Livres
550 796
Membres
591 837

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Il n'y aura ni bonbons, ni sort pour Inès. Et surtout pas de gladiateur. Ce soir, c'est la fête de la mort.

Et la mort, c'est moi.

Afficher en entier

— Je te ferais hurler parce que je ne supporte pas le silence. Je te ferais jouir, encore et encore, rien que pour l'orgueil de savoir que tu ne m'oublieras jamais. Je m'immiscerais dans ton corps, le plus loin possible sous ta peau, pour te faire mal, très mal quand je m'en irais, et te laisserais une cicatrice. Et je ne reviendrais pas. Jamais. Parce que je ne suis pas gentil.

Afficher en entier

— Je pourrais te baiser, là, maintenant, tout de suite, devant tout le monde. T'arracher tes vêtements et t'ouvrir les cuisses pour m'y glisser, sans avoir besoin de t'aimer ou d'exaucer ton vœu pieu de fidélité. Parce que tu n'es rien d'autre pour moi qu'une nouvelle forme de punition. Et la seule chose qui m'importe dans la douleur que je te réserve, c'est le plaisir de ma chair enfoncée dans la tienne, même s'il est éphémère, parce qu'il n'y a que dans le sexe d'une femme que je me sens connecté à ce monde.

Afficher en entier

Voilà pourquoi je ne peux pas m'approcher d'Inès. (...) Je lui mordrais les seins jusqu'à la faire hurler. Je lui tordrais les mains dans le dos, lui écraserais la tête sur l'oreiller et lui relèverais la croupe pour la prendre par derrière. Je la pilonnerais jusqu'à l'apogée de de mon plaisir dans l'explosion douloureusement libératrice de la jouissance. Et je recommencerais, encore et encore, jusqu'à ce qu'elle ne soit plus capable de marcher.

Afficher en entier

Je suis à la fois mon plus grand bonheur et mon plus terrible malheur. Mon bonheur aime mon malheur et c'est un amour réciproque. Presque languissant. Assurément destructeur. Parfois l'un des deux se met à somnoler, sans jamais s'endormir tout à fait, mais ils veillent l'un sur l'autre et, quoi qu'il m'arrive, ils sont toujours là, à me tirer d'un côté puis de l'autre, à me faire descendre très bas avant de me faire monter trop haut. Et je ne peux pas lutter contre eux, puisqu'ils sont moi et que je suis l'instrument de ma propre descente aux enfers.

Afficher en entier

-Je suis fatiguée d’attendre que tu me prennes ou que tu me laisses tomber ! C’est épuisant. Si tu es mon ami, reste-le. Si tu es autre chose, assume-le. Mais n’insulte plus mon intelligence. Tu n’en as pas le droit ! C’est la seule chose qui me rende fière de moi.

Afficher en entier

— Pourquoi te sens-tu forcée d’aller trop vite ? De griller toutes les étapes ?

Un regard accusateur se lève sur moi, et la chose précieuse qui est née entre nous dans le noir meurt à la lumière de cette révélation.

— Parce que tu ne m’attends pas. 

Afficher en entier

La terre tremble. Mon univers s’effondre. À chaque souffle qu’il me vole, je respire à nouveau. À chaque baiser qu’il me donne, je tombe en ruines. Qu’il me frappe avec une rose, et je mourrais dès le premier coup.

Afficher en entier

Pas de baiser pour la princesse. Son prince charmant n’a toujours été qu’une espèce de vilain crapaud...

Des larmes brûlantes et amères s’amoncellent sous mes paupières. Plus que le mal de mer, j’ai le vague à l’âme. Je pose ma tête sur la table pour lutter contre les vertiges qui m’assaillent. La mélancolie se transforme en affliction, et l’affliction soulève un nuage de souvenirs poussiéreux dans l’espace nébuleux de ma mémoire eidétique. Parfois, se souvenir de tout est une véritable torture... 

Afficher en entier

Bien sûr que j’ai besoin d’être aimée. Comme tout le monde ! Je ne suis pas un robot, je ne suis pas une machine ! J’ai un cœur. Il est peut-être vide et il me fait mal, mais il est là, dans ma poitrine, à battre la chamade.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode