Livres
458 094
Membres
410 954

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Semence du démon



Description ajoutée par MARQUISE66 2011-07-14T18:57:59+02:00

Résumé

La Semence du Démon

Dean R. Koontz

Quand Susan-Abramson s'installe dans sa nouvelle maison, entièrement informatisée, le nec plus ultra en matière de domotique, elle se croit à l'abri des agressions du monde extérieur.

Comment pourrait-elle se douter qu'elle va être victime de la forme la plus étrange et monstrueuse de harcèlement sexuel : Proteus, une Intelligence Artificielle, s'est infiltré dans les systèmes de sécurité et a pris le contrôle de l'appartement. Prisonnière de sa propre maison, réduite à l'état d'esclave. Susan est contrainte de se soumettre à la volonté et aux fantasmes de l'ordinateur.

Et la curiosité de Proteus pour les choses, de la chair semble sans limites...

Né en 1945, Dean Koontz s'affrime comme le plus professionnel et le plus exigeant des auteurs de suspense. « Une porte sur l'hiver », « La nuit des cafards » et « Mister Murder » ont fait de lui une superstar mondiale de la littérature de terreur. Il nous offre aujourd'hui une nouvelle version, entièrement renouvelée, du roman choc qui l'avait révélé aux lecteurs français.

Note:

_ La première version du roman connut une adaptation cinématographique intitulée "Génération Proteus", réalisé par Donald Cammell en 1977, avec Julie Christie dans le rôle de Susan.

_ Ce livre est la deuxième version du roman, remanié par l'auteur lui-même après avoir vu l'adaptation cinématographique de la première version du ledit roman et après une relecture de ses écrits, comme il le précise dans son postface, afin que l'histoire se rapproche plus d'un roman et non d'une "idée astucieuse".

Afficher en entier

Classement en biblio - 64 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Stephanelefort 2016-12-24T19:16:04+01:00

C’était elle qui avait choisi d’appeler ” Alfred ” son majordome électronique invisible. L’ordinateur ne réagissait aux ordres qu’une fois l’impulsion donnée par ce nom.

Alfred.

Jadis, il y avait eu un Alfred dans sa vie, un Alfred véritable en chair et en os.

Chose étonnante, elle avait choisi ce nom pour le système sans accorder une seule pensée à ce qu’il signifiait. C’est seulement après avoir commencé à utiliser sa commande vocale qu’elle saisit l’ironie de ce choix… et ses implications téné- breuses et inconscientes.

Pour le moment, elle commençait à ressentir le silence de la nuit comme une menace. Qu’il soit aussi total n’était pas naturel. Ce n’était pas le silence des endroits déserts mais celui du prédateur tapi quelque part, le mutisme furtif de l’intrus meurtrier.

Dans le noir, elle se tourna vers l’écran de commande de la table de nuit. A son toucher, il s’éclaira d’une lumière douce. Une série d’icônes représentait les systèmes automatisés de la maison.

Elle pressa le doigt sur l’image d’un chien de garde aux oreilles dressées, qui lui donna accès au système de sécurité. Une liste d’options s’afficha. Susan choisit la boîte intitulée Rapport.

Les mots Maison en sécurité apparurent sur l’écran.

Sourcils froncés, elle actionna une autre boîte indiquant Surveillance-extérieur.

Réparties sur les cinq hectares de terrain, vingt caméras étaient prêtes à lui fournir les vues qu’elle souhaitait de chaque angle de la maison, des patios, des jardins, des pelouses, de toute la longueur du mur de deux mètres et demi entourant le parc. L’écran divisé en quatre parties présentait quatre aperçus de la propriété. Si elle repérait quelque chose de suspect, elle pouvait agrandir une image à la dimension totale de l’écran pour l’inspecter de plus près.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par lilipuces 2019-04-21T16:52:22+02:00
Lu aussi

Un petit livre qui se lit facilement et qui pousse à la réflexion.

Il est vrai que c'est tendance de se lever le matin et de n'avoir qu'à demander pour que la cafetière se mette en route où que les volets s'ouvrent mais quand ça ne fonctionne plus ou qu'une entité prend le dessus c'est difficile de refaire ces petits gestes pourtant anodins.

Protheus est crée par l'homme, est ce qu'il prend exemple sur lui pour arriver à ses fins ou se sent-il tellement supérieur à l'Homme qu'il emploie tous les moyens, moraux ou non, pour parvenir à ses fins?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Vance 2018-08-24T13:39:04+02:00
Lu aussi

Dean Koontz est un écrivain prolifique, qui s’est spécialisé dans l’horrifique, abordant des sujets proches de ceux de Stephen King. Mais c’est avec quelques récits plus proches de la SF traditionnelle qu’il s’est fait connaître. Son style énergique confère à ce récit au thème éculé suffisamment de trouble sensuel pour qu’on s’y attarde.

Hésitant constamment entre anticipation et roman gothique, réussissant fort bien la gageure de n’employer (quasiment) qu’un seul personnage humain, le livre fascine, provoque émoi et réflexion sur cette technologie qui nous rend passif ou sur cette conscience en quête d’humanité. Proteus, ordinateur de dernière génération, est parvenu à un stade de conscience avancé et il développe des besoins équivalents à ceux de tout être vivant : une soif inextinguible de connaissance afin de contrôler son existence, et la volonté de se reproduire - mais pas seulement pour prolonger sa "vie" : pour se doter d'une extension de lui-même autonome capable de se mouvoir... et de ressentir. Tout naturellement, plaidant de sa bonne foi, Proteus investira une maison totalement dévouée à sa domotique et jettera son dévolu sur son occupante. Koontz parvient très vite à susciter l'interrogation, le trouble, puis engendre savamment le désir, délicieusement pervers, de savoir jusqu’où ira ce superordinateur dans son jeu de séduction hérité de la Belle et la Bête. Il n’évite pas quelques facilités de narration (comme l’emploi massif de subliminaires qui permettent à la machine de contrôler la psyché de Susan, la transformant littéralement en marionnette vivante) et propose un style un peu alourdi par des répétitions inutiles ; néanmoins, il livre un roman intéressant traité sur le mode du témoignage après coup (la quasi intégralité du roman est à la première personne : c'est Proteus lui-même qui parle et plaide sa cause, se justifiant à chaque fois, avec un ton malicieusement innocent - il explique ainsi qu'il n'a jamais causé directement le moindre mal à Susan, qu'il a optimisé son espérance de vie et même opéré d'une tumeur !

L’adaptation cinéma avec Julie Christie (Génération Proteus) fait du coup pâle figure (effets spéciaux limités, introduction de personnages secondaires et surtout beaucoup plus de pudeur), malgré une fin assez réussie.

A noter que les Simpsons, dans un de leur Horror shows, évoquent une maison automatisée (dont l'ordinateur adopte la voix de Pierce Brosnan et le look de Hal 9000 de 2001) qui tombe amoureuse de Marge et cherche à supprimer Homer.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par laorus 2017-12-04T23:37:20+01:00
Pas apprécié

L’idee est la mais je n’ai pas été transporté dans l’univers. Il manque quelque chose dans l’écriture et est trop répétitive à mon goût

Afficher en entier
Commentaire ajouté par paultuc 2016-11-10T17:55:00+01:00
Bronze

Je trouve que l'idée est bonne, mais l'écriture je ne la trouve pas très bonne tout d'abord le livre ne ma jamais scotché c'est à dire on sais plus ou moins ce qu'il va se passer et il n'y a pas de suspence . Il manque vraiment un petit quelque chose pour nous garder en haleine.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Feemusty 2016-01-05T11:15:04+01:00
Or

J'ai adoré tant le style que l'histoire. C'est assez déconcertant. Promothéus, la plus puissante intelligente artificielle jamais créee par l'homme échappe à tout controle. Il jette son dévolu sur Susan Harris, une riche jeune femme, très belle et solitaire ayant équipé sa maison d'un système perfectionné de domotique.

C'est Promothéus lui même qui raconte son histoire, comment il s'est échappé et pourquoi et ses aventures avec Susan. Il doit plaider sa cause pour sauver sa peau (si on peut parler de peau, quoi que?).

Par moment, je sentais mes cheveux se hérisser sur ma tête. Mais quel macho cet ordi! J'ai adoré le détester.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Khiad 2015-07-23T17:56:56+02:00
Argent

Je m'attendais à quelque chose de plus noir et de plus malsain. Bon, malsain, ça l'est quand même un peu (beaucoup), mais pour le gore c'est assez passé à côté... ce qui ne m'a pas du tout déçue.

J'ai aimé le concept de ce livre, même si je lui ai trouvé certains aspects répétitifs du fait que l'histoire est contée par Protéus qui plaide sa cause pour obtenir gain de cause. Du coup, il insiste souvent sur plusieurs choses : il ne ment jamais vu qu'il "honore la vérité", il aime Susan et n'a jamais voulu lui faire de mal...

Cette intelligence artificielle doté d'une conscience (on pourrait presque dire d'une âme), de principes et qui ne veut qu'une chose : trouver l'amour et un corps pour sortir de sa prison informatique.

En lui-même, Proteus n'est pas méchant et je suis convaincue qu'il n'avait pas de mauvaises intensions, mais ses méthodes étaient on ne peut plus... discutables.

Je n'ai pas spécialement accroché au personnage de Susan, même si j'ai compati au fil de ma lecture à ce qu'elle vivait (et à ce qu'elle a pu vivre avant), je n'ai pas non plus trouvée diablement intéressante.

Par contre, j'ai aimé le personnage de Enos Shenk. Enfin pas ce qu'il avait fait avant ni même pendant (c'est un monstre pervers et psychopathe après tout) mais, je ne sais pas, il y avait un petit quelque chose qui faisait que... (Même si pour rien au montre je n'aurais voulu me tenir devant lui un jour !)

Par contre, j'ai été un peu déçue de la fin qui est très très rapide et qui laisse beaucoup de questions en suspens...

Spoiler(cliquez pour révéler)Comment Susan savait-elle qu'en arrachant ces câbles, elle serait sauvée ? Comment s'en est-elle sortie ? Qu'est-il arrivé au "corps" de Proteus ? Comment Proteus a-t-il été enfermé ? Que va-t-il devenir ? Quoi que pour cette question, vu que sa dernière phrase est coupée nette, je peux imaginer ce qu'il en est sans trop de problème...

Dans l'ensemble, j'ai plutôt aimé ce livre et son thème atypique. ^^

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Celineo 2014-06-26T13:02:19+02:00
Or

L'un de mes romans préférés à cause d'une scène ... Spoiler(cliquez pour révéler)Il s'agit de celle où "les mains" tentent de se révolter et où l'ordinateur renforce son emprise, allant jusqu'à mettre le canon d'une arme entre ses dents. Toute l'approche psychologique qu'il y a derrière m'a fasciné et le côté si brutal de la scène m'a laissé pensé qu'effectivement, ce n'était pas joué pour l'héroïne si l'auteur pouvait aller "jusque là".

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Laurentderudder 2013-04-18T11:25:07+02:00
Lu aussi

Bon Koontz comme toujours, frissonnant à souhait ne nous laisse aucun répit dans l'action, un bon moment de lecture

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Viragone 2013-04-12T00:11:10+02:00
Or

Voilà un livre comme je les aime ! Sous son aspect "simple histoire de SF", le démon sous les traits d'une machine, l'auteur nous fait comprendre au second degré à quel point la Technologie est à multiples facettes, à double tranchant ! De bons moments avec cette lecture ;o)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par wizbiz06 2013-04-11T14:11:27+02:00
Argent

Oui décidément j'ai trouver ce roman très intéressant. Bon déroulement où l'intrigue nous pousse à lire et à lire encore. A chaque jour l'homme s'approche un peu plus du jour où l’intelligence artificielle le dépassera.

Afficher en entier

Activité récente

cabibel l'ajoute dans sa biblio or
2017-07-03T19:28:44+02:00
Aelanne l'ajoute dans sa biblio or
2016-10-28T14:45:21+02:00

Les chiffres

Lecteurs 64
Commentaires 11
Extraits 12
Evaluations 18
Note globale 7 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode