Livres
463 912
Membres
423 657

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Parfois, c'était à se demander si les femmes n'appartenaient pas à une guilde. Un faux pas avec l'une d'elles, et les dix suivantes qu'on rencontrait étaient au courant et ne cachaient pas leur désapprobation."

Afficher en entier

Conduire les Éclaireurs à la victoire, le premier pas vers le Retour tant attendu, vaudrait à Suroth d’être couverte d’honneurs. Qui sait ? elle pouvait même être adoptée dans la famille de l’Impératrice. Un privilège, certes, mais pas sans complications… Et si elle capturait en plus ce Dragon, qu’il soit faux ou authentique, offrant à l’Impératrice le moyen de contrôler un fantastique pouvoir…

Si je fais prisonnier cet homme, le livrerai-je à l’Impératrice ? Toute la question est là…

Sans y penser, Suroth recommença à pianoter sur la balustrade.

Afficher en entier

Décontenancé, Rand regarda autour de lui. À environ une demi-lieue devant la colonne se dressait un amas de buttes rocheuses aux parois abruptes – ou peut-être une seule masse de pierre divisée par des fissures. Sur sa gauche, en direction des hauts pics qu’on apercevait dans le lointain, s’étendait une plaine très accidentée hérissée de flèches de pierre. De l’herbe poussait çà et là entre des buissons d’épineux et des arbres ratatinés. Sur sa droite, le paysage était identique, même si le sol semblait plus plat, et les montagnes un peu moins lointaines.

Depuis le départ du mont Chaendaer, ce décor se déroulait inlassablement devant les yeux des voyageurs, qui finissaient d’ailleurs par ne plus le voir, à force de monotonie.

Afficher en entier

Il oublia Aram dès que Marin posa devant lui une assiette de tranches de filet d’oie rôti accompagnées de navets, de haricots et d’une belle miche de pain encore toute chaude et croustillante. Alors qu’il allait s’attaquer à son repas, Faile lui noua une serviette brodée de fleurs autour du cou, le délesta de son couteau et de sa fourchette et entreprit de le nourrir comme un bébé. Voyant qu’elle trouvait amusant de les imiter, Bode et Eldrin gloussèrent bêtement à l’intention de Perrin tandis que Natti et Marin s’autorisaient un discret sourire.

Afficher en entier

Un cercle de chariots fut bientôt en vue un peu au sud de la trajectoire que suivaient Perrin et ses compagnons. En approchant, le jeune homme constata qu’il s’agissait en fait de roulottes – de vraies petites maisons sur roues peintes en rouge vif, en bleu ciel, en vert pomme ou en jaune canari. La musique venait de ce camp de Zingari installé autour d’un petit bosquet de chênes. Les Gens de la Route… Perrin avait entendu dire qu’il y en avait à Deux-Rivières, mais c’était la première fois qu’il en voyait.

Afficher en entier

Des Matriarches et des Régentes des Vents… Il y avait parmi elles des femmes capables de canaliser, mais aucune n’avait prononcé les Trois Serments. Se lier ainsi, par l’intermédiaire du Bâton des Serments, était censé inciter les gens à se fier aux Aes Sedai, ou au moins à ne pas redouter leur pouvoir. Mais les sœurs étaient encore souvent contraintes de dissimuler leur véritable identité. Les Matriarches – et les Régentes aussi, Egwene l’aurait parié – occupaient des places enviables dans leur société. Sans avoir besoin pour ça de se lier à quoi que ce fût. Une réalité à méditer.

Afficher en entier

Dain Bornhald se redressa sur sa selle tandis que les cent cavaliers qu’il avait emmenés en patrouille approchaient de Colline de la Garde. Enfin, moins de cent, désormais. Onze chevaux portaient en travers de leur selle un cadavre enveloppé dans une couverture, et vingt-trois Fils soignaient leurs blessures comme ils le pouvaient. L’embuscade des Trollocs, très bien montée, aurait pu réussir contre des guerriers moins bien entraînés et moins endurcis que les Fils. Ça n’avait pas été le cas, mais c’était la troisième patrouille attaquée ainsi. Un assaut massif, pas une escarmouche due au hasard. Et une manœuvre planifiée très éloignée des tueries auxquelles s’adonnaient d’habitude les monstres. De plus, chaque fois, il s’était agi d’une patrouille qu’il commandait. En d’autres termes, les Trollocs évitaient les autres, un comportement qui suscitait des questions dérangeantes. Et jusque-là, les réponses trouvées par Bornhald ne l’avançaient à rien.

Afficher en entier

L’obscurité qui régnait sur les Chemins réduisait la lumière de la lanterne à un chiche cercle de clarté entourant Perrin et Gaul. Les craquements de la selle du jeune homme et le bruit des sabots de son étalon et du cheval de bât semblaient ne pas dépasser cette étrange frontière lumineuse mobile.

Aucun parfum ne flottait dans l’air. Le vide, toujours…

Sans jamais quitter du regard la lueur des lanternes du groupe de Loial, loin devant, l’Aiel marchait à côté de Trotteur d’un pas souple et délié.

Le groupe de Loial ? Eh bien, pour des raisons qui le regardaient, Perrin refusait de l’appeler « groupe de Faile »…

Malgré leur sinistre réputation, les Chemins ne semblaient pas perturber Gaul outre mesure. Perrin, en revanche, tendait l’oreille en permanence depuis deux jours – ou ce qui passait pour tel dans ce nid de ténèbres. En de telles conditions, les sons semblaient en effet les plus aptes à prévenir les voyageurs qu’ils allaient tous mourir – ou connaître un sort plus atroce encore.

Afficher en entier

Le petit caillou que Mat suçait ne lui fournissait plus d’humidité, et ça durait depuis un bon moment. Se décidant à le cracher, le jeune homme s’accroupit à côté de Rand et observa comme lui la muraille grise tourbillonnante qui se dressait une trentaine de pas devant eux. Du brouillard… Avec un peu de chance, il ferait moins chaud à l’intérieur de cette purée de pois qu’à l’extérieur. Et un peu d’eau ne serait pas superflue. Sentant que ses lèvres se gerçaient, Mat défit le foulard noué autour de son front et se tamponna le visage, mais le tissu n’était plus mouillé, faute de sueur. Comme si toute humidité avait déjà déserté son corps…

Mat rêvait aussi d’un endroit où s’asseoir. Dans ses bottes, ses pieds lui donnaient l’impression d’être des saucisses grillées à point. À dire vrai, il se sentait tout entier comme un morceau de viande rôti.

Afficher en entier

Comment pouvaient-ils manifester tant de méfiance à Moiraine et suivre aveuglément Rand ? Pour le savoir, il aurait fallu avoir à leur sujet davantage que des bribes d’informations. Mais ils répondaient surtout aux questions qui n’avaient aucun intérêt pour Moiraine. Ses informateurs ne recueillaient rien et elle n’avait pas obtenu plus de résultats par elle-même. Pour ne rien arranger, son réseau d’espions avait baissé les bras. Une réaction normale depuis qu’on avait retrouvé une femme, ligotée et bâillonnée, pendue par les pieds aux créneaux, avec une vue imprenable sur un à-pic de quelque quatre cents pieds. Il y avait eu aussi l’étrange disparition d’un homme, certes, mais ce n’était rien comparé à l’effet dissuasif qu’avait eu la « miraculée », qui refusait obstinément de quitter le rez-de-chaussée. Pour la neutraliser, Moiraine l’avait envoyée en mission en rase campagne…

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode