Livres
546 324
Membres
582 381

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Lady Helen, Tome 3 : L'Ombre des mauvais jours



Description ajoutée par PatateB4 2019-07-04T23:35:08+02:00

Résumé

Entre romance à la Jane Austen et fantasy noire

Bath, décembre 1812...

Lady Helen prépare son mariage avec le duc de Selburn, mais son esprit est ailleurs : sa mission de Vigilante Suprême n'est pas encore accomplie. Cette double vie met la jeune femme au supplice. Non seulement elle doit résister à ses sentiments pour le charismatique lors Carlston, mais elle doit aussi maîtriser ses nouveaux pouvoirs. Et la confrontation finale avec leur grand ennemi, l'Abuseur Suprême, est imminente...

Action, trahison, suspense à son comble et révélations renversantes pour le final grandiose d'une fascinante trilogie.

Afficher en entier

Classement en biblio - 530 lecteurs

extrait

- même sans le lien du Vigilant Suprême, Helen, vous êtes mon coeur qui bat. La pulsation de ma vie. Le feu dans mon sang et le rire dans mon âme.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Diamant

Ce tome 3, je l'ai adoré, je l'ai dévoré, je l'ai mangé tout entier, si j'avais pu le boire ou me l'injecter en intraveineuse, je l'aurais fait. Sauf qu'alors je l'aurais terminé trop vite à mon goût.

Le côté historique est vraiment très présent, c'était un vrai plaisir de me promener dans l'Angleterre des années 1800.

L'hébergement de Lady Helen dans un grand manoir donne au roman un petit goût de Downton Abbey. Cela ajoute encore une saveur supplémentaire à ce récit truffé de rebondissements et de suspense qui m'a poussée à lire bien trop tard le soir...

Lady Helen est un personnage que j'adore, ses doutes, ses passions, ses dilemmes, son courage, sa loyauté, tout nous donne envie de la suivre, de la soutenir, d'être son amie.

Et quand le carcan des conventions lui tombe dessus comme un couperet, on se sent emprisonné comme elle dans ses mailles trop étroites.

Un grand roman auquel je donne la note maximale.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Diamant

Coucou mes petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique du troisième et dernier tome d'une saga que j'affectionne tout particulièrement, j'ai nommé Lady Helen. PRATIQUEMENT DEUX ANS QUE J'ATTENDAIS CE GRAND MOMENT (il fallait que ça sorte), j'en avais le cœur qui battait la chamade rien que d'y penser. Et je suis en effet tellement heureuse d'avoir enfin pu découvrir le dénouement de cette histoire tout bonnement extraordinaire, même si ces retrouvailles tant espérées avec cet univers so british et si sombre ont été à la fois des plus belles et des plus déchirantes. Dans tous les cas, ce tome trois est tout simplement d'une beauté sans égale, j'applaudis à deux mains Marion Louw qui s'est clairement surpassée avec cette nouvelle illustration de couverture. De façon générale, je suis extrêmement fière des tirages français de cette trilogie et je remercie du fond du cœur la maison d'édition d'avoir cru en cette série livresque et de me l'avoir fait parvenir au fur et à mesure de sa parution. En fait, c'est simple : Gallimard Jeunesse, amore mio. Et ces mots doux ne sont pas prononcés à la légère, croyez-moi sur parole. Ma reconnaissance envers eux est infinie et vous allez vite comprendre pourquoi avec ma critique de ce livre !

Pour commencer, cet ultime opus de cette série m'a rappelé pourquoi j'aimais à ce point cette dernière : cet amour incommensurable résulte d'un ensemble de qualités qui donne à Lady Helen tout son sel et son irrésistible charme. Il faut déjà savoir que cette trilogie n'appartient à aucun genre précis ; il s'agit là d'un savant mélange semblable à la plus incroyable des alchimies, et ce n'est pas rien de le dire. Vous prenez un décor et une intrigue de period drama, vous la saupoudrez d'éléments fantastiques et vous recouvrez le tout d'une atmosphère extrêmement anxiogène et d'un suspens digne des plus intenses et troublants des thrillers et vous obtenez alors une recette imparable qui fonctionne à merveille, et ce jusqu'au bout. Un véritable délice de tous les instants ! La fan que je suis de romans historiques et fantastiques en est ressortie littéralement comblée difficile de trouver les mots pour décrire un tel rêve devenu réalité pour la lectrice invétérée de ces deux genres littéraires que je suis. Alison Goodman a maîtrisé la fusion de ces diverses excellentes influences à la perfection et le rendu est ainsi à la hauteur des espérances qu'elle fait naître en nous dès le départ. Très honnêtement, cette saga a dépassé les attentes que j'avais placées en elle, je n'aurais pas pu être plus satisfaite au vu de l'enthousiasme débordant qu'avait suscité de ma part le résumé du premier tome il y a deux ans de cela maintenant. Cette époque me semble si lointaine et si proche à la fois, la nostalgie s'est faite puissamment ressentir dès que j'eus refermé L'Ombre des Mauvais Jours et à l'heure où je vous écris ces lignes, je me laisse envahir sans résistance aucune par cette sensation douce-amère de ne jamais pouvoir avoir de nouveau la chance de découvrir cette saga comme si c'était la première fois. C'est vous dire à quel point mon attachement pour Lady Helen est immense et sincère...

Un autre point fondamental qui m'a fait chérir cette série littéraire du plus profond de mon petit être, c'est l'évidence flagrante selon moi que la cause féministe constitue le réel enjeu central du récit : Lady Helen Catherine Wrexhall est effectivement probablement l'une des héroïnes de romans les plus courageuses et inspirantes que j'ai jamais rencontrée au cours d'une de mes lectures. Qui plus est, dans ce tome-ci, elle se libère enfin des carcans oppressants et ridicules de la société de son temps pour mieux embrasser sa véritable nature et ça, ça fait un bien fou ! J'ajouterais que chaque personnage féminin de cette aventure dans l'Angleterre guindée et pleine de charme du dix-neuvième siècle, qu'il soit principal, secondaire ou même mineur, a voix au chapitre et des convictions qu'il défend, un certain charisme, une aura particulière, une présence imposante dans ce monde d'hommes façonné par des hommes pour laquelle il ne s'excuse guère et une authentique consistance, résultatifs d'un tempérament de feu qui est loin de se laisser doucher tout au long de la trilogie. Que ce soit au travers de figures emblématiques du récit issues de la haute société comme la spontanée, loyale et ravissante Lady Delia ou l'impitoyable, farouche, inébranlable et digne de confiance Lady Margaret ou du petit peuple comme la jeune, rusée, indubitablement surprenante et culottée Sprat, Alison Goodman célèbre dans Lady Helen la force brute et l'insubordination de la Femme avec un grand F et rien que pour ça, je dirais même pour cette raison bien précise justement, ces trois livres consistant une trinitas d'exception devraient être mis entre les mains de TOUS, parole de Nanette.

Cependant, les mâles ne sont pas tous à mettre dans le même panier sous la plume sensible et très intelligente d'Alison Goodman. En réalité, c'est un quatuor superbement équilibré, égalitaire et inoubliable qui s'est emparé de mon cœur à tout jamais au cours de cette inquiétante, fascinante et effrénée course contre la montre, et quel bonheur radieux et frémissant cela a été de les retrouver après si longtemps ! Si je suis tombée amoureuse de Lady Helen et de sa formidable servante Jen Darby, qui est tout simplement l'incarnation même de l'abnégation et de la bravoure faite femme, leurs deux soupirants ne sont pas en reste non plus : difficile de ne pas fondre comme neige au soleil (ou comme du beurre chaud sur une tartine, j'adore cette métaphore !) face à un Lord Carlston véritable Fitzwilliam Darcy sur les bords (ces deux-là se seraient sacrément bien entendus s'ils avaient réellement existé, quelle tristesse... J'ai absolument besoin d'individus de leur trempe dans ma vie !!!) à l'humour pince-sans-rire juste exquis et à un Quinn extrêmement attendrissant sous ses airs de colosse invincible, dévoué comme il est corps et âme au bien-être de sa dulcinée et sur qui l'on peut toujours compter. Prenez exemple sur ces parangons de vertu, messieurs, cela ne vous ferait pas de mal !

Cette jolie et nécessaire leçon de respect et d'humilité qu'Alison Goodman nous donne tout au long de sa magnifique saga m'amène à vous parler de la révélation que j'ai eu en pleine lecture de ce tome trois et qui se confirmait dans mon esprit à mesure que j'avançais dans l'histoire, à savoir que les créatures ignobles mais tolérées que sont les Abuseurs seraient une vaste allégorie de cette société patriarcale qui nous étouffe et qui fait montre d'une cruauté sans bornes envers quiconque sort de la case qui a été prédéfinie pour lui. Après tout, ils portent dans ce cas bien leur nom, ces "Abuseurs", qui usent et abusent effectivement de leurs prétendus "droits" sur les êtres qui leur sont considérés comme inférieurs, notamment les femmes, les personnes d'origine ethnique différente de la leur, et les pauvres. Peut-être que la fièvre provoquée par la trace énergétique m'est un peu trop monté au cerveau mais je pense sincèrement que les êtres surnaturels crées par l'autrice ne se cantonnent pas qu'à leur univers parallèle imaginaire justement, que leur excès de zèle à faire souffrir autrui et à le vider de sa substantifique moelle, de son identité et de son souffle de vie, de ce qui fait ce qu'il est, un individu à part, peut être comparé à la cupidité et à la haine vorace de bien des êtres humains, personnalités célèbres ou non, en ce bas-monde...

Une chose est sûre, Alison Goodman n'aura eu de cesse de m'impressionner grâce à son travail de recherches passionnel et passionnant, juste remarquable. Le soin qu'elle a apporté à chaque petit détail dans cette saga force l'admiration. De quoi me mettre en joie, surtout que ce troisième tome se déroule à Bath, lieu de rencontre incontournable des personnages issus de l'imagination de la grande Lady Jane et désormais des protagonistes de Lady Helen ! Je ne me suis jamais rendue à ce véritable point de pèlerinage pour tout janeite qui se respecte (il faudrait résolument que je le fasse un jour, d'ailleurs) mais, grâce à la plume captivante et si entraînante d'Alison Goodman, c'est comme si j'y étais ! L'autrice nous fait en effet vivre un véritable voyage dans le temps et dans l'espace, et la magie ne peut qu'opérer instantanément dès les premières pages tant son dur labeur en quête de véracité historique et sociétale porte fantastiquement ses fruits. Je la remercie du fond du cœur de se montrer aussi investie, minutieuse, appliquée et ingénieuse dans l'élaboration de ses univers et de ses intrigues (du moins pour ce qui est de Lady Helen, je ne peux pas juger ses autres œuvres pour le moment). Rien n'est laissé au hasard, jusqu'au plus petit élément pouvant sembler insignifiant de prime abord mais qui in fine se révèle essentiel, et cela nous en laisse sans voix tant les décisions scénaristiques de l'autrice se révèlent être extrêmement judicieuses, percutantes et efficaces. Elle est assurément devenue l'une de mes autrices phares, à suivre de très, très près.

Pour conclure, je ne peux que vous inviter à plonger dans la lecture mouvementée et palpitante de la saga grandiose et mémorable qu'est Lady Helen. Pour ma part, j'ai le cœur lourd comme un sac de pierres rempli à ras bord (mes comparaisons laissent toujours à désirer quand j'écris sous le coup d'une vive émotion comme c'est le cas présentement) à l'idée de devoir dire adieu à mes bien-aimés Lord Carlston et Lady Helen. Néanmoins, je ressors également grandie et changée à jamais de la conclusion de cette éprouvante mission que j'ai dû mener avec eux et je ressens une indescriptible fierté à la pensée du bout de chemin que j'ai parcouru aux côtés de ces deux nobles âmes durant ces deux dernières années. Il nous faut certes désormais nous séparer mais le souvenir que je garde de ce couple splendide ne risque pas de s'effacer de sitôt, je peux vous le garantir sans l'ombre d'un doute. Et puis, il est temps pour moi de voyager en direction de la Chine impériale avec la duologie Eon, même période mais paysages, traditions et mœurs différentes qui attendent que je les découvre au cours de cette autre aventure épique et périlleuse signée Alison Goodman ! Voilà une bien belle consolation pour mon cœur esseulé...

Afficher en entier
Or

Le troisième tome est mon préféré de cette saga, et de loin. Je suis encore sous le choc de certaines révélations, qui nous rendaient plus folles les unes que les autres. Rien à dire sur les personnages, ni sur l'histoire, tout est parfait. J’aurais aimé un peu plus d’informations cependant sur les personnages ou l’intrigue, ç’aurait pu être réellement intéressant

Afficher en entier
Or

Un tome riche en rebondissements, même si je regrette parfois ses facilités scénaristiques, je pense notamment à tout ce qui est lié à l'alchimie qui permettait parfois des conclusions à certaines péripéties assez simplistes, faciles (j'avais vraiment une impression de "tais-toi c'est magique"). Et surtout, je trouve qu'il n'y a clairement pas assez de développement des personnages. Pour Helen et Carlston, ça va, certes j'aurais aimé en savoir encore plus sur le comte, mais c'est passable. Par contre pour les autres personnages, je regrette profondément que l'on n'ait pas de véritable développement. Spoiler(cliquez pour révéler)Je pense notamment à Margaret et Hammond. Lorsqu'il est dit au début de ce tome qu'ils étaient dans leur jeunesse deux personnes qui volaient pour vivre dans les rues de Paris je me suis rendue compte qu'au final on savait très peu de choses sur eux. Comment ont-ils rencontré le comte ? Qu'ont-ils fait durant son absence ? Etc. J'aimerais dire que je pense la même chose pour Selburn, mais au final c'est normal que tout ne soit pas révélé quant à ce personnage étant donné qu'il faut attendre l'avant-dernier chapitre pour savoir qui il est vraiment. Ensuite, il y a Darby mais aussi et surtout Quinn (comment le comte a-t-il fait sa connaissance ?). Donc soit j'ai une mémoire de poisson rouge et je ne me souviens pas que l'auteure en ait parlé dans ce tome ou dans les tomes précédents, soit c'est un oubli assez facheux qui donne pour moi l'impression que l'histoire n'est pas vraiment complète.

En tout cas je n'ai pas boudé mon plaisir durant cette lecture, et j'ai même était surprise de lacher quelques larmes (surtout lors de scènes touchantes relatives à Carlston et Helen). Spoiler(cliquez pour révéler)Et je dois également dire que ce tome m'a vraiment surprise, je ne pensais pas que l'auteure aurait aussi facilement tué certains de ses personnages (Delia, Margaret, Mrs Pike (je n'inclus pas Selburn étant donné qu'il est en réalité mort depuis le début)). A la mort de Delia, j'ai véritablement compris que tout le monde pouvait être un ennemi, un Abuseur, et pire encore que tout le monde pouvait être tué. Et c'est vraiment à ce moment que j'ai commencé à être angoissée pour tous les personnages.

En tout cas, je suis heureuse d'avoir trouvé l'une des composantes de l'Abuseur Suprême (c'est mon petit exploit personnel et j'en suis un peu fière, mais en réalité c'était assez évident lorsqu'on regardait les indices laissés par l'auteur). Spoiler(cliquez pour révéler)Dès le tome 1 j'avais trouvé le duc de Selburn assez louche. Puis dans le tome 2 je l'ai trouvé très agaçant mais c'est lorsqu'il s'est écrié "Non !" et que Lawrence s'est immédiatement stoppé, j'ai senti que c'était la confirmation de mes doutes, qu'il était l'une des composantes de l'abuseur suprême. Et durant ce tome 3, j'ai récolté tous les indices possibles me permettant de confirmation mon hypothèse, mais l'auteure était assez forte car assez souvent elle me faisait douter de mes convictions. Notamment lorsque Philip a demandé le Ligatus, cela m'avait embrouillé, mais lors de l'élimination de celui-ci, j'ai réfléchi et me suit rendue compte qu'il s'agissait d'un plan plus vaste, mais je n'avais pas tout compris. Et là je dois saluer l'ingéniosité de l'auteure car je n'ai jamais soupçonné Lady Elise/Delia/Margaret (alors même que dans ma critique de la nouvelle avec le POV de Carlston j'étais persuadée qu'Elise était de mêche avec les abuseurs, mais au final la révélation par rapport à son passé d'espionne m'a totalement aveuglée, l'auteure m'a bien eue, chapeau !).

Le seul petit regret que j'ai, en dehors des facilités scénaritiques et du manque de développement des personnages, c'est que cela se conclut trop rapidement. J'en aurais voulu plus. Spoiler(cliquez pour révéler)Plus de romances à la fin avec Carlston et Helen. J'aurais tellement voulu un épilogue juste pour faire durer encore un peu le plaisir.

C'était une bonne saga, qui a certes des défauts, mais dont l'intrigue était tellement palpitante. Et surtout j'ai trouvé ces tomes très instructifs par rapport au mode de vie sous la Régence anglaise, le travail de recherche réalisé par l'auteur est époustouflant et permet à l'histoire de titiller le réalisme (surtout en incorporant des événements historiques et des lieux réels)

Afficher en entier
Or

Une suite des plus passionnantes et surprenantes.

On ne sera pas au bout de nos surprise avec ce tome. Les révélations s'enchaînent avec ebahissement et les actions pareil. L'écriture reste fantastique (je dirai même parfaite) mais il y a un quelque manque de clarté dans l'intrigue, ayant du mal à assimiler les détailles de l'histoire. Côté personnages, ceux-ci restent attachants à l'exception de Helen qui ne passe son temps qu'à remettre en question sa relation avec lors Carlston, ce que j'ai trouvé vraiment exaspérant !

Et voilà... bien qu'elle est loin d'être parfaite, cette saga est un pure bonheur.

Afficher en entier
Or

J'ai refermé dans un sourire l'univers de Lady Helen, entre romance anglaise et fantastique. Ce dernier tome est dans la lignée des deux autres, un petit bijou où on s'éprend de l'ambiance décrite par l'autrice. Le rythme est effréné et aucun répit n'est permis pour nos personnages. Le suspens est savamment distillé au long des pages même si certaines révélations finales m'étaient connues. Ce qui a rendu le dénouement un peu longuet pour moi car je voulais savoir que j'avais raison ! Cependant, la plume de l'autrice est très fluide et les pages s'enchainent facilement. Puis, j'ai envie de dire mi amor. Lady Helen et Lord Carlston sont deux personnages toujours aussi puissants et réalistes. J'ai encore énormément apprécié les notes féministes qui sont distillées dans le roman. Enfin, les personnages secondaires ont encore gagnés en épaisseur notamment les terrènes. Tandis que Le Duc m'est devenu insupportable au fil des pages et la fin ne lui donnera pas raison ! Une fin qui est ouverte mais pleine de bonheur pour les personnages alors elle me convient !

Afficher en entier
Diamant

J’ai terminé la série. Ce 3ème tome a été lu très rapidement car dès le départ, j’ai été happée par l’histoire et tout s’est enchaîné.

Le Vigilant suprême devait vaincre l’Abuseur suprême mais qui est-il ? Je n’ose pas en dire davantage car j’ai peur de dévoiler quelque chose d’important (et il y en a plein de livre). Lord Carlston, Lady Helen, Darby et Quinn m’ont fait vivre leur histoire dans l’Angleterre de 1812 et j’ai adoré. Je n’avais jamais lu de roman se déroulant à cette période et j’avoue avoir hésité. Si je n’avais pas lu le tome 1 lors du challenge « Cadeau de Noël 2020 », je ne sais pas si j’aurai pu découvrir cette série qui est un véritable coup de cœur.

Afficher en entier
Or

Ce tome 3 est génial.

J'étais tellement prise dans l'histoire, que j'ai finis le livre en une journée !

L'écriture est géniale, franchement on est vraiment plongés dans les années 1800 ! D'ailleurs, j'étais tellement prise dans l'histoire que j'ai ressenti de gros élans de féminisme lorsque les hommes dans l'histoire se comportait comme des machos (en soit c'est un comportement normal pour l'époque, mais moi, de mon année 2021, j'avais envie de leur crier dessus pour leur débilité ! Surtout un certain duc que je ne nommerai pas).

L'action est bien présente, les personnages sont toujours aussi attachants.

Je suis satisfaite de la fin, même si j'aurais aimé avoir une suite pour continuer de suivre les personnages !

Afficher en entier
Diamant

Je n'ai pas pu finir ce livre mais je le regrette franchement parce que j'étais plongée dan l'histoire. Chacun de ces tomes est aussi génial que le précédent... Je le conseille à tout le monde...

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Lady Helen, Tome 3 : L'Ombre des mauvais jours" est sorti 2021-04-01T08:21:21+02:00 en version poche
background Layer 1 01 Avril

Dates de sortie

Lady Helen, Tome 3 : L'Ombre des mauvais jours

  • France : 2019-06-20 (Français)
  • France : 2021-04-01 - Poche (Français)
  • USA : 2018-11-20 (English)

Activité récente

Lexi12 l'ajoute dans sa biblio or
2021-04-10T11:09:02+02:00
Medora le place en liste or
2021-04-08T14:40:41+02:00
Didou23 l'ajoute dans sa biblio or
2021-04-08T09:23:42+02:00
Zoejme le place en liste or
2021-03-27T20:45:10+01:00

Titres alternatifs

  • L'Ombre des Mauvais Jours - Français

Distinctions de ce livre

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 530
Commentaires 86
extraits 19
Evaluations 228
Note globale 8.61 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode