Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de La_page_suivante : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Il est grand temps de rallumer les étoiles Il est grand temps de rallumer les étoiles
Virginie Grimaldi   
Un an que j’attendais la sortie de ce livre et voilà qu’en moins de 24h, je l’ai fini. J’ai tenté de faire durer le plaisir, de prolonger ces instants de magie en compagnie d’Anna, Chloé et Lily mais j’ai lamentablement échoué dans mon entreprise. Je n’ai tout simplement pas pu lâcher cette histoire avant la fin. Et même maintenant que je l’ai fini, je pourrais la recommencer au début pour ne pas quitter l’univers de Virginie Grimaldi.

A 37 ans, Anna élève seule ses deux filles, Chloé, 17 ans et Lily, 12 ans. Obligée de cumuler les heures de travail, elle ne les voit que trop rarement. Alors quand la vie devient trop difficile entre les dettes qui s’accumulent, les relances des huissiers, la perte de son job et ses filles qui vont mal, Anna prend une grande décision : emmener ses filles en road trip en camping-car en Scandinavie. Certes, cela ne règlera pas tous ses problèmes mais elle espère que ce long périple sera le moyen de renouer avec ses filles, de rétablir le dialogue avec elles.
Anna, Chloé et Lily s’engagent donc dans ce voyage sur un coup de tête. Mais un road trip mal préparé peut aussi devenir synonyme de cauchemar. Heureusement, elles vont trouver sur leur chemin un convoi de camping caristes qui se rend lui aussi en Scandinavie et vont se joindre à eux. Même si le but est avant tout de se retrouver entre mère et filles, ne pas être complètement isolé ne peut pas être une mauvaise idée. Et qui sait peut-être qu’elles trouveront plus que ce qu’elles sont venues chercher ?!

Comme pour chacun des romans de Virginie Grimaldi, j’ai eu un immense coup de cœur pour cette nouvelle histoire. Je ne me lasse pas de sa plume simple, envoûtante, douce, émouvante, pétillante et drôle. C’est tout simplement magique. Elle réussit à nous faire rire, pleurer, douter, réfléchir, envier, regretter…avec la délicatesse de son style mais aussi le côté très humain de chacun de ses personnages. Qu’ils soient principaux ou secondaires, on se prend d’affection pour chacun d’eux.
J’ai aimé découvrir chacune des trois femmes de la famille Moulineau : Anna est une mère de famille forte et fragile à la fois. Si elle porte son foyer sur ses seules épaules, elle est aussi dévorée par le doute et l’angoisse. Elle a un besoin constant de se sentir en sécurité et pour ça, elle s’est créé une petite bulle de confort de laquelle elle ne sort jamais. Mais quand la réalité la rattrape, elle n’a d’autres choix que de l’affronter. Et c’est en ça qu’elle prouve sa force car même si sa décision de partir en road trip peut sembler être un coup de folie, elle a surtout pour but de sauver sa famille et de prouver à ses filles qu’elle est là pour elles quoi qu’il se passe.
Chloé, la fille ainée, est une adolescente en pleine crise d’identité. Même si elle ne l’avouera jamais, les absences de sa mère lui pèsent. Elle a besoin d’affection permanente. Ne la trouvant pas auprès de sa mère qu’elle ne fait que croiser ni auprès de son père qui habite loin, elle se réfugie dans les bras des garçons. Sauf qu’une fois qu’ils ont obtenu ce qu’ils attendaient d’elle, ils se détournent eux aussi, la laissant seule. Du coup, elle a créé un blog dans lequel elle raconte son quotidien, ses blessures, ses baisses de moral…Ses confidences et les commentaires de ses followers lui permettent de se sentir un peu mieux. Mais sans que cela suffise. Chloé est une jeune fille hypersensible, intelligente et surtout très attachante. Son mal être nous blesse autant qu’il nous émeut. On a envie de le soutenir, de l’aider, de trouver le moyen de lui dire que ça s’arrangera.
J’ai adoré les personnages d’Anna et Chloé mais ma préférée c’est Lily. Elle est drôle et impertinente. Sa façon d’écorcher les expressions françaises et de s’adresser à son journal intime Marcel m’ont beaucoup fait rire. Du haut de ses douze ans, elle est très mature. Elle a du caractère et ne se laisse pas marcher sur les pieds même si au collège, ce n’est pas facile tous les jours. Les autres enfants la trouvent différente et forcément à cet âge-là, la différence c’est dérangeant. Mais cette gamine est juste géniale. J’ai fondu devant son attitude avec Noé, le fils autiste de Julien avec qui elle, sa mère et sa sœur voyagent. Elle m’a touché, attendri, bouleversé.
J’ai aussi beaucoup aimé recroiser la route de Greg et Marine, les personnages secondaires de Tu comprendras quand tu seras plus grande. Je les adore. Le franc parlé de Marine et la réserve de Greg sont rafraichissants. Je ne serai pas contre les retrouver dans une histoire où ils ne seraient plus des personnages secondaires mais les héros…
J’avais peu de doutes avant de commencer cette lecture mais la talent de Virginie Grimaldi se confirme. En tout cas, moi j’adore. Chaque livre me transporte dans un monde de féérie, de magie et de bonheur. Je viens de refermer ce livre il y a une heure à peine et je suis déjà impatiente d’être à l’année prochaine pour découvrir sa prochaine histoire. Vivement 2019 !
Un merci de trop Un merci de trop
Carène Ponte   
Je tiens à remercier les éditions Michel Lafon pour cette superbe découverte.

Depuis sa sortie, ce roman me faisait envie et je savais, juste en lisant le résumé, que j'allais adorer et passer un agréable moment en compagnie de Juliette. Mon instinct ne m'a pas trompé. Un merci de trop est un roman que vous devez avoir dans votre sac de plage !

Juliette est une jeune femme on ne peut plus parfaite, incapable de dire non et beaucoup trop gentille. Résultat ? Sa vie à 30 ans est plate et ennuyeuse. Mais une tout autre Juliette sommeille en elle, une Juliette rebelle, une Juliette qui veut réaliser son rêve et écrire un roman, une Juliette qui souhaite tout simplement envoyer balader tout le monde et vivre sa vie comme elle l'entend.

Un merci de trop est un roman vraiment agréable à lire et nous fait passer un merveilleux moment. Ce n'est pas de la grande littérature, mais l'histoire est sans prise de tête, pleine de fraîcheur et d'humour. C'est LE roman idéal pour lire à la plage, au bord d'une piscine ou quand on est un peu déprimée et de mauvaise humeur.
Une fois ma lecture débutée, je n'ai pu m'arrêter de lire. J'étais totalement prise par les aventures, parfois loufoques, de notre héroïne. Les pages défilaient sous mes yeux sans que je puisse m'en rendre compte. L'auteure arrive à nous transporter d'une manière déconcertante et à nous rendre complètement addictif à notre lecture.
Comme nous suivons les aventures et les mésaventures de l'héroïne, l'histoire est pleine d'émotions. Nous passons facilement de la crise de fou rire à la petite angoisse.

Le seul vrai point négatif -et encore, on ne peut pas vraiment dire que s'en est un- c'est la longueur du roman. C'est trop court. Beaucoup trop court.

Nous faisons un peu plus tard dans le roman, la rencontre de Luc, un des personnages secondaires et qui prendra une place importante dans l'histoire. L'auteure nous proposera alors une narration avec deux points de vue, celui de Juliette et celui de Luc. C'est un très bon point pour moi et ça nous permet de nous sentir encore plus proches des personnages.

Et justement, parlons-en des personnages.
J'ai eu un véritable coup de foudre pour Juliette. Je ne sais pas si c'est due au fait que je me suis reconnue à travers elle ou non, mais je me suis prise d'affection pour ce personnage.
Je n'ai qu'un seul petit regret, c'est concernant les personnages secondaires. Je les trouve, un peu moins approfondis, ils manquaient quelques petits détails, mais en rien cela enlève leur potentiel.

Il s'agit du premier roman de l'auteure et que dire ? J'ai tout simplement été admirative du début jusqu'à la fin. Tout est parfaitement maîtrisé. La plume de l'auteure est d'une fluidité surprenante, simple, mais efficace. Le roman se lit tout seul et je l'ai dévoré en quelques heures à peine.

En conclusion, Un merci de trop est une histoire pleine de légèreté, pour le moins originale et qui nous permet de nous vider la tête.
Je peux que vous conseillez cette magnifique lecture et vous pousser à vous le procurer au plus vite. Je vous assure que vous ne le regretterez pas !

Lien du blog : http://aliybooks.weebly.com/contemporain---jeunesse/un-merci-de-trop

par Philla
La goûteuse d'Hitler La goûteuse d'Hitler
Rosella Postorino   
Je ne m’attendais pas à grand-chose en lisant ce livre, mis à part à lire le récit de quelques allemands sous l’occupation. Quel choc de constater, lorsque je lisais, que je n’arrivais tout simplement pas à décrocher, car l’héroïne m’était tellement proche : je parvenais totalement à m’identifier à elle. Elle qui se sentait si seule, elle étrangère dans une ville qu’elle ne connaissait pas, elle qui se voit confier une mission de la plus haute importance : devenir une des 10 goûteuses d’Hitler, va devoir vivre chaque jour comme le dernier.

Elle pour qui rien ne compte, puisque son mari est parti (par conviction) à la guerre, pour être un bon allemand, plutôt d’un bon mari, qui en vient jusqu’à espérer se faire empoisonner.

Ses craintes, sa peine, sa détresse, je pouvais tout ressentir. .

La marnière d’écrire de Rosella Postorino y est pour beaucoup : Elle fait des chapitres courts, pas de temps mort, pas d’ennui, pas de décrochage : propre. Et la fin, quelle fin ! J’ai eu le cœur brisé de voir comment la guerre a changé cette personne. Je ne devrais pas trop en dire, mais encore une fois je me suis identifié à elle : tout ce qu’elle a vécut explique cette fin, que j’ai trouvé tragique et touchante. Un coup de cœur !
La vie est belle après tout La vie est belle après tout
Carmel Harrington   
Je dois bien avouée qu'au début cette intrigue pleine de bons sentiments (parfois même un peu trop) m'a parut bien mièvre ! Heureusement que j'ai persévéré parce que le flash-back sur les premières années de Belle, tout en émotions et en sentiments, m'a fait changer d'avis…
Alors oui c'est un roman qui a pour fil conducteur Noël. Donc dés le début, on s'attendait à une fin heureuse mais l'auteure est tout de même arrivée à nous surprendre sans alourdir sa plume ni aller vers du n'importe quoi sous prétexte que c'est une romance de Noël !
En gros, « La vie est belle après tout » est un roman idéal en période de fin d'année et qui prône de belles valeurs !
Livre lu dans le cadre du CWC (10/12) que je conseille à tous ceux qui ont envie de lire une jolie et émouvante fable de Noël, sans tomber dans le film/livre de « série B », et avec le quel vous passerez un excellent moment !
Quelqu'un pour qui trembler Quelqu'un pour qui trembler
Gilles Legardinier   
Comme chaque année, je me suis procuré mon remède contre la déprime automnale, non pas chez mon médecin mais chez mon libraire.
Avec ce nouvel roman, Gilles Legardinier nous fait passer du rire aux larmes et inversement en quelques minutes. Comme pour son précédent livre, je tiens à rassurer les passagers de la ligne 27, je ne suis pas encore folle. Mes larmes étaient dues à la blessure d’Atila et mes éclats de rire à un scène mémorable avec une lépreuse poursuivant Céline, le tout ponctué d’injures proférées par un résident atteint du syndrome de Gilles de la Tourette.

Il n’y a que Gilles Legardinier pour faire passer les émotions de telle manière dans un roman. Certes l’histoire est simple, elle pourrait concerner n’importe lequel d’entre nous mais l’auteur nous la décrit avec tellement d’émotion, de douceur, … Tout au long du roman, on se sent dans un cocon doux, rassurant, à l’image de cette superbe couverture.

Comme toujours l’écriture de l’auteur est fluide, les chapitres s’enchainent sans peine et on regrette d’avoir terminé le livre. On voudrait continuer à vivre avec Thomas et ses « petits vieux », savoir comment vont Pauline, son fils, que va faire Emma dans la vie, … A ce sujet, merci monsieur Legardinier d’avoir rajouté ces quelques phrases pour nous donner des nouvelles de Chantal. Vos personnages ont fait partie de notre vie, sont devenus notre famille pour quelques heures, on s’y est attaché, vous l’avez compris. Cces quelques mots nous aident à les quitter en sachant qu’ils vont bien et sont heureux.

Et ,cette fois ci j’en suis convaincue, Gilles Legardinier est le seul homme qui a tout compris aux femmes (heureuse soit son épouse), il devrait d’ailleurs écrire un manuel à ce sujet.
Je ne vous dirai pas pourquoi, ça serait dévoiler une partie de ce superbe roman et je m’y refuse. Mais sachez que j’aime beaucoup Bruno Mars.

Si vous cherchez un roman à lire en cette période morose, n’hésitez pas, foncez chez votre libraire et « plongez dans quelqu’un pour qui trembler »


Complètement cramé ! Complètement cramé !
Gilles Legardinier   
Ça va paraître étrange, mais j'ai préféré "Complètement cramé" à "demain j'arrête!"
J'ai de suite ressenti quelque chose de spécial envers le personnage principal, ce sexagénaire triste et en même temps si drôle et vivant!
Ce roman se lit aussi facilement qu'il est émouvant et à mourir de rire (certains dialogues m'ont complètement ridiculisé dans le train, je ressemblais à une tomate en phase d'étouffement terminal...)
MAis c'est aussi une leçon de vie, une belle histoire d'amour (belle, ça veut dire HUMAINE) avec des sentiment vrais, réels, que tout un chacun peut ressentir chaque jour. Ce sont des personnages touchants (français pour la plupart ;) ) et qu'on apprend à aimer au fur et à mesure de notre lecture. Alors merci à Andrew, à Manon, à Philippe, à Odile, à Richard et à Yannis et Nathalie (sans oublier Youpla et Méphisto!!) qui m'ont fait rire, pleurer, et m'ont fait comprendre que les plus belles histoires ne sont pas toujours les plus extraordinaires!
Un doux pardon Un doux pardon
Lori Nelson Spielman   
Après un premier roman comme "demain est un autre jour" on pourrait ce dire, impossible de réitérer un tel exploit... et pourtant!! ce livre est aussi époustouflant, aussi magnifique, émouvant que le premier livre de cette auteur.
j'ai tout simplement adoré, au début j'étais un peu surprise, un peu comme l'héroïne, un peu réticente "aux cercles des pierres du pardon" et puis au fur et à mesure je me suis senti conquise, admirative devant le courage de ces personnages qui osent se libérer de leurs fardeaux...
Le scénario est excellent, les personnages profonds et attendrissant, sauf peut-être Michael lol, et la plume de l'auteur... un petit bijou.

Je le recommande vivement, ce livre est une bouffé d'espoir en la bonté humaine, un hymne au pardon et à la paix.

par bamby114
Le Grand Nord, Tome 2 : Ancrage Le Grand Nord, Tome 2 : Ancrage
Sarina Bowen   
J’avoue avoir lu ce livre uniquement parce que je veux lire le tome 3 sur Zach et que dans ce tome, il y a quelques interactions avec la ferme Shipley. Si j'ai apprécié le personnage de Jude, celui de Sophie m'a complètement laissé de marbre. Je l'ai trouvée creuse, sans réel intérêt et je trouve ses réactions peu réalistes. D’ailleurs, l’ensemble de l’histoire m’a semblée vide : trop de sexe inutile, une intrigue autour de la mort du frère de Sophie trop peu exploitée… Heureusement, le personnage de Jude est mieux travaillé, j’ai eu de l’empathie pour lui. Mais j’en attendais d’avantage. Déçue de ce tome.

par Floreen
Le jour où j'ai appris à vivre Le jour où j'ai appris à vivre
Laurent Gounelle   
Absolument génial, j'ai adoré.
Ce livre ne fait que remettre en question le personnage principal Jonathan. Moi aussi ça m'a interpellé et quand j'ai eu fini le livre, je suis resté un moment à me demandé ci je ne m'était pas perdu un peu en route moi aussi et la réponse fût comme une évidence. Il y a plusieurs phrases dans ce livre qui font réfléchir mais j'aime celle ci ''' La nature nous rend ce que la société nous à confisqué.'''' Ce livre est un roman, une fiction mais on y retrouve tellement de chose vrai. Nous vivons dans une société de consommation abusive, il faut toujours le dernier cri en téléphonie ou vêtement et si tout simplement nous nous contention pour une fois de vivre sans regarder à travers une vitrine. C'est décidé je commence aujourd'hui.

par MARIANE16
Un sentiment plus fort que la peur Un sentiment plus fort que la peur
Marc Levy   
Shamir et Suzie sont en pleine ascension à 4600 mètres d'altitude. Voilà deux heures qu'ils peinent et multiplient leurs efforts pour tenter de gravir le Mont Blanc. Soudain c'est le drame, le sol se dérobe sous leurs pieds entraînant les deux alpinistes au fond d'une crevasse. Luttant contre le risque d'hypothermie, Suzie cherche à se dégourdir les jambes lorsqu'elle découvre la carcasse d'un avion et les dépouilles de six personnes sur les cent onze qui avaient péri dans l'accident ce matin de janvier 1966... Suzy Baker attendait ce moment, elle l'espérait et ce qu'elle découvre, là, sous ses yeux, à portée de la main, sera le point de départ d'une aventure périlleuse qui la conduira à prendre tous les risques... L'enjeu est de taille et la motivation ferme, Suzie Baker s'imposant la lourde mission de prouver l'innocence de sa grand-mère accusée d'avoir trahi son pays en vendant des secrets d'Etat. Dans cette bataille de tous les instants, elle sera assistée par Andrew Stilman, reporter au New York Times et qui a la réputation d'aller jusqu'au bout d'une enquête quels qu'en soient les dangers, ne fût-ce au péril de sa vie...

Avec "Un sentiment plus fort que la peur" Marc Lévy nous entraîne dans un récit dynamique où le suspense est omniprésent, les rebondissements multiples, l'intrigue bien ficelée et le dénouement inattendu. L'auteur sait brouiller les pistes, tient le lecteur en haleine, les événements historiques y trouvent leur place. On a plaisir à découvrir des personnages qui ont du caractère, une personnalité bien trempée, un duo Baker/Stilman pétillant, un bouquet d'humour dans leurs échanges, le même style direct et le sens de la répartie, une détermination commune même si les motivations premières diffèrent. Complots, trahisons, manipulations, secrets et intérêts d'Etat mènent la danse, pourtant une chose m'a un peu gênée, ce sont ces trois "amorces" distinctes (qui finiront bien sûr par ne former qu'une et même histoire), le lecteur ayant l'impression de commencer trois romans différents. Le côté "fantastique" concernant la mort de Stilman n'apporte pas grand chose me semble-t-il à l'intrigue et les relations "amoureuses" paraissent inachevées. Mais qu'on ne s'y trompe pas, Marc Lévy nous sert un agréable moment de lecture.

par SuperNova