Livres
436 960
Membres
363 125

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Lipette 2018-10-06T18:07:04+02:00

- Pourquoi devrait-on nous reprocher d'avoir survécu ? s'écria-t-elle en élevant la voix. Est-ce nous qui sommes à l'origine de cette tragédie ? Vous souvenez-vous de ce que nous avons tous ressenti en voyant couler ce paquebot ? Mon Dieu, je ne parvenais pas à y croire. Sa proue enfoncée dans l'eau, on aurait dit un jouet, un jouet avec lequel s'amusait la nature. Et nous serions censés en sortir indemnes ? Rester civilisés, voir les messieurs retirer leur chapeau face aux dames en leur disant : "Après vous, je vous en prie" au moment de monter à bord des canots ? C'est une plaisanterie ! Si Dieu existe, le spectacle a dû l'amuser. Comment les hommes sont-ils assez stupides pour vouloir traverser l'océan à bord d'embarcations en allumettes ? Les jouets, c'était nous ! Où va le monde ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lipette 2018-10-06T17:59:06+02:00

- J'avoue être stupéfaite par les actes de bravoure dont il a été fait état lors de ces auditions, se lança-t-elle. Par exemple, l'histoire de cet homme qui a détaché sa ceinture de sauvetage pour la donner à la femme de chambre de son épouse. Je sais que mon mari aurait aimé être cet homme.

[...]

- Je le reconnais humblement devant vous, reprit-elle, je ne suis pas entièrement certaine de regretter qu'il n'ait pas agi de la sorte. Une partie de moi-même continue de croire que j'ai eu raison de tout tenter pour lui sauver la vie, jusqu'à le coiffer de cette nappe arrachée à une table. Je suis pourtant consciente, précisa-t-elle d'une voix qui commençait à trembler, qu'en le poussant à se comporter ainsi je l'ai précipité dans la mort. Trois constats me hanteront jusqu'à la fin de mes jours : le fait de n'avoir pas laissé mourir mon mari de la façon dont il l'aurait voulu, mais aussi le fait qu'il ne m'est pas venu à l'esprit de mourir avec lui cette nuit-là. Le troisième constat, le pire à mes yeux, tient au fait que nous aurions pu sauver la vie de deux enfants si nous n'avions pas pris place à bord de ce canot.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lipette 2018-10-06T17:47:44+02:00

- Madame Lucy Duff Gordon, commencez par nous expliquer comment votre mari et vous-même vous êtes retrouvés dans le canot n°1.

- Bien sûr, monsieur le sénateur, répliqua-t-elle avec un calme hautain. J'en étais arrivée à penser que nous allions mourir noyés lorsque nous avons découvert ce petit bateau. Un esquif de rien du tout. J'ai aussitôt dit à mon mari : "Ne croyez-vous pas qu'il serait temps d'agir ? " Mon mari a alors demandé l'autorisation de nous hisser dans ce canot, et l'officier de pont lui a répondu avec la plus grande courtoisie : "Je vous en prie, avec grand plaisir." Et l'on nous a aidés à y prendre place.

[...]

- A présent, je me vois contraint de vous demander si vous avez entendu les cris de ceux qui se noyaient à la suite du naufrage du Titanic.

- Non, je n'ai pas entendu un seul cri après que le bateau a coulé.

- Pas un seul cri ? insista Smith sur un ton incrédule.

Elle le regarda droit dans les yeux, incrédule à son tour.

- Vous ne croyez pas que je m'en souviendrais, monsieur le sénateur ? Il régnait un silence absolu.

[...]

- L'une ou l'autre des personnes qui se trouvaient dans votre canot a-t-elle suggéré de retourner sur le lieu du naufrage, de façon à sauver des naufragés ?

- Non.

- Vous saviez qu'il y avait des gens dans l'eau, j'imagine.

- Non, je ne crois pas y avoir pensé.

- Avez-vous argué du fait qu'il serait dangereux de rebrousser chemin, au risque que le canot soit pris d'assaut par les naufragés ?

- Grands dieux, non.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lipette 2018-10-06T17:33:38+02:00

- La décision de rebrousser chemin ou non revenait de droit à Sullivan, n'est-ce pas ?

Tout en posant la question, Smith avait lancé un coup d’œil en direction du témoin suivant, tassé sur son siège, le regard aux abois.

- Oui, répondit Jim en dissimulant mal son mépris. C'était lui le maître à bord. Théoriquement, en tout cas.

- Il a donc refusé ?

- C'est exact.

- Son comportement a-t-il été dicté par les protestations des Duff Gordon ?

- Oui.

Cette fois, Jim regarda Sullivan droit dans les yeux. Ce dernier détourna la tête.

- En êtes-vous certain ?

- Je peux uniquement parler de ce qui s'est passé dans le canot à bord duquel j'avais pris place. J'aurais dû passer outre.

- De quel droit ?

Jim conserva le silence.

- Vous dites avoir entendu des cris. Des cris insoutenables ?

- Oui.

- Ce qui n'a pas empêché les Duff Gordon de décider qu'il était trop dangereux de retourner chercher des survivants ?

- Oui.

L'un des membres de la commission, un sénateur au visage gras et rougeaud, se pencha vers le témoin à qui il s'adressa d'une voix sarcastique.

- Si je comprends bien, vous n'avez rien dit et vous n'avez pas essayé de sauver quiconque au prétexte que deux des passagers du canot pensaient que la manœuvre était trop risquée.

Jim encaissa le choc en redressant les épaules.

- C'est exact, monsieur le sénateur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lipette 2018-10-06T17:19:43+02:00

- Je crois savoir que vous avez aidé à l'embarquement des passagers sur les canots de sauvetage, se lança Smith.

Lowe hocha résolument la tête.

- Connaissiez-vous les hommes d'équipage qui vous ont assisté dans cette tâche ?

- Non, monsieur le sénateur, pas par leur nom.

Il hésita brièvement avant de poursuivre :

- Mais je vois dans cette salle quelqu'un à qui j'ai demandé d'évacuer l'un des canots. Je n'aurais pas su qu'il s'agissait de M. Ismay s'il n'avait pas été auditionné par cette commission.

La phrase fit l'effet d'une bombe.

- Vous voulez dire que vous avez demandé à M. Ismay de descendre de l'un des canots de sauvetage ? demanda Smith, au comble de l'étonnement.

- Absolument, parce que M. Ismay se montrait anormalement anxieux et s'énervait un peu trop. Il n'arrêtait pas de répéter : "Mettez le canot à l'eau ! Mettez le canot à l'eau ! " Alors je lui ai dit...

Voyant qu'il hésitait, Smith insista :

- Dites-nous ce que vous lui avez dit.

Lowe se passa la main dans les cheveux d'un air indécis. Il se demandait manifestement si la discrétion devait prévaloir, eu égard des circonstances. Son naturel direct l'emporta.

- Je lui ai dit : "Si vous descendez tout de suite de ce fichu canot, je pourrai peut-être diriger la manœuvre. Il serait ridicule de mettre le canot à l'eau aussi rapidement. Je risquerais de noyer tous ces gens."

[...]

- Ils n'avaient donc reçu aucune formation dans ce domaine avant la traversée ? s'enquit Smith, incrédule.

- Nous avons eu droit à un seul exercice, avec deux canots seulement, précisa Lowe. Nous étions tous des néophytes sur ce paquebot.

[...]

- Revenons aux canots de sauvetage, reprit Smith. Vous avez donc aidé à l'embarquement des passagers. Dites-nous ce qui s'est passé une fois votre chaloupe mise à l'eau.

- Je l'ai poussée en direction de quatre autres canots de sauvetage et nous sommes restés tous les cinq ensemble. Je les ai reliés à l'aide de cordage, pensant qu'on avait davantage de chance d'être vus par les navires qui se porteraient à notre secours si nous restions groupés. Ensuite, j'ai transféré les passagers de ma chaloupe dans les quatre autres.

- Pour quelle raison ?

- De façon à pouvoir retourner sauver d'autres naufragés.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lipette 2018-10-06T16:58:02+02:00

Pinky posa bruyamment son cabas par terre sans se soucier des regards que lui adressaient les badauds. Elle était trop fatiguée pour prendre des gants.

- Et vous, tout ce qui vous intéresse, c'est de ressembler à ces prétentieux imbus d'eux-mêmes pour lesquels vous travaillez, et qui consacrent leur temps à toiser les autres. Puisque vous prétendez que je mens, je serais curieuse de savoir ce qui s'est passé sur ce canot. Le savez-vous, au moins ?

- Vous ne me piégerez pas aussi facilement. Et la réponse est non : je n'étais pas là, mais Lucile me jure qu'il ne s'est rien passé.

Tess avait du mal à respirer.

- Pourquoi les haïssez-vous donc autant ? Vous aussi, vous êtes une privilégiée ! Il suffit de voir la liberté et le pouvoir dont vous disposez. Pourquoi n'en usez-vous pas de façon moins néfaste ?

- Parce que vous vous imaginez quoi ? réagit Pinky d'un air perplexe. Que l'Amérique est un paradis où tout le monde est aussi riche que les Duff Gordon ? Vous croyez que c'est un pays de cocagne au prétexte que vous dînez le soir de votre arrivée dans de la porcelaine et du cristal ? Vous pensez que les gens doivent rester libres de snober les autres ou de leur nuire parce qu'ils ont la possibilité d'y parvenir impunément ? Alors vous vous en prenez à moi uniquement parce que je cherche à établir la vérité ?

- Je ne crois pas un instant que la vérité vous intéresse. Vous vous contentez d'enchaîner des sentences moralisatrices, c'est tout.

Afficher en entier
Extrait ajouté par LadyRomance 2017-11-23T11:00:08+01:00

Je dirais que je me trouvais à une cinquantaine de mètres du Titanic. J'étais en train de nager quand le bateau a coulé. Je n'ai quasiment pas senti de remous. Les canots les plus proches auraient dû revenir afin d'aider les naufragés.

Afficher en entier
Extrait ajouté par LadyRomance 2017-11-23T10:59:05+01:00

C'est inouï le nombre de fois où les femmes doivent reprendre la main quand les hommes se défilent lâchement. Quand je pense que ces crétins prétentieux refusent de nous laisser voter !

Afficher en entier
Extrait ajouté par TERVERCHANTAL 2017-08-04T11:46:37+02:00

Il sauta d'un bond dans l'embarcation au fond de laquelle il atterrit à quatre pattes. Il se redressa, vit Tess restée accrochée au bastingage, et lui tendit la main.

- Pour l'amour du ciel, dépêchez-vous.....

Le paquebot avait encore pris de la gîte et s'enfonçait rapidement par l'avant.

- Dépêchez-vous donc ! haleta Lucile d'une voix courroucée. Lancez donc cet esquif, je ne me sens pas bien !

- Mademoiselle ! Attendez !

Tess allait sauter lorsqu'elle se retourna en direction de la voix. M. Hoffman, le veuf père de deux garçonnets, s'avançait vers elle en titubant, un enfant sous chaque bras.

- Prenez mes enfants ! Sauvez-les, je vous en supplie !.

Les embruns avaient collé des mèches de cheveux sur son front. Il adressa à la jeune fille un regard implorant.

Elle tendit les bras en direction des enfants. Michel, en larmes, s'accrochait à son père. Hoffman parvint à grand-peine à détacher le petit garçon de son étreinte et le mit dans les bras de Tess. Les deux enfants contre sa poitrine, elle s'apprêta à sauter dans l'embarcation.

Trop tard. Le canot de sauvetage n°1 avait plongé dans l'eau, malmené par les flots. Tess se trouvait en plein cauchemar. En contrebas, Bonney l'appelait de toutes ses forces, les bras tendus.

- Sautez ! Sautez !

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-07-19T03:35:50+02:00

Tess tira les draps qu'elle avait décrochés un peu plus tôt de la corde à linge, les bordant soigneusement sous le matelas. Elle recula d'un pas afin d'observer le résultat. Les plis étaient encore trop visibles. Sa patronne ne manquerait pas de lui en adresser la remarque, elle qui passait constamment derrière elle afin de critiquer son travail. Mais cela n'avait plus guère d'importance, la décision de Tess était prise.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode