Livres
443 756
Membres
379 742

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Quand elle vit leurs mains se lever, Sonea frissonna de terreur. Tournant les talons, elle courut vers la foule. Du coin de l'œil, elle vit détaler les derniers adolescents. Sa vision se troubla alors que des éclairs frappaient des corps autour d'elle. Puis des cris déchirent l'air. Une vague de chaleur la percuta et se laissa tomber à genoux, haletante.

- Arrêtez !

Sonea n'avait pas mal. Baissant les yeux, elle sursauta en constatant que son corps était intact.

Afficher en entier

Une étrange sensation l'envahit, comme si quelqu'un lui avait enveloppé la tête dans une serviette pour occulter ses sens. Elle frissonna, certaine d'avoir fait quelque chose - mais cette fois, à elle-même.

Afficher en entier

Quelque chose se rebella dans les entrailles de Sonea, qui resserra sa prise sur la pierre, la soupesa et constata avec plaisir qu’elle était lourde. Se tournant face aux magiciens, elle sentit la haine former une boule dans son estomac. Puisant de la force dans la rage d’avoir été jetée hors de chez elle ainsi que dans son ressentiment atavique contre les mages, elle jeta sa pierre sur celui qui avait parlé. Le caillou siffla dans les airs. Lorsqu’il approcha de la barrière invisible, Sonea pria pour qu’il la traverse et atteigne son but.

Un éclair de lumière bleue rida la surface invisible, et la pierre percuta la tempe du magicien avec un bruit mat. L’homme resta debout sans réagir, les yeux dans le vague, puis ses genoux se dérobèrent et son compagnon fit un pas en avant pour le rattraper.

Afficher en entier

Maintenant, c’était la voix de Harrin. Sonea comprit qu’il prenait sa défense et ce qu’avait dit l’inconnu la frappa enfin. Il ne faisait pas bon être une espionne dans les Taudis. Si Harrin avait été du même avis que l’autre type, Sonea aurait été dans les ennuis jusqu’au cou… Mais espionne pour le compte de qui ?— Qu’est-ce qu’elle serait d’autre ? insista la première voix. C’est une magicienne ! Et les mages s’entraînent pendant des années et des années

Afficher en entier

C’est vrai et faire savoir que nous lui ouvrons nos portes pourrait nous épargner la peine de la rechercher. Une fois qu’elle saura qu’elle peut devenir une magicienne, avec la position sociale et l’opulence que cela sous-entend, elle viendra à nous

Afficher en entier

Sarrin en convint. Vinara regarda Balkan, qui haussa les épaules. Rothen se mordit la langue pour étouffer la protestation qui lui montait aux lèvres. Avec une expression ne trahissant pas ses sentiments, Lorlen fixa les trois hauts mages en silence

Afficher en entier

Sonea ne put s’empêcher de sourire en reconnaissant l’adolescent qui se tenait dans le dos de Harrin. Il devait faire la moitié de la taille du chef de bande. Cery n’avait pas grandi d’un poil depuis que Sonea l’avait vu pour la dernière fois, et elle savait à quel point cela l’ennuyait. Cery avait toujours été un membre respecté du groupe malgré sa petite stature, car son père avait jadis travaillé avec les voleurs

Afficher en entier

Un adolescent se tapissait dans l’ombre d’un porche, examinant les passants d’un regard méfiant. Il n’avait pas l’air de prêter attention à ce qui se passait autour de lui, mais Sonea remarqua que ses yeux volaient d’une entrée de ruelle à une autre. Alors qu’ils se posaient sur elle, Sonea ajusta son capuchon et fit ce qui aurait paru un geste obscène à beaucoup. Le jeune homme la fixa avant de lui adresser un signe en retour

Afficher en entier

Emboîtant le pas aux silhouettes qui avançaient en traînant les pieds, Sonea se fondit dans la foule et déboucha bientôt sur une artère plus large. Des maisons à deux ou trois étages se dressaient de chaque côté ; des visages étaient collés à leurs fenêtres les plus hautes. Sonea vit un homme aux riches vêtements qui tenait un enfant à bout de bras pour qu’il puisse mieux regarder la foule. L’homme pinçait les narines de dégoût, et, quand il tendit le doigt vers le bas, le petit garçon grimaça comme s’il avait goûté quelque chose de répugnant.

Sonea les défia du regard.

Feraient moins leurs malins si je balançais une caillasse dans leur fenêtre.

Au cas où, elle baissa les yeux. Mais s’il y avait des cailloux, ils étaient bien cachés sous la couche de boue.

Afficher en entier

- Ravi a dû se dire qu'il fallait que tu parles à Faren!

Cery ne répondit pas et passa la porte. Sonea le suivit, se demandant si un voleur portant le nom d'un insecte venimeux à huit pattes valait mieux qu'un confrère qui portait celui d'un rongeur.

Deux autres hommes aux épaules larges comme des armoires les regardèrent entrer dans la pièce. Ils ne se levèrent pas de leurs chaises pendant que le premier costaud refermait la porte, en ouvrait une autre, sur le mur opposé, et faisait signe aux deux adolescents de le suivre.

Accrochées aux murs de la salle suivante, des lampes constellaient le plafond de halos d'un jaune très esthétique. Le sol était couvert d'un grand tapis aux franges d'or. En face d'eux, assis derrière une table, Cery et Sonea virent un homme habillé de vêtements noirs très ajustés. Sur son visage à la peau sombre, d'effrayants yeux jaunes pâles les scrutaient.

Le voleur était un Lonmar, un membre d'une fière race du désert qui vivait loin au nord de la Kyralie. Les Lonmars étaient rares à Imardin. Leur culture étant très particulière, peu d'entre eux appréciaient de vivre à l'étranger. Chez eux, le vol était considéré comme une hérésie. En dérobant quelque chose, n'importe quoi, même un minuscule objet, le fautif perdait une partie de son âme.

Et voilà que Sonea et Cery se tenaient devant un voleur lonmar.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode