Livres
528 652
Membres
548 808

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Diamond03 2020-05-26T22:19:04+02:00

" Un roman réussi, c'est d'abord un roman qui rend heureux celui qui le lit."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Diamond03 2020-05-26T22:17:38+02:00

" Parce que écrire de la fiction, c'est se rebeller contre la fatalité de la réalité."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Diamond03 2020-05-26T22:07:58+02:00

" Quand j'étais malheureux, quand je n'avais plus personne à qui parler, il me restait mes personnages."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Moeuwy 2020-07-21T21:47:26+02:00

Je n’ai rien tant aimé sur cette Terre que de partager des moments avec toi, et le simple fait d’avoir connu ces moments excuse et justifie tout le reste. Donne un sens à tout le reste.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Moeuwy 2020-07-20T14:20:13+02:00

Après avoir essayé pendant des années de mettre de la vie dans mes fictions, j’ai besoin de mettre de la fiction dans ma vie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Diamond03 2020-05-26T22:05:01+02:00

" Depuis plus de vingt ans, tous les matins j'allume mon ordinateur, je lance mon traitement de texte et je quitte la médiocrité du monde pour m'évader dans mes vies parallèles. Ecrire n'a jamais été pour moi un loisir. C'est un engagement total. " Une manière spéciale de vivre" , disait Flaubert; " une drogue", renchérissait Lobo Antunes " On commence pour le plaisir, on finit par organiser sa vie autour de son vice.""

Afficher en entier
Extrait ajouté par magaliB 2020-10-11T18:45:58+02:00

1.

Brooklyn, automne 2010

Il y a six mois, le 12 avril 2010, ma fille de trois ans, Carrie Conway, m’a été enlevée alors que nous jouions toutes les deux à cache-cache dans mon appartement de Williamsburg.

C’était un bel après-midi, clair et ensoleillé, comme New York en offre beaucoup au printemps. Fidèle à mes habitudes, j’étais allée à pied chercher Carrie à son école, la Montessori School de McCarren Park. Sur le chemin du retour, nous nous étions arrêtées chez Marcello’s pour acheter une compote et un cannoli au citron que Carrie avait dévorés tout en gambadant gaiement à côté de sa poussette.

À notre arrivée chez nous, dans le lobby du Lancaster Building, au numéro 396 de Berry Street, notre nouveau gardien, Trevor Fuller Jones – il avait été embauché moins de trois semaines auparavant –, a donné à Carrie une sucette au miel et au sésame en lui faisant promettre de ne pas la manger tout de suite. Puis il lui a dit combien elle était chanceuse d’avoir une maman romancière, car elle devait lui raconter de belles histoires le soir dans son lit. Je lui ai fait remarquer en riant que, pour dire une chose pareille, il n’avait dû ouvrir aucun de mes romans, ce dont il a convenu. « C’est vrai, je n’ai pas le temps de lire, madame Conway », m’a-t-il affirmé. « Vous ne prenez pas le temps de lire, Trevor, ce n’est pas pareil », lui ai-je répondu alors que les portes de l’ascenseur se refermaient.

Selon notre rituel bien établi, j’ai soulevé Carrie pour qu’elle puisse appuyer sur le bouton du sixième étage, le dernier. La cabine s’est mise en branle dans un grincement métallique qui, depuis le temps, ne nous effrayait plus ni l’une ni l’autre. Le Lancaster est un vieil immeuble en fonte en cours de rénovation. Un improbable palais aux larges fenêtres encadrées de colonnes corinthiennes. Il servait autrefois d’entrepôt à une manufacture de jouets dont l’activité s’était éteinte au début des années 1970. Avec la désindustrialisation, le bâtiment était resté en déshérence pendant près de trente ans avant d’être réhabilité en logements lorsqu’il était devenu tendance d’habiter Brooklyn.

À peine arrivée dans l’appartement, Carrie enleva ses baskets miniatures pour enfiler deux chaussons rose pâle ornés de pompons cotonneux. Elle me suivit jusqu’au meuble audio, me regarda poser un vinyle sur la platine – le deuxième mouvement du concerto en sol de Ravel – tout en applaudissant à la perspective de la musique à venir. Elle resta ensuite quelques minutes accrochée à mes basques, en attendant que je termine d’étendre le linge, puis elle me réclama une partie de cache-cache.

C’était de très loin son jeu préféré. Celui qui exerçait sur elle une véritable fascination.

Lors de sa première année, le « caché-coucou » se résumait pour Carrie à coller ses petites mains devant ses yeux, doigts écartés, regard à demi masqué. Elle me perdait de vue quelques secondes avant que mon visage réapparaisse comme par magie pour la faire partir dans un grand éclat de rire. Avec le temps, elle avait fini par intégrer le principe de la cachette. Elle partait alors se planquer derrière un rideau ou sous la table basse. Mais il y avait toujours un bout de pied, un coude ou une jambe mal repliée qui dépassaient pour signaler sa présence. Parfois même, si le jeu se prolongeait trop, elle finissait par agiter sa main dans ma direction pour que je la trouve plus rapidement.

À mesure qu’elle grandissait, l’exercice s’était complexifié. Carrie avait apprivoisé d’autres pièces de l’appartement, multipliant les possibilités de cachettes : accroupie derrière les portes, en boule dans la baignoire, plongée sous les draps, aplatie sous son lit.

Les règles aussi avaient changé. Le jeu était devenu une affaire sérieuse.

Désormais, avant de partir à sa recherche, je devais me tourner vers le mur, fermer les yeux et compter distinctement jusqu’à 20.

Et c’est ce que je fis, cet après-midi du 12 avril, tandis que le soleil brillait derrière les gratte-ciel, baignant l’appartement d’une lumière chaude presque irréelle.

— Ne triche pas, maman ! me gronda-t-elle alors que je suivais pourtant à la lettre le rituel.

Dans ma chambre, les mains sur les yeux, je commençai à compter à voix haute, ni trop lentement ni trop vite.

— Un, deux, trois, quatre, cinq…

Je me souviens très bien du bruit feutré de ses petits pas sur le parquet. Carrie avait quitté la chambre. Je l’entendis traverser le salon, bousculer le fauteuil Eames qui trônait face à l’immense mur de verre.

— … six, sept, huit, neuf, dix…

Il faisait bon. Mon esprit vagabondait, ici et ailleurs, porté par les notes cristallines qui me parvenaient du salon. Mon passage préféré de l’adagio. Le dialogue entre le cor anglais et le piano.

— … onze, douze, treize, quatorze, quinze…

Une longue phrase musicale, perlée, qui n’en finissait pas de couler et que certains avaient joliment comparée à une pluie tiède, égale et tranquille.

— … seize, dix-sept, dix-huit, dix-neuf et vingt.

Ouvre les yeux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Papillotte34 2020-08-20T08:30:33+02:00

Ces deux cabossés ont été comme moi rattrapés par la vie. Au point de la donner à un enfant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Papillotte34 2020-08-20T08:29:34+02:00

La première fois aussi que, pour ne pas avoir peur de perdre quelqu'un, je préférais me faire croire que je ne l'avais pas encore trouvé.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Moeuwy 2020-07-22T19:12:25+02:00

La réalité ... la fiction ... toute ma vie j’avais trouvé la frontière très incertaine entre les deux. Rien n’est plus proche du vrai que le faux. Et personne ne se trompe plus que ceux qui s’imaginent ne vivre que dans la réalité, car à partir du moment où les hommes considèrent certaines situations comme réelles, elles deviennent réelles dans leurs conséquences.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode