Livres
477 486
Membres
458 051

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Je m'en suis rendu compte très tôt pour ma part, enchaîna-t-il d'un ton brusque. Cette volonté qui ne cesse de grandir en toi et qui prend de plus en plus de place. Tu veux ton indépendance. Même l'obsession que tu portes au passé — tes lectures, ton musée, tes réminiscences —, ça a toujours été, au fond, pour pouvoir mieux t'en affranchir. Tu veux ton indépendance, répéta-t-il en détachant chaque syllabe, et je veux, moi, t'être indispensable.

Afficher en entier

Si à un moment quelque chose ne te convient pas.. un geste que j'ai, un mot que je n'ai pas.. tu dois me le dire. Je ne veux pas avoir à me demander pourquoi je n'arrive pas à rendre ma femme heureuse.

Afficher en entier

Depuis son poste d'observation privilégié, il les regarde tous. Ou plutôt, il essaie de regarder à travers leurs yeux effrayés, de voir comme eux ce vide qui, aujourd'hui, a gagné du terrain.

A nouveau, il ne peut retenir un sourire. Il a suffisamment profité des coulisses, c'est le moment d'entrer en scène.

Afficher en entier

- Bien, dit-il d'un ton pragmatique. Puisque tu as fait le choix de rester, ça nous laisse un surcroît de temps.

- Du temps pour quoi ?

Ophélie craignait la mise au point d'une nouvelle mission. Elle n'était déjà pas certaine de mener à bien celle du lendemain sans se faire prendre - avec les conséquences désastreuses qui s'ensuivraient. Elle se rendit compte après coup que sa question avait provoqué sur Thorn un effet imprévu. Sa figure entière s'était durcie, depuis les lignes de tension de son front jusqu'aux muscles de sa mâchoire.

- Pour nous.

Ophélie haussa les sourcils. Il y avait eu, dans ces deux mots impératifs, de la possessivité ; puis à la seconde suivante, dans les paupières vides baissées, de la honte. Comme si Thorn s'était déçu lui-même. Ce n'était pas la première fois qu'Ophélie surprenait chez lui des forces contradictoires.

Elle se sentit portée vers lui par un élan irrésistible. Thorn la garda prudemment dans son champ de vision. Ses yeux étaient pareils à de la glace : froids et brûlants en même temps. Ophélie aurait tellement voulu atténuer un peu cette intransigeance...

Elle accueillit sur sa chair le courant galvanique des griffes qui la mettait à vif. Elle se hissa sur la pointe des pieds et, avec des gestes embrouillés mais déterminés, elle entreprit de défaire les boutons d'or de son uniforme. Le débarrasser de cette peau factice. Le rendre à lui-même, ne serait-ce qu'une nuit.

L'attention de Thorn s'était faite dévorante. Lui qui aimait si peu manger paraissait soudain en proie à la faim.

Tandis qu'il se refermait de tout son corps sur elle, Ophélie se fit une nouvelle promesse.

Elle changerait le regard de Thorn dans le miroir.

Afficher en entier

Personne n'est digne de toi, mais j'essaierai quand même.

Afficher en entier

Tu veux ton indépendance, répéta-t-il en détachant chaque syllabe, et je veux, moi , t'être indispensable.

Afficher en entier

- Je suis déjà heureuse. Un un peu plus que cela, même.

Les lèvres sévères de Thorn furent parcourues d'un frémissement. Il se pencha sur elle, résolument cette fois, mais l'articulation de son armature de jambe se bloqua, le figeant en plein élan. Il en fut si exaspéré qu'Ophelie ne put contenir son rire plus longtemps.

Afficher en entier

—Il me faudrait plus que la bureaucratie de Babel pour m’empêcher de te rejoindre.

Les sourcils de Thorn se relâchèrent brutalement. Il contempla Ophélie d’un air dérouté, comme s’il était invraisemblable qu’elle fut toujours là, assise près de lui au bord de cet impluvium, et de son plein gré avec ça. Une succession d’expression fulgura alors a travers sa figure, si contradictoires et si subtiles qu’elles étaient difficiles à démêler les unes des autres. Soulagement. Frustration. Gratitude. Exigence.

Il esquiva le regard qu’Ophélie posait sur lui et dut s’éclaircir la voix avant de lui répondre enfin :

—Je t’attendrai.

Afficher en entier

Que serait-il advenu d’Ophélie si, parmi toutes les liseuses d’Anima, Berenilde ne l’avait pas choisie pour la fiancer à son neveu ? N’aurait-elle donc jamais croisé la route de ce qu’ils appellent « Dieu » ? Bien sûr que si. L’histoire aurait simplement emprunté une autre voie. Chacun doit jouer son rôle comme il jouera le sien.

Afficher en entier

-Restituez ceci aux Généalogistes de ma part.

C’était la voix de Thorn. Sa voix véritable, sa voix du Nord.

Il avait décroché son insigne de LUX pour la remettre à Lady Septima. Puis, dans un grincement de métal, il s’agenouilla auprès d’Ophélie. Les lignes à haute tension qui électrifiaient sa figure s’étaient toutes relâchées. Il n’y avait plus de courants contradictoires, juste une seule et unique évidence qui luisait dans ses yeux au cœur de la nuit.

-Ensemble.

Il souleva maladroitement Ophélie dans ses bras et monta avec elle à bord du long-courrier.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode