Livres
472 297
Membres
444 354

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par NateRiver 2019-10-12T14:15:15+02:00
Argent

Si le livre se perd dans des descriptions ou des discussions trop longues, l'histoire et les thèmes abordés restent intéressants.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MauveNoire 2019-09-09T15:29:55+02:00
Lu aussi

J'ai lu cet ouvrage dans mes jeunes années. Ce roman m'avait marquée.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par rebillard 2019-07-02T09:57:15+02:00
Or

Oeuvre indémodable et toujours d'actualité ! Tout au long de la Comédie Humaine, Balzac nous présente des situations de vie et des personnages, mêlant analyse psychologique et intrigues fortes. "La peau de chagrin" est un roman étonnant dans cette longue série. Bien que dépeignant la société du XIXème siècle, il est à part dans l’œuvre titanesque de Balzac. Premier grand succès de Balzac, ce roman reste parfaitement d'actualité par les thèmes universels et actuels qui y sont abordés : le Désir, le Temps, le sens de la vie et l'insouciance de la jeunesse. Un Balzac mal connu qui a donné l'expression populaire "se réduire comme peau de chagrin"

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MathieuRey 2019-04-27T11:05:06+02:00
Diamant

Balzac  a voulu montrer combien la puissance des désirs et la dissipation des idées réduisaient la force spirituelle qui est en chaque être.

Un jeune aristocrate désespéré, Raphaël de Valentin, reçoit des mains d'un vieil antiquaire un étrange cadeau : une peau de chagrin ayant le pouvoir de satisfaire tous ses désirs de son propriétaire. Mais le vieillard l'avertit : « Vouloir nous brûle et Pouvoir nous détruit ».

Etrange à coup sûr, puisqu'il s'agit d'une peau d'onagre, proposée à Raphaël de Valentin par un "petit vieillard sec et maigre" en robe de velours noir, alors qu'ayant perdu au jeu, il était prêt à se noyer.

Diabolique aussi, puisqu'à chaque voeu exaucé, elle se rétrécira et diminuera parallèlement sa longévité.

"Je veux vivre avec excès".

"L'univers est à moi".

L'univers, oui, mais les femmes? La femme?

Incapable de choisir, celle qui l'aime et qu'il aime vraiment : Pauline, il opte pour la destructrice Féodora.

Et lorsqu'il s'apercevra de sa méprise, de voeu en voeu, sa vie ne tiendra plus qu'à ...un fil.

Raphaël deviendra riche et célèbre mais, chaque désir comblé, la peau racornit. Seul l'amour pleinement partagé laisse la peau intacte... Roman philosophique remarquable ! Le désir de possession et la vie sont deux grands sujets de préoccupation des hommes. Ce livre porte sur un dilemme entre les deux, puisqu'en exauçant ses désirs, Raphaël diminue la durée de sa vie ... Raphaël a donc fermé la porte du bonheur car à trop posséder on ne jouit plus de rien …

C'est toujours la même histoire : l'homme ne veut pas savoir quand il va mourir et quels que soient les pactes extraordinaires qu'on lui propose – et qu'il accepte, motivé par ce fantasme de la toute-puissance –, il arrive un moment où, confronté à l'inéluctable, c'est-à-dire sa fin imminente, il sombre, réalisant trop tard qu'on ne pactise pas avec le diable. Il n'y a rien à faire. Ses désirs l'ont enchaîné, le prix à payer pour tout avoir. Tout le monde sait que l'on ne rajeunit pas et qu'au fur et à mesure la vie mène à la mort, et que le passé ne revient jamais. Ici, le phénomène est symbolisé par cette peau de chagrin, comme si ce n'était pas un phénomène tout à fait naturel en fait. Fatalité abominable, car cette peau qui fond comme beurre au soleil, on sait qu'elle va disparaître comme la vie de son propriétaire, et que donc tout ira de pire en pire. Sans espoir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MarieFournier 2019-02-28T11:57:17+01:00
Diamant

Éblouissante étude de mœurs du 19° siècle. Balzac a pratiqué la langue française dans sa plus grande pureté et il m'arrive de cesser ma lecture pour en savourer la beauté

Habituée aux récits actuels si percutants, il se peut que j'ai parfois ressenti une ombre de lassitude ! Mon petit-fils voulait lire des romans de Balzac: il venait d'étudier en classe "Le Portrait de Dorian Gray" qu'il a beaucoup aimé...Il savait qu'Oscar Wilde avait probablement été inspiré par "La Peau de chagrin" et il a eu envie de le lire aussi. Je l'ai relu avec délices. Un vrai Balzac : une histoire-thème forte, des descriptions vives, pertinentes (la description du cabinet de curiosité est en fait une description de l’âme de Valentin, riche de la connaissance du monde, mais sans unité, sans paix et, en définitive, vénale), une approche psychologique indémodable, un style daté mais fort.

Une histoire et sa finale plus complexes qu'il n'y parait… Incontournable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Braise 2019-02-09T22:21:24+01:00
Bronze

Un livre que j'ai eu un peu de mal à finir, mais que j'ai tout de même trouvé intéressant, après réflexion.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Hallas 2019-01-31T23:48:12+01:00
Diamant

L'idée qui conduit le livre est forte et originale car le désir de possession et la vie sont deux grands désirs des hommes. Ce livre porte donc sur la balance entre les deux, puisqu'en réalisant ses désirs, Raphaël diminue la durée de sa vie ... « la peau de chagrin » diminue lorsqu'elle réalise les souhaits de Raphael En réalisant ses moindres envies Raphaël a perdu le bonheur. C'est passionnant et insolite pour du Balzac! Cependant c'est un livre qu'il faut lire et déguster l'écriture fabuleuse de Balzac. Ce n'est pas le romance plus parfait de Balzac, mais c'est le seul (ou 'un des rares à être fantastique...ce que j'adore personnellement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Wiise_Giirl 2019-01-06T21:58:41+01:00
Bronze

C’est un très beau roman, intéressant du début à la fin

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Beker 2018-12-31T00:21:43+01:00
Or

Balzac avec sa verve enflammée reprend à son compte le célèbre thème du pacte avec le diable (ou "Faustien" si on préfère). Bien sur le roman est une réussite mais je trouve que la littérature fantastique n'est pas le genre qui va le mieux à Balzac, Éblouissante étude de mœurs du 19° siècle. Balzac a pratiqué la langue française dans sa plus grande pureté et il m'arrive de cesser ma lecture pour en savourer la beauté

Un fort relent de moralisme essaie de dissimuler et d'estomper toutes ces extravagances.

Habitué aux récits actuels si percutants il se peut que j'ai parfois ressenti une ombre de lassitude.

J'ai commenté un recueil de nouvelles contemporaines exploitant le même thème avec plus de force et de densité.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marinou-Morgounou 2018-12-25T20:08:27+01:00
Lu aussi

Bien que le concept même de ce récit soit intéressant, j'ai eu du mal à accrocher à ce livre.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode