Livres
554 906
Membres
600 166

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Extrait

Extrait ajouté par JeanneP 2016-05-16T16:27:41+02:00

Ce dernier secoua la tête dans ma direction.

- Il s'agit d'une trahison, Votre Majesté.

- Il s'agit d'amour, monsieur.

Coodly frappa du poing sur la table.

- Personne ne vous prendra au sérieux si vous ne réagissez pas fermement.

Un silence suivit sa déclaration et toute l'assemblée se figea, tétanisée.

- Parfait, répliquai-je calmement. Vous êtes viré.

Coodly se mit à rire en regardant les autres membres du Conseil.

- Vous ne pouvez pas me virer, Votre Majesté.

Je penchai la tête en le fixant droit dans les yeux.

- Je peux vous assurer que si. C'est moi qui dirige et vous êtes facilement remplaçable.

Lady Brice pinça les lèvres dans un effort notable pour ne pas éclater de rire. J'avais en elle une alliée, aucun doute possible.

- Vous devez déclarer la guerre! insista Coodly.

- Non, répondis-je sans ciller. Une guerre ne ferait qu'ajouter une pression inutile à des circonstances déjà difficiles et provoquerait un bouleversement entre nos deux pays désormais liés par ce mariage. Nous ne nous battrons pas.

Coodly baissa le menton et plissa les yeux.

- N'êtes-vous pas un peu trop sensible dans cette histoire?

Je me levais, ma chaise raclant le sol.

- Je vais partir du principe que vous n'avez pas employé le mot "sensible" pour signifier que je me comporte un peu trop comme une femme. Parce que figurez-vous que oui, je suis sensible.

Je contournai la table sans le lâcher du regard.

- Ma mère est alitée et intubée, mon frère jumeau est sur un autre continent et mon père est à deux doigts de craquer.

Je m'arrêtais devant lui.

- Par-dessus le marché, je dois m'occuper de mes deux jeunes frères, diriger le pays et choisir lequel des six prétendants restants je veux épouser.

Coodly avala péniblement sa salive et j'en éprouvai de la satisfaction, mâtinée d'un soupçon de culpabilité.

- Alors, oui, je suis un peu sensible en ce moment. N'importe qui le serait à ma place. Quant à vous, monsieur, vous êtes un idiot. Comment osez-vous me forcer la main afin d'obtenir une guerre pour un motif aussi futile? Je vous rappelle que je suis la reine et que vous ne me contraindrez jamais à rien.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode