Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
728 403
Membres
1 066 636

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La part d'ombre



Description ajoutée par anonyme 2017-01-18T11:58:49+01:00

Résumé

4e de couverture :

Marie avait 14 ans… Vincent à peine 15. Pourtant, il l’a sauvagement tuée après l’avoir violée. Cela aurait pu n’être qu’un simple fait divers. Mais le grimoire de son défunt mari − journaliste et écrivain − retrouvé par la veuve K. au fond d’un tiroir au grenier, recèle en réalité de lourds secrets.

L’évocation en alternance, opposition et effet miroir des souffrances de la mère de la victime et de la mère de l’assassin dans ce récit inachevé l’intrigue vivement et elle décide de partir enquêter en Limousin. Elle ne se doute pas qu’elle va involontairement conduire chacun des protagonistes de cette tragédie à dévoiler sa part d’ombre secrète, et qu’elle va être malgré elle la cause du drame absolu révélé par un épilogue totalement imprévu.

Inspiré de faits réels, ce roman à suspense nous interroge et nous interpelle sur des sujets aussi intemporels que d’une cuisante actualité.

Afficher en entier

Classement en biblio - 4 lecteurs


Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Un roman passionnant et effroyable en même temps, un récit totalement incroyable sur une Histoire de Mères, mais pas que…

Peut-on mettre en parallèle et comparer les sentiments de Claire la mère de Vincent l’assassin et ceux de Marie-Thérèse la mère de Marie la victime, est une thématique centrale de ce roman.

Comment réagir lorsque la chair de sa chair commet l’irréparable, son enfant qui répand le mal et qui viole et tue. Une souffrance intolérable d’avoir mis au monde cet enfant, de lui avoir transmis certains gênes. Elle éprouver une énorme culpabilité de par son passé, ses origines, mais est-elle pour autant responsable ? Est-on responsable d’un passé que l’on subit, sur lequel on a aucun pouvoir et quelles conséquences cela peut-il avoir son sur enfant ?

Claire doit vivre avec cette culpabilité.

Qu’aurait-elle fait si elle avait su ?

Rien de pire que la mort son enfant surtout dans de telles conditions. Après le choc initial vient la colère puis la haine. La Haine envers l’assassin, celle qui dévaste tout qui maintient debout, nous pousse en avant. La Haine qui est plus forte que la vengeance, plus forte que la mort, un sentiment puissant incontrôlable. La Haine qui donne un but à toute cette souffrance, qui permet de « survivre ». Celle qui ronge l’âme jusqu’à l’acceptation de cette disparition et qui amène à comprendre que ce n’est pas la haine qui est plus fort que la mort mais l’Amour.

Et la culpabilité de ne pas avoir su protéger son enfant. Qu’aurait-elle fait si elle avait su ?

La structure narrative du roman est totalement inattendue, c’est comme si le lecteur se trouve dans le « making off » de la construction du roman du roman susnommé avec en fil rouge une similitude de sentiments éprouvés par les deux mères.

Le narrateur se trouve être l’auteur La Veuve K., elle va nous dévoiler au fil des pages la reprise de l’enquête journalistique de feu son mari sur un drame ayant eu lieu bien des années auparavant à travers les souffrances des deux mères.

Les faits semblent être réels jusqu’au moment où l’auteur doit terminer ce manuscrit et inventer la suite. C’est intéressant de voir à cet instant le cheminement et les divagations de la pensée pour trouver l’inspiration et arriver à l’épilogue imprévu.

Un auteur est-il responsable des faits que vont engendrer ses écrits et après ressentir de la culpabilité ?

Qu’aurait-il fait si il avait su ?

À la fin de ce livre je me suis sentie perplexe, un manuscrit inachevé qui engendre un récit sur la reprise et la rédaction dudit manuscrit avec au final la sortie d’un roman qui n’est pas ce roman !!

Une histoire folle, insensée addictive, avec de très fortes émotions, une incroyable découverte que je ne regrette absolument pas.

Mais au final, Qu'aurais-je fait si j'avais su ?

Afficher en entier
Lu aussi

Une mise en abîme du roman poussant à la réflexion.

"Qu'aurais-je fait si j'avais su" ? Au-delà du titre, c'est une question que nous sommes tous plus ou moins en droit de nous poser. Si nous étions capable de savoir à l'avance tout ce qui peut nous arriver de négatif, que ferions-nous pour l'en empêcher ? Je sais que de mon côté, je ne ferais rien. J'aurai trop peur de comprendre tous les moments de bonheur qui se créent, même malgré les événements. C'est une morale assez simple, mais c'est la mienne. Parlons plutôt du roman, si vous le voulez bien. J'étais intriguée, parce que le résumé me laissait penser à une sorte de thriller, mais que le roman est classé comme "roman classique".

J'ai vraiment aimé le ton du roman. Un ton parfois cynique, ironique et dur, mais qui sait également être ponctué de quelques phases d'humour qui m'ont fait sourire. Bien que ça ne soit pas du tout ce que j'attendais d'un roman classé "classique", ça reste une lecture que j'ai apprécié. Je veux dire que quand je pense "romans classiques", je m'attends vraiment à des classiques, soit des vieux romans écrits au siècle dernier ! Mais en attendant, c'est un polar que j'ai beaucoup aimé lire, bien que ça ne soit pas mon genre de prédilection ! Surtout que plusieurs moments dans ce récit m'ont vraiment fait réfléchir, que ce soit sur la condition humaine ou même simplement sur le regard humain, notre façon de juger sans savoir, sans avoir les donnés, juste parce que ça nous paraît plus simple de ranger les gens dans des boîtes.

J'ai trouvé la manière de mettre en avant les dialogues assez étrange. Le texte est écrit en noir, en police probablement 14 ou 16, ce qui est agréable. Et les dialogues sont d'un coup en tout petit, type 10 ou 12 et en italique, ce qui les rend difficile à lire je trouve. C'est une manière de faire assez peu conventionnelle et je ne saurais dire si c'est normal, voulu par l'auteure ou si c'est juste ma liseuse qui a planté, mais ça rend la lecture plus compliqué, forcément. Mais hormis ce détail, je n'ai rien trouvé à redire sur la forme du texte en lui-même. Le reste est même vraiment agréable, avec les premiers chapitres qui placent le contexte et ensuite, on rentre directement dans le roman écrit par la romancière du livre, une sorte de mise en abîme du roman qui m'a amusé.

Je crois que ce roman m'a mis une claque. Le roman nous présente le point de vue de la maman d'un homme, un garçon, qui tue et viole des jeunes filles. En général, on voit plutôt les parents des victimes, avec lesquels on a de la sympathie... Mais les parents du coupable ? Est-ce leur faute ? Ou pas leur faute ? Qui est le responsable ? J'aime croire que chacun est responsable de ses actes, en dépit de l'éducation reçu ou du milieu dans lequel on vit. Mais tout le monde ne pense pas ainsi. Et présenter un roman, du point de vue de la mère d'un coupable, d'une mère perdue, qui se sent profondément trahie et déçue, peut choquer. Peut remettre en question certaines façons de penser. Mais à mon sens, c'est ce que j'attend d'un roman sérieux et noir. Qu'il me permette de réfléchir sur moi-même.

C'est donc une mission réussie pour ce roman, que j'ai pris grand-plaisir à lire et à chroniquer. Grâce à la maison d'édition, j'ai deux autres romans à lire de cette même auteure et je n'en attend pas moins des prochains !

Afficher en entier
Or

CHRONIQUE DE NADINE :

Titre : LA PART D’OMBRE

Auteur : Marie-Françoise Chevallier Le Page

Parution : 01/03/2017 – Édition de la Safranède

189 Pages.

6 octobre 2005. Limousin

La veuve K arrive dans une propriété, où elle a réservé une chambre. Elle doit superviser le tournage d'un film sur son défunt mari qui était journaliste, et qui à l'époque, enquêtait et commençait à écrire un manuscrit sur le viol et le meurtre d'une jeune fille blanche de 14 ans et sur le tueur noir.

La veuve K veut compléter et finir ce manuscrit afin de le publier ! Elle va donc enquêter à son tour et rencontrer la mère de la victime, puis celle du coupable.

De révélations en révélations, on va découvrir ce qui s'est vraiment passé ! Est-ce leurs fautes ? Que s'est-il vraiment passé ? Pourquoi eux ? Est-ce dû à leur éducation ?

Auraient-elles pu éviter tout ça ?

Marie-Françoise, avec ta plume d'un autre temps, tu nous décris à la perfection les sentiments, les interrogations, les ressentis de ces femmes meurtries par la vie. Des phrases remplies de poésie et déroutantes. Les secrets de la naissance du tueur né noir alors que ses parents sont blancs ! Une recherche sur les racines de la mère du tueur, qui elle-même a été adoptée. La descente aux enfers de la mère de la victime.

Un roman psychologique, noir qui va vous ébranler, vous secouer et vous fera sortir de votre zone de confort. J'ai été déstabilisée par cette lecture, des sentiments contradictoires sur ces femmes. J'ai pris le parti de l'une puis de l'autre et enfin des deux ! Et cette fin qui m'a brisé le cœur !

Et vous qu'auriez-vous fait si vous aviez su ? Peut-on changer les choses ?

Un roman dur à lire.

Résumé :

Marie avait 14 ans… Vincent à peine 15. Pourtant, il l’a sauvagement tuée, après l’avoir violée. Cela aurait pu n’être qu’un simple fait divers. Mais le grimoire de son défunt mari − journaliste et écrivain − retrouvé par la veuve K. au fond d’un tiroir au grenier, recèle en réalité de lourds secrets.

L’évocation en alternance, opposition et effet miroir des souffrances de la mère de la victime et de la mère de l’assassin dans ce récit inachevé l’intrigue vivement et elle décide de partir enquêter en Limousin. Elle ne se doute pas qu’elle va involontairement conduire chacun des protagonistes de cette tragédie à dévoiler sa part d’ombre secrète, et qu’elle va être malgré elle la cause du drame absolu révélé par un épilogue totalement imprévu.

Inspiré de faits réels, ce roman à suspense nous interroge et nous interpelle sur des sujets aussi intemporels que d’une cuisante actualité.

Afficher en entier

Activité récente

Les chiffres

lecteurs 4
Commentaires 3
extraits 0
Evaluations 3
Note globale 8.33 / 10