Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de LaForetDesPage : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Blackcreek, Tome 2 : Reste Blackcreek, Tome 2 : Reste
Riley Hart   
C’est une petite romance MM sympathique, rien d’extraordinaire mais qui se laisse lire bien tranquillement !

L’intrigue est classique dans ce genre de livre. J’ai bien aimé retrouvé les personnages du tome 1 et l’introduction de ceux du tome 3.

La petite nièce est géniale, c’est en fait autour d’elle que se construit l’histoire : Wes doit apprendre à devenir parent et Braden ne peut pas être insouciant, il doit tenir compte du bien-être de l’enfant et être sûr de lui. Et devenir parent également s’il souhaite une relation avec Wes.

Entre Wes qui ne veut laisser entrer personne dans sa vie et Braden qui vit les choses comme elles viennent, ça risque d’être compliqué…

Bon, on se doute de comment ça finit, mais on se demande quand même au fil de l’histoire comment ils vont arriver à faire face.

Note : 7/10

https://laforetdespages.wordpress.com/2018/01/21/blackcreek-2-reste-de-riley-hart/


L'Homme chauve-souris L'Homme chauve-souris
Jo Nesbø   
D’abord, sachez que c’est un policier un peu glauque, quand même, plus que « la princesse des glaces » de Camilla Lackberg que j’ai lu juste après.

Le début de l’intrigue est assez simple, mais ça se complique rapidement au fil des pages. Nous suivons Harry Hole sur de nombreuses fausses pistes, ce qui rend l’enquête pleine de rebondissement et garde le suspense jusqu’à la fin.

Ce livre nous permet de découvrir l’Australie : le commissariat mais aussi plusieurs aspects de Sydney. Aux côtés d’Harry, nous visitons les quartiers, les bars, les parcs, ainsi que le monde de la nuit avec la drogue et la prostitution. Nous en apprenons également plus sur la cohabitation entre les blancs et les aborigènes au quotidien. Ce point était particulièrement intéressant.

On peut avoir l’impression que l’enquête passe au second plan, tant on reçoit d’informations secondaires. Après, c’est une question de goût. Personnellement, j’ai bien aimé apprendre toutes ces choses sur l’Australie. Mais ça a tendance à nous détourner de l’enquête, à noyer un peu le poisson.

Le personnage de Harry Hole est intéressant. Ce flic alcoolique et désabusé est envoyé à l’étranger pour s’éloigner de son pays et de sa vie, et on finit par comprendre pourquoi grâce à la jeune femme qu’il rencontre à Sydney au cours de l’enquête. Ce n’est pas un personnage parfait, il a ses faiblesses, comme tout le monde.

La personnalité des autres personnages est également bien décrite, elle est dévoilée progressivement, ce qui nous permet de cogiter pour essayer de deviner l’identité du coupable. Seul bémol, il est difficile de se souvenir de qui est qui, tellement il y a de personnages.

Attention, il y a des scènes crues et violentes, à ne pas mettre entre les plus jeunes mains.

J’ai eu un peu de mal à rentrer dans le livre. Est-ce que ça vient du style de l’auteur ou du fait que je n’avais pas vraiment le temps et la tête à la lecture ? A voir avec l’enquête suivante. J’ai déjà acheté la suite
Long Spoon Lane Long Spoon Lane
Anne Perry   
Avec Anne Perry, l’enquête policière nous amène toujours là où ne pensait pas. On est tenu en haleine tout le long de l’enquête, surtout qu’on retrouve nos amis du Cercle intérieur qui ont déjà bien malmené Pitt par le passé. A qui faire confiance ? Le Cercle est partout...
Franchement, on est tenu en haleine jusqu’à la toute dernière page, où il se passe encore quelque chose.
Anne Perry nous donne ses indices au milieu des conversations et des descriptions de la vie quotidienne dans le Londres victorien, et ils ne s’assemblent qu’à la fin. Magnifique !
Là c’est une enquête de Thomas Pitt et Victor Narraway, Charlotte reste au second plan et c’est bien dommage. C’est le cas depuis plusieurs tomes, ce qui compréhensible étant donné le passage de Pitt de la police à la Special Branch, mais je trouve quand même ça dommage.
Note : 8/10
https://wp.me/p78wgt-2k
La Fille du roi des marais La Fille du roi des marais
Karen Dionne   
Ce livre est un service presse via la plateforme NetGalley.
J’ai lu ce livre en deux jours seulement alors que je n’avais pas beaucoup de temps libre, tellement je voulais savoir la suite. Pourtant, on ne peut pas dire qu’il y beaucoup de suspens, on sait dès le premier quart de l’histoire comment ça va se finir. Mais le fait de découvrir en même temps le passé et le présent d’Helena amène un peu de suspens, même si j’ai préféré les récits du passé.
Mais la progression psychologique du roman est vraiment... Wow ! On découvre l’histoire du point du vue d’une petite fille. Elle n’a jamais rien connu d’autre que sa vie dans les marais et la violence psychologique en parait diminuée mais elle est toujours là.
Ce livre nous fait nous demander comment nous réagirions à sa place. Il y a une dualité dans le père d’Helena qui est présente en chacun de nous, il est parfois (souvent) cruel et parfois gentil. Il éduque sa fille, lui apprend tout ce qu’il sait pour survivre dans le marais, la console ; et d’un autre côté il est d’une violence inouïe pour nous mais qui parait normale à Helena et qu’elle supporte avec une naïveté d’enfant. Son père, c’est son héros et son professeur, il ne peut pas avoir tort. Ce côté est tellement bien écrit, ça a l’air tellement naturel ! Et on est là, à se demander s’il est bon ou mauvais.
Ca nous apprend, ça nous montre à quel point les pervers narcissiques sont des poisons pour leur entourage et à quel point c’est difficile de les reconnaitre et de s’en défaire. Helena en fera la découverte.
Le fond de l’histoire et la psychologie des personnages sot vraiment très bien construits et l’écriture est fluide. Tout est réuni pour passer un bon moment. Attentions aux quelques cliffhanger en fin de chapitre qui risquent de vous donner des crises cardiaque !
Note : 8/10
https://wp.me/p78wgt-2r
Blackcreek, Tome 3 : Faux-semblants Blackcreek, Tome 3 : Faux-semblants
Riley Hart   
J’ai trouvé ça agréable d’en apprendre plus sur le barman qu’on a aperçu dans les deux premiers tomes. Et de voir les liens se resserrer entre les 2 puis 3 couples de la série.

Comme les autres tomes de la série, c’est de la romance MM classique mais agréable à lire. Même si un moment, l’un des perso m’a épuisé ! Je ne sais pas comment un vrai humain pourrait tenir le coup ! Heureusement que j’étais en vacances quand je l’ai lu
La Fille du Soleil Noir, Tome 1 : Esprits Impurs La Fille du Soleil Noir, Tome 1 : Esprits Impurs
M.L.N. Hanover   
Une petite lecture sympa que je me gardais dans mon téléphone pour lire pendant les petites pauses (environ 10 minutes) ou les files d’attente au cours de la journée, j’ai dons mis plusieurs semaines à le lire.
Une chose que j’ai apprécié avec ce livre, c’est que c’est crédible. Jayné ne découvre pas la magie et devient la meilleure de tout l’univers en trois jours. Elle se plante parfois (souvent), comme tout le monde et c’est ça que j’ai apprécié. Elle tâtonne et nous tâtonnons avec elle et on aimerait pouvoir comprendre avec elle et essayer de l’aider.
L’intrigue est pas mal, c’est un premier tome qui permet d’introduire l’univers et les personnages. Elle se frotte au méchant qui ne lui a pas porté beaucoup d’attention : elle n’était qu’un moustique pour lui. A voir ce qu’il se passe dans les tomes suivants.
Ce serait bien qu’on comprenne pourquoi la série s’appelle « fille du soleil noir ». Mauvais point pour ça, ça aurait été mieux que le tome 1 nous donne l’explication du nom de la série. Surtout que je ne me souviens pas avoir lu les mots « soleil noir » dans ce livre.
A suivre, donc.
Note : 7/10

https://laforetdespages.wordpress.com/
La Chambre des morts La Chambre des morts
Franck Thilliez   
Clairement, ce livre m’a moins plus que « Train d’enfer pour ange rouge » du même auteur, que j’ai lu il y a quelques mois.
Néanmoins, j’ai apprécié découvrir Lucie, que je sais qu’on la retrouvera dans les prochains Sharko.
Lucie s’intéresse au profilage et à l’aspect psychologique des auteurs de crimes, c’est donc autour de cet aspect que tourne l’histoire. Et les crimes sont vraiment glauques. Et le coupable est glauque aussi.
Mais je crois que le plus glauque c’est en fait les personnages ordinaires (V. pour ceux qui l’auront lu). Comment un être humain lambda qui n’a jamais été maltraité ou quoi que ce soit, peut choisir de voler un mort ? C’est comme ça que commence l’histoire et quand on sait comment elle finit...
Pour en revenir à Lucie, j’ai hâte d’en apprendre plus sur elle dans ses prochaines aventures : que s’est-il passé avec le père de ses filles. Et j’ai apprécié le réalisme sur les bébés : c’est très fatiguant pour les parents. Et Lucie, qui ne dort pas la nuit, a beaucoup de mal à faire face le jour.
L’enquête est bien tournée et plusieurs fois on croit avoir deviné le coupable, et en fait non. J’aime cette surprise à la fin de découvrir le vrai coupable (si j’ai trouvé avant la fin, je suis déçue).
Un bon bouquin, mais je l’ai fini avec des sentiments un peu mitigés.
Note : 6/10
https://wp.me/p78wgt-28
La Part des flammes La Part des flammes
Gaëlle Nohant   
Je ne pensais pas lire aussi vite ce livre, parce que ce n’est pas vraiment mon genre de prédilection mais l’écriture est fluide et ça se lit super bien. On a toujours envie de connaitre la suite de l’histoire.
On a le point de vue des différents personnages, principalement Violaine et Constance, mais quelques autres également, et ça amène de la richesse au récit et à la psychologie des personnages.
L’ambiance de ce livre représente bien, je pense, l’ambiance de l’époque à laquelle ça se passe. On ressent bien, plus ou moins sous-jacent, la misogynie ambiante, la violence psychologique subie par les femmes. Ca m’a frappé à plusieurs moment, surtout quand Hyacinthe Brunet arrive (vous comprendrez en lisant). Je suis tellement contente de vivre aux XXième siècle où je peux être moi-même, sans être qualifiée d’hystérique à tout bout de champ comme c’était le cas à l’époque ! (Quand je pense à toutes les hystérectomies pratiquées sur des femmes qui étaient simplement elles-mêmes, et pas forcément malades, ça me révolte ! Et l’hystérectomie ne change rien aux maladies mentales, qu’on se le dise.)
Même si cette œuvre est une fiction, c’est très crédible, c’est tout à fait possible que cette histoire ait pu se passer. Les éléments historiques me semblent cohérents, j’ai retrouvé les anecdotes cités dans le livre dans d’autres sources relatives à l’incendie du grand bazar.
Ce livre apporte un questionnement également un questionnement sur les conséquences personnelles de cet incendie. Il y a eu beaucoup de morts, oui. Mais aussi beaucoup de blessées. Dans une société où la femme est jugée sur son apparence (on sait d’où vient le « sois belle et tais-toi »), que sont devenues ces femmes ? Quelles ont été les conséquences sur leur vie (leur mariage, la considération de leur mari ou de la société) ? On en a un exemple avec Pauline qui, même si elle est détestable, est simplement le produit de la société qui l’a créée.
J’ai beaucoup aimé le personnage de Violaine, qui est forte et indépendante. Elle a été aimée par son mari, il lui a permis de s’épanouir et au début du livre, elle est une jeune veuve en deuil. Mais elle est sûre d’elle et elle va vouloir aider son prochain et aider Constance.
Constance, qui a bien besoin d’aide ! Ses parents cherchent à la marier à tout prix (la plupart de filles sont mariées depuis deux ans, faudrait pas qu’elle soit périmée, après tout qui veut d’une femme vieille et/ou moche ? Et quelle honte d’avoir engendré une vieille fille !). Et malheureusement, alors qu’elle se cherche encore elle-même, elle va devoir affronter d’autres problèmes suite à l’incendie.
Ce livre se lit tellement bien que tout le monde peut le lire, les amateurs du genre comme les non-amateurs comme moi. Et ce livre permet de se rendre compte de ce qu’était le place des femmes il n’y a pas si longtemps et de ce que nous risquons si nous ne sommes pas vigilantes vis-à-vis de nos droits à toutes.
Note : 8/10
https://wp.me/p78wgt-2v
Marshals, Tome 1 : Ces liens qui nous unissent Marshals, Tome 1 : Ces liens qui nous unissent
Mary Calmes   
Une romance dans le milieu des Marshals. Un peu d’action de temps et temps (nécessaire pour me plaire) et des personnages attachants que je retrouverai avec plaisir dans leurs prochaines aventures. Ce n’est définitivement pas mon livre ni mon genre préféré mais pour se changer les idées c’est très bien (en temps qu’amatrice de thriller, ce genre de lecture fait du bien entre deux lectures intenses).
Ce n’est pas mon genre de lecture préféré mais si j’accroche aux personnages, j’aime bien. Et là j’a bien accroché à Ian et Miro (surtout) (et à ses quatre amies ^^ ).
Et j’ai suffisamment aimé pour avoir envie de découvrir la série consacrée à Sam Kage, le supérieur de Miro et Ian.
J’ai bien aimé le développement de la romance et une fois en couple les scènes de sexe. Il y a un petit développement qu’on n’attendait pas mais qui finalement trouve ça place dans l’histoire et la psychologie du personnage, et qui rajoute un petit peu de piment. Un bon point : il n’y a que quelques scènes et bien intégrées à l’histoire, ce n’est pas du sexe pour du sexe. A voir dans les tomes suivants si ça reste comme ça.
Note : 6/10
https://wp.me/p78wgt-2c
London Blues London Blues
Lau Peralta   
C’est une petite comédie romantique tout à fait classique, sympa et agréable à lire. Le schéma est classique mais cohérent.
Le petit plus de cette courte histoire, ce sont les personnages. Ils passent leur temps à s’engueuler et c’est très drôle et rafraichissant.
Note : 6/10
https://wp.me/p78wgt-3r
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4