Livres
506 274
Membres
514 478

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- Je te revaudrai ça, dit-elle à Olgersen, tandis qu'on achevait de le bander.

- Essaie donc de ne pas te faire tuer. Même si tu es devenu une légende, se moqua celui-ci.

- Une légende ?

- J'ignorais en te sauvant qui tu étais, mais ton nom et tes exploits ont fait le tour du régiment entier.

Mary en resta suffoquée. Immobilisant son geste, l'infirmier demanda, étonné !

- C'est toi, le cinglé ?

- Tu vois, s'amusa Olgersen.

- Je vois, répliqua Mary.

- Il y a même des paris qui circulent sur ton compte. Si j'avais su... dit-il, une lueur mutine dans le regard.

- Bah, glissa l'infirmier. Ce n'est que partie remise. Toi comme lui finirez bien par vous faire tuer. Vous êtes aussi fous l'un que l'autre.

Afficher en entier

- Auriez-vous peur d'une femme, capitaine ? se moqua-t-elle pour le décider enfin à l'affronter.

- Petite écervelée, grogna-t-il. A ce jeu-là, en trois passes je t'aurai troué le coeur.

Elle eut envie de répondre qu'il l'avait déjà fait mais s'abstint. Elle avait une guerre à gagner. Celle de l'amour contre la bienséance.

- Si je te prouve le contraire, tu m'embarques ?

- Jamais.

- Alors je vais te tuer, Claude de Forbin, et je prendrai ta place.

Afficher en entier

- Pourquoi tu ne m'as pas dit que tu étais gradé ?

Olgersen racla sa joue sans sourciller.

- Je n'ai pas besoin de le dire, d'ordinaire ça se voit, Read !

Et Mary se sentit idiote face à cette évidence. L'uniforme même du maréchal des logis Olgersen aurait dû la renseigner. Fallait-il qu'elle soit émue pour l'avoir totalement éclipsé !

- Je me demandais ce qui faisait ton grand courage, à présent je sais. Tu es aussi bigleux qu'obstiné ! s'amusa le maréchal des logis, rompant le silence dans lequel Mary s'empêtrait.

- Moque-toi, dit-elle enfin, ton discours et ta façon d'être pouvaient fort bien m'induire en erreur.

Afficher en entier

J'ai épousé l'océan, Mary. Et cet amour-là est trop exclusif, trop entier, pour être partagé.

Afficher en entier

L'armée est ainsi faite, mon garçon. Nous mourrons de nos contradictions !

Afficher en entier

Ne te perds pas en voulant trop gagner.

Afficher en entier

Il me faut du temps pour oser là où d'autres se servent.

Afficher en entier

Aucun n'avait assez de passion pour apprivoiser ma peine.

Afficher en entier

Une odeur de vengeance se mêla à celle du sang caillé, une vengeance qui serait sans pitié.

[...]

Ce 31 décembre, à l'hôtel de la Salamandre à Paris. Rue de l'Hirondelle. Sang contre sang, Mary. Désormais, tu sais le mal que cela fait !

Oui, Mary savait.

Sa guerre venait de commencer.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode