Livres
510 912
Membres
521 338

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par x-Key 2010-11-19T20:01:21+01:00

Écoutant, en effet, les cris d'allégresse qui montaient de la ville, Rieux se souvenait que cette allégresse était toujours menacée. Car il savait que cette foule en joie ignorait, et qu'on peut lire dans les livres, que le bacille de la peste ne meurt ni ne disparaît jamais, qu'il peut rester pendant des dizaines d'années endormi dans les meubles et le linge, qu'il attend patiemment dans les chambres, les caves, les malles, les mouchoirs et les paperasses, et que, peut-être, le jour viendrait où, pour le malheur et l'enseignement des hommes, la peste réveillerait ses rats et les enverrait mourir dans une cité heureuse.

Afficher en entier
Extrait ajouté par RMarMat 2015-03-16T10:19:12+01:00

Du reste, le docteur Rieux, par exemple, considérait que c'était cela le malheur, justement, et que l'habitude du désespoir est pire que le désespoir lui-même.

Afficher en entier
Extrait ajouté par RMarMat 2015-03-09T11:21:07+01:00

Il ne faut pas être plus pressé que Dieu et tout ce qui prétend accélérer l'ordre immuable, qu'il a établi une fois pour toutes, conduit à l’hérésie. Mais, du moins, cet exemple comporte sa leçon. A nos esprits plus clairvoyants, il fait valoir seulement cette lueur exquise d'éternité qui gît au fond de toute souffrance. Elle éclaire, cette lueur, les chemins crépusculaires qui mènent vers la délivrance. Elle manifeste la volonté divine qui, sans défaillance, transforme le mal en bien. Aujourd'hui encore, à travers ce cheminement de mort, d'angoisses et de clameurs, elle nous guide vers le silence essentiel et vers le principe de toute vie. Voilà, mes frères, l'immense consolation que je voulais vous apporter pour que ce ne soient pas seulement des paroles qui châtient que vous emportiez d'ici, mais aussi un verbe qui apaise.

Afficher en entier
Extrait ajouté par myra44 2012-08-04T17:31:38+02:00

Cette cochonnerie de maladie ! Même ceux qui ne l'ont pas la portent dans leur coeur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-11-19T20:01:21+01:00

Et puisqu'un homme mort n'a de poids que si on l'a vu mort, cent millions de cadavres semés à travers l'histoire ne sont qu'une fumée dans l'imagination.

Afficher en entier
Extrait ajouté par RMarMat 2015-03-23T10:10:33+01:00

... ce monde sans amour était comme un monde mort et qu'il vient toujours une heure où on se lasse des prisons, du travail et du courage pour réclamer le visage d'un être et le cœur émerveillé de la tendresse.

Afficher en entier
Extrait ajouté par RMarMat 2015-03-05T09:21:09+01:00

La bêtise insiste toujours, on s'en apercevrait si l'on ne pensait pas toujours à soi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par myra44 2012-08-07T14:02:49+02:00

Le plus fort des désirs de nos concitoyens était et serait de faire comme si rien n'était changé, mais que, dans un autre sens, on ne peut pas tout oublier, même avec la volonté nécessaire, et la peste laisserait des traces, au moins dans les coeurs.

Afficher en entier
Extrait ajouté par myra44 2012-08-04T17:28:09+02:00

Impatients de leur présent, ennemis de leur passé et privés d'avenir, nous ressemblions bien ainsi à ceux que la justice ou la haine humaine font vivre derrière des barreaux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par myra44 2012-08-04T17:27:04+02:00

Ils se croyaient libres et personne ne sera jamais libre tant qu'il y aura des fléaux.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode