Livres
565 199
Membres
618 152

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de la_voleuse_de_reves : J'ai lu aussi

L'Écume des jours L'Écume des jours
Boris Vian   
Un petit roman riche de métaphores et d'images poétiques se laissant lire comme on boit un breuvage doux et sucré. Malheureusement, le bonheur n'est pas toujours le synonyme de l'amour. Les descriptions de l'innocence et les symboles de cette histoire d'amour surnaturelle, nous enveloppe (si on se laisse entraîner) par des jeux de mots (néologisme, inversion, déformations...), des points de vue satirique (religion, société, monde du travail, amitié...). La lecture de ce livre n'est rien d'autre qu'un rêve éveillé. J'ai aimé rêver avec ces personnages innocents.
Lueur de feu, Tome 1 : Lueur de feu Lueur de feu, Tome 1 : Lueur de feu
Sophie Jordan   
En voyant cette couverture, le livre ma toute suite attiré et le résumé ma charmer.
Je ne regrette mais alors pas du tout de l'avoir acheter sur un coup de tête.
On toute suite dans l'histoire, l'histoire et captivante, émouvante on ne peu que suivre et encourager Jacinda et Will, qui son des personnage attachent.

par oyumi
Lueur de feu, Tome 2 : Sœurs rivales Lueur de feu, Tome 2 : Sœurs rivales
Sophie Jordan   
Whaouu et whaouuu !! Il est tout simplement aussi bien que le tome 1. Actions, émotions, rebondissement, un cocktail parfait signé par une écriture fluide et prenante.

Si votre cœur vacillait entre Cassian et Will dans le tome 1, accrochez vous car la c'est une torture pure et simple, Qu'elle finisse avec l'un ou l'autre, je serais perdante car je les adore tout les deux .. Quoi que après ce tome 2, mon cœur balance peut être un peu trop vers l'un des deux .. lol

Au delà de ce superbe triangle amoureux, l'intrigue se développe parfaitement ne manquant pas de beaux moments, d'actions ou de moments déchirants, rien n'est oublié y compris plusieurs révélations qui pour sur mèneront a de grandes choses dans le tome 3 ..

Un tome 3 qui est bien loin, a mon grand désespoir, car quand vous tournez la dernière page de ce tome, vous ne pouvez vous empêchez de tourner frénétiquement les pages en quête de la suite .. Ah oui mais y'a pas, faut attendre un an et c'est la que je me maudis de l'avoir dévorée en une seule journée .. En même temps soyons réaliste, il est addictif au possible alors a moins de ne pas le commencer ( Impossible ), pas moyen de ne pas le dévoré sur le champ !

A tous ceux qui ont adoraient le tome 1 foncez et priez dieu de vous donnez ensuite la patience d'attendre le tome 3. lol
Antigone Antigone
Jean Anouilh   
Je l'ai lue au collège et je l'avais trouvé magnifique.
L'étudier était un réel plaisir.
Ce qui est magique, c'est qu'on connait la fin de l'histoire dès la première page, mais qu'on ne peut s'empêcher d'espérer.
L'espoir faire vivre ....

par Gomette
Complot à Versailles Complot à Versailles
Annie Jay   
J'adore l'époque de Louis XIV ! Alors forcément, ce livre était fait pour moi. Mais contrairement à d'autres romans, traitant d'un sujet similaire (du style : une petite jeune fille qui se retrouve à la cour du roi et qui découvre un affreux complot...), ce livre s'appuie sur une intrigue solide et crédible.
Le style est très agréable à lire, l'histoire est assez palpitante, bref, que du bonheur !

par Lyra1998
Zadig ou la Destinée Zadig ou la Destinée
Voltaire   
Un bon recueil de contes philosophiques de Voltaire, certains sont moins bien mais dans l'ensemble j'ai bien aimé et ça pousse à réfléchir sur différents sujets.
Dom Juan Dom Juan
Molière   
Un classique à lire.

Relu pour le français il y a peu, l'histoire m'a autant happée que la première fois.

Malgré le caractère peu consciencieux dépeint par Molière en le personnage de Dom Juan, on ne peut s'empêcher de le trouver juste.
Certes, le libertinage du (anti) héros nous indigne, mais les descriptions de la société du temps de Molière sont habilement restituées, et surtout critiquées.

Fabuleuse pièce de théâtre, à lire et à voir.

par Ophie
Discours de la servitude volontaire Discours de la servitude volontaire
Etienne De La Boétie   
L'auteur se pose la question suivante : comment tout un peuple ne peut-il se soulever contre son oppresseur ? Il peut comprendre que quelques hommes aient peur d'un seul, c'est de la couardise, mais tout un peuple, des milliers d'hommes ? Il explique qu'un animal lutte toujours pour sa liberté (rapporte même le fait légendaire que l'éléphant, une fois sur le point d'être capturé, brise ses défenses et les offre au chasseur en échange de sa liberté) ou souffre une fois pris (oiseau en cage). Même le bœuf se plaint sous le joug, un cheval maltraité ruera contre son cavalier. Alors pourquoi les hommes ne se révoltent pas ? C'est une question d'éducation. Ceux ayant connu la liberté, même une fois, toujours la désire, se battent pour elle ou y aspirent. Mais ceux nés asservis, comment leur viendrait l'idée d'être libre ? La coutume les a placés en cet état, il leur est difficile de s'imaginer autrement. Par l'esprit, on peut entrevoir la liberté, et l'auteur précise que le Grand Turc (au sens de l'époque) n'encourage pas les sciences et les lettres, car il n'a que faire de savants. Le tyran (ce mot revient tout le temps, indifféremment avec le terme roi) est au pouvoir par la naissance, par l'élection ou la conquête. Plus on donne à un tyran, plus il prend, plus il croît en puissance. C'est vous même qui donnez le pouvoir au tyran. Il maintient le peuple en sujétion en lui offrant des distractions, des libéralités (du pain et des jeux), en sachant que le tyran peut se montrer généreux parce qu'il use du bien public qui, en définitive, n'est pas à lui ! De plus, par son titre, le tyran se pose comme un protecteur aux yeux du peuple. Mais il n'y a pas que le peuple. Le tyran se maintient parce que quelques uns tirent profits de sa tyrannie, ayant sous leurs ordres d'autres qui tirent profits etc. Le tyrans attire à lui les malfaisants. Pour l'auteur ces gens s'aliènent, ils ne vivent que pour faire le plaisir de leur maître, doivent penser comme lui et ne savent que faire endurer à ceux qui leurs sont inférieurs la tyrannie qu'ils subissent. De plus, le peuple va haïr ceux qui servent le tyran plus que le tyran lui-même, puisqu'il a surtout des relations avec eux. Le tyran peut même utiliser la religion pour asseoir son autorité (guérisseur miraculeux). Notons que l'auteur pose une réserve pour la monarchie française, mais il n'est ni ferme ni définitif, précisant bien que par l'histoire que l'on nous enseigne, on a tendance à accepter le monde dans lequel on naît. Notons aussi qu'il flatte la poésie française, celle de Du Bellay notamment, mais la poésie ne travestit-elle pas la vérité ? Dans son texte, La Boétie se réfère beaucoup aux batailles des Grecs et des Spartiates pour leur liberté contre les Perses, et prend beaucoup d'exemples de tyrans parmi les empereurs romains. Néron est un de ses exemples favoris, illustrant à merveille comme avec la fin tragique de Sénèque combien servir au mieux un maître ne sert à rien : on est toujours à sa merci. Il relate que les Romains ont pleuré César à sa mort alors qu'avec lui est advenu la fin de la République. Il aime aussi se référencer à Ulysse, l'homme libre par excellence. L'homme est né libre et doit lutter pour le rester.

par Ecarlate
Andromaque Andromaque
Jean Racine   
Fin tragique, mais j'adore vraiment. C'est le genre de pièce de Racine que je trouve passionnante, tant par le contexte que par la chute.

par x-Key
Le Tartuffe Le Tartuffe
Molière   
Une très bonne pièce de Molière, courte mais efficace! Elle se laisse très vite et en plus elle est vraiment intéressante. Molière dénonce encore une fois, un des plus grands travers de la société qui lui est contemporaine... Les hypocrites ont toujours existé et continueront toujours d'exister, mais c'est à chaque personne de savoir faire la part des choses entre le vrai du faux, et ne pas se laisser entraîner dans une sombre machination. Dans ce livre, Orgon fait les frais de la malhonnêteté de Tartuffe. Cet homme est véritablement intelligent et sait comment influencer les gens... Se faisant passer pour un faux dévot, il va tenter de voler le noble en lui faisant perdre tout ce qu'il a de plus précieux: sa maison, sa famille... Mais c'était sans compter sur toute la famille d'Orgon qui va réussir à le convaincre de sa méprise! Mais heureusement, comme dans presque toutes les comédies de Molière, la fin est heureuse, et ce grâce au procédé "deus ex machina". C'est un peu tiré par les cheveux mais ça permet d'affirmer le pouvoir et la clémence du roi, et aussi de satisfaire le lecteur. la vérité triomphe toujours sur le mensonge. Chacun des personnages a une place qui lui est propre. Celui qui m'a le plus touché par la justesse et la sagesse de ses propos, reste Cléante. un homme de bien qui se veut être la conscience de la pièce, le pacificateur en quelque sorte.
Je comprends tout à fait pourquoi cette pièce a été censuré à la suite de ses premières représentations. À cette époque, les dévots étaient des gens importants du pays et il ne fallait pas s'en prendre à eux... C'était presque blasphémer que de s'attaquer aux "meilleurs" représentants de la foi sur Terre, ou tout du moins c'est ce qu'ils faisaient croire... Cette pièce est vraiment riche d'enseignements, Rousseau aura beau dire que la comédie montre et incite aux vices, c'est pourtant le contraire! Le Tartuffe est une pièce satirique et didactique impressionnante et qui charme réellement par sa profondeur mais elle touche aussi par son humour. Des quelques pièces de Molière que j'ai lues, celle-là est de loin ma préférée. Je me suis réellement délectée de cette lecture, même si elle m'a été imposée par ma professeur de français cette année.
Cette pièce est donc un concentrée de bonne humeur et de réflexion, très agréable et divertissante.

par elana55

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode