Livres
535 891
Membres
562 318

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par ab0428 2021-01-27T11:50:36+01:00
Lu aussi

Très bon livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ionndrainn 2021-01-14T18:31:23+01:00
Bronze

Un classique très intéressant et dans l'air du temps...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Percabeth13_01 2020-12-28T21:01:17+01:00
Lu aussi

Un excellent classique de la littérature française, passionnant.

Je trouve incroyable qu'on puisse le lire tel quel, sans penser à l'existence de la métaphore. De la grande littérature.

Je conseille.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fanny-135 2020-09-13T22:31:38+02:00
Pas apprécié

J'ai un avis assez mitigé sur ce récit. Le style est assez lourd et l'aspect philosophique m'a pas mal dérangée. Il ne fait qu'un peu plus de 300 pages et j'ai pourtant un peu "ramé" sur certains chapitres, et je dois dire que je me suis pas mal ennuyée.

Néanmoins, ce fut très intéressant. D'abord dans la façon dont la maladie a progressé, où de quelques cas isolés, nous sommes passés à une épidémie. La réaction des habitants, qui ne prenaient pas la chose bien au sérieux pour se rendre compte des semaines après que c'était effectivement grave. La façon également dont l'administration a pu gérer la situation, elle aussi en ne se rendant pas compte que la situation allait empirer si des mesures n'étaient pas mises en place sérieusement et au plus vite. La fermeture de la ville, la quarantaine, les hôpitaux débordés, le manque de matériels et de traitements, etc...

En fait, vu le contexte actuel, je ne pense pas que c'était le bon moment pour le lire, tout simplement. C'est juste que je l'avais déjà prévu pour un défi dès le début de l'année ; si j'avais su, je l'aurais emprunté et lu en janvier... Là, pour le coup, je ne me suis absolument pas évadée. J'avoue que je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait autant de similitudes avec ce qu'on est en train de vivre en ce moment... Donc, pour l'aspect "fiction" de l'histoire, c'est loupé...

Je le relirai dans une quinzaine d'années, quand tout ça sera derrière nous (enfin j'espère !), j'aurai davantage de recul pour mieux l'apprécier je pense. Parce que là, en fait, je me suis dépêchée de le finir pour pouvoir vite passer à autre chose...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Blog_Oceane 2020-08-30T22:21:40+02:00
Pas apprécié

Il y a des auteurs où ça ne passe, Camus et moi, ce n'est pas l'amour fou. J'avais déjà lu L'Etranger que j'ai détesté alors j'ai tenté le coup avec celui-ci. Je n'avais pas trop le choix car je devais l'étudier.

Donc je pars avec des "je ne vais pas l'aimer, etc." J'avoue que je ne me suis pas trompée, je n'ai pas apprécié le livre mais j'ai adoré l'étudier, comprendre en quoi ce roman-chronique est si intéressant, les critiques et les thèmes abordés. Je dois dire que ça m'a permis de réduire mon jugement en disant juste : je n'aime pas mais il est intéressant.

Ce jugement a été revu à la baisse récemment en découvrant Sartre mais c'est une autre histoire. En tout cas, c'est le roman que je préfère de cet auteur et j'ai apprécié que Camus écoute Malraux pour améliorer son style d'écriture. J'avais eu en horreur dans L'Etranger car les phrases étaient trop simple du type "Je ris. Je pleure" L'effort est appréciable et et aspect roman-chronique aussi.

Pour conclure, on commence à s'apprivoiser lentement même si je n'apprécie pas ce livre et qu'il fera partie des livres détestés. Camus a remonté dans mon estime et je me laisserais tenter un jour avec d'autres de ses œuvres. Ce sera peut-être la bonne.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Irene-Adler 2020-08-17T21:09:33+02:00
Lu aussi

Quelle idée, me dira-t-on, de se mettre à lire ce livre de Camus en pleine période de pandémie et de confinement !

Pourtant, l'idée n'est pas si mauvaise que ça, car elle est l'illustration parfaite de ce qui se passa et se passe durant le covid 19.

Camus n'étant pas visionnaire, il avait juste compris l'âme humaine, les travers de ses contemporains et a réussi à décrire tous les comportements qui ont lieu durant une épidémie, qu'elle soit de peste, de choléra ou de coronavirus…

Bien souvent, les autorités veulent étouffer les choses, tardent à regarder la réalité en face, traînant les pieds, reportant sans cesse les mesures et comme dans la fable de la Cigale et La Fourmi, se trouvent dépourvues lorsque le pic fut venu.

Chez nous, on hurle sur notre ministre de la Santé (Maggie de Block) qui a fait détruire un stock de masques FFP2 car "périmés" et en France, on s'est gaussé de Roselyne Bachelot qui avait commandé trop de masques pour le H1N1…

Camus nous décrit avec force et réalisme les rats qui meurent un peu partout, les gens qui pensent que tout ceci ne durera pas, qui ne craignent rien, sur les autorités qui veulent pas affoler les gens en parlant de "peste brune", sur les mesures prises ensuite et qui font râler la population d'Oran (le confinement dur), sur les médias qui bourrent le crâne après avoir fait silence…

Nous avons aussi toute une galerie de personnages, allant du docteur Rieux qui soigne tout le monde à Jean Tarrou qui nous raconte tout, en passant par Cottard qui, ayant raté son suicide, ne rate pas sa reconversion dans le marché noir.

Ce roman est fort contemporain car toutes les différentes façons de réagir face à la maladie se trouvent regroupées : que ce soit le déni des uns (Trumpinette), le dédain des autres (Boris d'Angleterre), ceux qui magouillent (en vendant du PQ au prix de l'or ? – mais pas dans le roman), ceux qui paniquent, ceux qui veulent prendre la fuite et ceux qui prennent la fuite (j'ai les noms dans la réalité !).

Après toutes ces réactions enflammées et différentes, tout le monde se résigne, courbe l'échine et fait avec…

De plus, durant la lecture, une petite lumière s'allume dans votre esprit et vous vous demandez si c'est vous qui vous faites un film ou cette peste brune sera une analogie de celle qui déferla dans les années 30, celle qui produisait des bruits de bottes, des autodafés, des crimes, des génocides… Bref, le fascisme !

Wiki me répond que je n'ai pas tout à fait tort et que la lutte contre la peste est aussi une lutte pour le fascisme, faisant du docteur un résistant et de Cottard un collabo.

Vous me connaissez et je vous sens suspendu à mes mots, se demandant où diable je vais caser ce foutu "Mais" que vous sentez arriver et qui va tempérer ce début prometteur…

Mais (vous le réclamiez, le voici)… La peste reste un livre difficile à lire, avec peu de dialogues par moment, une ambiance plombée (pas de lockdown fiesta, pas de vidéo marrantes), des descriptions interminables, un ton qui semble froid, distant.

Anybref, Camus et moi ne sommes pas fait pour passer un confinement ensemble. C'est la deuxième fois avec lui et ça ne passe toujours pas. Pourtant, au départ, j'étais emballée, tout allait bien, je la sentais bien, cette lecture, les pages se tournaient toutes seules, en un mot, je le dévorais.

Arrivé un moment, je n'ai plus dévoré mais j'ai senti mon rythme de lecture diminuer, et puis, sans même le vouloir, j'ai surpris mes yeux en train de sauter des paragraphes, des pages, même !

Je pourrai dire que j'ai enfin lu La Peste de Camus mais qu'il ne m'a pas plu et que je n'ai pas eu l'ivresse littéraire, même si ça avait bien commencé…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par pouniri 2020-08-17T16:15:23+02:00
Lu aussi

Un grand classique sur la peste et la façon dont elle a ravagé une ville et impacté la vie de ses habitants.

Un bon roman, sans plus

Afficher en entier
Commentaire ajouté par louanas 2020-07-30T15:53:09+02:00
Or

Bonjour à toutes et tous!, je vous conseille ce livre à lire absolument personnellement je suis très satisfaite de cette version : https://urlz.fr/dyDZ

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aline-100 2020-07-10T10:15:21+02:00
Argent

Quel meilleur moment pour relire La Peste que le confinement dû au Covid-19 ? (Je sais, j'ai un sens de l'humour assez limite...)

Je me souvenais très vaguement de ce beau roman, que j'ai lu pour la première fois l'été de mes 15 ans. le redécouvrir dans le cadre du Challenge Solidaire a donc été un vrai plaisir, car malgré le sujet assez dramatique qu'il traite, Camus nous offre un vrai chef-d'oeuvre. Plus personne ne sait écrire comme Marcel Proust ou Albert Camus, de nos jours : ces deux-là figurent vraiment parmi mes auteurs classiques préférés.

Avec des mots parfois durs mais en même temps toujours pleins de compassion, Camus nous parle d'un épisode (fictif, mais élaboré à partir de faits réels) de peste bubonique évoluant plus tard en peste pulmonaire qui se déclare dans la ville d'Oran, durant les années 1940.

L'auteur décrit les faits qui mènent à l'épidémie, la réaction d'abord assez tiède des autorités, qui ne veulent pas croire au retour de la peste dans leur ville, l'impuissance des médecins et de la population, la séparation des familles.

Camus nous offre aussi de belles réflexions sur la place de l'homme dans le monde et sur notre fausse impression de liberté. Comme il le dit lui-même, l'homme ne peut être libre tant que les fléaux existent.

Les personnages principaux sont tous très différents les uns des autres, mais aussi tous très attachants.Spoiler(cliquez pour révéler) Le fait que certains soient d'ailleurs victimes de la maladie permet d'ailleurs au lecteur de partager, avec le docteur Rieux, le sentiment d'impuissance et de révolte qu'une telle maladie fait naître chez ceux qui assistent à la lente agonie de leurs amis ou connaissances.

Quant à la plume de Camus, elle est tout simplement magnifique !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Na_nou 2020-05-31T20:08:05+02:00
Bronze

Un très bon livre, la découverte de Camus que je n'avais à l'époque jamais lu, j'ai adoré !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode