Livres
472 812
Membres
445 843

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Rivière du Temps



Description ajoutée par Gkone 2013-05-17T08:20:36+02:00

Résumé

Un homme en 2013. Une femme en 1815.

Et la Guilde, une société secrète dont les membres voyagent dans le temps. Le livre « Vous êtes désormais membre de la Guilde. À jamais. » Voici ce que Lord Nicholas Falcott entend à son réveil dans un lit d’hôpital, quelque part à Londres de nos jours… deux cents ans après avoir été laissé pour mort sur un champ de bataille napoléonien. La Guilde, une entité qui contrôle le voyage dans le temps, lui assure une vie de privilégié dans notre monde actuel. Mais Nicholas n’a pas oublié le passé, surtout une certaine jeune fille aux yeux bruns restée là-bas. Et le jour où la Guilde lui demande de transgresser la règle – ne jamais retourner d’où l’on vient –, au mépris de tous les dangers, et de repartir en 1815 pour retrouver un mystérieux talisman, Nicholas n’hésite pas…

Afficher en entier

Classement en biblio - 41 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par feedesneige 2016-01-05T20:17:14+01:00

1

C’était arrivé dix ans auparavant. Et également deux siècles plus tôt. Le cheval de Lord Nicholas Falcott s’écroula sous lui, frappé d’une balle. Il dégagea ses pieds des étriers alors que l’animal s’effondrait lourdement, roula sur le côté, indemne, et leva les yeux sur sa gauche. Jem Jemison était aux prises avec un robuste fantassin français. Jemison croisa son regard et Nick comprit qu’il était en danger à la lueur dans ses yeux noirs. Nick commença à se relever, et c’est alors qu’il vit le cheval noir qui se cabrait juste derrière lui, le dragon français juché dessus, sabre au clair. Ce n’était pas Jem qui était en danger, songea Nick en voyant les sabots dressés au-dessus de lui.

Alors qu’un instant plus tôt il voyait la mort en face, à présent, une lumière aveuglante fondait sur lui à une vitesse inconcevable. Puis il fut pris dans le grondement d’un millier de fournaises alors qu’elle s’abattait sur lui.

Quand il ouvrit les yeux, l’atroce lumière blanche continuait de l’aveugler. Mais au lieu de se précipiter sur lui, elle semblait encastrée dans le plafond d’une pièce blanche et vide. Elle lui faisait mal aux yeux – au crâne. Il poussa un gémissement. C’était donc cela la mort.

– Nicholas Falcott ?

Il tourna lentement la tête. Un vieil homme était assis auprès de son lit.

– Où suis-je donc ?

– Vous êtes à Londres. (L’homme avait un léger accent et portait des sortes de lunettes d’une taille démesurée, mais étrangement délicates.) Vous êtes aux mains de la Guilde. Nous sommes en 2003.

Nick éclata de rire et grimaça de douleur. Cela avait été une mauvaise idée.

– Très amusant, chuchota-t-il. 2003.

– Ce n’est hélas pas une plaisanterie.

Nick ferma les yeux devant la violente lumière.

– Si nous sommes en 2003, où sont ma mère, mes sœurs ?

– Ainsi que vous devez bien l’imaginer.

Nick garda les yeux fermés. Il devait être mort. Mais il se sentait en vie. Peut-être l’était-il, mais prisonnier d’un cauchemar fiévreux et blême. Comme ce rêve était cruel de se moquer de lui ainsi, alors que la guerre était déjà assez sinistre.

Quand il rouvrit les yeux, le vieil homme était toujours là à le regarder avec compassion. Nick dut se ressaisir. Même en rêve, il refusait cette mièvrerie.

– Alors, dit-il en essayant d’avoir le ton d’un soldat et d’un gentilhomme, plein de calme et d’assurance devant l’adversité. En 2003, elles sont mortes. Mais elles ne sont pas mortes en 1812. Elles ont besoin de moi. Comment retourné-je là-bas ?

Le vieil homme fit une moue dubitative et l’observa par-dessus ses lunettes.

– Il n’y a pas moyen de repartir.

– Si je suis arrivé à cette époque, il est évident que je peux repartir.

– Je crains que non. Il n’est possible que d’aller vers l’avenir. Jamais vers le passé.

– Je le ferai.

– Vous ne pourrez pas. (Le vieil homme écarta les bras comme un aubergiste qui s’excuse de ne plus rien avoir en cuisine.) Je suis navré, mais personne ne retourne en arrière. C’est impossible.

– Je ne suis pas personne.

Nick voulut rajuster ses manchettes, un geste qui n’avait jamais manqué d’intimider ses interlocuteurs, mais il s’aperçut qu’il ne portait presque rien.

– Je crains vraiment qu’en l’occurrence, vous ne soyez effectivement personne. Même s’il était physiquement possible de repartir, ce qui ne l’est pas, la Guilde a des règles auxquelles vous devez obéir.

– Quel droit a cette Guilde sur moi ? Je suis un Falcott, pas un négociant.

– Veuillez m’écouter.

L’homme se pencha en avant, les coudes sur les cuisses, les mains entre les genoux. Derrière ses monstrueuses lunettes, Nick vit ses grands yeux bruns et graves comme ceux d’un vieux cheval de labour.

– Je sais que c’est difficile à comprendre, mais veuillez être attentif.

– Qui est le roi, à votre époque ? Je dois lui parler sur-le-champ.

– Jeune homme ! Vous allez m’écouter ! (Nick haussa les sourcils, mais resta coi. Le vieil homme se renfonça dans le fauteuil et prit une profonde inspiration.) Merci. Alors. Vous êtes en l’année 2003. Cela fait presque deux siècles que vous êtes mort en Espagne. Vous n’avez laissé aucun héritier. Vous comprendrez donc bien que le marquisat de Falcott est éteint depuis cette époque.

Le marquisat. Il avait été transmis de père en fils depuis que Lord Clancy Falcott avait expulsé les religieuses et rasé le couvent qui se dressait au bord de la Culm. Pour la peine, il avait été fait marquis Falcott par Henry VIII. Nick avait vu une religieuse pour la première fois en arrivant en Espagne, puis à Badajoz… Il ferma les yeux. Ce rêve de mort était assez déplaisant comme cela. Il ne voulait pas en rajouter en horreur en pensant à Badajoz. Pourtant, quelle belle ironie pour le marquisat de mourir là-bas, en défendant ces pitoyables femmes. Au lieu de quoi, Nick et son titre avaient erré à travers l’Espagne pendant quelques autres semaines sous la chaleur, tout cela pour mourir l’un et l’autre dans la poussière, sous les yeux noirs de Jem Jemison. Le vieil homme se racla la gorge.

– Je suis mort, dit Nick.

– Vous ne l’êtes pas, dit l’homme. Vous ne rêvez pas non plus. Le marquisat est éteint. Falcott House est désormais une propriété du National Trust. Et le roi est une reine.

– Une propriété du National Trust ? Qu’est-ce donc que cela ?

– Cela signifie, en gros, que votre ancienne propriété est bien entretenue. Par un organisme d’État.

– Mon ancienne propriété, souffla Nick.

– Oui. Je sais que c’est un choc, mais j’ai malheureusement d’autres nouvelles que vous risquez d’avoir encore plus de mal à encaisser. C’est une règle cruelle, mais la Guilde exige que vous quittiez votre pays de naissance et n’y reveniez jamais. Jusqu’à votre dernier jour.

À ce moment-là, le rêve devint vraiment affreux. Nick eut l’impression d’avoir le crâne fendu en deux, sa vision se voila et la pièce lui parut remplie de gens. Il entendit sa propre voix, mais il ne sut pas s’il parlait. Puis quelque chose lui piqua le bras et le rêve fut emporté dans un bienheureux néant.

Quand il se réveilla, il ne souffrait plus. Mais il était encore dans cette pièce trop blanche et lumineuse et le vieil homme était encore assis à son chevet. Il portait une tenue différente, une sorte de maillot orange vif où s’étalait en grosses lettres noires le mot GAP. Nick en resta perplexe, puis il regarda le visage de l’homme.

– Encore vous ? N’ai-je pas le droit de faire un autre rêve ?

– Bonjour.

– J’imagine que nous sommes encore en l’an 2000.

– 2003.

Dix minutes plus tard, Nick avait tempêté, tambouriné sur la porte obstinément close, contemplé par la fenêtre, médusé, l’agitation de véhicules sans chevaux dans les rues quinze (quinze !) étages plus bas et la vaste étendue méconnaissable qu’était apparemment Londres. D’après l’emplacement d’une cathédrale St. Paul’s étonnamment blanche et de quelques – rares – clochers, il devina qu’il était quelque part dans Southwark, le pire endroit qu’on pût imaginer.

– Où est l’abbaye ?

– Elle est toujours là. Vous ne la voyez pas à cause des nouvelles constructions.

– Mais je suis à Londres, dit Nick en quittant la fenêtre. Le Londres de l’avenir.

– Oui.

– Je croyais que vous aviez dit que je ne pourrais jamais revenir en arrière. Dans le temps ou en Angleterre. Pourquoi suis-je ici ?

– Je suis heureux d’entendre enfin une question rationnelle dans votre bouche. Vous êtes à Londres parce que nous sommes dans l’hôpital européen de la Guilde. Vous y resterez jusqu’à ce que votre traumatisme crânien soit guéri. Mais ensuite, oui, vous devrez partir. Pour toujours.

Il regarda Nick avec une certaine circonspection.

– Quand je serai guéri, vous me mettrez sur un navire et m’expédierez ? Où les vents me porteront ? En exil ?

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par berlioz2312 2016-10-22T18:01:45+02:00
Or

Un très bon livre sur les voyages dans le temps qui rappelle les thèmes abordés par Déborah Harkness, les personnages sont très bien construits. La fin engage le lecteur vers une suite qui n'est malheureusement pas d'actualité.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Atzue 2016-03-15T16:11:56+01:00
Lu aussi

Un livre qui a du mal à démarrer et qui se termine un peu à l'arrache.

Dommage car le thème est bon et l'histoire en elle-même, très appréciable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par letty85 2015-06-14T15:03:19+02:00
Bronze

Un livre vraiment passionnant, le suspense nous tient en haleine jusqu'aux ultimes pages à l'aide d'une écriture plaisamment fluide, l'intrigue est très bien construite et les personnages tous intéressants. Le seul bémol c'est cette fin ouverte qui m'a laissé sur des charbons ardents tant j'ai trouvé le récit captivant. C'est donc avec grande impatience que j'attends la suite qui est apparemment en cours d'écriture^^ A lire !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ProseCafe 2014-09-28T20:23:09+02:00
Argent

On apprend de Bee Ridgway a un doctorat en Littérature. D’accord ! Il est alors excellent non ?

Je vous vois venir, le Yannick va allumer le livre. Et bien … un petit oui et un gros non.

Je vais commencer par ce que j’ai aimé.

Je me suis immergé très vite dans l’histoire, très bien écrite, originale. Le rythme est assez soutenu pour nous tenir mais pas trop pour ne pas décrocher. Les personnages sont bien étudiés. Une belle aventure avec une belle histoire d’amour (qui finit bien … Zut fallait pas le dire), tout ce qu’il faut pour un beau roman.

Ce que je n’ai pas aimé (en fait ce n’est pas moi mais la personne qui me l’a conseillé).

Il faut gérer les bonds dans le temps, dans le même chapitre vous pouvez être en 2013 et en 1815, jusqu’au moment où Lord Nicholas Falcott y retourne.

Personnellement, ça ne m’a pas gêné, mais je pense qu’il fallait en parler au cas où vous n’aimiez pas ce genre d’écriture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par anam 2014-03-08T22:44:06+01:00
Bronze

Les voyages dans le temps, ce n'est pas un thème nouveau dans les romans. Cependant, je n'avais encore jamais lu d'histoire ou le temps devient un mystère si complexe et le coeur d'une intrigue comme dans La rivière du temps. Des liens que l'on n'aurait pas soupçonnés se dévoilent tout au long du roman. J'espère qu'un prochain tome nous ferra voyager dans une autre époque que le 19e siècle.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MARQUISE66 2014-02-08T22:45:31+01:00
Or

Un merveilleux voyage à des époques différentes simplement superbe un vrai plaisir ...

Aventure!

Intrigues!

Belle qualité d'écriture..

En fond un beau voyage dans le temps avec une belle histoire d'amour bien évidement ;-)...

A suivre....

Marquise66

Afficher en entier
Commentaire ajouté par missdystopie 2013-11-21T19:12:58+01:00
Or

Un très bon livre !!! L'intrigue est très bien ficelée, l'histoire de la Guilde est passionnante et tous les mystères autour des voyages dans le temps m'ont beaucoup plu !

Le couple Nicholas/Julia est très touchant, et j'ai adoré le fait que l'histoire se passe dans un monde où on peut voyager dans le temps.

Je ne m'y attendais pas du tout, mais apparemment, vu comment se finit l'histoire, il y aura une suite ! Génial :D

Afficher en entier

Date de sortie

La Rivière du Temps

  • France : 2013-09-18 (Français)

Activité récente

Euskia le place en liste or
2016-03-06T13:25:18+01:00

Titres alternatifs

  • The River of No Return - Anglais

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 41
Commentaires 8
Extraits 2
Evaluations 14
Note globale 7.57 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode