Livres
392 900
Comms
1 378 342
Membres
285 162

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Alors que Ty se rapprochait du marbre principal, il regarda vers les gradins, ses yeux se posant immédiatement sur Zane.

Ce dernier sentit son cœur battre plus vite et il dut reprendre son souffle parce que pendant quelques secondes, il s’était retrouvé hors d’haleine. Puis Ty lui adressa son sourire de guingois qui faisait apparaître les rides de rire autour de ses yeux et sa bouche, avant de lui faire un clin d’œil rapide. Puis il baissa la tête et mit son masque, tournant le dos à la foule alors qu’il s’arrêtait derrière le marbre principal.

Zane déglutit péniblement. Ce clin d’œil avait été pour lui.

Une révélation, claire comme de l’eau de roche, le frappa comme un éclair d’été torride dans l’air froid de février.

Il voulait Ty avec lui, il le voulait avec force. Il avait besoin de lui comme partenaire, et pas seulement au travail. Besoin de lui comme amant, plus qu’il avait jamais eu besoin d’héroïne. Besoin d’être connecté avec lui à bien des égards, tellement que Zane ne voyait aucun moyen de s’en dépêtrer et n’avait même pas envie d’essayer.

Afficher en entier

« Peut-être que Ty avait choisi ça parce qu’il savait combien Zane aimait danser et il avait cherché ce qui pouvait détourner l’attention de son partenaire grincheux. Il avait peut-être aussi voulu faire ça autant que Zane. Quoiqu’il en soit, Zane s’en fichait. Il céda au désir qu’il avait refoulé plus tôt et essaya lentement de se serrer encore plus contre son amant.

Ty le laissa faire à sa guise, se livrant au baiser alors qu’il recommençait leur danse, et Zane se sentit mieux qu’il l’avait jamais été depuis bien avant l’accident. Les tendres baisers allumèrent une chaleur dorée confortable en luis. Avec ses lèvres sur celles de Ty, les yeux fermés et les bras autour de lui, le monde n’avait plus l’air sombre et sinistre.

Ils continuèrent ainsi, se balançant langoureusement sur la musique, et quand leurs lèvres se séparèrent enfin, Zane s’entendit chuchoter ‘Je t’aime’. »

Afficher en entier

Il était important pour Zane qu’il comprenne à quel moment ‘avoir besoin de Ty’ lui était devenu nécessaire, et à quel moment ‘avoir besoin de lui’ était devenu ‘vouloir prendre soin de lui’, et s’il était possible qu’avoir ‘envie de prendre soin de lui’ devienne plus encore. Parce que Ty ne méritait rien de moins.

Afficher en entier

— La première fois que je t’ai vu, après que j’ai dépassé le stade où je te haïssais, j’ai su, dit-il en répétant les mots de Ty. J’ai su que j’allais tomber amoureux de toi.

Afficher en entier

— Tout va bien se passer. L’ambulancière super-sexy m’a donné son numéro pour l’appeler si j’avais besoin d’aide, poursuivit Ty, sa main repoussant faiblement celle de Zane. Elle joue en première base.

— C’est gentil.

— Je préfère être avec toi.

Zane lutta pour calmer son inquiétude.

— C’est bon à savoir. Je parie que tu ne m’aurais jamais dit ça si tu n’étais pas drogué.

— En effet ! lui dit joyeusement Ty.

Il regarda Zane avec un sourire presque serein. Ce dernier se pencha et captura les lèvres pleines de son amant dans un baiser rapide mais brûlant avant d’appuyer sur la pédale d’accélération.

— Je devrais te le dire plus souvent, chuchota Ty, ne bougeant pas d’où Zane l’avait laissé, le côté de sa tête appuyé contre le siège.

Zane fixa la rue très fréquentée à travers le pare-brise tout en conduisant. Après un long silence, il tendit le bras pour attraper la main valide de Ty et la tira vers lui pour embrasser les doigts tachés de poussière.

— Ça ne me dérangerait pas de l’entendre plus souvent, dit-il, la voix plus rauque qu’il s’y était attendu.

Afficher en entier

Zane ferma la bouche et regarda Ty de près, à la recherche d’indices. Il ne pensait pas qu’il l’avait poussé trop loin, mais il se pourrait qu’il ait mal calculé.

- C’est ce que je pensais, grogna Ty avant de l’embrasser férocement encore une fois, le forçant à s’aplatir sur le sol et le faisant glisser sur le plancher sous la force du baiser.

Il ne lui donna aucune chance de respirer tandis qu’il le dévorait quasiment.

Quelque chose en Zane poussa un cri pitoyablement reconnaissant alors qu’il s’effondrait sous le poids de Ty, ne se souciant même pas que ses épaules et son crâne frappent brutalement le sol. Il était déjà étourdi, et toutes ses terminaisons nerveuses crépitaient chaque fois que Ty le touchait.

C’était ce à quoi Zane aspirait. Il en avait besoin, comme il avait besoin d’air.

Cette réaction à elle seule redonna un coup de fouet à Ty. Des mains rugueuses parcoururent le corps de Zane. Des hanches se pressèrent contre les siennes. Des dents effleurèrent ses lèvres, sa langue, ses joues, son cou. La barbe de la journée sur le visage de Ty était presque douloureuse sur sa peau, mais Ty faisait cela pour lui si rarement que Zane n’allait pas se plaindre. Il voulait être submergé ; c’était une sacrée chevauchée lorsque Ty se mettait en tête de les conduire à un autre niveau.

Zane frémit en songeant que ça n’avait plus l’air d’être juste du sexe. C’était plus, plus passionné, plus émotionnel, plus énergisant, plus épuisant mentalement... là tout de suite, il n’était pas certain que cela ait déjà été uniquement du sexe entre eux. Il savait que Ty l’aimait, et parfois il pouvait même sentir à quel point il le désirait. Zane gémit et s’accrocha à Ty.

- S’il te plaît, souffla-t-il.

Ty s’écarta de lui et fit rapidement passer son tee-shirt par-dessus sa tête, révélant les muscles impressionnants dont Zane était devenu si familier. Il le jeta de côté alors qu’il se rallongeait au-dessus Zane et l’embrassait goulûment, leur peau nue se frottant et glissant l’une contre l’autre tandis qu’il se déplaçait.

Zane enroula ses bras autour de son amant, faisant glisser ses doigts le long de sa colonne vertébrale avant d’écarter ses mains et de les poser à plat pour les glisser dans le pantalon de survêtement de Ty. La main de ce dernier trouva son chemin dans les cheveux de Zane, l’une de ses prises favorites lorsqu’il voulait que Zane reste là où il l’avait mis. Sa langue lécha celle de Zane, et ce dernier sentit les muscles de Ty se tendre et bouger contre lui tandis que le baiser devenait plus énergique et irrésistible. Sentir cette puissance remarquable et effrénée contre son corps lui envoya un autre frisson de désir, et il se sentit presque étouffé par cette chaleur.

C’était le paradis absolu.

- J’avais l’intention de nous faire au moins monter les escaliers, haleta Ty avec ce qui était probablement censé être de la sincérité tandis qu’il se servait d’une main pour descendre le pantalon de survêtement qu’il portait

Afficher en entier

Ty savait que son partenaire devait examiner chaque problème sous tous les angles, les analyser à mort, les ressusciter, analyser leur mort, et les laisser pourrir pour examiner les résultats.

Afficher en entier

(Ty et Zane)

— Quand diable sommes-nous devenus des gravures de mode ?

— À huit heures un samedi, déclara Ty les dents serrées.

— Ce samedi ? Comme dans demain samedi ? On doit donner une conférence dans douze heures ? On n’est pas préparés pour ça ! Je ne peux pas sortir une conférence sur la cybercriminalité de mon cul !

En fait, il le pouvait, mais c’était pour le principe. Ty hocha la tête et laissa tomber son téléphone sur le canapé. Il regarda Zane de haut en bas en plissant les yeux tandis un lent sourire se formait sur ses lèvres.

— Mais on a toute la nuit devant nous, lui fit-il remarquer.

Zane mit de côté le désagrément momentané. Ils pourraient râler à propos du travail plus tard.

— Tu es sûr de vouloir le dessert avant le dîner ?

— Tu n’es pas le dessert, Zane. Tu es le plat principal, l’informa Ty d’une voix rauque et traînante. Et tu as à peu près cinq secondes pour choisir une surface plane avant que je le fasse pour toi.

Afficher en entier

Ty se pressa contre lui en léchant ses lèvres.

— Je pense que tu devrais te trouver un autre restaurant favori, murmura-t-il avant de faire glisser ses dents sur la lèvre inférieure de son partenaire.

Zane déglutit.

— Mais j’aime bien celui-là.

Il posa ses mains sur les hanches de Ty, ses doigts caressant le tissu doux de son pantalon.

— C’est bien ce qui m’inquiète, grogna Ty avec espièglerie.

Il poussa Zane un peu plus fort contre la porte et força sa langue entre les lèvres de son partenaire, la faisant courir le long de ses dents. Il se serra contre lui dans une demande muette.

Une vague soudaine de chaleur traversa le corps de Zane et il ressentit le besoin de supplier pour en obtenir plus. On l’avait traité comme de la porcelaine ces deux derniers jours. Il avait besoin de Ty sur lui – et le plus brutalement possible. Quand leurs bouches se séparèrent enfin, il attisa délibérément les flammes.

— Il y a beaucoup de raisons pour que je continue à y aller, dit-il, à bout de souffle.

— Est-ce que tu essayes de me rendre jaloux ? demanda Ty à voix basse.

C’était presque un ronronnement, associé à l’accent rude des montagnes de Ty. Zane laissa échapper un soupir tremblant tandis qu’il sentait son corps réagir à l’excitation qui commençait à se répandre en lui.

— Il me semble que tu l’es déjà.

Il enfonça ses doigts dans la taille de Ty. Ty rapprocha son visage de celui de son compagnon, ses lèvres bougeant contre celles de Zane quand il parla, sa voix réduite à un grognement.

— Je le suis, admit-il sans honte.

Zane le sentit sourire. Ty disait peut-être la vérité et il était vraiment jaloux, mais il appréciait également le fait de l’être.

— Je pense que tu devrais commencer à préférer les fruits de mer à la place de la cuisine italienne, ajouta-t-il.

Zane ouvrit la bouche pour répondre, mais il n’en sortit qu’un gémissement tremblant. Il dut s’arrêter, prendre une grande inspiration pour essayer encore une fois, tout en sortant la chemise de Ty des pans de son pantalon.

— J’aime les fruits de mer. Ils en ont aussi là-bas, dit-il d’une voix traînante en frottant son entrejambe sur la cuisse de son compagnon.

— Bon sang, Zane, grogna Ty avant de l’embrasser à nouveau sans aucun égard pour les douces lèvres prises entre ses dents.

Il glissa une main entre eux pour tirer sur la ceinture de Zane, puis repoussa son jean, le descendant sur ses hanches. Il força avidement sa langue dans la bouche de son amant et écrasa leur corps l’un contre l’autre.

Le ventre de Zane se contracta ; entendre et sentir son partenaire si remonté était plus qu’excitant. Et le fait de savoir que c’était parce que Ty se montrait possessif... La tête lui tourna avec délice, et il essaya de donner autant qu’il recevait. Ty se recula juste assez longtemps pour se débarrasser de sa veste de costume et faire passer par-dessus sa tête sa chemise et son maillot de corps. Les doigts de Zane touchaient maintenant la peau nue, douce et chaude, et se dirigeaient vers les muscles qu’il pouvait retracer les yeux fermés. Puis Ty fut de nouveau sur lui, ses mains se déplaçant partout sur son corps tandis qu’il tirait sur les vêtements de Zane, mordant ses lèvres, son menton et son cou, suçant le lobe de son oreille tout en grognant.

— Tu es à moi. La côte du New Jersey devra se trouver quelqu’un d’autre.

Afficher en entier

Ty,

Il avait toujours été le mec vers qui ils se tournaient, les muscles de l’équipe, celui auquel ils pouvaient lancer n’importe quel défi et il le relèverait. Pourquoi est-ce qu’être gay devrait ternir sa réputation de dur à cuire ?

Il ne savait pas. Mais dans son esprit, c’était le cas, dans une certaine mesure. C’était cependant son problème. Où le problème de la société.

Afficher en entier