Livres
392 534
Comms
1 376 907
Membres
284 465

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- Il n'est pas mort, petite, il est juste devenu gaga et c'est très bien. Se changer en poireau représente pour lui une évolution inespérée !

Afficher en entier

[ Page60-61 ]

- Pas de soucis, Bjorn. Pas de soucis ! Répondit Salim qui avait du mal à se calmer. Tu es si laid que, barbu ou pas, balafré ou non, les filles de la citadelle feront des cauchemars pendant des siècles.

- Tu es jaloux, riposta le chevalier, voilà tout !

Maniel qui assistait à l'affrontement en souriant, assis dans un fauteuil, les pieds sur une table basse, intervint.

- Je te préfèrerais barbu, déclara-t-il.

- Tu crois ? s'étonna Bjorn.

- Bien sûr ! Les vilaines choses, moins on les vois, mieux on se porte.

Bjorn, vexé, tourna le dos à ses amis.

Afficher en entier

Camille se tenait près de Salim.

Elle appréciait à leur juste valeur les compliments de l'Empereur. En revanche, l'attitude de son ami l'inquiétait. Elle savait qu'arrivé à ce point du discours, il devait avoir beaucoup de mal à se taire. Elle lui jeta un rapide coup d'oeil et se mordit les lèvres. Une petite flamme familière dansait dans ses yeux, annonciatrice d'une prise de parole intempestive, et certainement outrageante. Il fallait le contraindre au silence.

Alors que Sil'Afian dressait un tableau héroïque de leurs exploits, elle aplatit sauvagement les orteils de Salim, tout en lui faisant les gros yeux.

Hélas, Ellana, qui le surveillait aussi, était arrivée à une conclusion similaire et, au même instant, lui écrasa l'autre pied. Le garçon aurait réussi à faire bonne figure si, derrière lui, Bjorn et Maniel, sans se concerter, n'avaient pincé son cou tandis que maître Duom se retournait à moitié pour lui planter un index agressif dans l'estomac.

- ... succès est dû à l'entente parfaite qui à soudé tous les membres de votre groupe dans...

Salim poussa soudain un effroyable cri de douleur et bondit au plafond, en essayant simultanément d'attraper ses deux pieds, de se masser le cou et de se protéger le ventre.

- ... une merveilleuse amitié ! conclut l'Empereur.

Afficher en entier

- Que vous est-il arrivé ? s'inquiéta-t-elle.

Les deux colosses échangèrent un regard.

- Il y a eu un peu d'agitation sur le bacon tout à l'heure... expliqua Bjorn.

- On nous avait confisqué nos armes, poursuit Ellana,

Spoiler(cliquez pour révéler)
mais nous n'allions pas assister à ta mort sans rien tenter !
Bon nombre de Frontaliers vont se réveiller avec un sacré mal de crâne !

- Quelle folie ! s'exclama Camille. Vous allez vous retrouver avec un tas de duels sur les bras !

- Ça m'étonnerait, rétorqua Maniel. Ou alors les volontaires devront d'abord affronter Edwin. C'est tout de même lui qui a cogné le plus fort...

Afficher en entier

« - Tu m’expliques à quoi je sers maintenant ?

- À m’attendre ! Avec tes deux amies : Patience et Bonne Humeur ! »

[La quête d’Ewilan, L’île du destin, p.90]

Afficher en entier

Un homme se mesure au poids de ses actes, pas à la longueur de ses phrases.

Afficher en entier

Le pouvoir qu'offre d'Art du Dessin est limité. L'amour, lui, est infini.

Afficher en entier

— Mais je t’ai dit que c’était impossible ! hoqueta l’analyste.

— Chez moi, répliqua Mathieu gentiment ironique, il y a une histoire qui commence ainsi : « Ils ignoraient que c’était impossible, alors ils l’ont fait. » Super, non ?

Afficher en entier

"

Bon, intervint Camille. par quoi commence-t-on ? Nous allons chez Mathieu ?

Il n'y eut pas de réponse et elle planta les mains sur ses hanches.

- Je vous signale que je suis la plus jeune, les fustigea-t-elle. Vous pourriez faire un effort et ne pas me laisser prendre seule toutes les décisions. vous ressemblez à deux moutons !

- Ne t'inquiètes pas, Bjorn, persifla Salim. Ca la prend régulièrement, mais elle fait des progrès. Il n'y a pas longtemps, elle me traitait de mollusque. Me voilà devenu mouton. Peut-être un jour aurai-je le droit d'être traité comme un humain ! Dis-moi ma vieille, poursuivit-il à l'intention de Camille, ça changerait quoi qu'on te donne notre avis ? Tu ne tiens jamais compte de ce qu'on te propose ! Suppose que je te conseille d'attendre demain pour rendre visite à ton frère. Quelle serait ta réaction ?

- Je t'écouterai jusqu'au bout, lança-t-elle d'une voix tranquille, et je te dirais que ton idée est stupide. Nous y allons tout de suite. En route !

Bjorn la regardait, sidéré, et Salim hocha la tête.

- Surprenante, non ?

"

Afficher en entier

Elle fit un geste de la main et une flèche apparut à moins de cinq mètres de la poitrine d'Edwin. Elle filait à une vitesse hallucinante, mais Ellana fut plus rapide que le trait meurtrier. Elle bondit si vite que son geste parut presque flou aux yeux de Camille(Ewilan).

Elle réussit à se placer devant Edwin, et eut un hoquet lorsque la flèche s'enfonça dans sa poitrine. Sous l'impact, elle fut projetée en arrière et bascula dans les bras du maitre d'armes, qui la retint le plus délicatement possible avant de l'alongersur le sol. Le rired'Eléa Ril'Morienval retentit, sauvage et méprisant.

-J'avais un compte à régler avec toi, Frontalier...

mais le hasard arrange bien les choses. Je suis sûr que tu souffre davanrage que si tu avais reçu toi même cette flèche!

Edwin ne l'écoutait pas. Ilétait penché sue Ellana qui respirait avec difficulté. Elleavait les traits tirés par la douleur, une écume rosée pointait aux coins de ses lèvre.

................

Nul autre n'entendit ce qu'elle lui confia, mais lorsqu'ilseredressa, son regard brillait.

-Moi aussi, énonça-t-il simplement

Afficher en entier