Livres
392 224
Comms
1 375 010
Membres
283 507

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La soudaine apparition de Hope Arden



Description ajoutée par lelette1610 2016-11-01T16:10:27+01:00

Résumé

Passer inaperçu : voilà qui est à la fois un don et une malédiction. A seize ans, Hope Arden observe des choses bizarres. Son père oublie de la conduire au lycée. Sa mère met la table pour trois au lieu de quatre. Ses professeurs lui demandent systématiquement son nom. Même ses amis l'oublient. Seule Gracie, sa petite soeur, la voit et l'aime tendrement. Le jour où l'adolescente constate que sa chambre a été transformée en chambre d'amis, elle décide de partir. Avec son don, il lui devient très facile de voler. Hope voyage, se retrouve à Dubaï, rencontre Reina qui lui parle d'un site : « Perfection. » Un site dangereux pour les femmes qui se cherchent à travers leur image... Un roman original et délicieusement troublant.

source : le grand livre du mois

Afficher en entier

Classement en biblio - 12 lecteurs

Or
4 lecteurs
PAL
14 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par MinuitEnsanglante 2016-08-18T23:33:48+02:00

« Il était le monde, l’univers ; il prenait tant de place dans ma vision des choses qu’un instant je me demandais s’il n’était pas le fruit de mon imagination, une voix que j’avais moi même inventée ».

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Diamant

Hope avait à peine seize ans quand le monde l’oublia, l’effaça de sa mémoire à long terme. Vous pourriez manger avec elle, rire avec elle, vous faire menacer par elle, elle n’aurait qu’à disparaître de votre champ visuel qu’une seule petite minute pour que vous l’effaciez de votre mémoire. D’ailleurs, qui sait, l’avez-vous peut-être déjà rencontrée.

Avouons le, nous avons tous rêvé au moins une fois de se faire oublier : une interro surprise que vous n’aviez pas révisée, une phrase malencontreuse dite à votre patron, une dispute ridicule avec votre compagne, un mot lâché par mégarde à un dîner de famille… Oui vous l’avez rêvé, mais si vous lisez ce roman vous n’en rêverez plus jamais.

Hope Arden est la narratrice de ce roman, de fait ce dernier tourne beaucoup autour de ses ressentis, ses blessures, ses envies, mais surtout sa douleur face à l’oubli. Tout le long du livre on la retrouve accompagnée, (une fête, un repas, une promenade dans les rues) elle n’est que très rarement seule et pourtant c’est bien une solitude sans pareille qui la pèse.

En effet, si on est une criminelle on comprend tout de suite l’intérêt de disparaître de la mémoire des gens -notamment des officiers de police un peu trop collants- malgré une dizaine de caméras de sécurité. Si on est une personnes lambda qui cherche à se faire des amis ou à rencontrer l’amour, là, ça devient tout de suite beaucoup plus compliqué ! Hope est les deux à la fois : une voleuse et une femme arrachée trop tôt aux illusions de la jeunesse. D’ailleurs voler semble être quelque chose qu’elle fait pour se rendre mémorable pour qu’on se souvienne d’elle, si on ne se souvient pas de son visage on se souviendra au moins qu’elle a volé telle ou telle chose. Et là voilà bloquée dans le comportement d’un enfant en quête de reconnaissance.

Ne vous y trompez cependant pas, c’est un personnage charismatique, qui n’a pas sa langue dans sa poche et qui a ses piquants !

Le roman ne se concentre pas uniquement sur elle. En effet Hope Arden se retrouve confrontée à l’application Perfection. Cette dernière, en plus de connaître vos numéros de carte de crédit, ce que vous portez tous les jours, les endroits où vous mangez et ce que vous achetez, vous « oblige » à faire certaines choses pour obtenir plus de points. Elle vise à rendre les gens parfaits : un sourire parfait, un visage parfait, un corps parfait, une démarche parfaite, en somme, de parfaits petits clones. Plus vous obéissez à l’application et vous rapprochez de la « perfection », plus vous gravissez les échelons de cet univers de princes et princesses et vous rapprochez des club 106 et 206 (les personnes les plus parfaites ayant été jusqu’aux mystérieux traitements).

Hope se retrouve mêlée à cette histoire lorsqu’elle vole les bijoux d’une importante représentante de cette classe lors d’une réunion du club 106 causant du tort au propriétaire de l’application. Et c’est le début de la fin. Elle rencontrera des personnages très singuliers avec leurs propres motivations, coincée entre deux vengeances, apprenant elle même ce que peut faire l’application Perfection elle sera sans arrêt en train d’osciller entre deux choix : détruire Perfection et tout ce qu’elle représente, embrasser Perfection et devenir parfaite – mais surtout mémorable-

Je n’avais jamais lu de roman de Claire North, je ne sais donc pas ce que vaut celui-ci par rapport aux autres mais je dois dire qu’il est réellement exceptionnel, tant dans l’écriture que dans le scénario, un véritable coup de coeur !

« De la discipline.

Courir.

Marcher.

Parler.

Le dos droit.

Le regard braqué vers l’avant.

La tête levée.

Serrer des mains.

Se laver le visage.

Étudier sa cible.

Mettre un plan au point.

Ma vie est une machine.

Je suis une machine qui vit sa vie. Clic Clic Clic, les rouages tournent et je vis.

Je vis. »

C’est à la fois un thriller psychologique, philosophique et qui aborde des thèmes récurrents dans notre société actuelle comme celui de la perfection, de la beauté mais aussi des dangers de certaines applications. La narratrice est à la fois critique mais aussi tentée par cette approche qui rend les gens mémorables, dans tous les sens du terme.

« Je veux quelqu’un.

Que quelqu’un dise mon nom »

L’hystérie générale vers la fin du roman offre des détails sordides sur ce que pourrait très bien être le futur. Ce n’est tout simplement pas un livre pour se détendre mais bien un livre pour réfléchir ! La condition humaine, l’emprise des technologies, la société mais surtout notre mémoire sont autant de sujet que l’auteure décrit et tente de comprendre.

Et, même si le cas de Hope est extraordinaire et légèrement poussé, nous avons tous vécu un moment où nous n’arrivions pas à nous rappeler un visage, ou encore à mettre un nom sur ce visage. Et il nous est sans doute arrivé de croiser une centaine de fois la même personne sans la reconnaître. Hope est donc le cas extrême de ce que l’on est parfois et de ce que les autres sont d’autrefois. La seule personne du roman à se souvenir d’elle est Gracie, sa petite sœur handicapée, la seule à faire attention peut-être ? Heureusement nous avons tous une petite Gracie quelque part !

Le seul hic à ce roman, et cependant la chose que je préfère, est son écriture très déstructurée comme le montre le premier exemple. Cela rend la lecture difficile, voire longue. En effet, le rythme est haché, saccadé et si cela est très adéquat à certains moments cela nous perd aussi quelque peu. Les choses vont très rapidement. La chronologie est également assez compliquée à suivre puisque le roman contient beaucoup de retour en arrière.

Mais ne vous laissez surtout pas décourager !

Je vous laisse sur une dernière citation avant le mot de la fin :

« Il était le monde, l’univers ; il prenait tant de place dans ma vision des choses qu’un instant je me demandais s’il n’était pas le fruit de mon imagination, une voix que j’avais moi même inventée ».

Le mot de la fin : Un thriller psychologique époustouflant ! Un vrai coup de coeur !

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par sorello 2017-10-23T06:54:06+02:00
Or

j'ai mis du temps a lire ce livre, c'était parfois un brin laborieux mais en même temps, c'était génial !

Claire North a une façon d'écrire ce livre tout simplement prenante, des phrases courte, parfois alambiqués. un surplus d'information parfois un peu lourd à lire mais qui se comprenne dans la tête de Hope.

Parce que Hope Arden a été oublié du monde, elle ne s'imprègne pas dans la mémoire à long terme des gens. on l'oublie, on oublie son visage, ses paroles, son existence. elle ne vit que dans l'instant présent,la seule à se souvenir de sa propre existence. donc, souvent solitaire.

ce livre est à la fois une histoire sur la solitude, sur la recherche de perfection, sur les limites du bien et du mal, les questions morales autant de la société que celle qu'on se pose personnellement, les relations entre les gens. bref, on y aborde toute un fatras de thème qui s'entremêlent, parfois compliqué à suivre mais au final, qui donne a réfléchir quand on termine ce livre.

Au bout du compte, le plus difficile (et à la fois le plus génial) dans ce livre, c'est la narration assez hachée, qui part un peu dans tout les sens parce qu'on est dans la tête de Hope, dans sa solitude, dans ses sentiments, et dans ses connaissances mais c'est aussi toute la force du livre, qui nous permet de voir l'évolution de Hope mas aussi toute une palette de personnage et de situation qui donne a réfléchir sur la place de chacun et de chaque chose;

La soudaine apparition de Hope Arden est un petit bijou, original, parfois difficile a lire mais qui pousse a réfléchir et c'est tout le merveilleux du livre

Afficher en entier
Commentaire ajouté par eleos 2017-06-01T17:02:57+02:00
Pas apprécié

Une écriture certes originale mais trop pénible à suivre. Il faut s'accrocher pour ne pas s'emmêler les pinceaux et au bout de plusieurs centaines de pages, on finit par en avoir marre. Ce fut mon cas

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MinuitEnsanglante 2016-08-18T23:35:36+02:00
Diamant

Hope avait à peine seize ans quand le monde l’oublia, l’effaça de sa mémoire à long terme. Vous pourriez manger avec elle, rire avec elle, vous faire menacer par elle, elle n’aurait qu’à disparaître de votre champ visuel qu’une seule petite minute pour que vous l’effaciez de votre mémoire. D’ailleurs, qui sait, l’avez-vous peut-être déjà rencontrée.

Avouons le, nous avons tous rêvé au moins une fois de se faire oublier : une interro surprise que vous n’aviez pas révisée, une phrase malencontreuse dite à votre patron, une dispute ridicule avec votre compagne, un mot lâché par mégarde à un dîner de famille… Oui vous l’avez rêvé, mais si vous lisez ce roman vous n’en rêverez plus jamais.

Hope Arden est la narratrice de ce roman, de fait ce dernier tourne beaucoup autour de ses ressentis, ses blessures, ses envies, mais surtout sa douleur face à l’oubli. Tout le long du livre on la retrouve accompagnée, (une fête, un repas, une promenade dans les rues) elle n’est que très rarement seule et pourtant c’est bien une solitude sans pareille qui la pèse.

En effet, si on est une criminelle on comprend tout de suite l’intérêt de disparaître de la mémoire des gens -notamment des officiers de police un peu trop collants- malgré une dizaine de caméras de sécurité. Si on est une personnes lambda qui cherche à se faire des amis ou à rencontrer l’amour, là, ça devient tout de suite beaucoup plus compliqué ! Hope est les deux à la fois : une voleuse et une femme arrachée trop tôt aux illusions de la jeunesse. D’ailleurs voler semble être quelque chose qu’elle fait pour se rendre mémorable pour qu’on se souvienne d’elle, si on ne se souvient pas de son visage on se souviendra au moins qu’elle a volé telle ou telle chose. Et là voilà bloquée dans le comportement d’un enfant en quête de reconnaissance.

Ne vous y trompez cependant pas, c’est un personnage charismatique, qui n’a pas sa langue dans sa poche et qui a ses piquants !

Le roman ne se concentre pas uniquement sur elle. En effet Hope Arden se retrouve confrontée à l’application Perfection. Cette dernière, en plus de connaître vos numéros de carte de crédit, ce que vous portez tous les jours, les endroits où vous mangez et ce que vous achetez, vous « oblige » à faire certaines choses pour obtenir plus de points. Elle vise à rendre les gens parfaits : un sourire parfait, un visage parfait, un corps parfait, une démarche parfaite, en somme, de parfaits petits clones. Plus vous obéissez à l’application et vous rapprochez de la « perfection », plus vous gravissez les échelons de cet univers de princes et princesses et vous rapprochez des club 106 et 206 (les personnes les plus parfaites ayant été jusqu’aux mystérieux traitements).

Hope se retrouve mêlée à cette histoire lorsqu’elle vole les bijoux d’une importante représentante de cette classe lors d’une réunion du club 106 causant du tort au propriétaire de l’application. Et c’est le début de la fin. Elle rencontrera des personnages très singuliers avec leurs propres motivations, coincée entre deux vengeances, apprenant elle même ce que peut faire l’application Perfection elle sera sans arrêt en train d’osciller entre deux choix : détruire Perfection et tout ce qu’elle représente, embrasser Perfection et devenir parfaite – mais surtout mémorable-

Je n’avais jamais lu de roman de Claire North, je ne sais donc pas ce que vaut celui-ci par rapport aux autres mais je dois dire qu’il est réellement exceptionnel, tant dans l’écriture que dans le scénario, un véritable coup de coeur !

« De la discipline.

Courir.

Marcher.

Parler.

Le dos droit.

Le regard braqué vers l’avant.

La tête levée.

Serrer des mains.

Se laver le visage.

Étudier sa cible.

Mettre un plan au point.

Ma vie est une machine.

Je suis une machine qui vit sa vie. Clic Clic Clic, les rouages tournent et je vis.

Je vis. »

C’est à la fois un thriller psychologique, philosophique et qui aborde des thèmes récurrents dans notre société actuelle comme celui de la perfection, de la beauté mais aussi des dangers de certaines applications. La narratrice est à la fois critique mais aussi tentée par cette approche qui rend les gens mémorables, dans tous les sens du terme.

« Je veux quelqu’un.

Que quelqu’un dise mon nom »

L’hystérie générale vers la fin du roman offre des détails sordides sur ce que pourrait très bien être le futur. Ce n’est tout simplement pas un livre pour se détendre mais bien un livre pour réfléchir ! La condition humaine, l’emprise des technologies, la société mais surtout notre mémoire sont autant de sujet que l’auteure décrit et tente de comprendre.

Et, même si le cas de Hope est extraordinaire et légèrement poussé, nous avons tous vécu un moment où nous n’arrivions pas à nous rappeler un visage, ou encore à mettre un nom sur ce visage. Et il nous est sans doute arrivé de croiser une centaine de fois la même personne sans la reconnaître. Hope est donc le cas extrême de ce que l’on est parfois et de ce que les autres sont d’autrefois. La seule personne du roman à se souvenir d’elle est Gracie, sa petite sœur handicapée, la seule à faire attention peut-être ? Heureusement nous avons tous une petite Gracie quelque part !

Le seul hic à ce roman, et cependant la chose que je préfère, est son écriture très déstructurée comme le montre le premier exemple. Cela rend la lecture difficile, voire longue. En effet, le rythme est haché, saccadé et si cela est très adéquat à certains moments cela nous perd aussi quelque peu. Les choses vont très rapidement. La chronologie est également assez compliquée à suivre puisque le roman contient beaucoup de retour en arrière.

Mais ne vous laissez surtout pas décourager !

Je vous laisse sur une dernière citation avant le mot de la fin :

« Il était le monde, l’univers ; il prenait tant de place dans ma vision des choses qu’un instant je me demandais s’il n’était pas le fruit de mon imagination, une voix que j’avais moi même inventée ».

Le mot de la fin : Un thriller psychologique époustouflant ! Un vrai coup de coeur !

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie aujourd'hui !

"La soudaine apparition de Hope Arden" vient de paraître en version poche !
background Layer 1 17 Novembre

Dates de sortie

La soudaine apparition de Hope Arden

  • France : 2016-06-24 (Français)
  • France : 2017-11-17 - Poche (Français)

Activité récente

sorello l'ajoute dans sa biblio or
2017-10-23T06:42:54+02:00

Les chiffres

Lecteurs 12
Commentaires 3
Extraits 3
Evaluations 3
Note globale 5.67 / 10

Évaluations

Titres alternatifs

  • The Sudden Appearance of Hope - Anglais