Livres
554 080
Membres
598 922

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Lolitawoody 2014-05-24T19:35:48+02:00

Nouvel extrait

— Je veux te saluer, poursuit Maxon, car tout cela n’aurait pas pu se faire sans toi. Notre rencontre a été déterminante dans mon évolution politique. Et il y a autre chose…

Soudain, sur la pile de documents, Maxon fait glisser un écrin dans lequel est blottie une bague qui scintille de mille feux. Deux pierres serties dans un entrelacs d’or, l’une verte, l’autre violette – ma couleur fétiche. Deux petites taches de lumière liées ensemble, inséparables.

— J’ai dormi ces dernières nuits avec cette brique sous mon oreiller, déclare-t-il en affectant l’agacement. Elle te plaît ?

L’émotion me submerge. Ma réponse se borne à un sourire, à des larmes ravalées de justesse, à un hochement de tête.

Maxon s’éclaircit la voix.

— Par deux fois j’ai tenté de te poser la question fatidique et, par deux fois, ce fut un échec. Vu mon état, je ne peux même pas me mettre à genoux. J’espère que tu ne m’en voudras pas si je te parle sans détour. Je t’aime, America. J’aurais dû te le dire de longue date. Peut-être qu’un peu plus d’audace de ma part aurait pu nous éviter bien des contretemps, ajoute-t-il avec un sourire. Je ne t’ai pas menti. Mon cœur t’appartient. À l’instant où cette balle s’est logée dans mon épaule, où je suis tombé au sol certain que la vie allait me quitter, c’est à toi que j’ai pensé et à personne d’autre…

Maxon doit s’interrompre. Il se racle la gorge et je vois bien qu’il est au bord des larmes, comme moi. Au bout de quelques secondes, il reprend.

— Alors j’ai envisagé tout ce que j’allais perdre. Le mariage, les enfants, vieillir ensemble… j’allais devoir tirer un trait dessus. En même temps, j’en étais complètement détaché. Car, en mourant, j’allais te permettre de vivre, et la mort n’était plus qu’une formalité.

Et voilà. Les larmes jaillissent pour de bon.

— America, continue Maxon en me forçant à le regarder, je sais que tu as un roi devant toi, mais que cela soit bien clair entre nous : ce n’est pas un ordre que je te donne. C’est une requête, une prière. Je t’implore : fais de moi l’homme le plus heureux sur cette terre. Fais-moi l’honneur de devenir ma femme.

Ma voix m’abandonne mais mon corps trouve son propre langage. Je m’accroche à Maxon avec une énergie de désespérée, certaine que plus rien ne pourra nous séparer. Quand il m’embrasse, tout se met en place. Ce que je cherche depuis toujours, je l’ai trouvé ici, entre les bras de Maxon. Et s’il est là pour me guider, pour me donner son affection, alors je suis invincible.

Maxon s’écarte de moi pour plonger son regard dans le mien. Enfin, mes cordes vocales se remettent à fonctionner.

— Oui, Maxon.

Afficher en entier
Extrait ajouté par cheyenne1864 2014-04-29T20:58:26+02:00

"Vous avez brisé beaucoup de règles Mlle Singer"

-Vous êtes le prince,vous pouvez juste me pardonner.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lucille1997 2014-05-20T19:54:08+02:00

« — Bonjour, mon trésor, me chuchote Maxon.

— Oh, ne commence pas !

Un sourire illumine son visage. Il serre mes mains entre les siennes comme si c’était la seule chose qui le raccrochait à ce monde et je me prépare à prononcer les mots tant attendus, les promesses que je ne briserai jamais. Il y a de la magie dans l’air, même si je sais que je ne vis pas un conte de fées. Nous allons traverser des tempêtes, rencontrer des obstacles, c’est certain. Consentir à des compromis. Si la vie était un long fleuve tranquille, cela se saurait. Tout ne sera pas gai tous les jours, loin de là.

« Ils se marièrent et vécurent heureux jusqu’à la fin des temps » ? Un peu limité, comme programme.

Je suis prête à parier que ça va être mille fois mieux… »

Afficher en entier

Ses yeux sont devenus compatissants. "America, tu as plein de mauvaises idées. De bonnes intentions, mais des idées terribles."

Afficher en entier
Extrait ajouté par chloe2906 2014-02-16T18:05:46+01:00

Son corps était maintenant contre le mien,sa main sur mon dos, me tenant contre lui.

Afficher en entier
Extrait ajouté par chloe2906 2014-03-03T15:05:29+01:00

Maxon est comme je l'avais espéré, ses yeux étaient sur moi. Il a saisi son oreille et j'ai fait de même. Mon regard fixe a vacillé rapidement vers le Roi Clarkson et j'ai essayé de ne pas sourire.J'ai excusé ma révérence lentement, donnant Maxon une chance d'admirer le dos de ma robe et me suis précipité à ma chambre. J'ai fermé la porte derrière moi.

Afficher en entier

"No one will know. And seeing as you were with the prince, I won’t ask questions. Whatever you did, I’ll trust it was something important."

"Personne ne le saura. Et vu que tu étais avec le prince, je ne poserai pas de questions. Quoi que tu ais fait, je croirai que c'était quelque chose d'important."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Missy68 2014-05-30T12:16:37+02:00

Je sais que je dois fuir, que Maxon et Kriss doivent prendre leurs jambes à leur cous'ils veulent sauver leur peau. Mais c'est pétrifiée sur place que je vois le soldat lever son pistolet et le braquer sur Maxon avec un sourire amusé, puis décaler son arme de quelques centimètres sur la gauche et le diriger vers moi. C'est beaucoup plus drôle, il faut croire. L'idée de crier ne me passe même pas par la tête. Je reste immobile, mais Maxon se jette dans ma direction.

Je m'effondre par terre et je vois Maxon passer à toute vitesse devant moi. Lorsque je relève la tête, je découvre qu'Aspen a foncé jusqu'à la table et poussé ma chaise pour qu'elle me protège à la façon d'un bouclier.

- Je l'ai eu ! hurle quelqu'un. Allez trouver le roi !

Des cris de triomphe s'élèvent autour de moi. Je m'extirpe de ma stupeur tandis que des chaises heurtent le sol avec fracas. Des gardes aboient des ordres. Des coups de feu résonnent, me transpercent les tympans. L'enfer sur terre.

- Tu es blessée ? me demande Aspen.

J'arrive à faire non de la tête, je ne sais pas trop comment.

- ne bouge surtout pas.

Je le regarde prendre position et viser. Il tire à plusieurs reprises, le regard dur, le corps souple. D'après les mouvements de son arme, j'ai l'impression qu'un nombre grandissant de renégats nous cernent. Aspen les tient en respect.

Il se jette à genoux et montre Kriss d'un signe de tête :

- Je vais la faire sortir d'ici avant qu'elle ne perde complètement les pédales.

Il s'approche en rampant de Kriss qui s'est couvert les oreilles des ses mains et qui hurle de terreur. Aspen l'attrape par le menton et lui assène une gifle retentissante. Elle est sonnée, assez longtemps pour écouter ses ordres et le suivre à l'extérieur de la salle, recroquevillée sur elle-même.

Le silence se fait peu à peu autour de moi. Les gens ont dû quitter le Salon. Autre possibilité ; ils sont tous morts.

C'est alors que je remarque une jambe qui dépasse de la nappe, immobile. oh non ! Maxon !Je me faufile à toute vitesse sous la table et je tombe sur un Maxon qui respire difficilement. Une tache écarlate s'étale sur sa chemise. Il a pris une balle sous l'épaule gauche et ça a l'air grave. Très grave.

- Maxon !

Sans trop savoir si mon idée est bonne, je roule en boule l'ourlet de ma robe et j'en tamponne la blessure. Maxon fait une grimace.

- Pardonne-moi, Maxon.

- Non, c'est à toi de me pardonner. J'allais gâcher notre vie.

- Ne parle pas. Ne te fatigue pas pour rien, d'accord ?

- Regarde-moi, America.

Malgré la douleur, il sourit.

- Brise-moi le coeur, murmure-t-il. Brise-le cent fois si ça te chante. De toute façon il a toujours été à toi.

- Chut.

- Je t'aimerais jusqu'à mon dernier souffle.

Chaque battement de mon coeur t'appartient. Je ne veux pas mourir sans te le dire.

- Arrête, s'il te plaît. N'abandonne pas, Maxon. Je t'aime. S'il te plaît, tiens bon !

A cet instant Aspen se coule sous la table. Je pousse un cri d'épouvante avant de le reconnaître.

- Kriss est à l'abri, Votre Altesse, déclare-t-il, professionnel jusqu'au bout des ongles. A votre tour. Vous pouvez vous lever ?

- Ne perdez pas votre temps avec moi. Occupez-vous d'America.

- Mais Votre Altesse...

- C'est un ordre !

- Très bien, Votre Altesse.

Je m'interpose :

- Non ! Je ne veux pas !

- Il va falloir suivre Aspen, me dit Maxon d'une voix lasse.

- Viens America. Il n'y a pas de temps à perdre.

- Je reste ici !

Maxon s'agrippe à l'uniforme d'Aspen comme un noyé à une bouée.

- Elle doit vivre. Vous comprenez ? Elle doit vivre, quel qu'en soit le prix.

Aspen acquiesce et il m'attrape par le bras avec une force quasi surhumaine.

- Non ! Maxon, je t'en supplie !

- Sois heureuse, souffle-t-il en me serrant la main une dernière fois tandis qu'Aspen m'entraîne à l'extérieur de la salle.

Afficher en entier
Extrait ajouté par cheyenne1864 2014-05-04T20:20:14+02:00

"When I'm with him I feel like I'm America. I'm not a caste or a project. He's just him, and I'm just me."

"Quand je suis avec lui je sens que je suis America. Je ne suis pas une caste ou un projet. Il est juste lui, et je suis juste moi."

Afficher en entier

J'ai senti nos nez se frotter dans l'obscurité et l'urgence de l'embrasser est venue inopinément vite.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode