Livres
466 870
Membres
431 407

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La vingt-cinquième heure



Description ajoutée par RMarMat 2015-10-07T19:29:05+02:00

Résumé

La Vingt-cinquième heure est l'histoire d'un homme, Iohann Moritz, décrété Juif sur une simple dénonciation : incarcéré, il est ensuite reconnu non seulement aryen mais membre de la race la plus pure : celle des Seigneurs !

Embrigadé dans l'armée nazie, Moritz sera successivement traité par les alliés comme un ami, car il a permis l'évasion de soldats français, puis comme un ennemi, sur le simple vu de sa "fiche". Tout cela sans jamais tenir compte de l'homme lui-même mais uniquement de son "dossier" : étiquette infernale qui partout le poursuit.

Dans ce roman magistral, le conflit entre l'homme réel et l'homme abstrait de l'administration sévit de la manière la plus angoissante.

Ouvrage pessimiste, certes, mais terriblement actuel et dont le titre est expliqué par l'auteur dans ces termes : la Vingt-cinquième heure, celle qui vient après la dernière heure, celle où même la venue d'un Messie ne résoudrait rien; une société bureaucratisée ne peut créer de l'esprit car elle est pratiquement livrée aux monstres.

Cette nouvelle édition de la Vingt-cinquième heure, best-seller absolu de la librairie Plon est suivie d'une méditation de l'auteur intitulée De la vingt-cinquième heure à l'heure éternelle. Constantin Virgil Gheorghiu nous livre dans leur nue vérité ce que furent ses années d'apprentissage. Il sera désormais difficile de dissocier le chef-d’œuvre et la méditation qui l'accompagne.

"Cela dépasse la littérature. Le livre vous brasse et vous remue jusqu'aux plages les plus lointaines de l'être."

Max-Pol Fouchet

Afficher en entier

Classement en biblio - 57 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par RMarMat 2015-10-07T19:34:24+02:00

L'homme se trouvera enchainé par la société technique pendant de longues années. Mais il ne périra pas dans les chaines. La société technique peut créer du confort. Mais elle ne peut pas créer de l'Esprit. Et sans esprit il n'y a pas de génie. Une société dépourvue d'hommes de génie est vouée à la disparition . La société technique qui prend la place de la société occidentale et qui va conquérir toute la surface de la terre, périra elle aussi.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Diamant

Ce livre m’a troublé par l’image qu'il renvoie sur une société déroutée par les engrenages de la guerre. L’histoire est captivante mais terriblement tragique… révoltante même !

Difficile aussi de croire qu'il soit inspiré d’une histoire vraie. Mais en toute vraisemblance, quand on se penche sur l’histoire de la seconde guerre mondiale et sur la société de l’époque, je comprend mieux comment des hommes et des femmes se sont vus briser, broyer, tuer pour leurs croyances, leurs apparences ou leurs supposées origines ethniques.

Il n’y a pas de quoi sourire à l’instar du personnage principal de ce livre quand on voie avec quelle facilité un système étatique (tour à tour fasciste, communiste et démocratique) peu nier et effacer l’homme en tant qu’être et individu en le classant arbitrairement dans des catégories où il se trouve stigmatisé.

Et même dans le contexte abominable de la guerre, la lecture de cette violence excessive est souvent dérangeante. Comment l’homme peut-il être aussi « docile », naïf, sans révolte et accepter autant de souffrances et de mensonges.

Ce roman dénonce l’arbitraire des dénonciations, la légèreté des emprisonnements, la déshumanisation des individus. Et je me pose la question de savoir si un parallèle peut être fait aujourd’hui avec notre société emplie de robots, de machines bureaucratiques, qui nous tracent, connaissent tout de nous. Ses machines nous remplacent de plus en plus, nous infantilisent, nous rendent inutile, comme les théories de l’époque qui vidaient l’homme de son être, où l’homme était avalés par « la machine » et condamnés à vivre cette vingt cinquième heure où il n'est plus.

Un livre dérangeant qui parle d'une page de notre histoire qu'il ne faudrait pas oublier... au risque de la revivre.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Lu aussi

Roman très émouvant qui a trait à la philosophie et à la sociologie politique. L'histoire est surtout basée sur l'Absurde : absurdité des systèmes, des lois restrictives et coercitives. Le personnage principal, Johann Moritz (pour l'anecdote : rôle joué par Anthony Quinn dans le film tourné par Henri Verneuil en 1967), homme trop candide, naïf et passif, est pris dans les tourments de la seconde guerre mondiale puis dans les affres de l'après-guerre. Brutalement éloigné des siens, enfermé, le corps soumis à des conditions les plus extrêmes, se voyant infligé des châtiments injustes, balloté de camp en camp, et pourtant... innocent...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par RMarMat 2015-10-23T18:05:24+02:00
Diamant

Ce livre m’a troublé par l’image qu'il renvoie sur une société déroutée par les engrenages de la guerre. L’histoire est captivante mais terriblement tragique… révoltante même !

Difficile aussi de croire qu'il soit inspiré d’une histoire vraie. Mais en toute vraisemblance, quand on se penche sur l’histoire de la seconde guerre mondiale et sur la société de l’époque, je comprend mieux comment des hommes et des femmes se sont vus briser, broyer, tuer pour leurs croyances, leurs apparences ou leurs supposées origines ethniques.

Il n’y a pas de quoi sourire à l’instar du personnage principal de ce livre quand on voie avec quelle facilité un système étatique (tour à tour fasciste, communiste et démocratique) peu nier et effacer l’homme en tant qu’être et individu en le classant arbitrairement dans des catégories où il se trouve stigmatisé.

Et même dans le contexte abominable de la guerre, la lecture de cette violence excessive est souvent dérangeante. Comment l’homme peut-il être aussi « docile », naïf, sans révolte et accepter autant de souffrances et de mensonges.

Ce roman dénonce l’arbitraire des dénonciations, la légèreté des emprisonnements, la déshumanisation des individus. Et je me pose la question de savoir si un parallèle peut être fait aujourd’hui avec notre société emplie de robots, de machines bureaucratiques, qui nous tracent, connaissent tout de nous. Ses machines nous remplacent de plus en plus, nous infantilisent, nous rendent inutile, comme les théories de l’époque qui vidaient l’homme de son être, où l’homme était avalés par « la machine » et condamnés à vivre cette vingt cinquième heure où il n'est plus.

Un livre dérangeant qui parle d'une page de notre histoire qu'il ne faudrait pas oublier... au risque de la revivre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Eliseirl 2013-08-30T10:04:27+02:00
Or

Très beau livre, touchant, mais dur aussi parfois... La description du désespoir, de la déchéance humaine du temps des Nazis...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ides60 2012-06-11T10:53:23+02:00
Lu aussi

Ce livre est d'un abord facile sur les 3/4 de son histoire. Bien sûr l'histoire en est des plus triste et quasiment inconcevable. Mais le fait que ce récit s'articule autour de la destinée de trois personnages droits et honnêtes, le rend facilement attractif.

On y voit le paysan Iohann Moritz, personnage principal, simple, courageux, endurant mais sans réelle conscience de ce qui se passe autour de lui ; le père Koruga, son protecteur, fidèle en sa foi, et le fils de se dernier Traian, marié à une juive et écrivain qui etaie le roman de sa vision lucide et horrible de ce que les sociétés font de l'homme.

On ne juge plus l'homme sur son individualité en laissant place à un minimum d'humanisme, mais selon son groupe ethnique, racial ou religieux et faisant partie d'un tout.

Ainsi on peut passer l'essentiel de sa vie dans des camps sans être jamais coupable de rien si ce n'est d'être considéré comme l'ennemi à abattre du fait qu'on est pas du bon bord.

La réflexion philosophique, bien qu'évidente, nécessite un peu de concentration pour être comprise en détail.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par chrislaeti 2011-08-22T18:10:53+02:00
Or

Une sorte de conte philosophique extrêmement pessimiste sur les camps et la civilisation en général.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mini-alex 2010-08-08T14:38:55+02:00
Diamant

Très triste, mais poignant aussi. J'ai adoré, même si c'est parois un peu dur à lire

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Gambit 2010-03-24T03:01:13+01:00
Lu aussi

La 25ème heure, un livre extraordinaire, terrible: le genre de livres qui se lisent avec recueillement.

Afficher en entier

Date de sortie

La vingt-cinquième heure

  • France : 2000-02-25 - Poche (Français)

Activité récente

MAIA64 l'ajoute dans sa biblio or
2018-05-09T10:18:13+02:00

Les chiffres

Lecteurs 57
Commentaires 7
Extraits 4
Evaluations 11
Note globale 8.55 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode