Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...

Extrait de La rédemption de Marco - Lynda Chance

Ajouté par Tiziana

<< Voir tous les extraits
Par Tiziana le 14-08-2018 Editer
La rédemption de Marco
Au milieu de l’abondante circulation qui sévissait en cette heure de pointe, Marco Donati écrasa sa pédale de frein et entendit un crissement de pneus accompagné d’un bruit d’entrechoc métallique ; exactement au même instant, il ressentit une violente secousse venant de l’arrière de sa voiture. Il soupira en se dirigeant vers la bande d’arrêt d’urgence du périphérique et attendit que la voiture qui l’avait embouti fasse de même.
Marmonnant quelques jurons pour le retard et l’emmerdement que cela allait lui causer, il jeta un œil dans son rétroviseur et vit la petite voiture s’insérer sur la bande d’arrêt d’urgence puis s’arrêter derrière lui.
Il ne pensait pas que l’impact avait été suffisamment important pour que l’autre conducteur soit blessé, mais il sortit tout de même de sa voiture pour s’en assurer.
Il en profita pour inspecter brièvement le pare-chocs mutilé de son Audi A8 flambant neuve qui était, il y a encore quelques minutes de cela, totalement immaculée. La grosse trace de peinture
verte fluorescente qui souillait désormais le noir nacré brillant était une véritable insulte aux lignes élégantes de sa voiture.
Tandis qu’il s’approchait du côté conducteur de la vieille berline, Marco ne vit qu’une seule personne à son bord, une jeune femme, et avec un geste de la main exagéré, il lui fit signe de descendre sa vitre.
La conductrice s’exécuta et Marco remarqua qu’elle était encore blanche de peur. Il ne pouvait pas voir ses yeux, ces derniers étaient cachés par d’énormes lunettes de soleil qui dominaient
pratiquement l’intégralité de son petit visage.
Il n’avait vraiment pas le temps pour ces conneries.
« Est-ce que ça va ? » demanda-t-il.
La jeune fille semblait quelque peu tremblante, mais pas blessée.
- Oui. Vous ne m’avez pas blessée.
— Je ne vous ai pas blessée ? Vous m’avez complètement embouti, répliqua-t-il sèchement.
— Vous avez freiné trop brusquement !
— Non mais vous plaisantez ? Nous sommes sur le périphérique, et en pleine heure de pointe. Réveillez-vous !
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.