Livres
472 583
Membres
445 365

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Véritable Grace de Monaco



Description ajoutée par Oiseau-du-Paradis 2012-08-22T13:42:35+02:00

Résumé

Star de Hollywood avec quelques films inscrits à jamais dans l'histoire du cinéma, Grace Kelly entra de plain-pied dans la légende en devenant princesse de Monaco. Son mariage avec le prince Rainier, en 1956, fut l'un des plus prestigieux du siècle. Dès lors, Grace ne quitta plus la une des journaux, faisant (le la Principauté la cour la plus médiatique d'Europe. Elle incarna la perfection et la beauté. Elle porta discrètement assistance à une infinité de personnes. Elle se lia d'amitié avec les plus brillantes personnalités du monde des Arts: Cary Grant, Ava Gardner, Maria Callas, Frank Sinatra, Joséphine Baker, etc. Qui était cette femme peut-être trop parfaite pour être pleinement heureuse ? Y avait-il des fêlures sous ce masque si lisse ? Qu'eu était-il de ses bleus à l'âme avant son accident fatal, alors que s'effaçait l'éclat de la jeunesse ? Au-delà des faits divers qui ont souvent déformé sa véritable personnalité, Bertrand Meyer-Stabley, l'un des meilleurs spécialistes de la Principauté, nous raconte tout son destin exceptionnel: ses origines irlandaises, son enfance studieuse dans la haute société de Philadelphie, ses débuts à Broadway, ses iidylles avec Jean-Pierre Aumont, Clark Gable, Ray Milland, William Holden. Viennent ensuite sa brève et étincelante carrière cinématographique et son accession au trône monégasque. Grâce à de nombreux témoignages, Bertrand Meyer-Stabley cerne là l'une des figures les plus adulées et les plus secrètes de notre temps.

Kennedy.

Afficher en entier

Classement en biblio

Extrait

Quand il fait irruption chez Victor, Albert congédie ses gardes du corps. Parenthèse nostalgique. Le livre d’images ravive le passé sans souci, l’enfance douillette, les caresses et les mots doux, le parfum poudré de sa mère, les effluves de laque Elnett s’échappant du chignon parfait, qui supplantent dans sa mémoire olfactive les notes de jasmin Miss Dior. « Parle-moi d’elle encore », dit-il. Alors le petit homme brode des anecdotes, élabore des souvenirs, enjolive, tricote puisque le souverain l’exige. Il raconte l’arrivée à l’improviste de Grace, dans sa Rolls décapotable caramel, le tapis rouge qu’il avait déployé sur-le-champ ce jour-là, lui l’expert, tourneboulé par cette visite surprise. Albert rit, en redemande : n’y a-t-il plus que Victor, dans cette ville-écran, qui soit capable d’évoquer sa mère sans chichis ?Mademoiselle M, qui fut l’une des premières dames de compagnie de Grace, s’y risque aussi, prudemment. Octogénaire, elle est toujours salariée au Palais… « J’ai été engagée, explique-t-elle, quand on a créé le premier service de presse du Palais. Il fallait bien s’organiser, les gens affluaient de toutes parts, les demandes d’interviews, de reportages photo n’avaient jamais été aussi nombreuses. Soudain, en 1957, avec la princesse, la principauté devenait un sujet d’actualité à part entière et presque à plein temps. Le chef de cabinet, le colonel Ardant, le père de l’actrice Fanny Ardant, cherchait une secrétaire particulière. Je parlais anglais (c’était la première condition pour le poste), elle m’a donc reçue. Moi, j’étais tétanisée : être au service d’une star et d’une princesse ! Mais elle était si gentille qu’elle m’a tout de suite mise à l’aise. Deux jours plus tard, je devenais son bras droit. »Le bras droit articulé assure plusieurs prises : « Je gardais toutefois mes distances, précise-t-elle. J’ai senti d’emblée qu’elle ne supporterait aucune familiarité, qu’elle avait besoin de son jardin secret, qu’il n’entrait pas dans mes fonctions de me muer en confidente. Mais j’ai acquis la certitude qu’un malentendu planerait toujours entre elle et les autres, tous les autres. Ce que l’opinion prenait pour de la froideur n’était que la résultante d’une éducation puritaine à laquelle elle ne savait pas, ne voulait pas déroger. » Bien née, pour le meilleur et pour le pire. L’actrice blonde fit ses adieux au cinéma alors qu’elle était au sommet de la gloire. A la manière de Greta Garbo, autre étoile filante, Grace Kelly renonçait, optant pour une retraite anticipée sous les palmiers monégasques. C’était la preuve précoce d’une vraie force de caractère. En elle, l’acier et l’éther, l’orgueil et la candeur, formaient un étrange alliage. Et ce marbre fut sculpté par Jack Kelly, son père. Un être autoritaire, un phobique du sentiment, son seul Pygmalion

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents


Date de sortie

La Véritable Grace de Monaco

  • France : 2007-05-30 - Poche (Français)

Les chiffres

Lecteurs 0
Commentaires 0
Extraits 1
Evaluations 0
Note globale 0 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode