Livres
458 435
Membres
411 722

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Saga des Bedwyn, Tome 0.5 : Une nuit pour s'aimer



Description ajoutée par Underworld 2017-01-31T18:52:57+01:00

Résumé

Neville Wyatt s'apprête à épouser sa cousine Lauren quand il se croit victime d'une hallucination : sur le parvis de l'église vient d'apparaître la silhouette fragile d'une femme en guenilles. Lily. Neville l'a épousée au Portugal dix-huit mois plus tôt, juste avant qu'elle soit tuée sous ses yeux. Aujourd'hui, il la retrouve bien vivante ; la même et pourtant une autre, meurtrie par la violence des hommes et la déchéance. Ici, à Londres, le gouffre qui les sépare n'a jamais été plus grand. Lily est roturière, illettrée. Tandis que lui est devenu le nouveau comte de Kilbourne. Et pourtant, il l'aime toujours...

Afficher en entier

Classement en biblio - 137 lecteurs

Extrait

Ensuite, ils n'eurent plus l'occasion de parler en privé pendant un long moment. Le souper avait été servi, l'orchestre avait commencé à jouer, la conversation était devenue générale.

Lorsque l'on se mit à danser, Neville invita Elizabeth, puis Mrs Harris. Mais la troisième danse était une valse : le temps des politesses mondaines s'achevait pour céder la place à celui du romantisme.

— Vous ne pouvez pas savoir combien j'ai rêvé de danser la valse, lui avoua Lily en posant une main sur son épaule et en glissant l'autre dans la sienne, au moment où les musiciens jouaient les premières notes. Peut-être parce que j'ai cru que cela n'arriverait jamais.

— Avec moi, Lily ? murmura-t-il. Avez-vous rêvé de valser avec moi ?

— Oui. Avec vous.

Après cela, il n'essaya plus de bavarder. Il y avait un temps pour les mots et un autre où il fallait se contenter de ressentir. L'air était frais. La lune et les étoiles brillaient au-dessus d'eux. À Vauxhall, la nature était en parfaite harmonie avec la beauté artificielle de la musique de l'orchestre et des couleurs des lampions qui se balançaient doucement dans les arbres.

Et puis il y avait la femme qu'il tenait dans ses bras, petite, bien proportionnée, délicate, qui lui sourit en le regardant dans les yeux tout le temps que dura la valse, sans fausse pudeur, sans indifférence feinte.

— Alors ? lui demanda-t-il juste avant que la valse s'achève. Est-ce une danse aussi scandaleuse que cela, Lily?

— Oh, répondit-elle, plus scandaleuse encore. Il rit doucement et elle se joignit à lui.

— Faisons quelques pas, voulez-vous ? Elle hocha la tête.

— Il faut que nous emmenions tous les autres avec nous, précisa-t-il. Mais, avec un peu d'ingéniosité, Lily, je crois que nous parviendrons vite à leur fausser compagnie.

Elle n'émit aucune objection.

Elle ne s'était pas trompée. Vraiment pas. Il l'avait épousée par sens du devoir. Il l'avait traitée avec gentillesse à son arrivée en Angleterre parce que c'était un homme bon. Il lui avait fait l'amour parce qu'il tirait le meilleur parti de toutes les situations. Il l'avait à nouveau demandée en mariage quand il avait découvert qu'ils n'étaient pas unis légalement parce qu'il s'y sentait contraint par l'honneur. Bien entendu, tout au long de leur histoire, il y avait aussi eu de l'amour. Il le lui avait dit et elle le croyait.

Mais, maintenant, c'était l'amour pur et simple. Il ne restait plus d'obligations. Elle l'avait libéré et, depuis, elle avait construit sa vie et appris des choses qui lui permettraient de trouver du travail et d'être indépendante.

S'il lui faisait la cour, désormais, c'était parce qu'il l'aimait.

Elle n'en avait plus l'ombre d'un doute. Et elle n'érigerait plus d'obstacles inutiles entre eux. Certes, elle ne serait jamais son égale aux yeux du monde ; elle savait en revanche que, désormais, elle était capable de vivre dans le milieu de Neville avec une certaine aisance, sans avoir honte. Songer à Newbury Abbey ne l'emplissait plus de désespoir.

Elle pouvait accepter une vie avec lui.

Alors, tandis qu'ils se promenaient dans une avenue bordée d'arbres dans lesquels étaient accrochés des lampions, avec le marquis et lady Selina, elle n'opposa aucune résistance aux manœuvres presque comiques des deux messieurs pour que les couples se trouvent séparés. Lady Selina ne protesta pas davantage.

— Vous voyez, Lily, dit Neville après qu'ils se furent engagés dans un chemin plus petit et plus tranquille, ces coins sont faits pour les amants.

— Oui, fit-elle. Comme c'est pratique !

— Et on a eu soin de les faire suffisamment étroits pour que les gens ne puissent y avancer qu'à la file ou en s'enlaçant.

— Nous ne pourrons pas parler si nous marchons l'un derrière l'autre, fit-elle valoir en souriant dans l'obscurité.

— Précisément.

Il posa donc un bras sur ses épaules pour l'attirer contre lui. Ne sachant que faire du sien, elle le passa autour de sa taille. Elle se rendit alors compte qu'il n'y avait rien de plus confortable que de poser la tête au creux de son épaule.

Malgré la musique de l'orchestre qui leur parvenait encore, les éclats de voix et les rires, elle avait l'étrange impression qu'ils étaient seuls au monde. C'était tout juste si, çà et là, une lanterne éclairait le chemin. Elle avait espéré du romantisme ? Eh bien Vauxhall Gardens en offrait en abondance.

Au bout d'un moment, inévitablement, ils ralentirent le pas avant de s'arrêter tout à fait. Il la fit pivoter et elle se retrouva confortablement adossée à un tronc d'arbre.

— Lily, dit-il en plaquant une main de chaque côté de sa tête sur l'écorce, ma chérie, il faut que vous me disiez non tout de suite si vous souhaitez que je n'aille pas plus loin.

Elle leva une main pour suivre du doigt la cicatrice qui lui barrait le visage.

— Je ne dis pas non, murmura-t-elle.

Il l'embrassa, alors, ne la touchant d'abord qu'avec sa bouche. C'était un baiser d'amour, songea-t-elle avant de poser les mains sur ses épaules puis de nouer les bras autour de son cou.

Ils ne pouvaient être animés par rien d'autre, ni lui ni elle. Rien que l'amour. Alors elle ouvrit les lèvres pour lui rendre son baiser, passionnément.

Il releva la tête en l'enlaçant et la fit se cambrer contre lui.

— C'était écrit, Lily, murmura-t-il tout contre ses lèvres. Depuis le commencement.

Elle ne lui demanda pas où il situait le commencement. A leur première rencontre ? Au moment où elle était entrée dans l'église de Newbury ? Au commencement du temps, à l'aube du monde ? Peut-être un peu de tout cela. Et il avait raison. C'était écrit.

Il lui baisa la bouche, les yeux, les tempes. Puis la joue, le menton. La gorge. Et la bouche, de nouveau, en lui chuchotant des mots tendres.

Bientôt, il ne fut plus question de romantisme. Elle sentait les lignes dures et familières de son corps contre le sien. Elle respirait son eau de Cologne et le parfum masculin de sa peau. Elle goûtait sur ses lèvres le vin qu'il avait bu un peu plus tôt. Elle entendit son souffle s'accélérer et sentit son désir dressé contre elle. Son corps à elle répondait aux signaux de celui de Neville, depuis qu'il avait commencé à l'embrasser. Le creux de son ventre et de ses cuisses palpitait douloureusement. Elle se serrait contre lui. Elle avait besoin d'être plus près, tout près. Oh, Neville... Elle le voulait. Elle le voulait ici. Maintenant.

Mais, soudain, il releva la tête et raidit les bras autour d'elle. Il semblait écouter quelque chose. Malgré l'obscurité, elle devinait qu'il fronçait les sourcils.

Lily ne sut jamais si elle avait elle-même entendu un bruit - un bruit autre que ceux de la fête. En tout cas, elle fut de nouveau envahie par une terrible frayeur quand il se détourna pour scruter les arbres de l'autre côté du chemin. Par la suite, elle ne fut même pas certaine d'avoir vu quelque chose. Eut-elle le temps d'apercevoir une silhouette vêtue d'une cape noire, qui pointait un pistolet ? Tout alla si vite...

Neville se retourna brusquement vers elle et la fit passer derrière l'arbre tout en se plaçant entre elle et le danger. Le bruit sembla venir après coup. La balle avait manqué Lily, songea-t-elle tandis qu'il la plaquait douloureusement contre l'arbre pour la protéger. Mais l'explosion résonnait encore à ses oreilles.

Elle suffoquait. Ce qui ne l'empêchait pas d'apprécier le rempart qu'il formait devant elle. Sans lui, elle aurait cédé à la terreur.

Elle l'entendait haleter et devinait qu'il cherchait à réprimer le bruit de sa respiration pour ne pas les trahir. Elle se rendait également compte qu'elle le gênait.

S'il n'avait pas dû la protéger, il aurait pu se lancer à la recherche de celui qui les avait attaqués au lieu d'attendre qu'il les trouve.

Elle eut l'impression qu'ils restaient ainsi, dans cette tension insoutenable, un temps infini. En réalité, cela n'avait sans doute duré qu'une minute ou deux. Et puis un bruit de rires se fit entendre et se rapprocha, de plus en plus. Quelqu'un arrivait, songea-t-elle en défaillant presque de soulagement. Plusieurs personnes.

Ils étaient quatre. Au moment où ils passaient à hauteur de leur arbre, Neville saisit fermement la main de Lily et l'entraîna sur le chemin. Ils le remontèrent derrière les deux couples qui étaient tellement grisés par le vin qu'ils ne semblèrent pas se rendre compte de leur présence.

— Je vous ramène à Elizabeth, annonça Neville en passant son bras autour de ses épaules tandis qu'ils arrivaient à l'avenue principale. Ensuite, j'irai chercher ce sal...

Il s'interrompit juste à temps. Il haletait étrangement.

Lily se tenait à sa taille de peur de tomber. Soudain, elle se rendit compte qu'elle touchait quelque chose de chaud, humide et poisseux.

— Vous êtes touché. Neville, s'exclama-t-elle en cédant à la panique, on vous a tiré dessus !

— Ce n'est rien, assura-t-il les dents serrées en pressant le pas.

Mais quand ils eurent rejoint la loge, il libéra Lily et la poussa à demi dans les bras d'une Elizabeth quelque peu étonnée.

— Prenez-la, ordonna Neville avec rudesse. Emmenez-la hors d'ici. Rentrez chez vous avec elle.

Sur quoi il s'écroula à leurs pieds.

Chapitre 22

Lorsque Neville revint à lui, il était allongé sur le ventre, sur un lit qui n'était pas le sien. Il avait les bras écartés et on lui tenait fermement les poignets. Il était torse nu. Et son épaule droite lui faisait un mal de tous les diables.

Il savait par expérience ce qui se passait.

— Diable !

C'était la voix de Joseph, qui lui tenait le bras droit comme dans un étau.

— Tu n'aurais pas pu dormir quelques minutes de plus, Nev ? maugréa son cousin. Tu aurais été mieux au pays des rêves.

— Tu n'es pas obligé de me tenir aussi fort, assura Neville. Je ne vais pas me débattre. Qui va me charcuter ?

— Le Dr Nightingale, mon médecin personnel, Neville, répondit Elizabeth d'une voix aussi calme et raisonnable que l'on pouvait s'y attendre, car elle n'était pas du genre à céder à l'hystérie. La balle est toujours dans votre épaule.

Et le Dr Nightingale avait déjà fait une tentative pour l'ôter. C'était ce qui l'avait fait revenir à lui, comprit Neville en se cramponnant au matelas. Il rouvrit les yeux. La tête tournée du côté gauche, il vit que c'était Lily qui lui tenait l'autre poignet.

— Sortez d'ici, lui ordonna-t-il.

— Non.

— Une femme doit l'obéissance à son mari.

— Vous n'êtes pas mon mari.

— Et vous allez me dire que vous avez vu bien pire sur les champs de bataille. Que cela ne vous fait rien du tout. Que je m'inquiète pour rien et que vous n'allez pas avoir de vapeurs.

— Oui, confirma-t-elle.

Le médecin, moins habile pour ce genre d'opération que les chirurgiens militaires, se remit au travail avec une douceur hésitante, qui ne fit que décupler et prolonger sa douleur. Neville garda les yeux rivés sur Lily jusqu'à ce qu'il croie que la souffrance allait avoir raison de lui ; alors il les ferma et serra les dents de toutes ses forces.

— Ah ! fit enfin le Dr Nightingale avec une note de satisfaction dans la voix.

— Ça y est ! fit Joseph, haletant d'avoir retenu son souffle. Elle est sortie, Nev.

— Et ni l'os ni les muscles n'ont été abîmés, je crois, ajouta le médecin. Nous allons vous réparer en un rien de temps, monsieur.

La douleur ne s'apaisa nullement. Elle le submergeait totalement. Il avait l'impression d'entrevoir la réalité de très loin, du fond de lui-même. Cependant, en rouvrant les yeux, il se rendit compte que la main de Lily se trouvait dans la sienne. Broyée dans la sienne. Un long moment, il fut incapable de desserrer les doigts. Peu à peu, enfin, il put se détendre et la libérer. Il nota avec un curieux détachement que les doigts de Lily étaient tout blancs et collés les uns contre les autres. Il lui sembla un instant qu'elle ne pouvait ni les bouger ni les séparer. C'était incroyable qu'il ne les lui ait pas brisés. Et elle n'avait pas dit un mot.

Elle se détourna un instant, puis il sentit un linge humide et frais sur son visage brûlant.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Une histoire belle et triste a la fois,

Un belle exemple sur la force de l amour et l écouté de l autre. Je ne m attendais pas a un si simple mais beau livre.je le recommande

Afficher en entier
Or

L'histoire est vraiment triste tout ce qu'à subit Lily et affreux je m'attendais pas à une histoire ou ont n'a envie de pleurer sur l'héroïne .

Afficher en entier
Or

J'ai adoré cette histoire d'amour que tout éloigne. Neville l'aime tellement et il se rend compte qu'elle n'est pas tout à fait heureuse. Il y a beaucoup de rebondissements et d'intrigues, de recherche de soi et d'accomplissements. Cette histoire est très belle et nous transporte bien haut.

Afficher en entier
Or

Waouh ! J’ai adoré cette tendre histoire originale, d’amour pleine d’embuche de rebondissement et de douceur ! Ça annonce une très belle série qui me tarde de lire ! Mon Dieu Lily est tout simplement adorable, limite on la voudrait pour amie ! Elle est si fraiche, si simple qu’il est normale que Neville en soit tombé amoureux !

Malgré tout, bien qu’on ne puisse qu’adorer Lily, on ressent quand même beaucoup de peine à l’égard de Lauren, la pauvre je n’aimerai pas être à sa place  !

Les personnages secondaires sont superbes non il y a pas à dire j’ai adoré.

J’adore cet auteur, j’ai été très émue ! Allez hop j’enchaîne la suite !

Afficher en entier
Diamant

Cette petite histoire aurait pu rester une toute petite histoire mais la plume de Mary Balogh apporte une véritable touche d’émotion, l’histoire est très prenante et je n’ai pas pu arrêter de lire, certains passages m’ont ému. J’ai simplement adroréééé. Mon coup de cœur.

Afficher en entier
Or

Lu dans le désordre par rapport au "Bel été de Lauren". Je pense que je l'ai d'autant plus apprécié. Franchement cette série est vraiment plus que très bonne. J'ai hâte de lire la suite. M. Balogh va devenir un de mes auteurs favoris.

Afficher en entier
Or

Le meilleur de la série !

J'ai adoré les deux personnages et j'ai trouvé l'intrigue passionnante.

Afficher en entier
Or

Une belle entrée en matière pour moi car j'ai envie de lire des histoires d'amour! Et là, cela commence fort, très fort! Un début très original puisqu'ici Neville et Lily s'aiment déjà d'une passion dévorante! Certes, leur amour est étouffé dans l'oeuf puisque dès le lendemain de leur union, Lily meurt devant Neville. Il est foudroyé, mais il va tenir sa parole et son rang en épousant comme convenu Lauren, sa cousine. Un mariage prévu depuis quasi sa naissance. Personne n'a connaissance de son mariage avec Lily. Jusqu'au moment où Lauren s'apprête a entrer dans l'église, Lily apparaît telle une illusion...

C'est une bombe atomique qui va venir s'abattre dans le coeur de Neville, sa Lily est toujours en vie! Il va devoir avouer son mariage, cela fera grincer des dents dans cette famille d'aristocrates! Mais Lily n'est pas à sa place parmi eux, elle est fille d'un simple soldat, elle ne sait ni lire ni écrire, elle ne connaît rien de ce monde guindé ni des convenances. Alors lorsqu'elle va apprendre qu'il n'existe aucune preuve légale de son mariage, elle va partir. Elle va saisir l'occasion que la tante de Neville lui tend: apprendre tout de ce monde, pour devenir une femme cultivée et se fondre dans cette société.

Je n'ai pas vu le temps passer en lisant cette très belle histoire. J'ai été submergée par l'amour de Neville envers Lily. Il l'a épousé par devoir et pour une promesse faite au père de Lily, mais il va se découvrir une passion foudroyante envers elle. Au final, Lily n'est peut-être pas ce que l'on croit. Elle devra s'accommoder de cette vie, de ces contraintes. Elle va découvrir en la tante de Neville une amie fidèle et va surtout découvrir la vérité sur sa famille et origines, qui ne laisseront plus de place au doute car Lily est faite pour se monde! Mais le danger rôde autour de Lily, quelqu'un veut sa perte. Mais qui? Je ne suis pas certaine que ce soit la personne que l'on accuse, j'ai de gros doute concernant Lauren pour ma part! Il me tarde de lire le tome 0,5 et d'ensuite commencer réellement cette saga!

Afficher en entier
Or

J'ai beaucoup aimé cette histoire mais c'est vrai qu'au début g eu du mal avec la manière d'écrire de l'auteure j'ai hâte de lire le tome sur Lauren !!

Afficher en entier
Argent

Une histoire originale, mais je n'ai pas trop accroché au style de l'auteur qui n'est vraiment pas addictif.

Afficher en entier

Dates de sortie

La Saga des Bedwyn, Tome 0.5 : Une nuit pour s'aimer

  • France : 2012-11-21 (Français)
  • USA : 1999-07-13 - Poche (English)

Activité récente

Shaekhi l'ajoute dans sa biblio or
2018-07-02T13:59:55+02:00

Les chiffres

Lecteurs 137
Commentaires 14
Extraits 10
Evaluations 31
Note globale 7.81 / 10

Évaluations

Titres alternatifs

  • One Night for Love (Bedwyn Saga #0.5) - Anglais
  • One Night for Love - Anglais
  • Uma Noite de Amor - Portugais
  • Indimenticabile - Italien
  • Nacht der Verzückung - Allemand
  • Noche de amor - Espagnol
  • Ночь для любви - Russe
  • O noapte de iubire - Roumain

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode