga, Lydie A. Wallon nous propose un voyage interstellaire, une enquête policière, un complot, une « romance », le tout sur fond de luttes « raciales ». Autant dire qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer ! Nous retrouvons, dans cette civilisation, tous les travers et dérives de la nôtre, avec une mention particulière pour les biotechnologies et l’eugénisme. J’apprécie particulièrement qu’il n’y ait pas de long discours explicatif : on apprend, on comprend, dans l’action, en suivant les personnages et leurs interrogations.

La construction du scénario est pertinente : l’auteur déroule les fils d’une intrigue, un à un, et finit par nous amener progressivement au nœud de l’histoire pour un final haletant et parfois inattendu. J’apprécie également que l’intrigue de ce premier tome soit bien résolue à la fin de celui-ci et l’appel au deuxième tome est basé en quelque sorte sur la question suivante : « Et maintenant, que vont-ils faire ? Que vont-ils devenir ? », parce que l’avenir de cette civilisation reste en suspens et les luttes entre les diverses espèces sont loin d’avoir trouvé leur terme.

Les personnages tant principaux que secondaires sont bien maîtrisés et chacun apporte sa touche à cet univers bien particulier et très riche. Malgré la foule de personnages, on ne se perd pas : ils sont suffisamment originaux et bien utilisés pour qu’on ne les oublie pas au bout de quelques pages !

« La nébuleuse d’Héra T1 » de Lydie A. Wallon : pour un voyage dans un univers plein d’imagination et justement dosé, pour une réflexion sous-jacente sur notre propre civilisation et une intrigue rondement menée !

Afficher en entier
Or

Par Yannick sur le blog de ProseCafé

Je voudrai tout d’abord remercier Lydie de m’avoir confier son ouvrage.

Je ne suis pourtant pas féru de science-fiction mais je suis laissé séduire par le synopsis.

Oui parce que ce n’est pas que de la science-fiction, il y a une pointe de fantasy. Bien sûr pour moi il n’y en a pas assez lol mais comme j’aime le mélange des genres… Oui, dans ce tome vous avez aussi une pointe de dystopie.

Ce que j’ai aimé, c’est l’évolution des personnages. Ils partent tous avec un handicap, ils considèrent que l’autre est l’ennemi mais… Ils partent tous avec des stéréotypes quant aux races avec lesquelles ils sont obligés de cohabiter.

Nous sommes dans une période post-terrestre. Ça se dit ça ? On va dire oui, les différentes races habitant la Terre ont dû la quitter, elle n’était plus viable. L’auteure nous propose donc un nouveau monde très cohérent avec des nouvelles sociétés sur différentes planètes. Les descriptions sont succinctes mais nous permettent de nous situer dans l’espace avec des environnements proches de ceux de la Terre.

Côté société, imaginez une race supplantant les humains et les asservisse.

Vous avez le décor de base à l’histoire !

Et justement, l’histoire est surprenante.

Kendalh n’a vraiment pas de bol, quoique… Elle trouve l’amour, la liberté, l’indépendance, bref plein de bonnes choses non ?

Parce que Dame Wallon nous emmène dans des montagnes russes, une fois une (més)aventure finie, elle nous lance dans de nouveaux périples.

En somme, j’ai passé du bon temps avec ce livre que je vous conseille.

Bonne lecture !

Afficher en entier
Or

http://saginlibrio.over-blog.com/2017/08/serie-la-nebuleuse-d-hera-la-toile-du-destin-tome-1-de-lydie-a.wallon.html

Je remercie l’auteure et Evidence Editions pour m’avoir fait confiance dans la lecture de ce roman. J’avoue être sortie de ma zone de confort, n’appréciant pas spécialement la science fiction en livre, mais le côté romance m’a largement permis d’être enthousiaste.

Nous sommes très loin dans le temps et dans l’espace. Le pitch vous en fait un bon résumé. Nous allons donc nous intéressé à 3 histoires, 3 destins, qui vont s’entrecroisés au fil des pages.

Tout d’abord, Kendalh, cette femme clonée, parfaite pour ses géniteurs, qui de retour d’un périple dans un vaisseau spatial va se retrouver chez des dissidents. Elle y rencontrera Rajan.

Des meurtres se passent sur Bali, une autre planète et le commissaire Ravori doit remonter la piste du tueur. Le fils d’une des victimes, Amir, fera connaissance d’une jeune fille enlevée et séquestrée dans une maison de passe. Son frère jumeau va tout faire pour la retrouver.

L’auteure explique simplement toute la mise en place de cette histoire afin que l’on puisse sautiller de planète en territoires inquiétants, la politique qui régit ces mondes, la place de chacun. Certains des personnages sont parés de certains pouvoirs, d’autres de particularités physiques différentes. Mais globalement ce qui régit notre monde est toujours d’actualité en 3602 : pas facile d’accepter les différences des autres.

La plume est agréable et le fait de suivre plusieurs personnages dont les destins vont se croiser et s’entremêler amène une connaissance plus fine de ce qui se joue sur la planète. La romance est présente, Kendalh va avoir du mal à résister à Rajan, lui-même très craquant, bien que beaucoup les oppose, notamment les a priori. Le jeu que joue Amir est source de perplexité, que recherche t’il vraiment à vouloir côtoyer Cassandre ?

Une histoire qui amène beaucoup de questions, et qui avance à chaque chapitre. Je me suis laissée bercée par leurs vies, j’ai aimé sourire aux interventions de Mé-boh, cet anifah mi homme ni animal et ses réparties simplistes. Je dirai que ce roman de Science Fiction à destination de la gente féminine et c’est pourquoi je l’ai apprécié.

Afficher en entier
Or

Un voyage que je conseille,

Le ton est lent et mesuré, cela donne une ambiance zen et feutrée. Les nouveaux personnages, toujours très bien employés, permettent par leur spécialité et leur point de vue d’approfondir notre connaissance de cette société dans laquelle Lydie nous plonge petit à petit.

C'est une romance et aussi une belle histoire dans un univers assez sombre... C'est tout à fait ce que j'attends d'un roman de SF, même si quelques petits défauts émaillent le texte.

J’ai hâte de découvrir la suite, un bel et grand univers enfanté de notre civilisation avec la projection de nos travers dans un beau récit d’anticipation à la charge émotive travaillée.

Cela vaut bien de l'or... :)

Afficher en entier
Or

Ce roman est une véritable bouffée d'air pur. On suit dans ce premier tome Kendalh, une homogène, considérée comme la race "supérieure". Sa vie était parfaitement réglé, de sa carrière à sa vie amoureuse. Mais lors d'un voyage de retour sur Héra, tout va être bouleversé. Prise dans un conflit dont elle ignore tout, elle va vivre des expériences qui n'étaient pas du tout prévues. Mais grâce à cela, elle apprendra à vivre. Vivre réellement.

Quel livre ! Mêlant romance, fantastique, science-fiction et suspens. J'ai adoré les personnages, surtout Rajan, il a fait battre mon petit cœur. Lui et Kendalh sont vraiment ceux que j'ai préféré. Le suspens est au rendez-vous du début à la fin, on n'imagine pas une seconde la véritable identité du coupable. Et certains mystères restent à éclaircir concernant différents personnages, et je trouve ça génial ! On ne se perd pas du tout dans les nouveaux mondes créés et j'admire le travail et l'imagination qu'il faut pour créer tout cela. J'adorerai écrire un livre aussi génial dans ma vie. Je suis totalement fan de cet univers et je tire mon chapeau à l'auteure.

Afficher en entier

Date de sortie

La Nébuleuse d'Héra, Livre 1 : La Toile du destin

  • France : 2017-05-15 (Français)

Activité récente

DELMAN le place en liste or
2018-09-17T17:07:26+02:00
Arkane le place en liste or
2017-12-13T08:20:20+01:00

Les chiffres

Lecteurs 16
Commentaires 10
Extraits 6
Evaluations 10
Note globale 8.5 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode