Livres
493 339
Membres
490 264

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Promesse de l'aube



Description ajoutée par feeclochettte 2012-05-19T21:03:47+02:00

Résumé

La promesse de l'aube est l'autobiographie de l'auteur , Romain Gary. (pseudonyme de Romain Kacew : 1914-1980) Il nous raconte son enfance et sa vie adulte. Il nous montre son arrivée en France , ses études d'aviation lors de la deuxième guerre mondiale et l'amour qu'il porte pour sa mère. Mais aussi : ses premiers amours, des histoires loufoques sur son passé, sa mère, où il lui rend un hommage profond tout au long du livre car il raconte ses habitudes, ses relations avec elle. Tous les faits sont exprimés avec l'humour poussé de l'auteur et sa magnifique d'écriture.

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 071 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par x-Key 2010-11-21T15:07:32+01:00

La vie est pavée d'occasions perdues.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Lu aussi

Une oeuvre remplie de tendresse maternelle et de promesse d'avenir, où l'on suit le chemin tortueux d'un futur écrivain.

Un bon livre.

Afficher en entier
Diamant

Romain Gary nous livre ici une autobiographie bouleversante et magnifique parce que ce n’est pas seulement la sienne mais également celle de sa mère chérie, aimée, fusionnelle, débordante d’amour et d’ambition pour son fils.

Ah que j’aime le style, l’écriture de Romain Gary. Encore une foi, j’ai été emporté par cette lecture émaillée de mille anecdotes pétillantes qui toujours désamorcent ses luttes contre l’adversité, sublime ses convictions profondes, son d’empathie envers les hommes et son amour pour notre terre et ses habitants. Je découvre à travers cette lecture que Roman Kacew ne serait pas devenu Romain Gary sans l’amour démesuré de Nina Borisvoskaia, sa mère. Cette femme extravagante, excessive, seule, donnera tout ; sacrifiera tout ; pour donner le meilleur à son fils. Je parlerai même de conditionnement afin que son fils réalise par procuration son rêve de reconnaissance, d’aisance…. Et donc devienne un homme grand, un Français, un artiste, un militaire, un diplomate. L’espérance est haute, le poids de cet amour exigeant pour un enfant qui jusqu’au bout de sa vie refusera de décevoir sa mère.

Spoiler(cliquez pour révéler)

« Il n'est pas bon d'être tellement aimé, si jeune, si tôt. Ça vous donne de mauvaises habitudes. On croit que c'est arrivé. On croit que ça existe ailleurs, que ça peut se retrouver. On compte là-dessus. On regarde, on espère, on attend. Avec l'amour maternel, la vie vous fait à l'aube une promesse qu'elle ne tient jamais. On est obligé ensuite de manger froid jusqu'à la fin de ses jours. »

Même adulte, même privé de cette mère, Romain Gary ne cessera de chercher ; à être à la hauteur de cet amour, de cette exigence. Cet aiguillon le poussera sans cesse à aller au delà de lui-même pour donner un sens à la promesse qu’il a faite à l’aube de sa vie à cette mère.

Spoiler(cliquez pour révéler)

« Encore aujourd’hui, plus de vingt ans après, […] je n’ai qu’à lever les yeux pour voir la cohorte ennemie qui se penche sur moi, à la recherche de quelque signe de défaite ou de soumission.

[…]

Il y a d’abord Totoche, le dieu de la bêtise, […] à chaque explosion nucléaire, son ombre se dresse, un peu plus haut sur la terre…

[…]

Il y a Merzavka, le dieu des vérité absolues […] celui-là est notre plus vieux seigneur et maître ; il y a si longtemps qu’il préside à notre destin, qu’il est devenu riche et honoré ; chaque fois qu’il tue, torture et opprime au nom des vérités absolues, relieuses, politiques ou morales.

[…]

Il y a aussi Filoche, le dieu de la petitesse, des préjugés du mépris, de la haine […] C’est un merveilleux organisateur de mouvement de masses, de guerres, de lynchages, de persécutions, habile, dialecticien, père de toutes les formations idéologiques, grand inquisiteur et amateur de guerres saintes…

[…]

Il y a d’autres dieux, plus mystérieux et plus louches, plus insidieux et masqués, difficiles à identifier ; leurs cohortes son nombreuses et nombreux leurs complices parmi nous ; ma mère les connaissait bien…

[…]

Nous sommes aujourd’hui de vieux ennemis et c’est de ma lutte avec eux que je veux faire ici le récit […] je m’étais promis de la dérober à cette servitude ; j’ai grandi dans l’attente du jour où j e pourrais tendre enfin ma main vers le voile qui obscurcissait l’univers et découvrir soudain un visage de sagesse et de pitié ; j’ai voulu disputer, aux dieux absurdes et ivres de leur puissance, la possession du monde, et rendre la terre à ceux qui l’habitent de leur courage et de leur amour. »

Cette pression, cette influence explique en partie la fin tragique de l’auteur. Au delà du refus de vieillir, d’accepter les fatalités du monde, il avoue avoir eu par trois fois la tentation de se tuer, avouant à demi-mot l’emprise de cette mère sur sa vie, et son bonheur. Mais avant ça il sera devenu un auteur reconnu. Il se verra décerné deux fois le prix Goncourt dont le second sous le pseudo d’Émile Ajar. Il sera au surplus, compagnon de la libération, diplomate.

Rassurez-vous le livre se termine sur une note plus légère, au bord de l’océan, sur la plage de Big Sur et sur une vision qui prend encore plus de sens aujourd’hui : « que l’homme prenne la protection de la nature dans ses propres mains ».

Difficile de fermer ce livre, tant il est beau et cruel, hymne à l’amour d’une mère, berceuse de fraternité, chant de justice dans une France idéalisée ; témoignage d’un homme hanté par l’absolu, par l’idéal, par la bonté des dieux et des hommes en quête de compréhension du monde. Lecture que je n’oubliera pas non plus parce que l’auteur me touche au cœur par sa sensibilité, sa fragilité, son parcourt et sa fin tragique.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par coula 2020-02-10T13:20:04+01:00
Or

c'est compliqué a lire mais l'histoire est bien

Afficher en entier
Commentaire ajouté par asymptote 2020-02-04T08:29:31+01:00
Argent

Ce n'est pas mon style de roman préféré, mais je dois admettre que la qualité de l'écriture force le respect et certains passages relèvent de la poésie. L'histoire est passionnante, ce destin hors du commun nous permet d'appréhender la guerre de l'intérieur.

J'ai lu ce livre car il est très bien noté, ce n'est pas dans mes habitudes de suivre ces conseils, mais, j'avoue, je ne le regrette vraiment pas.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par coula 2020-01-07T13:09:04+01:00
Or

je n'ai pas aime ce livre je ne comprenais rien

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alextys 2020-01-06T12:43:35+01:00
Pas apprécié

c'était nul je n'ai rein compris

Afficher en entier
Commentaire ajouté par pirategirl 2019-12-23T18:29:53+01:00
Or

Très beau livre qui l'a m'a surpris et énormément émue.

Cet oeuvre autobiographique autour de la relation de l'auteur et sa mère est particulièrement belle et prenante.

C'était mon premier livre de Romain Gary et son style m'a particulièrement surpris et plu. Alors que je m'attendais un style, lourd, très classique, bien au contraire, l'écriture est légère, facile à lire, immersive, on est pris dans l'histoire qu'on ne lâche plus jusqu'à la fin.

Je recommande !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mathilde2004 2019-11-25T22:13:02+01:00
Pas apprécié

La promesse de l’aube m’a déçu mais pas qu’un peu vraiment beaucoup. Je l’ai lus quand ils faisaient de la pub pour le film, et franchement je ne vous conseille pas de lire ce livre. Romain Gary a écriture « prétentieuse »- je trouve pas d’autre terme - et dénué d’intérêt, il fait des longues phrase avec des propositions machin en excès. Il a réussi à écrire le livre qui m’a le plus marqué négativement.

Si vous tenez vraiment à lire une biographie lisez celles de Marcel Pagnol, que j’ai lus aussi et qui par contre étaient vraiment intéressantes ( 3 en tout ).

Afficher en entier
Commentaire ajouté par violine07 2019-11-06T18:14:03+01:00
Lu aussi

j'ai lus cette autobiographie dans le cadre scolaire mais malgré ça je l'ai apprécié, je l'ai trouvé profond et très touchant la fin Spoiler(cliquez pour révéler) lorsqu'il apprend la mort de sa mère était très triste. Le titre est trop beau et correspond parfaitement à l'histoire cette idée de fidélité envers sa mère depuis sa naissance. Définitivement une très belle lecture

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sebastien-116 2019-11-03T18:13:08+01:00
Bronze

J'ai une mère Aussi et je la love yess c'est bon

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Edwige-17 2019-10-23T16:14:50+02:00
Diamant

C'est simple : j'ai adoré cet hymne à l'amour maternel

Afficher en entier
Commentaire ajouté par M1docam2018 2019-10-15T15:48:10+02:00
Diamant

Comment la tendresse d'un fils nous fait voir la passion dévorante de sa mère envahissante dévorante mais portante et meilleur supporter de son bien aimé fils unique. Comment il lui échappe et toutes ses aventures...

Afficher en entier

Date de sortie

La Promesse de l'aube

  • France : 2014-04-25 - Poche (Français)

Activité récente

coula le place en liste or
2020-02-10T13:18:21+01:00

Distinctions de ce livre

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Quiz terminés récemment

Les chiffres

Lecteurs 1071
Commentaires 141
Extraits 115
Evaluations 258
Note globale 7 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode