Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Les plus récents en premier
Les plus appréciés en premier


Par le Editer
GoldElie Argent
Note : 6/10
Pour évoquer mes impressions, j'ai envie de revenir sur cette phrase de la 4ème de couverture : "Sombre et captivante, une lecture choc et pourtant nécessaire."
Sombre, oui, de toute évidence au vu du sujet abordé. Ce n'est pas un roman "feel good". C'est un roman dur et violent qui invite plutôt à la réflexion.

Captivante, elle l'est aussi. Pas en raison d'une intrigue qui pousse à tourner les pages pour découvrir au plus vite le dénouement. Non, on veut comprendre l'incompréhensible. Mais est-ce seulement possible ? Peut-on "comprendre" les actes ou les pensées d'un individu pédophile ?
L'auteur nous invite en tout cas à découvrir la vie de Jonathan, ses pensées, ses envies, ses craintes, suite à sa sortie de prison. Une vie parfaitement rythmée, ou presque. Seule ombre au tableau, ses pulsions qu'il tente de maîtriser... Et le passé, pour lequel aucun retour en arrière n'est possible.
Même si l'on peut parfois ressentir de la pitié pour Jonathan, notamment au vu de la culpabilité qu'il ressent et des efforts qu'il fournit pour essayer de changer, il demeure difficile de s'attacher à ce personnage.

L'auteur, qui a été psychologue judiciaire, semble particulièrement connaître le sujet. Elle l'aborde avec précision, notamment dans le travail qu'effectue Jonathan au quotidien via son cahier d'exercices, ou bien encore concernant ses pensées et le combat qu'il mène avec lui-même.

Une lecture nécessaire ? Je n'ai pas ce sentiment. Se mettre dans la tête de Jonathan permet d'avoir un aperçu de ce qu'est sa vie, tiraillé entre ses pulsions malsaines et son envie de les anéantir.
À défaut d'être nécessaire, j'estime plutôt cette lecture utile, du moins pour quiconque souhaite savoir ce qu'il peut se passer dans l'esprit d'un pédophile.

Si "La tanche" peut déranger et constituer une lecture parfois difficile, l'auteur a le mérite d'aborder un thème délicat avec intelligence. Un roman noir et marquant.


http://www.faimdelire.com/2017/10/la-tanche-de-inge-schilperoord.html
Par le Editer
merediana Or
Note : 9/10
Dans une ambiance malsaine, l'auteure nous montre les efforts d'un pédophile pour ne pas replonger.
Ce livre est déroutant et dérangeant, sur un sujet tabou, mais il est terriblement bien écrit.
Par le Editer
Root Lu aussi
Note : 7/10
Accusé de pédophilie, Jonathan vient d’être libéré, « faute de preuves ». Moi, le soupçon me suffit à le condamner. Plutôt que de crier mon dégoût et ma haine, j’ai tenté de réfléchir à la façon dont Inge Schiperoord choisit d’aborder le sujet.

Le décor est planté dans une petite ville de banlieue. L’ambiance est moite, poisseuse ; la saison est chaude. Lors d’une de ses balades dans la nature, Jonathan recueille un poisson blessé et le rapporte chez lui. Une tanche. Il déverse son trop-plein d’affection sur l’animal et l’investit d’une mission : être son poisson-médecin. Son livre de chevet sur la faune et la flore lui a appris que les tanches posséderaient un pouvoir de guérison.

La fragilité et la notion de discernement du personnage ne sont pas celles d’un individu que je qualifierais de « normal ». Est-ce suffisant pour justifier ses déviances ? Et que penser lorsque l’animal dépérit ? Jonathan a-t-il réussi à le lier à lui? L’allégorie est dérangeante, très bien pensée.

Le récit est lent. Pas long, lent. Tout, dans le style, le rythme, le vocabulaire, contribue à installer le malaise. Jonathan décrit tous ses faits et gestes, les note scrupuleusement dans un carnet. « Je fais tout ce que j’ai envie de faire en respectant toutes les normes de la bienséance. […] Je maintiens l’ordre dans mon environnement. ». Y a-t-il encore un ordre dans cet environnement ? Le savoir-vivre n’est-il pas tristement dérisoire ?

Il se répète comme un mantra : « Ce qui est mauvais, ce n’est pas la personne qui a commis les actes mais ce sont les actes qui transgressent les limites. ». Est-il capable d’apprendre à maîtriser ses actes? Peut-il vraiment penser que «c’est terminé » ? A-t-il droit à la rédemption? Dois-je me poser cette question?

La tanche est un roman fort. Difficile, violent, avec une fin surprenante, je l’ai lue deux fois. Il est écrit avec une délicatesse indéniable, les mots sont pesés, le point de vue osé, mais je ne l’ai pas ressenti comme une provocation (j’aurais eu tôt fait de le reposer). Je ne peux pas vous le conseiller, ni vous dire de le laisser de côté. Je pense en avoir suffisamment dit pour que vous puissiez vous en faire une idée.



Merci aux éditions Belfond qui m’ont permis de découvrir ce roman.

N'afficher que les commentaires des booknautes ayant ce livre en liste de :

Ajouter un commentaire

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.