Livres
436 742
Membres
362 567

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Princesse de Montpensier ; La Comtesse de Tende



Description ajoutée par x-Key 2018-02-01T21:57:25+01:00

Résumé

Eprise du duc de Guise. Mlle de Mézières épouse pourtant François de Bourbon, prince de Montpensier. Son mari parti à la guerre, la princesse se retrouve seule au château de Champigny, où le comte de Chabanes puis le duc d'Anjou tombent amoureux d'elle. Toujours fidèle à sa première inclination, elle suscite la jalousie et la haine dans le coeur de ces hommes dédaignés, à commencer par son époux. Rédigée quelques années avant La Princesse de Clèves, cette nouvelle connaît le succès dès sa publication, en 1662. Inspirée de personnages historiques, elle dénonce les affres de la passion amoureuse, responsable du désordre de l'âme et du malheur des hommes.

Afficher en entier

Classement en biblio - 23 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Marine-112 2018-02-22T17:38:12+01:00

Le duc de Guise acheva d’en devenir violemment amoureux ; et, voulant, par plusieurs raisons, tenir sa passion cachée, il se résolut de la lui déclarer d’abord, afin de s’épargner tous ces commencements qui font toujours naître le bruit et l’éclat. Étant un jour chez la reine, à une heure où il y avait très-peu de monde, la reine s’étant retirée pour parler d’affaire avec le cardinal de Lorraine, la princesse de Montpensier y arriva. Il se résolut de prendre ce moment pour lui parler, et s’approchant d’elle : « Je vais vous surprendre, madame, lui dit-il, et vous déplaire, en vous apprenant que j’ai toujours conservé cette passion qui vous a été connue autrefois, mais qui s’est si fort augmentée en vous revoyant, que ni votre sévérité, ni la haine de M. le prince de Montpensier, ni la concurrence du premier prince du royaume, ne sauraient lui ôter un moment de sa violence. Il aurait été plus respectueux de vous la faire connaître par mes actions que par mes paroles ; mais, madame, mes actions l’auraient apprise à d’autres aussi-bien qu’à vous, et je souhaite que vous sachiez seule que je suis assez hardi pour vous adorer. » La princesse fut d’abord si surprise et si troublée de ce discours, qu’elle ne songea pas à l’interrompre ; mais ensuite, étant revenue à elle, et commençant à lui répondre, le prince de Montpensier entra. Le trouble et l’agitation étaient peints sur le visage de la princesse ; la vue de son mari acheva de l’embarrasser, de sorte qu’elle lui en laissa plus entendre que le duc de Guise ne lui en venait de dire.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Melenda 2018-09-12T22:01:42+02:00
Or

Deux nouvelles, c'est-à-dire, dans le langage et la littérature du XVIIe siècle, deux courts romans (rien à voir, ou si peu, avec les nouvelles de Maupassant ou de Lovecraft, infiniment plus courtes, et point construites de la même façon !), tels qu'ils se définissent en opposition à aux romans au long court comme l'Astrée, la Clélie, ou surtout Le Grand Cyrus. Deux nouvelles qui sont, précisent la préface, au fond un peu la même : La Comtesse de Tende, récit antérieur, est un premier récit, dur, rude, cruel, dont La Princesse de Montpensier puis La Princesse de Clèves constituent des prolongements, plus amples, mais également dotés d'une vision différente, moins accusatrice, et plus nuancée peut-être.

Moins intenses que les nouvelles du XIXe siècle (pourquoi se priver de la comparaison, tout de même), ces deux romans courts (niark) n'en sont pas moins prenants. La Comtesse de Tende pourrait être horrible et le fut peut-être : la douceur de la narration ne le montre pas, mais l'histoire est sordide, et on le sent quand on y prend un peu garde. A côté, les personnages de La Princesse de Montpensier sont de gentils amoureux... un peu moins coupables, tout aussi malheureux, et moins tragiques, si ce n'est Chabannes, le comte de Chabannes, l'amoureux de tragédie, qui rassemble sur lui tous les plus grands malheurs, en silence. De loin à mon avis le meilleur personnage de cette nouvelle, peut-être parce que j'ai un goût pour les douleurs tues, surtout quand elles le sont par dignité ou pour l'honneur, ou mieux : par sacrifice pour le bonheur d'un autre, que la manoeuvre soit un succès ou non.

En gros, c'est génial, il faut lire, surtout dans cette édition au texte remis à l'ancienne d'après les manuscrits, avant les corrections de Ménage, avec des images tellement plus fortes que dans les textes plus tardifs.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mimi60800 2018-02-17T12:30:32+01:00
Bronze

Plusieurs nouvelles plutôt sympathiques à lire, mais aux fins pas très joyeuses...

Afficher en entier

Date de sortie

La Princesse de Montpensier ; La Comtesse de Tende

  • France : 2012-08-25 - Poche (Français)

Activité récente

jujuu21 l'ajoute dans sa biblio or
2018-10-03T11:23:07+02:00
Melenda l'ajoute dans sa biblio or
2018-09-12T21:51:44+02:00
Joe_ l'ajoute dans sa biblio or
2018-02-14T10:40:18+01:00

Les chiffres

Lecteurs 23
Commentaires 2
Extraits 1
Evaluations 9
Note globale 6.5 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode