Livres
466 690
Membres
431 020

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par klya 2012-10-24T16:05:09+02:00

Elle trempa sa plume dans l'encre.

Sur la première page, elle écrivit le titre de l'histoire qu'elle voulait raconter : La Princetta et le Capitaine.

Et puis, d'une écriture fiévreuse, elle commença :

Côté nord, les murs de la Citadelle plongeaient tout droit sur un à-pic vertigineux. Posée au sommet de son rocher, elle faisait penser à un rapace à l'affut, déployantses tours et ses ailes au-dessus de la vallée, projetant son ombre grandiose sur les eaux calmes du fleuve Ggavir...

Elle écrivit toute la nuit, faisant revivre avec ses mots l'époque lointaine où elle ne savait encore rien du monde et ressuscitant tous ceux qui l'avaient accompagnée pendant sa fabuleuse odyssée.

Afficher en entier
Extrait ajouté par helolo44 2016-07-05T16:02:08+02:00

- Faites plaisir au jumeaux, Malva. Ne mourrez pas.

Elle sourit :

- Je vais essayer, Capitaine.

Afficher en entier

« La Princetta fit

tomber sa capuche en arrière, découvrant sa tête de hérisson. - Je refuse définitivement ce mariage, affirma-t-elle.

- Tu renonces aussi au trône, précisa Filomène.

- Je renonce au trône.

- Tu ne vivras plus jamais dans la Quiétude et l'Harmonie, continua-t-elle d'une voix sévère

- Je sais.

A chaque mot prononcé, Filomène serrait plus fort les mains de sa maîtresse. Ces paroles, elles les avaient déjà répétées tant et tant de fois dans le secret de l'alcôve... Elles sonnaient comme une ultime prière, comme un serment qu'on récite."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Re-belle 2012-07-25T12:34:13+02:00

Il crispa son index sur la détente de son arme.

Il y eu un petit déclic.

L'Archonte tourna la tête vers la porte et vit Orféus qui le tenait en joue. Un éclair de surprise fendit son oeil gris. Mais au moment où il appuyait sur la détente, Orféus éternua si fort que la trajectoire de la mitraille fut déviée.

Il éternua encore deux fois, perdant le contrôle de la situation. Et soudain, il sentit la lame du sabre lui traverser la poitrine.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MaudValdez 2012-05-27T13:19:36+02:00

Elle écrivit toute la nuit, faisant revivre avec ses mots l’époque lointaine où elle ne savait encore rien des douleurs et des bonheurs du Monde et ressuscitant tous ceux qui l’avaient accompagnée pendant sa fabuleuse odyssée.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Roxye 2010-06-19T18:30:36+02:00

Une fois, lorsqu'elle était petite, elle avait assisté à la Parade des Cadeaux : des missionnaires venus de tous les coins du Monde Connu avaient défilé dans la cour de la Citadelle. L'un d'eux tenait en laisse un immense reptile. 'Un allicaïtor femelle quej'ai débusqué en Terre d'Arémique', annonça-t-il. Il découvrit ensuite une cage, dans laquelle était recroquevillé un lièvre terrorisé. Le missionnaire avait confié le lièvre au Coronador en disant : 'Jetez-le en l'air, et voyez !' Le Coronador avait jeté la pauvre bête. En un claquement de dents, le monstrueux reptile avait englouti sa proie.

Vivante.

Sous les applaudissements de la nobleza.

Malva se sentait exactement dans la même situation que ce lièvre : on voulait la jeter en pâture à un inconnu qui ne ferait d'elle qu'une bouchée.

- chapitre : 1 - page : 12 - éditeur : Hachette Jeunesse -

La plus belle phrase:

Faites ce que vous voulez de cette lettre : brûlez-la avec le reste si ça vous amuse.J'espère seulement que les remords vous empêcheront de dormir.

Sous le choc, Malva était entrée dans une grande colère. Et en plein milieu du Rite de Quiétude ! Quel blasphème ! Quel blasphème ! Heureusement, l'Archonte était un homme habile, respecté de tous et entièrement dévoué à la Princetta depuis que le Coronador l'avait chargé de faire son éducation. Il avait donné quelques explications aux fidèles réunis dans le Sanctuaire, et cela avait suffi à étouffer le scandale. Seulement, la colère de Malva, elle, ne s'était pas éteinte.

- chapitre : 1 - page : 10 - éditeur : Hachette Jeunesse -

Afficher en entier

Il ressentait une sorte d’ivresse à se trouver là, sous le ciel furieux, dans les bras énormes de la mer qui berçait le navire, comme une matrone démoniaque.

Afficher en entier

Ce n’est pas moi qui, vous ai appris tout cela, ce sont les auteurs des livres que vous avez lus. Et les livres ne sont pas la vie, Princetta. Il faut absolument abandonner vos rêves d’enfant. Vous devez accomplir votre devoir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par helolo44 2016-07-05T16:00:37+02:00

Aujourd'hui, 69 ème jour de mer. Je ne suis toujours pas mort, nota Orféus dans son journal de bord.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode