Livres
470 002
Membres
438 040

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La trilogie du prince Berserk, Tome 3 : Dressage



Description ajoutée par Linkward 2015-11-01T09:43:32+01:00

Résumé

Quand le jeune Ishayu est envoyé par le conseiller du Magnus d'Ishmaar à la cour du roi Berserk, il est loin de soupçonner que son rôle d'écuyer va tourner court puisqu'il se retrouve valet (et souffre-douleur !) du prince Ophrys !

Luttes de pouvoir, querelles familiales, sorcellerie, magie... Ishayu va découvrir un monde étrange, à la fois fascinant et effrayant : celui des Berserks, une race guerrière dont le prince héritier, Ophrys Akila, n'est autre que le descendant direct du héros légendaire Ronce de Mohan, la Némésis des légions humaines d'Ishmaar.

Le joli prince va prendre un malin plaisir, au nom des souffrances endurées par ses ancêtres, à transformer la vie du jeune humain en enfer et un jeu du chat de la souris va commencer entre les deux garçons.

Qui, du Berserk ou de l'humain, apprivoisera l'autre ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 27 lecteurs

Extrait

Nous allions régulièrement étaler notre "bon goût" dans les tavernes, où les jeunes Berserks de basse extraction nous considéraient comme des demi-dieux et, si chacun gardait bien en tête que j'étais toujours un serviteur, je n'en étais pas moins devenu pour ces jeunes gens "l'ami de Ophrys", celui qu'il valait mieux caresser dans le sens du poil si l'on tenait à entrer dans les bonnes grâces du neveu d'Azurite.

J'avoue que j'usai de ce curieux statut aussi souvent que possible et sans remords aucun. Pour Ophrys et moi, ces garçons étaient avant tout "les autres", par opposition à "nous" et à "notre" complicité, ceux que l'on pouvait fréquenter sans crainte mais sans jamais leur faire partager plus que nécessaire.

Que nul n'aille croire, cependant, que j'avais une quelconque autorité sur Ophrys ! Personne n'en avait. Pas même Azurite. Béryl fut la seule personne, en dehors sans doute de sa mère et d'Iolite, qui eut un ascendant sur lui - et encore, je ne pourrais le jurer.

Le démon acquiesçait aux conseils, il simulait fréquemment obéissance, quelquefois soumission, mais n'en fit jamais qu'à sa tête et, à bien y réfléchir aujourd'hui, je crois que c'est ce qui m'a toujours fasciné chez lui. Enfermé dans une cage, entravé par les conventions et les usages, Ophrys n'a jamais cessé d'être libre.

— Ishayu ! Tu dors ou quoi ?

Je tressaillis.

— Quoi ? Excusez-moi, j'étais perdu dans mes pensées. (Je me penchai vers lui.) On dirait que la coupure a arrêté de saigner. Ça va mieux ?

Il fit jouer ses cervicales.

— Ça brûle toujours mais ça va.

— Vous avez une peau aussi délicate que celle d'une jeune fille humaine, plaisantai-je.

Il grimaça.

— C'est charmant…

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Oh mon dieu! J'ai lu la série d'une traite. J'adore le style de l'auteur. L'histoire est tellement prenante. Spoiler(cliquez pour révéler)Et cette fin, elle m'a totalement lynché. Bon sang! Sérieux, l'auteur n'aurait pas pu nous donné d'autres détails concernant la personne avec qui Ishayu est lié. Moi qui attendais depuis trois tome pour le savoir, je suis resté sur le cu. Ce genre de fin est assez rare dans les livres, je crois. Mais bon sang, j'en suis toute retourner. Je ne suis pas prête de m'en remettre.

Afficher en entier
Bronze

J'en attendais plus de ce dernier tome, plus de réponse et je m'attendais au moins a un peu de romance mais rien. Je suis assez déçu, sans parler du fait que j'ai l'ancienne édition papier avec toute les coquilles qui vont avec.

Afficher en entier
Or

Juste un peu déçu sur ce tome qui me semble un peu abrupte, on est à la fin et l'histoire passe vite sans détail, un peu comme un épilogue.

On aurait aimé du développement et surtout plus de détail sur l'étreinte tant attendue !

Sinon j'ai adorée l'histoire.

Afficher en entier
Lu aussi

Quelle déception à la fin de ce dernier tome de la trilogie. Si ce n'était que la fin ouverte (que je ne vous spoilerai pas) qui m'est restée en travers de la gorge, cela passerait encore, mais le récit est complétement bâclé afin de conclure vite fait et mal fait l'histoire.

En effet, le prince Orphys est en mauvaise posture pendant toute la trilogie : on ignore s'il est otage ou invité du roi et cela a construit soit-disant un suspens dans l'intrigue... Ok, cela pourrait encore fonctionner mais on règle le tout en quelques phrases après la mort du roi où le prince est aimé et acclamé par la foule. Hourra, cela nous fait une belle jambe, mais comment en est-on arrivé là? Pourquoi la foule l'aime-t-il? Il n'a strictement rien fait pour en arriver là à part être enfermé par son oncle dans un donjon doré et être le fils de son père. Clairement, c'est trop simple, trop facile et cela confirme mon idée première: je me suis faite avoir en achetant cette trilogie. Une histoire lente et bâclée à la fois j'en ai rarement vu et celle-ci est probablement la pire de toute. On a des longueurs sur les réflexions d'Ishayu qui ne sait pas quel prince aimer. Génial de quoi faire fantasmer toutes les personnes qui ont cru en une romance en venant lire ce récit!! Déception quand on sait la fin ouverte que l'on a à la fin!

De plus, ce récit est toujours écrit de façon simpliste et est rempli de fautes d'orthographe honteuse pour un auteur!

Pour celles et ceux qui veulent savoir à quel point la fin m'a déçue, lisez la suite. Sinon passez votre chemin.

Spoiler(cliquez pour révéler)Quelle fin ouverte: après avoir suivi les hésitations d'Ishayu pendant 3 tomes et bon sang qu'est-ce qu'il a pu se lamenter et fantasmer, on ne sait pas qui il choisit à la fin: Orphys ou Béryl. Et bien on vous a eu si vous pensez avoir la solution. Non on sait juste qu'Ishayu a une marque qui est apparu et c'est tout. D'autant plus que le serviteur de Béryl lui pose la question de qui il préfère mais on n'a pas la réponse. Juste la mystérieuse apparition de la marque de Set comme quoi il est le compagnon d'âme d'un Berserk. Génial! Mais les deux le sont!! Même si Orphys a plus de caractéristiques berserks. Un indice pourrait être qu'Orphys a la marque de Set qui apparaît dans le second tome lors d'un massage d'Ishayu. Ok, mais il n'avait pas déjà un compagnon d'âme? Donc cela veut dire qu'un Berserk peut avoir 36 compagnons d'âme et que cela ne pose de problème à personne? De plus, il a une marque un tome avant Ishayu: donc c'est quoi une reconnaissance d'âme à retardement? C'est comme pour Béryl si c'est lui qui est choisi son âme n'aurait pas dû reconnaître sa soeur au premier coup d'oeil? On doit attendre 3 tomes pour cela? C'est simpliste et l'auteur ne donne aucune réponse, aucunes indications sur les marques de Set. On vous donne cela et débrouillez-vous avec. C'est un manque de considération pour les lecteurs de les laisser dans le flou absolu. Surtout qu'elle n'explique en rien ces marques et elle en fait un élément essentiel de sa réponse sur le choix d'Ishayu... Trop facile de finir comme cela, surtout que c'est plutôt incohérent l'apparition de cette marque.

Bref vous l'aurez compris, je ne vous recommande pas la lecture de ce récit que je ne saurai pas qualifier de livre, d'autant plus quand l'on regarde le prix d'un tome en numérique ou en papier et la qualité de l'orthographe de l'auteur!

Afficher en entier
Bronze

Une dernière partie palpitante, le trône se rapproche, les tensions sont partout.

Notre duo est plus tenace que jamais.

Afficher en entier
Diamant

Un parfait troisième tome pour clore cette fabuleuse histoire !

Plus intense encore que les précédents, plus grave, plus sombre : nos princes ont grandi et muri, Ishayu également. Plus proches du pouvoir, plus proches du danger et des trahisons. C'est le temps des alliances politiques, des déchirements familiaux, des mariages de raison. Mais sous le poids des contraintes et des obligations, sous les masques et les apparences, c'est aussi le temps ou les désirs interdits resurgissent, ou les geste tendres et amoureux apaisent les chagrins et les deuils. On retrouve avec plaisir et tendresse Ishayu le narrateur, ex petit esclave de plaisir, espion malgré lui, devenu l'allié et le plus fidèle soutien de son prince. Assagi, moins espiègle, il est le témoin des tragiques événements qui accompagnent le vieux roi Azurite vers son déclin, mais aussi des tourments intimes d'Ophrys et du joli Beryl, ces deux Akila qui ont volé son cœur.

Et puis il y a Ophrys, encore et toujours, ce magnifique petit prince Berserk au pieds nus, au cœur à vif, aux mains vides, méprisé et incompris par les uns, adoré et protégé par les autres. Ce jeune homme complexe, plein de contradictions, qui marche vers son Destin tel un funambule sur son fil. Il y a beaucoup d'émotions dans ce dernier opus, de l'amour, de la tendresse, de la rage, de la peur et de la peine, de la jalousie et des regrets, j'en ai été emportée, et j'ai dévoré le tout en un temps record, sans pouvoir reposer ma liseuse. Un coup de cœur. Un seul regret, j'aurai voulu en savoir plus... en avoir plus ! Quelques lignes, un épilogue, un chapitre, ou deux, ou dix... je n'avais tellement pas envie de les quitter.

5/5

Afficher en entier

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 27
Commentaires 6
Extraits 1
Evaluations 9
Note globale 6.89 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode