Livres
477 819
Membres
458 837

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par pouniri 2019-11-17T19:22:23+01:00
Argent

Très bon roman, expérience très intéressante qui permet de comprendre les mécanismes de l'embrigadement de masse. À lire !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par zelie26 2019-11-10T14:14:02+01:00
Or

livre passionnant à lire: je le conseil à le lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Milika 2019-11-02T15:11:43+01:00
Argent

Une excellente lecture qui permet de voir l'évolution d'un mouvement de foule et la façon dont l'humain peut se faire endoctriner sans s'en rendre compte.

L'histoire offre un parallèle intéressant pour comprendre comment les nazis se sont fait recruter malgré eux.

Il aurait été interessant d'avoir un épilogue pour savoir comment se passait le retour à la normal après les événements

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elody92 2019-10-10T18:06:02+02:00
Argent

Ce livre peut déconcerter mais la réflexion qu'il entraîne est intéressante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Victoria971 2019-09-30T12:16:40+02:00
Diamant

Je n'ai pas eu "la chance" de découvrir ce texte durant mon parcours scolaire et je trouve qu'il devrait vraiment être au programme !! Il est totalement bouleversant ! Quand la "force" d'un groupe devient plus forte - et plus dangereuse surtout - que les individus prit séparément ! Il n'y a pas de mots assez forts pour décrire ce texte, car personne ne peut affirmer dans quel "camp" il aurait été. A mettre entre toutes les mains des lycéen !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Angel89 2019-09-25T22:45:29+02:00
Argent

Très intéressant à lire, d’autant plus lorsqu’on sait que c’est inspiré de faits réels. Ça nous fait poser pleins d’interrogations : est-ce que ça marcherait dans un lycée français ?, est-ce qu’on aurait rejoint le mouvement ? Il y a quand même quelques trucs qui me dérangent dans le roman. Déjà, pour la fin, j’aurai aimé quelques chapitres sur « l’après-vague », voir comment les élèves font pour reprendre leur ancienne vie, surtout Robert. Et l’autre chose, c’est au début cette fois, quand Ben leur parle de la Seconde Guerre Mondiale, on dirait que tous les élèves découvrent ce qui s’est passé pour la première fois. Comme s’ils n’avaient jamais entendu parler de la Shoah ou d’Hitler et pour des élèves de Terminales je trouve un peu dur à croire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Loumiel 2019-09-25T14:40:04+02:00
Lu aussi

Un livre qui m’a plutôt déçu. Le sujet est intéressant, mais bon sang que c’est mal écrit. Les personnages sont surfaits et stéréotypés. Et je sais bien que ça se passe aux USA, mais sérieux ils ont 17 ans et n’ont jamais entendu parler de la Shoah ?

Les événements vont trop vites pour que j’y croie réellement, et les réactions peu naturelles. Je sais bien que c’est inspiré d’un événement vrai, mais on a que peu de témoignages, donc je ne suis pas convaincue par la verticité des propos. Pas que je ne crois pas que ce soit possible, mais aussi rapidement, je trouve ça un peu trop.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Floriane-37 2019-09-25T13:08:47+02:00
Commentaire ajouté par Pegh 2019-09-21T17:59:31+02:00
Or

Une lecture courte : autant par la taille du livre, que par le fait qu'il est impossible de le lâcher après l'avoir commencé.

Très souvent quand on parle du nazisme on se demande comment ça a pu arriver, comment tant de gens sont morts à la barbe et au nez de tant d'autres.

Tod Strasser nous livre ici le récit incroyable d'une histoire vraie, de jeunes américains, le pays des libertés, noyés dans un engrenage malfaisant dont les protagonistes n'ont au final presqu'aucune conscience.

Un livre sur l'Histoire et la société que chaque personne devrait lire : pour se rapeller et ne pas oublier ...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MoonlightReads 2019-09-21T09:33:51+02:00
Argent

Dans les années 60, les États-Unis sont encore – à raison – hantés par la monstruosité des actes perpétrés par les nazis lors de la Seconde Guerre Mondiale, et plus particulièrement par l’Holocauste : comment des milliers d’êtres humains ont-ils pu en torturer et massacrer des millions d’autres ?

De ce questionnement naitra – entre autre – l’expérience de Milgram, test psychologique (et pas de ceux que l’on retrouve dans Closer ou Gala) à base d’élèves, de professeurs, d’ordres et de (fausses) décharges électriques, cherchant à savoir si l’être humain, poussé par une figure d’autorité, est capable de faire du mal à autrui simplement parce qu’on le lui ordonne. (Spoiler alert : c’est le cas, et les résultats sont plutôt inquiétants… Mais je vous encourage à vous renseigner plus amplement là-dessus, c’est à la fois hyper simple et très intéressant !)

Si je vous parle de l’expérience de Milgram, ce n’est pas simplement pour étaler le peu de culture que je possède en matière de psychologie, mais parce que quelques années plus tard, une autre expérience similaire aura lieu, découlant du même questionnement mais se déroulant cette fois-ci dans un lycée américain : la troisième vague. Dont La Vague est la retranscription romancée.

Je ne vous en dis pas plus sur le déroulement de ladite expérience – puisque c’est ce que vous retrouverez dans le roman – mais les résultats finaux ont encore une fois été plutôt alarmants, et le professeur Ron Jones, à l’origine de la troisième vague, en parlera en ces termes : « Il s’agit de l’évènement le plus effrayant que j’aie jamais vécu dans une salle de classe.«

Voilà, après cette longue (mais selon moi nécessaire) mise en contexte, il serait temps d’en parler, de ce fichu roman !

Eh bien… Je l’aime beaucoup : je trouve l’histoire fascinante, les personnages sont attachants, l’écriture est simple et fluide… Le seul problème que j’ai, c’est que je ne sais pas quelle part de cet amour je dois à Todd Strasser, l’auteur. Après tout, il n’a fait que romancer une histoire et des personnages déjà existants, qui avaient par ailleurs déjà été adaptés dans un téléfilm de 1981. Le roman de Todd Strasser serait donc l’adaptation de l’adaptation de l’expérience en elle-même… Et je ne sais pas où me situer par rapport à ça.

L’auteur a t-il eu à simplement recopier ce qu’il voyait ? Le travail lui a t-il été prémâché ? Ou a t-il fait de véritables recherches pour son œuvre ? Et est-ce qu’au final je ne me poserais pas trop de questions pour rien ? Eh bien je ne sais pas.

Ce que je sais en revanche, c’est qu’il y a tout de même quelque chose que je ne pourrais jamais retirer à Strasser : il a réussi à rendre l’œuvre – et donc l’expérience et tout ce qui s’en rapporte – extrêmement abordable, même pour les plus jeunes. Enfin, pour des collégiens. Ou des enfants de moins de dix ans très intelligents.

En choisissant de mettre en scène un décor et des personnages que l’on connait bien (pour ne pas dire stéréotypés) tels que la jeune rédactrice du journal du lycée qui n’a que des bonnes notes, son petit-ami le footballeur populaire ou encore le loser de la classe, cancre discret que tout le monde trouve bizarre, Todd Strasser permet au jeune lecteur de s’ancrer plus facilement dans un récit dont il n’a peut-être pas l’habitude, mais dont les protagonistes lui sont familiers.

Il en va de même pour le style : ici, pas de fioritures ou de décorations futiles : le sujet est plus important.

Avec une écriture simple, fluide, un peu d’humour et un nombre de pages très limité (deux-cent vingt pages dans mon édition de poche, écrit en gros caractères), les obstacles à la compréhension sont peu nombreux, et on va droit au but.

C’est d’ailleurs pour cela que, même si rien ne l’indique, La Vague est pour moi un roman jeunesse, que les enfants peuvent lire que les enfant devraient lire, puisqu’il n’est jamais trop tôt (ni trop tard) pour comprendre les dangers d’idées telles que le fascisme, le totalitarisme, le nazisme… Et surtout pour comprendre qu’il est bien plus facile de tomber du mauvais côté que ce que l’on croit… Afin de l’éviter.

(Eh, il suffit de voir les cours d’Histoire dans les écoles : une heure à parler de collaboration et de Résistance, et vous vous retrouvez avec une classe entière de gosses de dix ans qui vous affirment qu’ils auraient tous été des petits Jean Moulin en puissance.)

Parce que l’on en arrive enfin à ce que j’ai préféré dans La Vague : l’évolution psychologique des personnages.

Ça me fascine de voir à quel point il est facile de transformer une classe tout à fait banale en microcosme totalitaire, et je trouve ça très intéressant de voir les différentes raisons – pas toujours mauvaises – qui poussent les élèves à adhérer au mouvement :

- le cancre de la classe, par exemple, adore La Vague : il y est enfin pris au sérieux par ses camarades puisque, pour une fois, il se trouve dans un domaine où il se débrouille bien mieux qu’eux

- d’autres élèves se sentent appartenir à une communauté, un groupe uni où ils sont plus forts et où la course ridicule à la popularité n’a plus lieu d’être

- d’autres encore n’apprécient pas le mouvent, mais la pression et la psychologie de foule l’emportent. Que faire lorsque tout le monde va à l’encontre de votre avis ? Devenir le mouton noir de la classe ? S’il y a bien une chose que nous ont appris les séries américaines, c’est qu’aux États-Unis, la réputation d’un lycéen vaut plus pour lui que… N’importe quoi.

Et puis après tout, pourquoi choisir de nager à contre-courant quand il est tellement plus facile de suivre la vague ?

Parce que La Vague a beau être un roman très abordable et traité de manière plutôt « gentillette », après une telle lecture, une question, désagréable, de celle que l’on n’a pas envie de se poser, flotte tout de même dans l’air et trotte dans la tête pendant un long moment… Une question qui vaut autant pour l’expérience de la troisième vague que pour celle de Milgram, et que l’on peut même se poser lorsque l’on s’imagine les horreurs des guerres passées :

« Et si ç’avait été moi ? »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode