Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de laau-bnt : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Elfes, tome 1 : Le Crystal des Elfes Bleus Elfes, tome 1 : Le Crystal des Elfes Bleus
Jean-Luc Istin    Kyko Duarte   
Le principe de cette série-concept tient en 5 tomes avec 5 histoires, 5 dessinateurs, 5 scénaristes et un seul univers : les elfes.

Ce premier tome est vraiment passionnant, l'histoire est rondement amenée jusqu'à un final surprise. Surtout avec une cinquantaine de planches, il n'est pas toujours simple de tout comprendre et là, c'est réussit ! On est happé par l'histoire, quelle dommage que ce ne soit qu'un one-shot, j'aurai adoré suivre encore l'histoire de Lanawyn et Turin. Quant aux dessins, ils sont superbes et les couleurs viennent également souligner l'univers des Elfes bleus.

J'espère que les tomes qui vont suivre, seront dans la même lignée que ce premier tome !

par LLyza
Elfes, Tome 2 : L'Honneur des Elfes sylvains Elfes, Tome 2 : L'Honneur des Elfes sylvains
Nicolas Jarry    Gianluca Maconi    Diogo Saïto   
Un très bon tome, même si je le trouve légèrement moins 'parfait' que le premier. En même temps, j'ai été tellement emballée, séduite par le premier tome qu'il était difficile de faire aussi bien pour me combler. Néanmoins, j'aime vraiment beaucoup cette histoire à la Romeo et Juliette entre un elfe sylvain et une humaine, et je trouve la fin super bien réussie. J'ai hâte de lire le reste de la série et je dois dire qu'ils ont indéniablement assuré sur un point : les premières de couverture des BD sont magnifiques !
Elfes, tome 3 : Elfe blanc, coeur noir Elfes, tome 3 : Elfe blanc, coeur noir
Oliver Peru    Stéphane Bileau   
Un tome magnifique. Les dessins sont très bien réalisés et nous emmènent dans un monde onirique. Pourtant, tome très sombre car notre Elfe se détache de son clan et se rend coupable de bien des atrocités. On assiste à ce changement de caractère avec peine et on en redemande pour connaître la suite!
Elfes, tome 4 : L'Élu des Semi-Elfes Elfes, tome 4 : L'Élu des Semi-Elfes
Éric Corbeyran    Jean-Paul Bordier   
[spoiler][/spoiler]Les semi-elfes est mon tome préféré. L'histoire a une vrai morale à la fin. C'est original que l’élut ne soit pas Nah-Thaal, mai plutôt Borh-Naha. Il y a aussi le fait que l'histoire soit vu par les yeux de l'ami de Nah-Thaal. Les dessins sont toujours aussi beau. Ce tome est assez contrasté au niveau des couleur et du thèmes par rapport au tome 3 qui est vraiment très sombre et très triste.
Elfes, Tome 5 : La Dynastie des elfes noirs Elfes, Tome 5 : La Dynastie des elfes noirs
Ma Yi    Marc Hadrien   
Enfin des explications sur les fameux elfes noirs qui sont omniprésents depuis le début de la saga. On avance dans l'histoire tout en s'impatientant de recommencer le cycle avec les elfes bleus.

Des graphismes toujours aussi sublimes.

par Seikyo
Elfes, tome 6 : La Mission des Elfes bleus Elfes, tome 6 : La Mission des Elfes bleus
Jean-Luc Istin    Kyko Duarte   
Lanawyn et Turin sont mes personnages préférés dans toute cette série, alors forcément, j'ai adoré ce tome ! Les dessins sont toujours aussi beaux et bien fait, une petite pincée d'humour dans toute cette histoire pleine de mystères et un gros suspence à la fin !!!
Elfes, tome 7 : Le Crystal des Elfes sylvains Elfes, tome 7 : Le Crystal des Elfes sylvains
Nicolas Jarry    Gianluca Maconi   
Un tome en demi-teinte. Le dessin est très bon mais le scénario en deux temps ne m'a pas immergé dans l'histoire comme je l'avais été dans le tome précédent des elfes sylvains.

par Akisame
Elfes, Tome 8 : La Dernière Ombre Elfes, Tome 8 : La Dernière Ombre
Oliver Peru    Stéphane Bileau   
Encore un tome à la hauteur de la série Elfes. Les BD ne sont pourtant pas toutes de la même plume, ni du même dessinateur, mais elles ont toutes une grande valeur, tant par la qualité des images, que par les scénarios, les thèmes abordés, et la morale de chaque tome. La lecture nous emmène dans un univers magnifique, où les différents peuples se déchirent et s'affrontent sans relâche pour dominer le monde. Heureusement, certains elfes se battent, au péril de leur vie, pour sauver ce monde, si beau, si magique et si riche en diversité. De ce tome ressort encore une fois de l'amertume, de la nostalgie, mais aussi de l'admiration pour cet Elfe blanc au courage hors du commun. À noter également, les rares traits d'humour très réussis, provenants pour l'essentiel des dialogues entre les jeunes et intrépides gobelins.
Orcs & Gobelins, tome 1 : Turuk Orcs & Gobelins, tome 1 : Turuk
Jean-Luc Istin    Diogo Saïto   
Le sexy XIII serait-il revenu sous les traits imposants d’un Orc ? Parce qu’un mec qui se réveille sans savoir qui il est, ni ce qu’il fait là, ça ressemble vachement à la saga XIII, non ?

En plus, tout comme le plus célèbre amnésique de la bédé, Turuk est plutôt beau gosse pour un Orc !

Tiens, à lui aussi on veut lui faire la peau. Décidément, c’est vraiment XIII en version fantasy.

Nouvelle série pour cette saga qui, après les Elfes et les Nains, s’attaque maintenant aux Orcs et aux Gobelins, tout en faisant tenir leurs histoires dans un Grand Ensemble scénaristique, puisque certains Nains vont chez les Elfes et certains Gobelins des Elfes auront leur Histoire dans cette nouvelle série.

Vous suivez toujours ? Non ? Retenez juste que tout le monde se mélange avec tout le monde et que tout cela reste foutrement cohérent ! Mais pas sexuel…

Une autre référence à l’univers des Elfes, ce sont les zombies, les goules, les morts-vivants qui veulent toujours vous faire des gros poutous puants. Ben oui, ils ont envahi le monde des Elfes, des Nains et des Orcs, puisque c’est le même monde. Élémentaire.

L’amnésie de notre géant vert sera de courte durée et principalement utilisée pour nous présenter la vie et le passé du beau Turuk, comment il est arrivé là, dans ce trou paumé et pendant que le scénariste nous présente son passé, Turuk se rend compte qu’il n’est pas seul dans ce village peuplé de zombies et qu’il n’est pas LE seul non plus à ne pas être infesté.

Va falloir se serrer les coudes pour s’évader.

Turuk, c’est l’Orc dont on aimerait avoir pour ami, un type qui ne vous lâche pas, sauf si sa vie est en danger, alors là, vous irez vous faire pendre ailleurs car Turuk partira sans vous. Turuk, c’est l’immonde salaud qu’on arrive pas à détester vraiment car en nous racontant sa vie et sa survie, il nous rend complice de ses exactions.

Dans ce premier tome, c’est de l’action pure et dure, mêlée à des mystères, une quête, une enquête et une fuite endiablée de nos amis pour tenter d’échapper aux bisous horribles de ces créatures en putréfaction qui sèment des morceaux d’eux un peu partout.

On pourrait croire le scénario éculé (rajoutez pas un "n" mal placé), mais non, car le scénariste arrive à insuffler du mystère et une tension énorme durant le périple des Orcs et de l’Elfe afin d’atteindre une zone où ils ne seront plus mis en danger.

— Cours, Forest, cours !

Sans oublier que, selon le célèbre Docteur House, tout le monde ment !

Le scénario est déjà bien travaillé, mais en plus, les dessins sont à tomber par terre tant ils sont superbes !

Alors, que demander de plus ? La suite, bien entendu ! Se sera avec Myth le voleur, puis avec Gri’im le vieux guerrier Orc en quête de vengeance, Sa’ar le gobelin, Dirty Dozen d’Ayraak, sans oublier l’orkelin La Poisse croisé dans le tome 18 de la série "Elfes".

Sans être un chef-d’œuvre au niveau scénario, cet album tient toutes ses promesses et je me réjouis à l’idée de découvrir les aventures des Orcs et Gobelins !
Orcs et gobelins, Tome 2 : Myth Orcs et gobelins, Tome 2 : Myth
Sylvain Cordurié    Giovanni Lorusso   
Vous vous souvenez du bel Arsène ? Mais si, Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur, le gars aux doigts de fées (les dames s’en souviennent, parait-il) à qui aucune serrure ne résistait, avec qui aucun bijou n’était à l’abri…

Et bien Myth, c’est la version gobelin du Lupin : ça est tout vert, balafré, puant, mais au niveau de la cambriole, il n’a rien à lui envier, il le dépasse, même, puisque notre ami de couleur sait se battre et grimper aux murs, tel une mouche.

Avant de découvrir la saga des Orcs & Gobelins, je vous aurais juré, la main sur le cœur, que je détestais ces créatures qui étaient réputées puantes, perfides, stupides, bagarreuses, envahissantes, vils,… Enfin, d’après ce qu’en disaient les Elfes et les Nains.

Maintenant que j’ai fait la connaissance de quelques uns de ses meilleurs représentants, je n’en suis plus aussi sûre…

Comme quoi, faut jamais écouter ce que disent les autres sur les gens différents de nous car c’est souvent trompeur : la preuve ! Ouvrons notre esprit et allons à leur rencontre, de ces Orcs et Gobelins (qui sentent mauvais, ça c’est véridique… et tout le reste aussi, d’ailleurs ! mdr).

Conseil d’ami, si vous croisez la route de Myth, planquez vos richesses et si vous l’engagez pour aller voler/tuer un ennemi/rival (biffez les mentions inutiles) ne jouez pas avec ses burnes.

Avec des dessins qui donnent envie de plonger la tête dans l’histoire et un scénario, certes classique, mais bien amené, voilà une bédé qui a du peps, de l’action et qui a pour héros un gobelin peu recommandable, vantard mais, ô combien attachant.

En plus, son prénom – Myth – me fait penser à la blague du gérant d’hôtel dépité qui avait derrière lui, une énorme mite dans une cage. Faudra que je vous la raconte un jour, tiens…

Devant un commanditaire mystérieux qui ne lui laisse pas le choix (tout en cachant son identité) et une mission qui a tout d’impossible, notre gobelin va développer des ruses de renard, aidé par trois compères tout aussi vert que lui et donner au lecteur une tension qui va aller crescendo, avec quelques scènes de bagarres bien détaillées.

Myth n’en est pas un (de mythe) et, s’il est un horrible vantard, il ne se vante jamais que de ce qu’il a réussi, contrairement à d’autres. En plus, il a un cerveau et il sait s’en servir pour découvrir l’identité du mystérieux commanditaire.

Un héros moche, puant et immoral à découvrir car il le mérite, ce Myth !

Comme quoi, tout est possible, dans la fantasy.