Livres
388 094
Comms
1 360 742
Membres
276 418

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"Je ne sais vraiment pas qui me hait le plus, de la vie qui m'appelle à soi ou de la mort qui se refuse à moi." (p.303)

Afficher en entier

Des que ma dame de Chanpaigne

Vialt que romans a feire anpraigne,

Je l’anprendrai mout volentiers,

Come cil qui est suens antiers

De quanqu’il puet el monde feire,

Sanz rien de losange avant treire.

Mes tex s’an poïst antremetre

Qui i volsist losenge metre,

Si deïst, et jel tesmoignasse,

Que ce est la dame qui passe

Totes celes qui sont vivanz,

Tant con les funs passe li vanz

Qui vante en mai ou en avril.

Par foi, je ne sui mie cil

Qui vuelle losangier sa dame ;

Dirai je : "Tant com une jame

Vaut de pelles et de sardines,

Vaut la Contesse de reïnes" ?

Naie, je n’en dirai ja rien,

S’est il voirs maleoit gré mien ;

Mes tant dirai je que mialz oevre

Ses comandemanz an cest oevre

Que sans ne painne que g’i mete.

Del CHEVALIER DE LA CHARRETE

Comance Crestïens son livre ;

Matiere et san li done et livre

La Contesse, et il s’antremet

De panser, si que rien n’i met

Fors sa painne et s’antancion.

Des or comance sa reison.

A un jor d’une Acenssion

Fu venuz de vers Carlion

Li rois Artus et tenu ot

Cort molt riche a Camaalot ;

Si riche com au jor estut.

Aprés mangier ne se remut

Li rois d’antre ses conpaignons ;

Molt ot en la sale barons,

Et s’i fu la reïne ensanble ;

Si ot avoec li, ce me sanble,

Mainte bele dame cortoise,

Bien parlant an lengue françoise ;

Et Kex qui ot servi as tables

Manjoit avoec les conestables.

La ou Kex seoit au mangier,

A tant ez vos un chevalier

Qui vint a cort molt acesmez,

De totes ses armes armez.

Li chevaliers a tel conroi

S’an vint jusque devant le roi

La ou antre ses barons sist,

Nel salua pas, einz li dist :

"Rois Artus, j’ai en ma prison

De ta terre et de ta maison

Chevaliers, dames et puceles,

Mes ne t’an di pas les noveles

Por ce que jes te vuelle randre ;

Einçois te voel dire et aprandre

Que tu n’as force ne avoir

Par quoi tu les puisses ravoir ;

Et saches bien qu’ainsi morras

Que ja aidier ne lor porras."

Li rois respont qu’il li estuet

Sofrir, s’amander ne le puet,

Mes molt l’an poise duremant.

Lors fet li chevaliers sanblant

Qu’aler s’an voelle, si s’an torne,

Devant le roi plus ne sojorne,

Et vient jusqu’a l’uis de la sale ;

Mes les degrez mie n’avale,

Einçois s’areste et dit de la :

"Rois, s’a ta cort chevalier a

Nes un an cui tu te fiasses

Que la reïne li osasses

Baillier por mener an ce bois

Aprés moi, la ou je m’an vois,

Par un covant l’i atandrai

Que les prisons toz te randrai

Qui sont an essil an ma terre

Se il la puet vers moi conquerre

Et tant face qu’il l’an ramaint."

Ce oïrent el palés maint,

S’an fu la cort tote estormie.

La novele en a Kex oïe,

Qui avoec les sergenz manjoit ;

Le mangier leit, si vient tot droit

Au roi, si li comance a dire

Tout autresi come par ire :

"Rois, servi t’ai molt longuemant

Par boene foi et lëaumant ;

Or praing congié si m’an irai

Que ja mes ne te servirai ;

Je n’ai volenté ne talant

De toi servir d’ore en avant."

Au roi poise de ce qu’il ot,

Mes, quant respondre mialz li pot,

Si li a dit eneslepas :

"Est ce a certes ou a gas ?"

Et Kex respont : "Biax sire rois,

Je n’ai or cure de gabois,

Afficher en entier

Sor les escuz qu’il ont as cos,

Les lances sont oltre passees

Qui fraites ne sont ne quassees,

Et sont a force parvenues

Desi qu’a lor charz totes nues.

Par grant vertu l’uns l’autre anpaint,

Qu’a terre se sont jus anpaint,

Ne peitrax ne cengle n’estriers

N’i pot eidier, que par derriers

Chascuns d’ax la sele ne vuide

Que de seignor fu tote vuide.

Estraier an sont li cheval

Qui s’an vont amont et aval ;

Li uns regibe, l’autres mort,

Que l’uns volsist l’autre avoir mort.

Et li chevalier qui cheïrent

Plus tost qu’il porent sus saillirent

Et ont tost les espees traites.

Qui de letres erent portraites,

Les escuz devant lor vis metent

Et des ore mes s’antremetent

Comant se puissent domagier

As espees tranchanz d’acier.

Lanceloz nel redote mie,

Car il savoit plus d’escremie

La mitié que cil n’an savoit ;

Car an s’anfance apris l’avoit.

Andui s’antrefierent granz cos

Sor les escuz qu’il ont as cos

Et sor les hiaumes d’or barrez,

Que fraiz les ont et anbarrez ;

Mes Lanceloz le haste fort :

Si li done un grant cop et fort

Devant l’escu a descovert

El braz destre de fer covert,

Si li a colpé et tranchié.

Et quant cil se sant domagié

De sa destre qu’il a perdue

Dist que chier li sera vandue.

S’il an puet leu ne aise avoir,

Ne remanra por nul avoir ;

Car tant a duel et ire et rage

Qu’a bien petit que il n’anrage,

Et molt po prise son afeire

S’un malvés geu ne li puet feire.

Vers lui cort, que prendre le cuide,

Mes Lanceloz bien se porcuide ;

Car a s’espee qui bien taille

Li a fet tele osche an sa taille

Dom il ne respassera mais,

Einz iert passez avrix et mais ;

Que le nasal li hurte as danz

Que trois l’en a brisiez dedanz.

Et Meliaganz a tele ire

Qu’il ne puet parler ne mot dire,

Ne merci demander ne daingne,

Car ses fos cuers li desansaingne,

Qui trop l’enprisone et anlace.

Lanceloz vient, si li deslace

Le hiaume et la teste li tranche.

Ja mes cist ne li fera ganche :

Morz et cheüz, fet est de lui.

Mes or vos di, n’i a celui

Qu’ilueques fust, qui ce veïst,

Cui nule pitiez an preïst.

Li rois et tuit cil qui i sont

Grant joie an demainnent et font.

Lancelot desarment adonques

Cil qui plus lié ne furent onques,

Si l’en ont mené a grant joie.

Seignor, se j’avant an disoie,

Ce seroit oltre la matire,

Por ce au definer m’atire :

Ci faut li romanz an travers.

Godefroiz de Leigni, li clers,

A parfinee LA CHARRETE ;

Mes nus hom blasme ne l’an mete

Se sor Crestïen a ovré,

Car ç’a il fet par le boen gré

Crestïen, qui le comança :

Tant en a fet des lors an ça

Ou Lanceloz fu anmurez,

Tant con li contes est durez :

Tant en a fet, n’i vialt plus metre

Ne moins, por le conte malmetre.

Ci faut li

ROMANS DE LANCELOT DE LA CHARRETE

Afficher en entier