Livres
606 421
Membres
697 552

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Perle et la Coquille



Description ajoutée par clary-bouquineuse 2015-06-09T15:17:00+02:00

Résumé

Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses sœurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu’à ce qu’elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d’une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.

Afficher en entier

Classement en biblio - 233 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par senorita1983 2017-09-14T13:20:16+02:00

Je fus une petite fille, puis je ne le fus plus.

Je fus une bacha posh, puis je ne le fus plus.

Je fus la fille de mes parents, puis je ne le fus plus.

Je fus une mère, puis je ne fus plus.

Dès que je m'adaptais à une situation, elle changeait, je changeais. Le dernier changement fut le pire.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Il est difficile pour une femme Européenne , même en sachant les faits, de réaliser le quotidien d'une femme ou petite fille en Afghanistan (ou d'ailleurs un pays identique). Il est révoltant ce regard, que dis-je ... c'est de l’indifférence, il n'y a pas de regard !! Une femme n'a de valeur que lorsqu'elle a enfanté un fils. Même les femmes (les belles-mères) sont horribles entre-elles, avec leurs petites filles. Pourtant , nul doute qu'une mère aime son enfant ! Et qu'une femme âgée est passée et a subit une belle-mère, un jour. Alors pourquoi continuer ce cycle ? De même, ces mêmes femmes élèvent les fils qui battront et humilieront ses femmes (oui j'ai bien dit SES !) et prendront en épouses des gamines. On est si loin de notre condition de femme libre, de notre cocon !!

Bah. Le dos du bébé hérisson est comme du velours pour sa mère lorsqu'elle le frotte.

Ce roman vous ouvre les yeux bien grand, limite vous les figes, impossible de refermer, de revenir dans l'ignorance. Pourtant, il n'est pas acerbe, pas revendicateur, pas donneur de leçon... Rien, c'est un roman d'un grande douceur. L'auteur nous préserve ... Elle nous pose, tel un confectionneur de bonbon acidulé, une friandise qui pourtant nous pique les papilles. ET on aime ça ! Serions nous un peu maso ?? Nullement ! Nadia Hashimi a un pouvoir magique. C'est une prêtresse !! Une grande Conteuse ! Une de celles qui auront beau vous dire des vérités horribles, vous ne verrez que la beauté de l'histoire, vous aimerez ces jeunes femmes, ces destins . Car elle nous conte l'histoire de deux femmes qui ont un destin, une voie, un rêve, je dirai presque une destinée ! Quelle culot, j'ai dit destinée pour une femme Afghane, et pourtant c'est une si jolie phrase ! elle devrait être dite plus souvent!

Deux femmes donc, vous suivez hein.

La première Rahima, née d'une fratrie de fille uniquement, à la grande honte de son père, aura un petit privilège, d'être pendant quelques années (avant toute puberté), transformée en garçon. Elle prendra goût à cette liberté et surtout à la possibilité d'aller à l'école, avant que tout se brise. Et que son chemin de vie la mène au pire.

Tu verras plus tard. Chaque petit effort porte ses fruits. Regarde-moi. j'ai la chance de savoir lire. C'est une bougie dans une pièce sombre. Ce que j'ignore, je peux le découvrir par moi-même. Il est plus facile de duper quelqu'un qui n'a pas cette autonomie.

La seconde, c'est l'histoire de son aïeule, Shekiba, qui défigurée étant petite n'a encore moins d'avenir. Car être femme et infirme, c'est que personne n'a jugé bon de posé une petite fée sur son berceau! Après avoir perdu sa famille proche, elle sera donnée en esclave par sa propre grand-mère. Mais, Shekiba est un femme de volonté, elle ne plie pas l'échine facilement.

SHEKIBA

Ton nom signifie "cadeau", ma fille. Tu est un cadeau d'Allah.

Qui aurait cru que Shekiba deviendrait précisément ce que son prénom désignait, un cadeau passant de main en main ? Shekiba naquit au début du XXe siècle, dans un Afghanistan convoité par la Russie et l'Angleterre, qui promirent l'une et l'autre de protéger le pays qu'elles venaient d'envahir, tel un pédophile prétendant sa victime.

Deux femmes, l'une puise dans l'histoire et le caractère de l'autre. Mais malgré les années, rien n'a changé !

Que dois-je dire ou faire pour que vous lisiez ce roman ?? Attention, je vous vois venir avec certaines de vos propositions !!! J'aurai les moyens, je pense que je vous l'offrirai à tous pour être certain qu'il rentre dans vos maisons !! Ce pavé, car oui il en tient de la place , mais il a à dire .....Ce pavé , disais-je, doit être lu, échangé, conseillé, vanté, offert.

http://lesciblesdunelectriceavisee.blogspot.com/2015/07/la-perle-et-la-coquille-nadia-hashimi_5.html

Afficher en entier
Diamant

J’ai été transportée par cette histoire que j’ai vraiment eue du mal à lâcher, même pour quelques heures… Il s’agit plus particulièrement du destin de deux femmes vivant à deux époques différentes, l’une, Shekiba, qui est l’arrière arrière grand-mère de l’autre, Rahima. Et le plus stupéfiant est de s’apercevoir que même si deux générations les séparent, les conditions de vie des femmes Afghanes n’ont pas changées. Ni les mentalités des hommes à l’égard des femmes, ni leur place dans la société où elles sont traitées en moins que rien, ayant à peine plus d’importance et de poids dans les consciences que du bétail.

Le plus surprenant dans cette histoire c’est la violence et la dureté qu’elles entretiennent les unes envers les autres. Elles vivent dans la peur permanente d’être repoussée par autrui et notamment leur mari qui pratique la polygamie. Les deux histoires se croisent et se recroisent, Shekiba, devenue laide après avoir été brûlée au visage sera traité comme un garçon par son père, puis à la mort de ce dernier, comme domestique par sa famille qui la haït. Pour finalement être donnée à une famille aisée pour liquider une dette. Persuadée d’être dans son bon droit, elle se battra pour récupérer la terre de son père qui d’après elle, lui revient de droit. Rahima, elle devient une basha-posh, une petite fille que l’on déguise en petit garçon. (Une pratique très courante dans les familles où il n’y a pas de fils) Soudainement libre, Rahima peut enfin retourner à l’école, jouer au ballon et aider sa famille dans les tâches courantes sans que cela ne soit mal vu par les autres. Jusqu’au jour où suite à une dispute, elle et ses sœurs seront offertes à des chefs de guerre pratiquant la polygamie…

En bref : Un livre poignant relatant avec brio les conditions de vie des femmes en Afghanistan. Un récit très agréable à découvrir, bouleversant et addictif dépeint avec force et délicatesse.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par MaxT 2022-04-30T11:26:02+02:00
Or

2 histoires qui nous font comprendre la vie difficile des femmes en Afghanistan et dans une grande partie du monde. Des coutumes et sévices ancestraux pour notre époque. L'homme tout puissant alors que la femme est asservie voir moins bien considérée qu'un animal. La fin de ces deux histoires nous donnent l'espoir d'un avenir meilleur et nous souhaitons qu'il soit rapide et durable. Une lecture que je vous conseille car elle vous appprendra à réfléchir à ce sujet.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Freelfe 2022-01-02T14:12:56+01:00
Or

Ma chronique : https://freelfe.blogspot.com/2022/01/la-perle-et-la-coquille-de-nadia-hashimi.html

La perle et la coquille est un roman que j’ai découvert en Audio-livre. Publié par les Editions Milady, ce roman de Nadia Hashimi de 576 pages ou de 13h19 d’écoute, a fait beaucoup parlé de lui, et en bien ! Ce roman est très éloigné de ce que je peux lire en général mais je me suis laissée tentée. Bien m’en a pris : je commence l’année 2022 par un roman coup de poing et coup de cœur !

Nous suivons deux femmes qui vivent en Afghanistan.

La première histoire se déroule dans une époque proche de la nôtre. Nous suivons Rahima, troisième fille d’une fratrie de cinq filles. Mais dans une société où les femmes jouissent de peu de droit, il n’est pas bon d’avoir une fratrie de fille. Pour aider sa mère dans ses taches, on propose à Rahima de devenir Rahim, de se travestir pendant un temps, avant de reprendre son destin femme à marier.

Rahima est une jeune femme de caractère, qui aime la liberté que lui procure son travestissement mais qui devra faire face à la dureté de son destin de femme. J’ai aimé voir ce petit bout de femme affronter son destin et se révolter face à sa condition. J’ai frémis avec elle, grincé des dents et serrer les poings face aux évènements que la vie lui a réservé. Rahima est un personnage qui m’a marqué et que j’ai trouvé admirable !

Le deuxième personnage que nous suivons est le personnage de Shekiba, au travers d’une histoire que la tante de Rahima lui raconte. L’histoire se déroule fin des années 1800/début des années 1900. L’histoire de Shekiba et de Rahima sont très différentes mais se ressemblent dans les évènements que la vie leur fait subir à cause de leur sexe de naissance. Shekiba a une naïveté touchante, qui la fait sortir du cadre qu’on lui impose. C’est un personnage qui s’affermit cependant au fils des pages et des évènements qu’elle vit.

Cette histoire n’est pas une histoire vraie mais je ne doute pas qu’elle s’inspire de faits réels malgré tout. C’est une histoire violente, marquante, poignante, vibrante et émouvante. C’est un hymne au courage de ces femmes qui luttent chaque jour pour survivre dans leur société où elles ne sont considérées autrement que des objets censés donner des fils. Où leur vie peut s’arrêter du jour au lendemain sur un coup de sang de leur mari.

C’est un roman qui révolte et qui amène à réfléchir. C’est une histoire qui restera graver dans ma mémoire et que je recommande aux lecteurs adultes, pour une lecture qui ne laisse pas de marbre !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par booknwool 2021-11-28T17:15:11+01:00
Or

Il existe en Afghanistan une tradition qui permet lorsqu'une famille n'a pas de garçon de travestir l'une de ses filles pour aider sa famille jusqu'à l'adolescence.

Dans ce livre on découvre l'histoire de l'une de ces bacha posh qui après avoir connue la liberté doit redevenir une fille et apprendre à être une épouse ; on suit également l'histoire pleine de rebondissements de son arrière grand mère elle-même bacha posh.

Mon avis : une grande découverte pour moi, de l'histoire de l'Afghanistan et de ses traditions. Les deux récits sont aussi prenants l'un que l'autre. On se prend d'affection pour ses deux jeunes filles qui ont vécues des vies difficiles et qui se battent pour exister.

Pour les âmes sensibles attention il y a des violences physiques, sexuelles et psychologiques.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Exuline 2021-10-26T16:34:46+02:00
Argent

https://exulire.blogspot.com/2021/10/la-perle-et-la-coquille-nadia-hashimi.html

Avez-vous déjà eu l'impression que certain livre vous attendait patiemment, prêt à être lu, mais que vous n'aviez pas la sensation que c'était le bon moment? Avez-vous déjà ressenti que ce livre était un trésor qui régnait dans votre bibliothèque parmi tant d'autres ? Avez-vous eu déjà la sensation que ce livre était plus qu'un trésor mais tout simplement il était une boite à trésor, et quoi de mieux qu'une boite à trésor qui porte le nom de "La perle et la coquille" : boite finement marquetée, incrustée de matériaux précieux, créée par des doigts délicats, qui aura passé du temps, patience et minutie. Et puis, un jour, vous décidez enfin d'ouvrir ce livre, vous vous immergez dans la lecture et cette boite n'est autre que la boite de Pandore...

Véritable boite de Pandore, La perle et la coquille renferme la vieillesse, la maladie, la guerre et la famine, la misère, la folie et le vice, la tromperie mais aussi la passion, l'orgueil mais surtout l'espérance. Zeus n'y est pour rien, seule Nadia Hashimi a pu distiller autant de maux à travers deux histoires, deux personnages, deux époques, deux vies, mais une seule tradition.

La perle et la coquille est maintenant un roman qui est sorti il y a plus de cinq ans, mais avec l'actualité brulante de ces derniers mois en Afghanistan, il était d'autant plus légitime de le lire maintenant.

Ce livre a déjà fait couler beaucoup d'encre : Magnifique ! Bouleversant ! Emouvant ! Captivant ! Je ne compte plus le nombre d'éloges et de retours positifs, quant à moi, je ne ressors pas tout à fait emballée et conquise.

La perle et la coquille est indéniablement un livre fort, qui a vocation de marquer les esprits, lorsque l'on prône de nos jours l'égalité et la mixité, nous sommes ici aux antipodes de l'idéologie occidentale. Et à travers ce roman, nous avons un début de réponses, quand est-ce que le schisme a eu lieu non pas entre des idéologies religieuses, mais simplement pour des idéologies de vie et d'égalité.

Clairement ce livre montre l'asservissement de la femme sans éducation vivant dans l'ignorance. Comment une femme peut-elle rêver d'un monde différent si elle ne l'a jamais vu : pas de télévision, pas de radio, elle vit entre quatre murs, sans jamais voir la vie à l'extérieur. Sa vie est simplement sa vie, sa vie est celle qu'on lui impose, sa vie est celle qu'elle ignore. L'image est frappante, redoutable, presque écœurante. Devons-nous rester aveugles, quels sont les leviers que nous avons touts et toutes à porter de main ?

Pourtant, ce livre montre également l'après Talibans, avec l'établissement d'un parlement qui se veut mixte. Une poignée de femmes qui se battent pour leur liberté mais elles sont encore moins nombreuses que le très peu de femmes présentes. la majorité d'entre elles sont illettrées, soumises au joug d'un mari violent, n'ont pas d'autres choix de faire ce qu'on leur dit de faire, car les votes ne sont pas confidentiels, ils sont à la vue de tous, et les représailles sont souvent mortelles. Mais rappelez-vous en 1948, premier vote des femmes en France, 80 ans en arrière (si vieux et si jeune en même temps), lorsque le mari disait à sa femme : "tu voteras ce que je te dis", qu'on fait la majorité des femmes à votre avis ? Elle n'ont pas voté pour leur droit (ou très peu d'entre elles), mais à travers la voix de leur époux. Les choses ont changé heureusement, le mari n'est plus le chef de famille depuis 1970 (plus de 20 ans après le droit de vote de la femme en France), symbole de la puissance paternelle, et ceci a été un combat de plus de 10 ans lorsque l'on s'est rendu compte que le législateur essayait de promouvoir l'égalité des sexes et cela allait à l'encontre des la tendance naturelle de la société qui ne la réalisait pas spontanément (Françoise DEKEUWER-DEFOSSEZ, Doyenne de la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Lilles). Et pourtant je vous assure que lorsque j'ai participé à un mariage en 2010, le maire a dit au mari qu'il était le chef de famille, j'étais choquée, je ne savais pas encore que ce passage du chef de famille du Chapitre VI des devoirs et des droits respectifs des époux avait été abrogé en 1970, ... Etonnant non ? Alors pourquoi certains Maires en France ne respecte pas cette abrogation, et finalement on le reproche à un pays loin de nous ? Heureusement que beaucoup d'entre nous, se soulèvent, se battent, souffrent pour nos droits de l'Homme avec un H qui représente tout autant la femme que l'homme.

Oui je disgresse, mais ce livre, comme je vous le disais précédemment ne laisse pas indifférent, il fait renaitre la petite flemme de la contestation, de la place que nous occupons tous les jours dans un monde qui n'est qu'une façade de la dure réalité.

Alors pourquoi, me direz-vous je n'ai pas totalement été séduite par ce roman, je pense que c'est tout simplement la façon dont nous est raconté l'histoire, et plus particulièrement, le manque de précision dans les détails, dans les endroits où nous nous trouvons. J'ai trouvé que les descriptions qui m'étaient nécessaires pour poser le cadre n'étaient pas suffisantes. A plusieurs reprises, je me suis arrêtées dans la lecture pour m'imaginer l'endroit, mais avec beaucoup de difficultés. Même si les personnages sont bien travaillés, les émotions sont présentes, mais je n'ai pas été débordées par des sentiments qui auraient pu être beaucoup plus profonds. J'étais présentes plus à travers d'une vitre qu'au plus près des personnages. Et ça m'a manqué de ne pas pouvoir être interconnectée.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par aj8084 2021-05-24T09:21:34+02:00
Diamant

Quel coup de cœur ! J'ai été complètement transportée par ce livre dès les premières pages. Je me suis énormément attachée aux deux héroïnes, leur histoire est bouleversante. Et quelle belle plume ! C'est un livre passionnant et percutant. Un livre coup de poing. J'ai eu beaucoup de mal à fermer ce livre, c'est un déchirement de quitter Shekiba et Rahima.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fanfan_Do 2021-04-04T18:37:34+02:00
Lu aussi

Avec cette histoire on entre de plain-pied dans le monde des mâles prédateurs, dès le plus jeune âge d'ailleurs, cette société où les femmes-victimes sont forcément coupables. Cette société où les femmes et les filles ont peur et rasent les murs pour se soustraire aux regards concupiscents des hommes. Cette société où le respect de la femme n'est même pas un concept puisqu'il qu'il n'existe tout simplement pas, où les filles n'ont pas accès à l'instruction puisque de toute façon elles n'auront d'autre tâche que de servir et satisfaire leurs époux et mettre des enfants au monde, garçons impérativement.

Il y a une dureté incroyable à l'encontre des femmes dans cette histoire, y compris de la part des femmes. Comme si elles étaient tellement endoctrinées par les hommes, qu'elles font leur jeu.

C'est totalement glaçant.

Il est sans cesse question d'honneur et de famille mais il n'y a que les femmes qui subissent le poids des traditions. Et "l'honneur" des hommes se résume à ordonner, exiger, museler, frapper, violer et écraser les femmes.

On découvre ici l'histoire de Rahima qui devient Rahim grâce à une coutume afghane qui permet de faire comme si, dans les familles où il n'y a que des filles. Rahima est habillée en garçon et vit comme tel, va à l'école, joue au foot avec ses copains et peut même travailler. Elle est une basha posh, jusqu'au moment où elle sera en âge de se marier, c'est à dire dès la puberté où elle doit redevenir une fille.

Parallèlement on suit le destin d'une de ses ancêtres, Shekiba, défigurée, qui sera amenée à vivre en homme. Une centaine d'années sépare ces deux femmes, pourtant elles subissent aussi fort l'une que l'autre le joug des hommes.

L'alternance de ces deux personnages au fil des chapitres rend l'histoire très addictive.

Un jour Rahima sera mariée, ou plutôt vendue, vers 12 ans, en même temps que deux de ses sœurs, pour être la troisième ou quatrième épouse d'un homme plus vieux que son père.

Le mariage pour une fille veut dire être arrachée à sa famille, très jeune, pour épouser un "vieux", et être violée.

Le destin épouvantable de ces femmes est terrifiant.

Car les mères qui n'ont que des filles sont méprisées par tous et toutes, maltraitées, et le jour où on leur retire leurs filles, elles ne peuvent s'y opposer. C'est un déchirement absolu pour les mères et les filles. Les pères sont totalement indifférents au sort de leurs filles, sans aucune affection pour elles.

C'est sidérant de constater que mettre une fille au monde provoque de la déception, ne pas enfanter un garçon occasionne une profonde amertume.

On découvre là, avec shekiba et Harima, la douleur d'être femme dans une culture où elles n'ont pas voix au chapitre, où certaines rêvent d'émancipation pendant que d'autres n'imaginent même pas que ça puisse exister.

Cependant, durant tout le parcours de vie de ces deux femmes, j'ai avancé avec l'espoir de quelque chose mais sans savoir quoi précisément, envie d'un horizon dégagé au milieu de la douleur de cette oppression, un rayon de soleil dans ce tunnel de désespoir. Car oui, Shekiba et Rahima ont des désirs et des rêves, qui leur sont interdits dans cette société.

C'est un livre prenant et bouleversant qui nous parle des abus de pouvoir du patriarcat dans un pays où l'obscurantisme est très présent et où les femmes ont rarement accès à l'instruction, car elle amène à l'émancipation, et ça les hommes ne le veulent pas.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ZouzouZouzou 2020-10-04T18:26:56+02:00
Or

Premier livre de cet auteur et assurément pas le dernier.

J'ai aimé l'écriture de ce roman et la force qui s'en dégage.

Les 2 histoires menées en parallèle nous emmènent vers des coutumes inconnues et des forces de caractère impressionnantes.

Un vrai dépaysement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Myfreizhbook 2020-07-29T14:21:35+02:00
Diamant

Un livre bouleversant que je conseille sans hésiter.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par IllieOllie 2020-05-29T21:01:14+02:00
Diamant

This Book !!! This Book is just amazing ! I just finished it and i'm like WOW... It's the first time i read that kind of books and i'm so happy that i did it... I'm thankful for the gift and chance I have to live a cool life, to be independant, and to have a cool family.. We can't realize how lucky we are till we come across 2 stories like that.. Rahima's and Bibi Shikiba's stories !!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Acklysa 2020-04-30T13:54:07+02:00
Diamant

J’ai adoré ce roman ! J’avais envie de le lire notamment par les thèmes qu’il abordait : condition de la femme, culture afghane, Afghanistan, famille, religion... Je suis vraiment contente puisque j’ai appris beaucoup de choses et j’ai beaucoup aimé la manière dont les thématiques étaient abordées. J’ai aussi beaucoup aimé ce livre par l’intrigue et les rebondissements qui nous font apprendre encore davantage. Je me suis beaucoup attachée aux personnages notamment les deux héroïnes principales. Les deux histoires qui s’entremêlent sont vraiment une réussite. Je recommande vivement la lecture de ce bel ouvrage

Afficher en entier

Dates de sortie

La Perle et la Coquille

  • France : 2016-06-17 - Poche (Français)
  • France : 2017-10-20 (Français)

Activité récente

Prupat le place en liste or
2022-06-24T22:36:47+02:00
MaxT l'ajoute dans sa biblio or
2022-04-30T11:25:05+02:00
Freelfe l'ajoute dans sa biblio or
2022-01-02T14:09:24+01:00

Titres alternatifs

  • La Perle et la Coquille (édition Collector) - Français
  • The Pearl that Broke Its Shell - Anglais

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 233
Commentaires 47
extraits 20
Evaluations 81
Note globale 8.49 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode