Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de LadyAkira : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Burton & Swinburne, Tome 1 : L'étrange affaire de Spring Heeled Jack Burton & Swinburne, Tome 1 : L'étrange affaire de Spring Heeled Jack
Mark Hodder   
Un excellent roman !! J'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire au début, mais après je n'ai pas pu m'arrêter de lire !! Un scénario formidable, une ambiance incroyable (en même temps un roman qui ce passe à Londres au 19ème siècle ne pouvait que me plaire ! ^^), les personnages très bien exploités, des dialogues très réfléchis, une écriture génial..... Ce livre est une vraie perle !! IL y a même pas mal d'humour ! j'ai éclaté de rire à plusieurs moments !! notamment [spoiler] avec les perroquets qui parlent ^^[/spoiler] Ce livre nous décrit vraiment bien le Londres de cette époque, ces différences de classes, la misère qui pouvait régner dans certains quartier... ça m'a beaucoup touchée. J'ai également bien apprécié toutes ces machines complètement dingue, et la fin du livre est.... juste géniale ! Personnellement je ne me suis pas ennuyé pendant la lecture de ce roman, certains dialogues philosophique étaient même très beau je trouve ! Enfin bref, ce livre est génial, je le conseil à tous !! :D
Les 120 journées de sodome Les 120 journées de sodome
Marquis de Sade   
aie aie les 120 journées ... Le livre qui marque . Je dois dire que c'est le seul livre sadien que je n'ai pu finir . La montée en crescendo de la violence, de l'horreur m'a quelque peu retournée . Mais je vois cette oeuvre comme l'apothéose de son art, Sade a réussi à briser tous les codes et faire de cette oeuvre, l'oeuvre de la débauche à grande échelle

par Sadess
Le Paris des merveilles, Tome 1 : Les Enchantements d'Ambremer Le Paris des merveilles, Tome 1 : Les Enchantements d'Ambremer
Pierre Pevel   
Qu’on se le dise, j’ai choisi ce livre à 90% pour la couverture, le synopsis a ajouté les 10% restant. Et pour une fois l’habit a fait le moine.

Ce roman nous dépeint un Paris merveilleux, chaque petit détail n’a pas fini de nous surprendre. Il n’est pas rare de croiser fées, ogres et arbres parlant dans notre capitale, tous sont différents, mais cohabitent à merveille. L’univers fantastique n’est pas oublié au fur et à mesure que l’intrigue se développe, il y a toujours un élément de description qui nous connecte à ce Paris des merveilles que ce soit un chat qui parle ou des fées lucioles qui virevoltent près d’une voiture.

L’écriture de Pierre Pevel est formidable, elle nous plonge entièrement dans le 20e siècle et, bien que soutenue, elle est remplie d’humour. L’auteur nous apostrophe quelquefois et nous implique vraiment dans l’aventure du héros.

Les personnages sont vraiment authentiques (dédicace à Haussont du Clairon) et vous en connaissez déjà certains (Méliès par exemple). Le mage, Louis Griffont, est un héros gentil, intelligent et parfois grognon, mais il est impossible de ne pas s’y attacher. Il en est de même pour la baronne Isable de Saint-Gil, une femme, une vraie. Forte, fière et intelligente, sensible également, c’est un personnage nuancé et formidable, une héroïne qui mériterait d’être dans plus de romans… Elle et Griffont vont tenter d’élucider un meurtre qui cache un terrible secret puisqu’il remet en cause l’accession du pouvoir de Méliane, la reine actuelle.

En plus d’être un superbe narrateur, Pierre Pevel créer une intrigue fascinante, digne d’un véritable roman policier. Les indices et les personnages ont tous leur importance et on se retrouve malgré nous à mener l’enquête. La passion qui unit Louis et la baronne est tendre et mélancolique (puisqu’ils étaient jadis mariés, mais sont maintenant séparés), elle change des clichés de la littérature. Ils entretiennent une relation amicale et pleine de tendresse, mais ils savent tous deux qu’ils ne pourront jamais revivre leur amour. Les personnages de Pierre Pevel ne sont pas parfaits et plus tout jeunes, les relations qu’ils entretiennent ne sont pas des stéréotypes et c’est ce qui fait la force de ces derniers.

Le seul bémol, celui qui m’a empêché de faire de ce livre un coup de cœur est la fin. Le roman, bien que fantastique, joue sur une intrigue tout à fait réaliste, (volonté de pouvoir, rapports de force et secrets compromettants) mais la fin est pour moi trop facile. L’auteur c’est servi de la magie pour « tout résoudre » et les personnages, qui avaient un rôle très important se retrouvent mis au second plan et toutes les étapes qu’ils ont traversées perdent de leur valeur. La résolution de la quête est telle que je me l’attendais, mais le moyen d’y parvenir (intervention quasi-divine) est pour moi un gros point faible. Le seul point faible.

Bien que la fin ait été une petite déception, il me reste encore deux tomes à dévorer et j’ai passé une excellente lecture. J’ai eu du mal à prendre un autre livre, car le style de l’auteur m’avait vraiment embarqué.

http://hamge.esy.es

par Calippo
Les Infortunes de la Belle au Bois Dormant, Tome 1 : L'Initiation Les Infortunes de la Belle au Bois Dormant, Tome 1 : L'Initiation
Anne Rice   
Je ne sais si je peux qualifier cet érotisme de pornographique, mais l'explicité des passages en font un livre vraiment pour adultes. Véritable livre SM avec certains passages assez exquis, il est néanmoins bien en dessous qu'il aurait pu être avec une telle intrigue. Je regrette tout particulièrement le fait que les contextes de domination mis en place ne soient restés que superficiels et la plupart du temps basés que sur de la domination physique là où une domination plus élaborée et plus psychologique aurait donné un peu plus de profondeur au livre.

par Virgile
Une aventure de Lucifer Box, Tome 1 : Le Club Vesuvius Une aventure de Lucifer Box, Tome 1 : Le Club Vesuvius
Mark Gatiss   
https://leslecturesdecyrlight.home.blog/2019/08/20/lucifer-box-t-1-le-club-vesuvius-mark-gatiss/

Le club Vesuvius est le premier tome des aventures de Lucifer Box. Dandy le jour et agent secret au service de la couronne d’Angleterre la nuit, il mène une double vie, dans laquelle il multiplie les investigations et les conquêtes, aussi bien féminines que masculines.

À force de croiser le mot « steampunk » sur différents sites littéraires, j’ai décidé de m’y essayer, et voir le terme associé au nom de Mark Gatiss, le créateur de la série Sherlock, m’a convaincue de sauter le pas. Hélas pour moi...

Cette œuvre, malgré le potentiel qu’elle dégageait de prime abord, n’a pas réussi à me séduire. Le début était pourtant prometteur : un meurtre aussi nonchalamment exécuté qu’inattendu avait de quoi surprendre, dommage que cela n’ait pas continué dans cette voie.

La suite est plus convenue. On y suit une enquête plus ou moins intéressante, qui finit par éloigner Lucifer Box de l’Angleterre pour l’Italie, plus précisément la belle ville de Naples et son célèbre Vésuve. On se retrouve donc avec un roman d’espionnage, mais pour ce qui est du côté steampunk, j’en ressors assez perplexe.

Je ne peux faire aucune comparaison, puisqu’il s’agit de mon premier livre du genre, mais je n’ai guère retrouvé la définition qu’on m’en a fait dans ce roman. Hormis quelques éléments mécaniques dans les derniers chapitres, c’est surtout une histoire d’enquête qui se déroule au XXème siècle, sans plus.

Quant aux personnages, ils sont certainement le point le plus décevant du livre. Ils ne sont pas attachants, et surtout pas Lucifer Box, qui est tout bonnement insupportable avec sa condescendance, sa vanité et sa conviction que rien ne lui résiste (ce qui est le cas, qu’il s’agisse des gens ou des mystères à éclaircir).

Il n’y a que Bella qui lui cause quelques... difficultés qu’il ne voit pas venir, tout aveuglé qu’il est par son désir, mais elle n’apporte en revanche aucune surprise, car son apparition et ses réapparitions sont tellement peu subtiles qu’on se doute rapidement qu’elle a quelque chose en tête (et certainement pas ce que Lucifer espère).

Pour ce qui est du style en lui-même, il ne m’a guère emballé non plus. Quand j’ai vu l’immanquable référence à Sherlock (qui n’a pas entendu la voix d’Irene Adler résonner dans sa tête lorsque le protagoniste évoque ses pommettes ?), j’espérais retrouver un humour aussi fin et cynique que celui de la série, mais le roman est en réalité plutôt cru, ce qui n’est pas pour moi.

Déception donc que ce livre. Je me réessayerai probablement au steampunk un jour prochain, mais pour ce qui est des aventures de Lucifer Box, je préfère m’arrêter ici.

par Cyrlight
Ce qui plaît aux dames Ce qui plaît aux dames
Voltaire   
description Qu'ils soient situés dans l'Antiquité ou au temps de la chevalerie, sur l'Olympe ou au royaume des fées, en Orient ou à Paris, les contes galants de Voltaire ont pour personnage principal le désir amoureux, qui fait fi de tous les obstacles et remet en cause la norme, les préjugés et les croyances. Ici, l'Eros est subversif, la volupté mène à la philosophie, le plaisir vaut moins pour lui-même que comme valeur émancipatrice : Il révèle les apories d'une morale chrétienne hypocrite et contradictoire, il bouscule ses règles contre nature. Sans tabou ni fausse pudeur, au rythme d'un récit rapide, souvent allusif, toujours drôle, ces délicieux petits textes célèbrent le bonheur de la jouissance et de la pensée libre. L'immense œuvre de Voltaire (1694-1778), un des plus grandis auteurs de tous les temps, n'est aujourd'hui que très partiellement connue. Ce sont surtout ses contes ou romans "philosophiques'', Micromégas, Zadig ou Candide, que tout le monde lit. Il existe pourtant parmi les contes d'autres pièces, plus légères, que les contemporains appréciaient particulièrement et que Voltaire n'a jamais cessé de produire tout au long de sa vie : des contes " galants " en prose ou en vers, qui sont tous réunis dans ce volume.

par valandra
Lucrèce Borgia. La fille du pape Lucrèce Borgia. La fille du pape
Geneviève Chauvel   
Un petit coup de cœur !

Ah, je ne me lasserais jamais de lire sur la famille des Borgia, cette famille qui me fascine au-delà du possible ! Et ce roman est vraiment un petit bijou, juste magnifique ! Je me suis régalée ! Lucrèce Borgia : La Fille du Pape est une œuvre construite, très fidèle aux vrais faits historique tout en romançant suffisamment le tout pour qu’on ne s’ennuie pas une seule seconde. Ce livre a été un régal du début à la fin !

Lucrèce Borgia est adorée de son père, chérie de ses frères. Elle a vécu richement dans le palais de son père, le vice chancelier du pape, à Rome. C’était une petite fille aimée et heureuse. Mais alors qu’elle n’a que 14 ans, son père devient le nouveau pape Alexandre VI. Elle devient alors un puissant pion politique, utilisée par son père et par son terrifiant frère César afin de tisser des alliances. Passant d’un mari à l’autre, Lucrèce, victime des complots politiques de sa famille et non la femme aux mœurs légères que la légende connaît, doit à chaque fois subir des coups et se relever la tête haute.

J’ai beaucoup aimée la personnalité de Lucrezia – je n’arriverais jamais à l’appeler Lucrèce… elle était d’origine espagnole et italienne, nom de dieu, elle s’appelait Lucrezia et non pas Lucrèce ! Pourquoi rendre son beau prénom si laid ? – elle est à la fois courageuse et naïve, souvent capricieuse, oui elle est parfois un peu agaçante à cause de cela mais c’est réaliste et logique étant donnée son éducation. J’ai été un peu déçue qu’il n’y ait rien entre son frère Cesare – là aussi, pourquoi l’appeler César ? Il ne s’appelait pas comme ça, mince à la fin ! – la légende de leur amour est ce que je trouve le plus fascinant dans les Borgia et c’est un peu dommage mais cela n’enlève en rien le fait que le livre soit super. Cesare est un peu absent aussi, et le peu de fois où il est apparaît, il est juste méchant, capricieux, mesquin, dénué d’émotions et c’est triste, j’aurais aimée qu’il soit plus approfondi et pas juste présenté comme le « méchant » de service. Mais la manière dont Lucrezia continue de l’aimer malgré le mal qu’il fait rend son personnage à elle très intéressant et j’ai aimée cela.

La plume est délicate, légère et agréable, elle touche des sujets de l’Histoire et sait les développés sans jamais sombrer dans l’ennui, pour cela l’auteur à un talent incroyable ! J’ai été entraînée comme à chaque fois que je lis quelque chose sur la famille Borgia dans cet univers impitoyable qu’était la Rome de la Renaissance, avec les complots et la soif de pouvoir dominante. Geneviève Chauvel a parfaitement su le retranscrire, avec énergie et talent, elle nous montre cette période sanglante aux yeux d’une jeune fille innocente prise dans cette tournante. Ce roman est donc un petit coup de cœur, auquel je ne mets pas la note ultime à cause de la déception qui tourne autour du personnage de Cesare, mais sinon ce livre est parfait !

Je le conseille à tout les amoureux de l’histoire des Borgia et de la Renaissance Italienne !

Mémoires d'une geisha Mémoires d'une geisha
Yuki Inoue   
Un excellent livre relatant le quotidien d'une Okiya de provine. Il s'agit d'un témoignage rapporté et non d'un roman. L'ouvrage a été rédigé par Yuki Inoué qui a eu la chance de rencontrer Kinu alors âgée de 84 ans, notons la présence de quelques photos de Kinu.

Les conditions de vie ne sont pas les mêmes qu'à la ville, elles sont très rudes. La limite entre geisha et quartier des plaisirs est quasi inexistante car les Okiya doivent gagner de l'argent par tous les moyens pour subsister loin de la capitale .

Ce récit est bouleversant, certains passages notamment sur sont apprentissage, ses privations, ses tâches domestiques sont douloureux à lire. Nous sommes plongé dans l'intimité d'une okiya, avec ses cérémonies, ses coutumes, ses fêtes, ses jeux et ses aspects plus sombres.

Ce livre est très diffèrent et n'a rien avoir avec le roman d'A. golden et le film "Mémoires d'une Geisha". Vu la similitudes des titres attention à ne pas les confondre
La Nouvelle Héloïse La Nouvelle Héloïse
Jean-Jacques Rousseau   
C'était une lecture imposé en premiére pour moi. J'avais le choix entre "le diable boiteux", " Candide" et " la nouvelle Héloise". J'ai donc choisit Rousseau, et j'ai malheureusement regretté ce choix .. Je ne pense pas abusé en disant que c'est un "pavé". Les descriptions sont longues, trop longues ... L'histoire trainent et on s'y perd meme parfois. Bref, j'ai donc été très decue ...

par Judice
Le dernier crâne de M. de Sade Le dernier crâne de M. de Sade
Jacques Chessex   
Quand la mort frappe le marquis de Sade, la narration de l'histoire prend un autre ton: on suit les pérégrinations du crâne de Sade, auquel le conteur prête des vertus maléfiques (ou érotiques). Le récit verse alors dans le fantastique, chacun appréciant ou pas ce genre littéraire qui n'est pas ma tasse de thé.

par mondouble