Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Lagosse : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
L'Assassin royal, Tome 3 : La Nef du crépuscule L'Assassin royal, Tome 3 : La Nef du crépuscule
Robin Hobb   
Autant dire que le troisième tome est beaucoup plus intriguant que ses prédécesseurs.
On accroche ou pas mais si on parvient à accrocher, on ne pourra plus le refermer tant ce tome est entraînant.
Les liens de Fitz et Oeil de nuit sont de plus en plus approfondis, donnant un rôle capital au loup.
Bref je vous laisse découvrir par vous même cet incroyable tome.

par louve
Ramsès, Tome 5 : Sous l'acacia d'Occident Ramsès, Tome 5 : Sous l'acacia d'Occident
Christian Jacq   
Dans ce dernier tome, on assiste aux derniers exploits de ce roi dont la grandeur est inégalée. On retrouve la magnificence de l’Égypte, les derniers combats du roi pour la préservée et on voit enfin aboutir le magnifique projet dont Ramsès a toujours rêvé: la paix.
On a commencé cette série par le commencement, l'enfance de Ramsès. On l'a poursuivit en le voyant grandir et devenir un grand roi. Enfin, on le suit jusqu'au bout, en le voyant vieillir, puis mourir et avec lui une partie de la grandeur de l’Égypte.

Une série fantastique qui se termine. Christian Jacq a réussit à nous apprendre ce qu'était l’Égypte sous Ramsès tout en lisant. Du coté pédagogique, cette série est plus attirante qu'une simple biographie car on apprend sans s'en rendre compte.

par onirisme
Nuage blanc, Tome 1 : Le Pays du nuage blanc Nuage blanc, Tome 1 : Le Pays du nuage blanc
Sarah Lark   
J'ai reçu ce livre en prêt et au départ, j'avoue, j'ai fait la moue... Pas vraiment mon style de livre... Arrive le jour où ma pile de livres à livre est vide et j'ai vraiment envie de lire... Bon allez, essayons.... Et de page en page, je me suis laissée entrainée par l'histoire de ces deux héroïnes assez dissemblables qui se rencontrent sur le bateau qui les amènera en Nouvelle Zélande... Envie de savoir ce qui va leur arriver et doucement, sans s'en rendre compte, on arrive à la dernière page... Et voilà qu'à ton tour, je le prête en disant "vas-y essaye même si ce n'est pas ton style car tu feras un beau voyage"


par tinange
Nuage blanc, Tome 2 : Le Chant des esprits Nuage blanc, Tome 2 : Le Chant des esprits
Sarah Lark   
Un roman qui est loin d'être mauvais, mais dans lequel on retrouve les défauts du premier tome.

Le style de l'auteur est beaucoup trop lourd à mon goût, assommant de "à vrai dire", "en effet", "en réalité" et autres... qui reviennent sans cesse à la lecture.

Les personnages secondaires sont encore plus négligés que dans "Le pays du nuage blanc" (les frères de Lainie sont à peine mentionnés, Jack, qui semble intéressant, n'apparaît qu'à de rares reprises, les retrouvailles entre Zoé et Laine semblaient prometteuses, mais finalement, elles s'achèvent aussi vite qu'elles surviennent...).

Quant à Gwyneira, elle m'a exaspérée tout au long de ce tome. Comment elle, qui n'a jamais pu aimer Paul et qui a toujours fait montre d'une certaine fierté, peut-elle céder à ce point devant tous les caprices de Kura ? Comment peut-elle même la supporter, alors qu'elle est aussi exécrable que son père ?

L'histoire en elle-même n'est pas si originale que cela, en y regardant bien. Déjà, il y a trop de "heureux hasard". Exactement comme dans le premier tome, les personnages finissent toujours par se retrouver, presque par miracle. Ensuite, on retrouve l'idée du mariage malheureux (Hélène/Elaine, d'autant plus flagrant à la vue du prénom), le meurtre suivie de la fugue (Paul/Elaine)...

Ca ne m'a pas empêchée d'apprécier cette histoire dans son ensemble, même si ça n'en fait pas un coup de coeur à cause de tout ça. J'ai particulièrement apprécié le fait que Kura et Lainie, malgré leur différends et la haine qu'elles se vouent, finissent par éprouver un certain respect et ce qui ressemble à de l'amitié à l'égard de l'autre.

par Cyrlight
Nuage blanc, Tome 3 : Le Cri de la terre Nuage blanc, Tome 3 : Le Cri de la terre
Sarah Lark   
j 'ai terminer ce tome et je suis heureuse pour gloria et jack du premier au dernier c'était prenant .Peut être que ce n'était pas le dernier on pourrai peut être avoir des nouvelles de gloria et jack.si vous savais quelque chose dite le moi s'il vous plait .MERCI

par laeti33
Le Goût du bonheur, Tome 2 : Adélaïde Le Goût du bonheur, Tome 2 : Adélaïde
Marie Laberge   
Adélaïde représente la femme forte et volontaire, déterminée à trouver son bonheur, faisant fi des conventions avec une aise que sa mère ne connaissait pas. Elle est aussi l’emblème de cette génération de femmes qui ont repris les affaires de leur mari au pied levé, prouvant au monde qu’elles étaient aussi capables qu’eux.
Le Goût du bonheur, Tome 1 : Gabrielle Le Goût du bonheur, Tome 1 : Gabrielle
Marie Laberge   
Dès les première pages j'ai adoré le quotidien de la famille Miller. Florent et Adélaide tellement attachant, Gabrielle si humaine mais en même temps tellement attaché à sa religion et Edward le mari de la protagoniste, Gabrielle, avec qui il forme un si beau couple! Bref, j'ai adoré. J'ai également beaucoup apprécié découvrir le personnage de Nic qui va évoluer plus intensément au fil et à mesure du roman. Découvrir la famille Miller dans leurs vies de tous les jours m'a bien plu, c'était addictif et palpitant. Mais comme chaque roman il y a toujours un petit hic. J'ai été un peu déçu de perdre les moments entre Gabrielle et Edward, dans les 100-200 dernière pages l'auteur c'est bien plus concentrer sur Nic, Adélaide et Théodore. Mais vu que moi j'adore Adélaide et bien ça ne m'a pas tant que ça gênée.;) Et cette fin! Cette fin! Marie Laberge sait nous surprendre, bravo! Avec un petit plus pour toute les féministe!
La Maîtresse de Rome La Maîtresse de Rome
Kate Quinn   
Un auteur féru de la Rome antique et qui nous entraine avec elle dans cette période de l'An 1 au gré des us et mœurs de l'époque.
Aux vues de la quatrième de couverture je m'attendais à un autre livre, Kate Quinn nous raconte cette époque avec pudeur, nous épargnant les détails sordides mais en étant tout aussi efficace. Bien que soit de notoriété publique le libertinage de ces temps anciens, aucune scène intime n'est décrite et c'est très bien ainsi.
Nous suivons Théa, jeune esclave juive, Lepida sa maitresse, Arius le gladiateur et d'autres protagonistes qui ont marqué l'histoire. Nous nous rendons compte rapidement que les vraies putains n'étaient pas ces esclaves dont on disposait comme de simples morceaux de chair mais bel et bien certaines femmes de la haute société, imbues d'elles même qui collectionnaient les amants, trompaient leur époux et ne toléraient aucune concurrence.
Lepida en est l'exemple vivant, une femme vile et malfaisante qui réveille en nous des instincts violents et nous font espérer sa chute. Un personnage d'envergure cependant remarquable au regard de la position des femmes dans la société romaine, une manipulatrice hors pair et une adversaire redoutable, dénuée de morale et de considération pour autrui.
Thea est une survivante, il sera difficile pour le lecteur de ne pas ressentir d'empathie à son égard, cette enfant, cette jeune fille puis cette femme a subi plus d'épreuves qu'il soit humainement possible d'endurer.
Elle reste pourtant debout face à l'adversité, non résignée mais attendant son heure.

par ccmars
L'Impératrice des Sept Collines L'Impératrice des Sept Collines
Kate Quinn   
Un second tome puissant !

Cette série est un énorme coup de cœur décidément, certainement l’un de mes plus grands de l’année ! Mon dieu, quel roman ! Eh bien que ce deuxième tome soit un chouia moins bien que le premier, il reste magnifique, magique, dévastateur, à coupée le souffle ! Kate Quinn me fait découvrir une période de la Rome antique que je connaissais peu, je suis surtout sur la République romaine, alors que cette série se passe au moment de l’Empire romain. Et c’est juste fascinant, terriblement prenant !

Vix, le fils aîné de Thea et Arius, est las de sa vie en Bretagne sur une montagne avec ses parents et ses frères et sœurs. Combattant dans l’âme, il décide de retourner à Rome dans l’idée d’entrer dans les légions. A cette époque, Rome est gouverné par l’empereur Trajan, adoré de tout le monde. Là-bas, Vix retrouve Sabine, cette mystérieuse jeune fille qui rêve d’aventure, et dont il va s’éprendre. Mais Sabine sait que si elle veut réaliser ses rêves, elle ne peut pas se contenter d’un ancien gladiateur. Et voilà que l’impératrice Plotine essaie de la mariée à Hadrien, la pupille de Trajan… Une bonne possibilité. Mais tout va se révéler plus compliqué que prévu, et surtout plus dangereux.

On retrouve Sabine et Vix, la première fille de l’horrible Lepida et du gentil Marcus, le deuxième fils de Thea et Arius. On les connaissait déjà enfants dans le tome 1, et là on suit toutes leurs vies. J’avoue avoir au début eu du mal avec eux. Ils ont parfois des réactions détestables et un comportement insupportable, mais avec l’âge, ils mûrissent dans leurs têtes et j’ai fini par m’attacher à eux et à leur excentricité. Mais mon gros coup de cœur du roman, c’est Trajan. Il m’a complètement séduite, je l’adore tout simplement, il est merveilleux ! J’ai eu aussi un petit coup de cœur pour Titus et Faustine, deux personnages forts. Sinon, niveaux méchants, Lepida et Domitien ont laissée place à Plotine et Hadrien, deux personnages très différents de leur prédécesseur. Lepida était une horrible garce et une fille facile, elle n’avait aucune morale et ne pensait qu’à elle. Plotine aussi est une garce, mais d’un genre très différent. C’est plutôt le genre belle-mère maléfique. Elle est très accrochée aux convenances et ne pense qu’à son cher fils adoptif, Hadrien. Elle est prête aux pires machinations pour qu’il devienne empereur. Je ne déteste pas particulièrement Hadrien, il n’est pas méchant en soi, mais il est cruel et froid.

Ce qui est marrant dans ces livres, c’est qu’on déteste les méchantes – Lepida et Plotine – mais qu’on adore les passages à leurs yeux. Ils sont les plus angoissants, les plus forts et les plus frustrants. Sinon, ce deuxième tome est plus doux que le premier, il n’est pas aussi hard. Dans le premier tome, il y’avait de l’horreur dès le début du roman et ça n’a pas cessée une seconde. Dans celui-là, il y’en à beaucoup moins, c’est plus calme, mais tout aussi forts, j’ai pleurée à chaudes larmes à deux reprises. Franchement, cette série, on ne peut pas la détester. C’est impossible. L’écriture est magnifique, l’histoire bouleversante et quasiment réel en tout, c’est le genre de romans qui nous prend par les tripes et qui joue bien avec nous avant de nous lâcher. Cette série, c’est juste une merveille. Et ce deuxième tome est juste magnifique !

Dire que je vais devoir attendre au moins 1 an pour avoir le tome 3. Je veux mourir…

L'énigme des blancs-manteaux L'énigme des blancs-manteaux
Jean-François Parot   
Un très bon roman. On est littéralement plongé dans le Paris du XVIIIe (siècle ; pour l'arrondissement, c'est encore la campagne). On tremble pour le héros, la conception de l'hygiène est différente... Malgré tout, il arrive à s'en sortir, nous fait son Poirot à la fin de l'histoire, en mettant en boîte Sartine (celle-là, il fallait que je la fasse) à cette occasion.

par BPiet