Livres
447 322
Membres
387 646

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Quelque chose effleura les lèvres de Sonea. Elle ouvrit les yeux en les clignant et scruta le visage penché au-dessus des siens. Akkarin.

Il sourit et l'embrassa de nouveau.

- Réveille-toi, murmura-t-il, puis il se redressa, lui prit la main et l'aida à se lever.

Elle regarda autour d'elle. Un sinistre demi-jour avait tout peint en gris. Le ciel était couvert de nuages, mais, selon elle, il devait être encore trop tôt pour que le soleil soit retombé derrière l'horizon.

Afficher en entier

"Tu… tu crois que tu aurais été tentée ?

Elle repensa au jour où ils s’étaient rendus à la source tous les deux, et à son baiser ; elle ne put s’empêcher de sourire.

— Un peu. Mais je te connaissais à peine, Dorrien. Quelques semaines ne suffisent pas pour être sûr.

Les yeux de Dorrien vacillèrent par-dessus l’épaule de Sonea. Elle se retourna et vit qu’Akkarin revenait, sur son cheval.

— Et tu es sûre, maintenant ?

Elle se tourna vers Dorrien.

— Oui.

— Même si j’ai eu du mal à le convaincre, ajouta-t-elle.

Dorrien s’étrangla. La jeune femme se retourna, se maudissant d’avoir fait une remarque si maladroite, et le vit éclater de rire.

— Pauvre Akkarin ! dit-il en secouant la tête. (Il la regarda de biais et secoua la tête.) Un jour, tu seras une femme redoutable.

Puis Akkarin arriva à leur niveau, et elle abandonna.

En lui tendant un petit pain, Akkarin l’observa. La jeune femme sentit son visage chauffer de plus belle. Le mage haussa les sourcils et regarda Dorrien d’un air interrogateur. Le guérisseur sourit, talonna les flancs de son cheval et se mit en route.

- Alors, de quoi toi et Dorrien discutiez-vous, tout à l’heure ? demanda Akkarin.

Sonea se tourna vers lui.

— Discutiez ?

— Devant la ferme, quand j’achetais de la nourriture.

— Oh ! Là. De rien.

Le mage sourit et hocha la tête.

— De rien. Quel sujet étonnant ! Il crée des réactions si fascinantes chez les gens.

Elle le regarda calmement.

— C’est peut-être une façon polie de dire que ça ne te regarde pas.

— Si tu le dis...."

Afficher en entier

[...]

Sa conscience se tut.

Continue a me contrarier, lui dit-elle. Je préfère ça qu'être indifférente.

Toujours rien.

Génial! elle secoua la tête. Peut-être que cette vieille légende sur l'Oeil est vraie. Non seulement j'entretiens des conversation avec moi même, mais maintenant je refuse de me parler. Ce doit être le premier signe de folie.

Afficher en entier

Akkarin sourit. Sonea sentit les mains de l’homme glisser autour de sa taille. Il l’attira à lui, et elle décida que ses questions pourraient attendre. Elle leva une main et traça l’ourlet des lèvres du mage du bout du doigt. Soudain, il se pencha, sa bouche rencontra celle de Sonea, et toute question fut oubliée.

Afficher en entier

Il se pencha et lui tendit la main. Elle la prit et se laissa hisser sur ses pieds. Une vive lumière l’éblouit, et elle se rendit compte que le soleil levant commençait tout juste à franchir la crête de la montagne, au fond du vallon.

Akkarin s’immobilisa. Sentant que quelque chose avait capté l’attention du mage, Sonea lui jeta un coup d’œil, mais il n’était qu’une forme sombre dans le contre-jour. Instinctivement, elle le chercha avec son esprit. Aussitôt, une image se forma.

Un visage, entouré de cheveux brillant dans la lumière du matin.

Des yeux… si sombres… et une peau pâle, parfaite…

C’était son propre visage, mais elle ne s’était jamais vue ainsi dans un miroir. Ses yeux brillaient d’un éclat mystérieux, ses cheveux semblaient onduler dans la brise, et elle n’ouvrait sûrement pas la bouche de façon aussi engageante…

Le mage retira vivement sa main et recula d’un pas.

Afficher en entier

"C’est ainsi qu’il me voit, pensa-t-elle soudain. Elle ne pouvait pas se tromper : elle avait perçu du désir. Elle sentit son propre cœur battre la chamade. Tout ce temps, j’ai résisté car je pensais que ce n’était que moi, songea-t-elle. Et lui aussi.

Elle fit un pas vers Akkarin, puis un autre. Il la regardait intensément en plissant le front. Elle souhaitait qu’il voie par-delà ses yeux, qu’il sente ses propres pensées et qu’il sache qu’elle connaissait les siennes. Akkarin écarquilla les yeux de surprise en la voyant se rapprocher. Sonea sentit les mains du mage lui entourer les bras, puis se resserrer quand elle se mit sur la pointe des pieds et l’embrassa.Le mage s’apaisa totalement..."

Afficher en entier

_Oh, je suis sure qu'on pourrait le réchauffer!

Les filles rires d'un air entendu. Lorsqu'elles se calmèrent, l'une d'elles poussa un long soupir plein d'envie.

_Il est tellement mignon. Dommage qu'il soit trop vieux pour nous.

_Je ne sais pas, répondit l'autre. Il n'est pas si vieux. On a marié ma cousine à un homme bien plus âgé. On ne dirait pas comme ça, mais le haut-seigneur n'a pas plus de trente-trois ou trente-quatre ans.

Sonea se raidit de surprise et d'incrédulité. Elles parlaient d' Akkarin!

Afficher en entier

"Je pensais t’avoir perdue, chuchota-t-il d’une voix rauque. (Il prit une profonde inspiration tremblante.) Tu aurais dû fuir dès son apparition.Sonea était contusionnée et épuisée, mais alors que la magie guérisseuse s’échappait d’Akkarin, elle sentait la force lui revenir.

— Je te l’ai dit. Je ne te quitterai pas. Si nous mourons, nous mourrons ensemble.Le mage recula un peu et baissa les yeux sur elle, amusé.

— C’est très flatteur..."

Afficher en entier

- Pourquoi me montrez-vous ces livres ?

Le regard d’Akkarin se plongea dans celui de Sonea.

- Tu veux savoir la vérité, dit-il

Afficher en entier

Puis elle ouvrit les yeux et concentra tout sur Kariko et ses alliés.

Le chef ichani chancela. Son bouclier tint bon pendant un moment, puis il ouvrit la bouche dans un cri muet quand un éclair de chaleur lui brûla le corps. L’homme suivant recula mais ne put faire que quelques pas avant que la magie de Sonea fasse exploser son bouclier et le brûle. Elle ressentit une vague de triomphe. Le dernier Ichani tenait bon. Sonea sentit sa force lui échapper. L’homme commença à avancer ; la peur s’empara de la jeune femme. Un dernier filet d’énergie lui parvint ; elle le projeta. L’Ichani écarquilla les yeux à l’affaiblissement de son bouclier. Puis, alors que tout ce qu’il restait de magie à Sonea jaillissait, le bouclier de l’homme disparut. Un éclair de chaleur le parcourut, et il s’écroula.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode