Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de LaLivrothequeblog : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Inalia, Tome 1 : Le Prince des Loups Inalia, Tome 1 : Le Prince des Loups
Maud Cordier   
Le lien: http://lalivrothequeblog.weebly.com/inalia-par-maud-cordier.html

Je remercie avant tout Maud Cordier d’être venue me contacter alors que je comptais justement commencer la lecture d’Inalia grâce à mon partenariat avec l’Ivre-Book que je remercie également pour cette découverte.

Le résumé d’Inalia m’intéressait depuis un petit moment, et même en sachant ce qui m’attendait, j’ai quand même été surprise de son contenu. Les premières pages ont réussi à me transporter en quelques secondes, cela a été un très bon départ.
Si je devais résumer cette lecture, je dirais que c’est un mélange d’une dystopie futuriste avec une histoire à la Cendrillon revisitée, mais bizarrement, dans un monde qui pourrait s'y méprendre au Moyen-Âge.


Les personnages :

Je peux tout avouer maintenant, j’ai eu un grand coup de cœur pour trois personnages : Pénélope, et les deux princes.

Pénélope est une orpheline qui n’a qu’un choix, celui de devenir servante. Elle est le personnage principal de cette histoire. C’est une très belle femme qui s’ignore et fait chavirer les cœurs, mais suscite aussi la jalousie de ces demoiselles de Morvan, filles de la Marquise. J’aime son caractère, obéissante mais avec du répondant, sensible et forte à la fois…c’est une héroïne unique comme je les aime, qui se pose des questions sur le monde bien réfléchies.

Le Prince Stéphane, THE personnage que j’attendais et cherchais à tout moment. Dès qu’il apparaît, je suis aux anges. Il est très séduisant et intelligent. C’est le seul homme du palais qui possède un cœur.

Le prince Alexandre, une petite… peste (si je peux me permettre), mais comme je suis un peu maso sur les bords, je l’ai bien aimé. J’aime les « méchants », sans eux ont aurait pas de si beaux romans et sagas à découvrir. Il est de même très charmeur, mais je sens son aura ténébreuse jusqu’ici.

Laurine De Morvan, est une des seules alliées de Pénélope. Futée et marrante, c’est la seule qui fait preuve de bonté envers sa servante.

Les petites pestes (et je suis gentille) : toutes les demoiselles de Morvan, la Marquise et quelques servantes du palais, voilà comment je les appelle. Elles sont Méchantes et Méprisables avec deux grands M. Elles m’ont rappelées les belles-sœurs de Cendrillon, mais en pire…

Les servantes : Il y a quelques servantes en plus de Pénélope, qui subissent des maltraitances à longueur de lecture. Je les plains vraiment, et j’ai trouvé leur amitié très belle et touchante, c’est comme si elles ne pouvaient pas vivre les unes sans les autres.

J’ai trouvé les personnages très réalistes, complets et complexes à la fois. Chacun à sa propre façon d’agir, de parler et de se mouvoir…je pense que si on faisait une adaptation du roman sans prénoms, je pourrais quand même les reconnaître.


Les dialogues :

J’ai beaucoup aimé les dialogues dans Inalia. Ils sont biens construits et intelligents. Les personnages parlent de façon courtoise et cela est très appréciable.
L’humour est de même très présent dans ces échanges entre les personnages, j’ai beaucoup ris avec la répartie de Pénélope qui ne se laisse pas faire (enfin, pas totalement).

Les descriptions :

Il y a de très belles descriptions dans Inalia. De très belles images, paysages et une façon particulière et juste de faire ressentir des émotions, surtout en ce qui concerne Pénélope.
L’action est présente mais de façon subtile et bienvenue dans un univers de ce genre.


Le style d’écriture :

Rien à redire, fluide, avec un vocabulaire très divers et de l’émotion qui se dégage de la plume de Maud Cordier. Moi-même je me suis peut-être bien marré, mais j’ai aussi été en proie à la colère en voyant tout ce que subissaient les pauvres servantes car on finit par s’attacher énormément à certains personnages, seule une bonne écriture peut faire ressentir cela.


La suite sur le blog :)
Les Âmes vagabondes Les Âmes vagabondes
Stephenie Meyer   
Les âmes vagabondes est vraiment un livre génial ; c'est l'un des seuls qui a autant joué avec mes émotions, au point de me faire pleurer. J'crois bien que c'est tout simplement LE meilleur de livres que j'ai lu. Bien plus émouvant et beau que l'autre saga à succès de Stephenie Meyer. Son vrai talent, c'est de faire vivre les émotions à ses lecteurs avec l'attachement qu'on porte aux personnages.
Dépassé les premières pages et un début assez difficile à prendre, je le concède, on peut plus lâcher l'histoire en cours de route. Ça serait comme abandonner les Humains aux mains des âmes ^^
On rentre vraiment dans l'histoire à ce moment là, quand Gaby rejoint les humains, et on vit vraiment cette incroyable histoire à travers elle. Alors impossible de s'arrêter, on veut toujours savoir ce qu'il se passe si on tourne la page d'après. Ce livre est vraiment addictif, je crois.
Sinon, toujours les longues descriptions de la part de l'auteur, ce qui nous permet vraiment de bien visualiser le décors, et imaginer les personnages à merveille. Ce livre vaut la peine d'être lu, malgré un début assez difficile. Parce que l'histoire qui suit et si juste, si belle, on se met si facilement à la place de Gaby, l'âme dans un corps humain, mais aussi on comprend tout à fait Mel, coincé dans la tête de son hôte.
Au fur et à mesure que l'histoire avance, Gaby est obligée de faire des choix, décisifs pour son avenir au sein de la petite communauté d'humains avec qui elle vit.
Et quand vient la fin... Ce sont ses amis qui prennent une bonne décision pour elle.
Une fin surprenante, et un second tome attendu avec impatiente... J'espère avec toujours autant d'émotions, et qu'il nous transportera comme le premier à pu le faire. J'espère aussi sincèrement que le film adapté de cette fabuleuse histoire ne sera pas raté, qu'il retranscrira les émotions du livre à merveille et qu'il transposera correctement l'histoire du roman.
Je peux dire que c'est un livre qui m'a vraiment marqué :)

De plus, j'ai acheté la version avec le chapitre bonus, et ça vallait le coup ! [spoiler]On apprend qu'est ce qui se passe dans la tête de Melanie quand elle se retrouve à nouveau seule dans son corps [/spoiler](j'crois que j'en ai trop dit pour ce qui n'avait pas lu le livre, là, non ? :P)

par Marie.
Les Insoumis, Tome 3 : Dénouement Les Insoumis, Tome 3 : Dénouement
Alexandra Bracken   
Le lien: http://lalivrothequeblog.weebly.com/les-insoumis-tome-3--deacutenouement-par-alexandra-bracken.html


Autant dire que ce dernier tome gère la patate… oui je ne fais pas dans la finesse mais je n’ai pas le choix. Une trilogie hors pair qui finit en beauté, voilà ce que j’ai à dire sur les Insoumis.

Je ne vais pas faire de résumé avec mes propres mots, mais je vais parler de l’analyse que j’en ai faite.
La plume d’Alexandra évolue de roman en roman et nous plonge de plus en plus dans cet univers futuriste. J’ai eu l’impression que le livre m’emprisonnait, je ne pouvais pas détacher mes yeux, avide d’en connaître la fin.

Les personnages sont comme je l’avais imaginé, il n’y a pas d’énorme changements, mis à part la relation entre Liam et Ruby (qui évolue et en bien !)
Vida est toujours aussi…spéciale, Chubs est moins peureux, Cole ahhh mon Cole (mon personnage préféré) qu’est-ce qu’il me fait rire, qu’est-ce qu’il est séduisant …Clancy m’a surpris par sa façon de parler, il reste très intelligent et il m’a même fait de la peine. La cerise sur le gâteau : le retour d’un personnage que j’attendais impatiemment.

Niveau histoire, je n’aurais pas pu espérer mieux. Tout s’enchaîne, tout concorde, aucun oubli.

Action : présente (même beaucoup ! il ne pouvait en être autrement d’ailleurs)

Romance : et bah oui, on a quelques petites histoires sympatoches même si ce n’est pas ce que je regarde le plus dans un roman.

Du sang : bon bah un peu hein, mais Ruby se débrouille toujours pour faire le moins de victimes.

Le narrateur : On vit à travers les yeux de Ruby qui pense toujours à Jude et regrette beaucoup de choses. Malgré ses faiblesses elle reste forte et va tout faire pour survivre et contrôler son pouvoir. C’est ce que j’aime voir chez une héroïne, même si elle a eu quelques réactions exagérées, elle vit au jour le jour et fait tout pour aider ses amis sans entraîner personne dans sa chute (façon de parler je vous rassure).

Une scène traumatisante ? Oui. (je ne vais pas vous la spoiler mais elle m’a arraché quelques larmes)

Est-il addictif ? Oui ! J’ai dévoré le livre avec un grand regret car maintenant il n’y a plus de suite.

La fin : triste, triste et triste. Vers la moitié du livre, je sentais la chose arriver…on peut difficilement me surprendre, mais même en m’y attendant, bah j’ai été choquée. L’auteure a vraiment eu de l’audace !



Cette chronique est structurée bizarrement, mais je ne veux pas vous en dire plus. Sachez que j’en reste traumatisée et que ce livre est celui que j’ai préféré (oui je suis maso).
A tous ceux qui ne connaissent pas les Insoumis, à ceux qui n’ont pas fini la trilogie : Vous attendez quoi au juste ????
Faux raccord Faux raccord
Mell 2.2   

Lien: http://lalivrothequeblog.weebly.com/faux-raccord-par-mell-22.html


Je remercie tout d’abord les Editions Boz’Dodor pour ce service presse et pour m’avoir permis de découvrir l’auteure.

Parfois, il suffit de lire les premières lignes d’un roman pour savoir si celui-ci va nous plaire ou pas, et ça a été le cas avec Faux raccord. Dès les premiers mots j’ai été transportée dans cet univers dystopique et j’ai eu du mal à en décrocher.
Je ne peux pas dire que je suis une experte en dystopie, certes je ne lis pratiquement que ça depuis quelques années, mais il me reste encore de nombreuses lectures et sagas à découvrir (Dieu merci !), mais ce tome-ci, a été un de mes rares coup de cœur.

Les personnages :

Clémentine : Waouh. J’ai pris une claque dans la figure tellement j’ai aimé ce personnage pour le moins atypique. Une héroïne grossière, rebelle, égoïste, avec un caractère de…, qui se bat dès qu’elle peut, chercheuse de bagarre et langue bien pendue, voilà comment je pourrais décrire Mandarine…euh Clémentine (avant de juger mon jeu de mot pourri, lisez le livre, vous comprendrez)

Huit : Un personnage masculin charmant, séduisant, fort, hyper attachant qui supporte beaucoup de choses. Que demander de plus ?

Ces deux-là combinés, formeront une des plus belles relations d’amour que j’ai jamais vu. Comparable à Mélanie et Jared (Les Ames Vagabondes), comparable à celle de Trèfle et Del dans Enclave ou Mal et Alina dans la trilogie des Grishas. C’est exactement le genre de relation que je « supporte et tolère » moi qui n’aime pas trop tout ce qui touche à la romance. Un couple unique qui apprend à s’aimer alors que les conditions de départ n’étaient pas vraiment favorables.

Newton : Un ami-ennemi drôle qui m’a fait sourire à de nombreuses reprises.

Darren : Un des personnages masculins qui tomberont amoureux de la flamboyante Clémentine. J’aimais bien Darren avant de comprendre qu’il n’apparaîtrait pas souvent, nif nif.

L’histoire :

Le résumé n’est pas à la hauteur de l’intrigue, mais pas du tout. Je pense qu’il n’est pas aussi attirant que peut l’être l’histoire et je trouve cela vraiment dommage. Je n’ai pas la prétention de faire mieux ni de l’expliquer avec mes propres mots, c’est pourquoi je vous laisse découvrir ce bijou par vous-même.

Sinon, pour faire court, l’action est présente, les intrigues bien présentées et les rebondissements sont au top niveau. Si je dois résumer ce livre en un mot ce serait: addictif.

L’humour :

On a une sacré dose d’humour dans ce roman. En passant par la façon dont se comportent les personnages entre eux, les échanges qu’ils ont ou les nombreuses références comme Pokémon, la Panthère rose, les surnoms de Minitel, Culbuto, Vendredi 13, P'ti Biscuit ou le pied-de-biche… Je ne peux pas dire combien de fois j’ai ris, mais franchement chapeau l’auteure.

L’univers :

La réalité décrite donne lieu à un univers immensément riche et original. Je ne me rappelle pas avoir lu une histoire pareille même si certains éléments m’ont rappelés Reboot, Divergent et Les Insoumis.
Tout est recherché, expliqué et décrit avec une précision accablante. J’ai vraiment été scotchée du début à la fin et je suis vraiment heureuse d’avoir eu la chance de pouvoir le lire, car vivant en Espagne je n’ai pas vraiment l’opportunité de me fournir en livres français et encore moins de découvrir des pépites pareilles.

La plume de l’auteure :

Fluide, fluide et fluide. A part ça je l’ai trouvé fluide.
Blague à part, le tout est tellement agréable à lire…le vocabulaire est très varié, les descriptions sont très réalistes et complètement en (r)accord avec le décor et l’ambiance d’une dystopie. Ce qui est certain, c’est que je tenterais le tout pour le tout pour me procurer tous ses livres, l’auteure a désormais mon entière confiance.

La fin :

Je me pose des questions et celle qui revient le plus souvent est : Pourquoi ? Pourquoi avoir fait ça ? Pourquoi ou comment réussir à ce qu’une fin affreuse puisse paraître belle en même temps ? J'écris cette chronique juste après avoir fini la lecture, donc je suis encore en plein traumatisme de lectrice et je ne comprends pas ce qui m'arrive.


Pour terminer cette chronique, je ne peux que vous obliger à lire Faux raccord. Une dystopie de haut niveau que j’ai vraiment adoré et que je vais conseiller à tout mon entourage. Y aura-t-il une suite ou pas? Je l'espère de tout cœur !
Newsoul, Tome 1 : Incarnate Newsoul, Tome 1 : Incarnate
Jodi Meadows   
http://wandering-world.skyrock.com/3088013905-Newsoul-Tome-1-Incarnate.html

Haaaaa... Incarnate. Au premier regard, comment ne pas craquer pour la sublime couverture du roman ? Sans mentir, c'est sûrement une des plus belles images que j'ai jamais vu. Fascinante, colorée, affreusement tentante, et attrayante au possible. Autant vous le dire tout de suite : j'aurai aimé ressentir tous ces sentiments en regardant la couverture ET en lisant ce récit. Mais cela n'a pas été le cas. J'ai l'impression de les aligner en ce moment. Après ma déception à propos du roman Les Amants De Samaroux, Incarnate n'a, également, pas su me séduire. J'en attendais peut-être trop ? Mais, sincèrement, barre trop haute ou non, l'intrigue du livre n'a simplement pas su me convaincre. Dommage...
Tout d'abord, Ana, l'héroïne du livre, ne m'a pas touché. Même si, au départ, elle est parvenue à m'inspirer de la peine et de la compassion, ça n'a pas duré. Plus on avance dans l'histoire et plus elle m'est apparue comme égoïste, égocentrique, et incapable de prendre des décisions. Elle tourne en rond : un coup elle est prête à changer complètement de vie puis, au moindre obstacle, elle recule et se renferme sur elle-même... Bonjour l'horreur. Elle possède tout de même quelques caractéristiques intéressantes : elle sait être là pour ses amis, et, surtout, elle est la seule personne à n'avoir vécue qu'une seule existence dans un monde où chaque être humain est sans cesse réincarné.
L'univers d'Incarnate, parlons-en. En lisant le résumé du livre, j'étais énormément tenté. Un lieu où personne ne meure, où nous renaissons éternellement, et dans lequel nous gardons en mémoire toutes les expériences de nos vies passées. C'est hyper intrigant, n'est-ce pas ? Hé bien, en lisant Incarnate, ça le devient un peu moins. Nous n'avons pas de réelles explications sur ces réincarnations. De petits détails nous sont offerts, mais ils ne m'ont pas suffi. Jodi Meadows aurait certainement pu nous en dévoiler plus.
A contrario, j'ai beaucoup aimé voyager dans la ville de Coeur. Un certain sens de la dystopie ressort de cet endroit. Les murs sont comme vivants, les habitants sont effrayés de quitter la ville, et un temple géant se tient au milieu de celle-ci. Ça, c'est vraiment passionnant. Mais, malheureusement, nous survolons ce sujet. Coeur pourrait être un lieu gorgé de secrets et, pourtant, Jodi Meadows n'exploite pas assez cette idée. C'est franchement regrettable, car je suis persuadé qu'elle aurait pu faire énormément de choses avec la ville qu'elle a créé.
Côté romance je suis, là aussi, un peu mitigé. Ana va très rapidement faire la rencontre de Sam, âgé de plus de cinq mille ans et qui a pourtant l'air d'en avoir dix-sept. On sent bien que l'auteure a voulu nous donner une impression de réalité dans leur rapprochement. Leur idylle ne naît pas en un claquement de doigt. Ils nouent d'abord une amitié, puis leurs sentiments vont se transformer en quelque chose d'autre. Il faut savoir qu'Ana n'a absolument pas confiance en elle. Ainsi, j'ai beaucoup apprécié la manière dont Sam l'aide à s'accepter telle qu'elle est : une Nouvelle Âme et non pas une Sans Âme. Ana va donc réussir à briser peu à peu les murs qu'elle avait mis en place autour d'elle pour ne ressentir aucune émotion et parvenir à se laisser aller. Sauf ( et oui, il y a bien sûr un "sauf" ) qu'Ana... Reste Ana. A nouveau, elle va se laisser submerger par les doutes et vouloir faire machine arrière. Et on recommence. On tourne en rond comme dit plus haut. C'est regrettable, car j'ai trouvé l'histoire d'amour entre Sam et Ana vraiment mignonne et touchante. Elle aurait pu être parfaite si Ana était moins bornée.
Niveau intrigue, c'est la même chose. Au départ, les rebondissements mettent pas mal de temps à arriver. Puis, soudainement, c'est une tornade de surprises qui s'abat sur nous ! J'ai été très étonné à plusieurs reprises ! Les événements inattendus le sont complètement, et ils nous coupent le souffle ! Mais ils sont mal répartis. Tout ne s'accélère qu'à la fin de l'histoire. Haaaaaa, c'est vraiment frustrant quand même !
En résumé, Incarnate est une déception. Le problème avec ce roman, c'est qu'il possède énormément de bonnes idées, mais qui sont exploitées de la mauvaise manière. Pas assez d'explications, trop de sentiments confus, des détails qui manquent... Bref, on survole un peu l'histoire en nous servant seulement ses moins bons aspects. Je suis sincèrement déçu. La mythologie du livre est elle aussi mal exprimée ( dragons, sylphes, etc ). Les protagonistes du roman n'ont pas su m'émouvoir comme je l'espérais. Un ouvrage superficiel qui possède tout de même de bonnes bases, dont je lirai, malgré tout, la suite pour savoir où l'auteure a choisi de nous emmener et pour découvrir - ou non - si elle a réussi à nous offrir une meilleure trame que celle d'Incarnate.

par Jordan
Aélis, Tome 1 : Le Sacrifice Aélis, Tome 1 : Le Sacrifice
F.V SYAM   
Nous plongeons dans un univers régi par la Magie, où les sorciers sont traqués et persécutés afin d’assouvir une certaine frénésie religieuse qui frôle le sectarisme. A chaque début de chapitre nous découvrons un extrait du carnet de Cyrus contenant ses pensées les plus intimes, ses sentiments inavouables qui le torturent, ses doutes, ainsi que ses craintes. C’est un excellent moyen de nous faire découvrir l’autre facette de ce personnage qu’aux premiers abords nous paraît si dur et cruel. Il est mystérieux, sombre, dangereux, fascinant et peu à peu on se sent succomber à son charme. Quant à Aélis c’est une jeune femme farouche mais exceptionnelle, avec une force de caractère incroyable, elle est intelligente, juste, courageuse et attachante. Nous assistons d’entrée de jeu à un rapport de force entre ces deux personnages pour le moins bornés.

Chronique ici : https://songeslivresques.wordpress.com/2016/04/24/aelis-tome-1-le-sacrifice/
Contes nippons au coin du feu Contes nippons au coin du feu
Nimu    Vanessa Terral    Louise Roullier    Laurent Combaz    Anthony Boulanger    Marine Stengel    Célia Haro    Vérène Dévanthéry    Dola Rosselet    Maud Wlek    Audrey Calviac   
" Contes nippons au coin du feu" est une anthologie issue du salon Japan Impact ( dont l'histoire nous est servie en préface) , elle fait suite à un partenariat entre la maison Hystérie Edition et L'académie de minuit. Je remercie la maison Hystérie Edition et le site Livraddict, pour l'envoi de ce roman !

Ce recueil regroupe 11 nouvelles écrites par différents auteurs :
Le pays des Yôkai Audrey Calviac,
So Leng et le pouvoir venu du Levant Laurent Combaz,
De soie et de fourrure de Dola Rosselet,
Tetsuya de Marine Stengel,
Les trois coups du spectre de Louise Roullier,
L'empereur solitaire et le cadeau du corbeau rouge d' Anthony Boulanger
Le yürei de Maud Wlek,
Huit pattes, sept queues de Vérène Devanthéry,
Haha Naru Shizen de Nimu,
Sokushinbutsu de Célia Haro,
L'héritage de Susanoo de Vanessa Teral.

Ces nouvelles souvent horrifiques sont toutes sur le thème du Japon, et de sa mythologie. Contrairement à un certain nombre de personnes qui liront ce livre, je ne suis pas passionnée par la culture japonaise en général. Elle est certes très intéressante mais ce n'est pas la raison qui m'a poussée à lire ce roman. En effet, je suis assez fan des contes, traditions et fables en tout genre, qu'elle soit grecque, romaine, asiatique, amérindienne, moyenâgeuse...

Je n'ai pas été déçue par la richesse de ces légendes, qui n'ont rien à enviées aux autres cultures, entre le chats à 9 queues et autres monstres, aux noms imprononçables et parfois difficile à retenir ( pour vous en convaincre, observez les titres !). Heureusement un petit glossaire en fin de livre,est là pour nous aider. Petite suggestion ici, pourquoi ne pas proposer des dessins représentant les différentes histoires ou simplement les esprits (comme une sorte de galerie à la fin ou en début de roman) ?

J'ai parfois regretté que dans certaines anthologies, le niveau des nouvelles soit très hétérogène, ici ce n'est pas le cas. Bien sûr, j'ai quelques préférées, mais dans l'ensemble, elles sont pour la plupart passionnantes.

Si vous voulez tout de même connaître mon top 3, c'est par ici :
http://carnet-de-bord-litteraire.over-blog.com/contes-nippons-au-coin-du-feu-anthologie.html

par PlumeVive
La Dernière Onde, l'Appel, tome 1 La Dernière Onde, l'Appel, tome 1
Marine Stengel   
Je remercie Aurélie ainsi que la maison d'édition Sharon Kena pour avoir accepté de m'envoyer ce service presse numérique. J'aime beaucoup la couverture, une douceur et une beauté mêlées.

Xenia est une Impera, travaillant comme "médecin" sur sa dimension. Elle est douée, cachant qu'elle a le don de soigner, bien plus que ses collègues. Car un Impera n'a pas de don à proprement parler. Alors qu'elle est dans l'obligation de soigner un Traceur (un protecteur des humains entre autre), elle va devoir se confronter à un problème de taille, un des patients veut la mort de ces traceurs, car certains d'entre eux ont tués toute sa famille, son clan. Elle va révéler sans le vouloir ce dont elle est capable et exposer aux yeux des Traceurs une voie vars sa véritable nature. Embarquée de gré ou de force, elle va atterrir dans ce qui se rapproche d'une école pour former les Traceurs.

Le livre est découpé en trois parties distinctes. PREMIER MOIS, La récolte d’une Impera ; DEUXIEME MOIS, La première apparition ; TROISIÈME MOIS, Les vacances d’hiver. Chaque partie apporte les explications, les descriptions pour les personnages, pour les lieux et aussi pour la vie d'une manière générale.

Un résumé très succinct du début du livre. Nous découvrons les personnages, les lieux, la manière dont chacun vit sans oublier qui est supérieur à qui, ou devrait l'être. Les descriptions ne sont pas trop longues, ni trop étalées, ce qui permet à la fois d'imaginer avec ce qui est écrit et en même temps de pouvoir aller au-delà de la description. L'univers crée est tout autant magique que destructeur. Les ondes sont expliquées et bien entendu nous savons avant même que l'auteur nous explique, que les ondes sont néfastes, en majeure partie. La création de Traceurs, ou de protecteurs des différentes dimensions est un point classique même si dans d'autres livres c'est déjà quelque chose qui est repris sous un nom différent. C'est la façon dont tout est amené qui m'a plu énormément. Avec de petits détails, le suspense qui fait ronger les ongles au lecteur, le fait de ne pas s'approfondir sur une hypothétique romance, mais de bien découvrir les gens, les us et coutumes, les futures trahisons.

Le monde décrit est beau et tragique à la fois. Certains endroits sont véritablement magiques et dans d'autres nous découvrons ce que ces ondes ont fait, aussi bien aux humains qu'aux autres créatures peuplant les différentes planètes.

Concernant les personnages, j'en aurais beaucoup à dire, mais je ne parlerais pas de tous. Déjà Xénia qui est une énigme a elle toute seule. Elle se croit Impera, mais au final, ce qu'elle est est bien plus complexe qu'une simple catégorie. Courageuse mais pas téméraire, elle va affronter bon nombre d'obstacles pour tenter d'avoir une place au sein de la sphère. Elle va d'abord faire la connaissance d'un groupe de Traqueurs, Eric que j'ai adoré et que j'ai hâte de revoir par la suite, Nate qui a semble-t-il de beaux yeux et une façon bien à lui de se battre. Caleb, Gabriel, Kyle et d'autres encore, ils sont nombreux mais chacun à sa propre caractéristique, son propre caractère, sa propre manière de se défendre, de parler. Vint ensuite les élèves, les futurs Traceurs si c'est possible, les apprentis. Kendall, Cassie, Clara, Nala, Selia, Vica, Doria, Alix, Ren... Il y en a beaucoup et on les voit à peu près tous autant. Je pense à Morgan car il est ce qui se rapproche le plus de ce que Xenia a connu dans son centre avant d'arriver à la sphère.

Nous suivons la vie quotidienne de chacun. Les cours, les entraînements,la bibliothèque, le restaurant, les échanges avec le grand maitre... La jalousie est de mise, comme dans toute école il y a des clans qui se forment, des groupes qui s'entraident et d'autres prêt à tout pour gagner. Des surprises, bonnes et mauvaises, des trahisons, du suspense, des poils qui se hérissent (ça c'était pour moi lors d'un passage plutôt chaud et pas dans le sens sexuel hein !) Quelques uns des protagonistes sont véritablement des horreurs sur pieds, ne pensant qu'à leur nombril, ou plus bas... C'est le cas de le dire, les plus bas instinct sont chez les plus primaires et j'ai vraiment envie de savoir ce qu'il va arriver à l'un d'entre eux.

En conclusion, un premier tome que j'ai adoré, autant pour les personnages que pour l'histoire et la manière d'apporter les éléments. Suspense, rebondissements, émotions... J'ai passé un très bon moment de lecture ! Vivement la suite !!!!

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/la-derniere-onde-tome-1-l-appel-marine-stengel-a130995794