Livres
512 451
Membres
523 735

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Saison des feux



Description ajoutée par x-Key 2017-12-10T18:39:11+01:00

Résumé

À Shaker Heights, banlieue riche et tranquille de Cleveland, tout est soigneusement planifié pour le bonheur des résidents. Rien ne dépasse, rien ne déborde, à l'image de l'existences parfaitement réglée d'Elena Richardson, femme au foyer exemplaire. Lorsque Mia Warren, une mère célibataire et bohème, vient s'installer dans cette bulle idyllique avec sa fille Pearl, les relations avec la famille Richardson sont d'abord chaleureuses. Mais peu à peu, leur présence commence à mettre en péril l'entente qui règne entre les voisins. Et la tension monde dangereusement à Shaker Heights.

Après Tout ce qu'on s'est jamais dit (Sonatine Éditions, 2016), Celeste Ng confirme avec ce deuxième roman son talent exceptionnel. Rarement le feu qui couve sous la surface policée des riches banlieues américaines aura été montré avec tant d'acuité. Cette comédie de mœurs, qui n'est pas sans rappeler l'univers de Laura Kasischke, se lit comme un thriller. Avec cette galerie de portraits de femmes plus poignants les uns que les autres, c'est aussi l'occasion pour l'auteur d'un constat d'une justesse étonnante sur les rapports sociaux et familiaux aujourd'hui.

(Source : Sonatine)

Afficher en entier

Classement en biblio - 55 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par LillyOrenda 2020-06-06T09:07:13+02:00

Elle avait appris, avec la naissance d'Izzy, que l'existence pouvait suivre son petit bonhomme de chemin puis sans prévenir, dévier spectaculairement de sa course .

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par Marie-Pier-2 2018-11-25T16:44:53+01:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par einoha 2020-03-15T16:28:37+01:00
Argent

Lecture très intéressante sur tous les petits secrets que peut cacher une banlieue américaine qui semble à priori parfaite : les non-dits, les douleurs, les travers... Tout est examiné à la loupe pour ensuite être exposé aux yeux de tous.

Une réflexion également sur la maternité et sur les différentes façons de le devenir, un peu à la manière de la phrase de Simone de Beauvoir « On ne naît pas femme, on le devient ». La maternité n’est pas quelque chose d’inné chez toutes les femmes et celle-ci se traduit de manières différentes à chaque fois.

Certains vous diront qu’il s’agit d’un thriller, ce qui à mon sens n’est pas le cas, il s’agit plutôt d’un drame contemporain, voire même d’un roman de moeurs.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SevenPotter 2020-01-19T18:12:35+01:00
Argent

Après avoir refermé ce livre, je ne sais toujours pas comment le qualifier. Certains passages m'ont glacé le sang, d'autres m'ont réchauffé le cœur. Est-ce une tragédie, une fable de vengeance ou une simple critique sociale qui invite à réfléchir?

Celeste Ng décrit la vie en banlieue avec justesse et poésie, si bien que Shaker Heights m'était presque familier, comme si j'y avais déjà vécu. Les personnages, leurs relations et le déroulement final révélé dès le premier chapitre créent une tension qui ne fait que croître jusqu'aux dernières pages, comme un ballon qu'on gonfle jusqu'à ce qu'il explose. La force de l'histoire réside dans l'humanité qui s'en dégage. Rien n'est tout noir ou tout blanc, des erreurs sont commises, des liens se forment et se brisent, des larmes sont versées puis essuyées et les personnages continuent de vivre. Je me suis particulièrement attachée aux adolescents, dont les passions et les sentiments apportent une lumière à l'univers gris que dépeint l'auteur. J'aurais d'ailleurs préféré qu'ils aient plus d'importance que les adultes, au lieu de partager l'intrigue avec eux.

Bien-sûr, la critique des classes sociales, du conformisme mais aussi du racisme a une place importante. Parfois subtile, parfois un peu trop évidente, elle est cependant efficace et procure à la fois colère et satisfaction.

Malgré tout, il m'a manqué un petit quelque chose, une étincelle, pour faire de ce roman un véritable coup de cœur. On se perd parfois entre les différents points de vue et, bien que le nombre de personnages soit nécessaire à l'intrigue, il empêche de tous les développer correctement, ce qui laisse un petit sentiment de manque et de superficialité. "La saison des feux" reste cependant une belle lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fiametta 2019-07-12T09:41:37+02:00
Or

Pourquoi ai-je aimé le roman de Céleste Ng ?

- Parce que le contexte est bien défini, avec des références à l’époque tout au long du livre. On est dans l’Amérique de Clinton, dont les frasques sont évoquées ainsi que les réactions de la population. On est dans la période pré-internet, les ragots vont bon train de bouche à oreille, et ainsi en va-t-il des ragots sur la vie privée de nos protagonistes. Epoque pré-récession, où on trouve encore des petits boulots. Epoque pré-technologies de la procréation, où on a recours à des méthodes à l’arrache. Epoque où on peut encore plaisanter sur le terrorisme : le célèbre Utopiste à l’ explosif, Ted Kasinski, est cité fort à propos.

- Parce que l’écriture est soignée, sensible, et très visuelle. On voit se dérouler l’histoire, comme au cinéma.

- Parce que les personnages, féminins pour la plupart, sont travaillés, avec une apparence physique, une personnalité évolutive, un parcours de vie, des choix, des erreurs, des actions décisives, des bassesses aussi. Peut-être que certains, qui sembleraient caricaturaux, me sont familiers. Des garces condescendantes et dirigistes, planquées sous un vernis de générosité, j’en ai connu dans la vraie vie. Pas besoin d’aller en Amérique pour ça.

- Parce que j’aime entendre une voix qui brise le silence de certaines minorités oubliées, brise aussi les préjugés, et fait sauter le vernis des apparences (cf. les garces condescendantes). Comme dans son précédent roman, elle fait entendre la voix de la communauté asiatique, peu représentée en littérature américaine.

- Parce que l’auteur parle avec bon sens et sans jugement de différentes problématique sociétales comme la contraception, la sexualité adolescente, l’adoption inter-raciale. Et ça m’intéresse. La famille monoparentale aussi… et ça me touche de près.

Parce qu’elle parle bien des artistes et de leur art.

Ce qu’on ne trouve pas chez Céleste Ng, c’est une intrigue mystérieuse et tordue avec un dénouement qui vous scotche. Non, on est dans le cours de la vie, ce qui compte c’est le coeur des gens, et elle le dissèque avec précision. Il y a tout de même des rebondissements, de l’inattendu. Le roman se termine sur un fin ouverte, la vie est comme ça.

J’aime bien Céleste Ng.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Edith972 2019-07-01T03:28:14+02:00
Lu aussi

Assez déçue par cette lecture. Des longueurs à n'en plus finir. On ne sait pas où on va. Aucun fils condusteurs. Trop de détails sur les personnages. Trop de thèmes différents. C'est brouillon. J'ai pris sur moi pour le finir. Car je l'aurais volontiers abandonné.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sara-Rose 2019-04-25T17:12:09+02:00
Or

Celeste Ng confirme avec ce deuxième roman son talent exceptionnel !

Roman très bien écrit, les personnages sont une pure merveille.

Ce roman raconte des relations familiales compliqués.

L'idée que chacun se fait, de ce qui est bien et de ce qui est mal, avec ses propres valeurs pas toujours très altruistes, est réellement une superbe critique sociale racontée avec beaucoup de génie.

Un vrai régal !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LeoLabs 2019-04-13T13:16:50+02:00
Argent

Plus un roman noir qu'un thriller. Une histoire de familles que tout oppose. Des vérités et des mensonges, des secrets et des fourberies. Tout ce gloubi-boulga de ces choses qui font de ce roman une très bonne lecture. J'ai adoré ces heures en compagnie de cette panoplie de personnages qu'on aime, qu'on déteste ou qu'on aime détester.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LesLecturesdAnneSophie 2018-08-09T14:59:58+02:00
Argent

Avec La Saison des feux Celeste NG nous offre un petit bijou de lecture.

Shaker Heights est une banlieue comme beaucoup d’autres aux États-Unis, ou même en France : cadre idyllique, jolies maisons, enfants bien élevés et jardins très bien entretenus, le tout pas forcément dans cet ordre.

Mais si la façade semble impeccable, c’est, comme souvent, derrière les portes closes ou les sourires engageants que le bât blesse.

Et lorsque les Richardson, l’une des plus anciennes et vénérables familles du coin loue une de ses maisons à Mia Warren, artiste bohème et anti conformiste, on se doute bien vite que le temps est compté avant que le vernis ne se craquelle, et que les premières victimes en seront certainement leurs enfants respectifs.

Et bien que l’on s’attache à certains personnages, et que d’autres nous semblent plus antipathiques, il faut, comme dans la vraie vie, aller regarder par-delà les apparences. Et bien vite on se rend compte que personne n’est entièrement bon ou mauvais dans cette histoire.

Je crois que c’est ce que je préfère dans l’écriture de Celeste NG, les nuances qu’elle sait donner à chacun.

Mais ici, encore plus que dans son précédent roman (qui était déjà très bon), chaque chapitre ressemble à un tableau, chaque phrase ajustant la couleur, chaque mot donnant vie au contexte.

Les personnages sont travaillés, ciselés même. À l’image de Shaker Heights, ils apparaissent lisses de loin, puis se découvrent rugueux en y regardant mieux, et même tranchants si on s’approche de trop près.

Oui, vraiment, ce livre est un petit bijou. Alors, si vous avez aimé « Tout ce qu’on ne s’est jamais dit », dépêchez-vous de lire « La Saison des feux », vous ne le regretterez pas. Et si vous n’avez pas lu le premier, dépêchez-vous quand même de lire celui-ci, parce qu’il fait partie de ces livres à côté desquels il ne faut pas passer !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sev21 2018-07-22T09:00:11+02:00
Diamant

Je ne connaissais pas du tout l'auteur. J'ai adoré. Les personnages sont attachants avec leurs qualités et leurs défauts. Un livre que je n'oublierai pas et que je vais recommander à mes amis!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sentikelt 2018-07-15T17:19:41+02:00
Diamant

Un roman extrêmement bien écrit. C’est une satire sociale pleine de suspense et très réaliste.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par juliesuitsonfil 2018-07-06T14:34:58+02:00
Argent

Le feu brule entre ces pages ! Il consume le lecteur, comme il consume les personnages…

Des personnages vivants dans une autre sphère, qui pensent avoir tous les droits mais surtout toutes les réponses… Il suffit d’un grain de sable pour que tout parte en fumée, à l’image de ces non-dits et des secrets qui jalonnent le récit.

Une intrigue que l’auteur construit sur des bases que l’on pourrait penser branlantes, mais tout est étudié, millimétré pour que le récit soit d’une rare qualité. La plume, raconte détaille, décortique avec minutie, pour terminer sa course folle avec une psychologie des personnages qui enflamme le lecteur.

Chacun sera touché par la grâce… La grâce ou la révélation de leur identité propre… Ils vont passer d’êtres lisses, insipides pour prendre de l’épaisseur et trouver leur identité. Une identité qui sera gravée en eux… Mais leur sera peut-être salvatrice un jour… Sans qu’eux même ne sachent réellement d’où leur vient ce goût amer… Une amertume qui devient palpable au fil du récit et qui prend tout son sens… Mais les regrets sont-ils salvateurs ? Les regrets corrigent-ils la trajectoire que l’on peut prendre ?

Parfois oui ! Parfois les regrets, nous font prendre conscience de nos erreurs et nous tentons de corriger le futur. Mais certaines personnes, ne sont pas prêtes à assumer leurs erreurs et leurs regrets les consumeront. Jamais ce feu ne s’éteindra…

La saison des feux est non seulement physique et réelle avec cette maison qui se consume littéralement… Mais c’est surtout un feu, que chaque être de cette intrigue va effleurer. Chacun aura sa part de doute, sa part de remise en cause… Mais parfois le feu laisse des cicatrices indélébiles qui marquent au fer rouge, et celles qui font le plus souffrir ne sont pas les plus apparentes.

J’ai plongé dans cette histoire qui m’a prise dans ses filets, pour me recracher en deux jours, sonnée, meurtrie au même titre que ces personnages que l’auteur malmène, mais qu’elle va faire évoluer, grandir et cela d’une manière lente, douce, emplie de rage. Chacun sortira différent, le lecteur aussi… Un lien ténu mais invisible se créé, non pas avec des révélations qui laissent sur le carreau, mais par cette trame, ce tissage solide que les êtres arrivent à créer…

Avec sa plume, l’auteur dissèque l’existence lisse d’une certaine frange de la population américaine, en livrant une vraie étude sociétale mais surtout livre un thriller d’une rare densité.

Je remercie les éditions Sonatine pour leur confiance, Babelio pour la masse critique et NetGalley, grâce à qui j’ai pu découvrir cette plume vers laquelle je retournerai avec plaisir.

Afficher en entier

Dates de sortie

La Saison des feux

  • France : 2018-04-05 (Français)
  • France : 2019-04-18 - Poche (Français)
  • USA : 2017-09-12 (English)

Activité récente

mandl le place en liste or
2020-06-17T12:51:31+02:00

Titres alternatifs

  • Little Fires Everywhere - Anglais
  • Pequenos incêndios por toda parte - Portugais
  • Tanti piccoli fuochi - Italien
  • Kleine Feuer überall - Allemand
  • Kleine brandjes overal - Hollandais

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 55
Commentaires 19
Extraits 19
Evaluations 31
Note globale 7.57 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode