Livres
549 636
Membres
589 613

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

LaRose



Description ajoutée par x-Key 2018-01-15T16:11:39+01:00

Résumé

Dakota du Nord, 1999. Un vent glacial souffle sur la plaine et le ciel, d’un gris acier, recouvre les champs nus d’un linceul. Ici, des coutumes immémoriales marquent le passage des saisons, et c’est la chasse au cerf qui annonce l’entrée dans l’automne. Landreaux Iron, un Indien Ojibwé, est impatient d’honorer la tradition. Sûr de son coup, il vise et tire. Et tandis que l’animal continue de courir sous ses yeux, un enfant s’effondre. Dusty, le fils de son ami et voisin Peter Ravich, avait cinq ans.

Ainsi débute le nouveau roman de Louise Erdrich, couronné par le National Book Critics Circle Award, qui vient clore de façon magistrale le cycle initié avec La Malédiction des colombes et Dans le silence du vent. L’auteur continue d’y explorer le poids du passé, de l’héritage culturel, et la notion de justice. Car pour réparer son geste, Landreaux choisira d’observer une ancienne coutume en vertu de laquelle il doit donner LaRose, son plus jeune fils, aux parents en deuil. Une terrible décision dont Louise Erdrich, mêlant passé et présent, imagine avec brio les multiples conséquences.

« Un récit puissamment évocateur, d’une subtilité et d’une grâce magistrales. »

Publishers Weekly

(Source : Albin Michel)

Afficher en entier

Classement en biblio - 20 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par Laurine-25 2019-12-01T21:38:20+01:00

Nola assista à une messe en semaine avant d’aller attendre le père Travis dans son bureau. Il était souvent retenu dans le couloir. De fait, elle entendit quelqu’un lui parler. Le prêtre écoutait, laissait échapper une question de temps à autre. Les deux voix s’entretenaient d’un problème de mur à réparer au sous-sol. Ou peut-être de fenêtres. Le froid s’insinuait, puis le printemps venu ce seraient des suintements, la boue, les serpents. Il y avait toujours eu des serpents autour de l’église, et parfois à l’intérieur. Dans d’autres endroits de la région et des Grandes Plaines, jusque dans le Manitoba, c’était pareil. Les serpents avaient de vieux nids bien cachés parmi les rochers, où chaque printemps ils se retrouvaient par centaines sans qu’on parvienne jamais à les en chasser.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Granny-1 2020-07-10T08:17:12+02:00
Lu aussi

"LaRose" de Louise Erdricht (566p)

Ed. Le Livre de Poche

Bonjour les fous de lectures....

Seconde expérience de lecture de l'autrice Louise Erdricht et second retour plus que moyen.

Livre sur la culture et les traditions amérindiennes.

Dakota du Nord, automne 1999.

C'est le début de la chasse au cerf.

Landreaux, un indien ojibwé, chasseur averti, tue accidentellement un jeune garçon de 5 ans, fils de son voisin et ami Peter.

C'est le drame.

Conformément à la tradition indienne, Landreaux donnera son plus jeune fils, LaRose, à la famille en deuil.

Comment les deux familles vont-elle pouvoir continuer à vivre après cette tragédie?

Comment continuer à cohabiter ?

Un terrain d'entente va trouver petit à petit son chemin en dépit du désir de vengeance et grâce au respect des coutumes ancestrales.

Le jeune LaRose se voit devenir le médiateur entre ces deux familles déchirées.

Le récit en lui même est assez intéressant et nous permet de pénétrer dans l'univers de l'histoire et des traditions amérindiennes.

Nous découvrons ce peuple martyrisé au fil du temps et qui n'a de cesse de retrouver sa propre identité.

Je déplore cependant les nombreuses digressions et retours en arrières qui rendent la lecture assez poussive et usante.

J'ai eu bien du mal à me plonger dans l'univers particulier des indiens ojibwé.

Reconnaissons à l'autrice ses talents de conteuse et ce roman pourrait, sans aucun doute, être adapté à la toile.

Une lecture pas facile qui mériterait peut-être un second essai ... si ma Pal n'était pas aussi gargantuesque .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par marie-nel 2020-03-27T13:19:37+01:00
Argent

c'est une totale découverte puisque je ne connaissais ni l'auteure ni le livre. Je ne me souviens pas non plus l'avoir vu passer lorsqu'il est sorti en format broché. J'ai tout de suite beaucoup aimé la couverture du livre au format poche, et le résumé me tentait assez puisqu'il allait m'emmener en terres indiennes à notre époque actuelle.

J'y ai ainsi fait la rencontre de Landreaux, il est indien et vit dans le Dakota du Nord. L'action commence très vite puisqu'on retrouve Landreaux en train de chasser. Il vise un cerf, tire, mais voit l'animal se sauver et surtout un corps s'effondrer. Il s'agit d'un enfant, Dusty. Il est le fils de son ami Peter qui vit près de chez lui et il a cinq ans. C'est, comme on peut se l'imaginer, le drame pour les parents du petit garçon mais aussi pour la famille de Landreaux. Il décide, avec sa femme Emmaline, de suivre une vieille tradition indienne qui dit qu'il doit donner son plus jeune fils à la famille en deuil pour remplacer celui disparu. C'est ainsi que LaRose (qui est bien un garçon) va se retrouver à vivre dans une autre famille avec une grande sœur, mais surtout en remplacement d'un enfant disparu. Landreaux, et surtout Emmaline, vivront mal cette séparation. Et Nola, la femme de Peter, va trouver en LaRose un réconfort de la perte de son fils.

On va ainsi suivre LaRose dans sa nouvelle famille, à essayer de compenser la perte d'un enfant mort. Mais pas que. On va vite se rendre compte qu'il y a tout un imbroglio entre les différents personnages adultes, avec certains se connaissant depuis leur plus jeune âge, avec un passé pour certain tellement lourd qu'il pèse énormément sur les actes du présent.

Et c'est là que pour moi, le bât blesse. Je ne pourrais pas vous raconter quoique ce soit de plus, car je n'ai pas compris le reste de l'histoire. J'ai eu beaucoup de mal à suivre les personnages et à savoir qui était qui. Quand j'ai vu arriver les parties concernant le passé, je me suis dit que ça y est, j'allais enfin comprendre, alors oui, certains points se sont reliés, mais pas tous. J'ai eu la sensation d'avoir un puzzle avec des pièces qui ne correspondaient pas et du coup, j'étais dans l'impossibilité de les rejoindre. Cela vient peut-être de moi, pourtant, j'ai pris des notes, j'ai remonté dans les pages précédentes pour chercher des explications mais non, je suis totalement passée à côté. En lisant le résumé, je me suis aperçue qu'il était dit que ce roman clôturait un cycle commencé par deux autres romans. Alors est-ce que c'est à cause de cela que je n'ai pas du tout réussi à comprendre, est-ce qu'il valait mieux avoir lu les deux précédents pour comprendre celui-ci, se mettre dans l'ambiance. Je ne sais pas. Mais je me demande tout de même si ce n'est pas lié.

Je n'ai pas réussi non plus à m'attacher aux personnages. Et pourtant, ils ne vivent pas des situations très simples, et leur vie est assez marquée par les drames. Mais non, aucun ne m'a particulièrement touchée. Le nom de LaRose est donné aux enfants d'une génération à l'autre, mais je n'ai pas compris pourquoi il était donné ici à un garçon alors que les précédents étaient des filles. Même les mères qui vivent ici le drame de la perte d'un enfant n'ont pas réussi à m'émouvoir. Le choix narratif est fait à la troisième personne du singulier, ce n'est pas le style que je préfère d'habitude pour m'imprégner des sentiments, mais j'arrive toujours à ressentir quelques émotions, et là, rien du tout. J'ai eu l'impression d'être un spectateur qui regardait les scènes se dérouler sans arriver à rentrer dedans ou m'imaginer à la place des protagonistes.

Bon, tout ceci n'est qu'un ressenti personnel, je pense que je suis passée complètement à côté de ma lecture. D'autres ont semble-t-il aimé, quand je vois le journal Le Monde dire de ce livre que c'est « du grand art » ou un journaliste du magazine Lire le trouver « envoûtant ». J'ai sûrement dû louper quelque chose, car c'est de loin l'effet qu'il a pu faire sur moi.

Pareil, comme le résumé parlait d'Indien, de légendes indiennes, je pensais que ça allait être un sujet central et largement abordé. Une fois de plus, j'ai été fortement déçue sur ce point. Car à part, la coutume de l'échange des enfants, et la transmission d'un même prénom d'une génération à l'autre, il est très peu question d'autres rites. Je pensais que le sujet de l'intégration des Indiens allait aussi être plus présent, mais déçue aussi là-dessus.

Les chapitres sont en plus très longs, le premier fait plus de cent pages. Ils sont coupés par des parties, mais c'est tout de même très long à lire, surtout quand on n'est pas transporté par l'histoire comme ce fut le cas pour moi. J'ai voulu le finir, il est très rare que j'abandonne un livre, je me suis accrochée à ma lecture. J'attendais toujours un attrait, un quelque chose qui fasse que j'allais être plus captivée. J'ai ressenti cela seulement avec les cinquante dernières pages. Sur un peu plus de cinq cents, c'est peu. Une chose tout de même positive, j'ai trouvé la dernière partie qui représente le final, plutôt belle et intéressante, même si ça se termine un peu en fin ouverte, c'est sans doute le seul moment où j'ai ressenti un petit quelque chose en émotion.

Je ne vais pas continuer à enfoncer ce livre par cette chronique négative. Je n'ai pas l'habitude d'en écrire, c'est très difficile pour moi, car je trouve déjà qu'un livre mérite une reconnaissance de la part du lecteur envers un auteur qui a essayé de l'emmener dans son univers. Là, je suis passée complètement à côté, mais je le répète, ceci est mon avis personnel, mon ressenti, et je vous invite sincèrement à vous faire votre propre opinion en lisant ce roman. Comme on dit, on est jamais aussi bien servi que par soi-même. Et un livre qu'une personne n'aime pas peut être aimé par une autre, et vice versa. Ça ne l'a pas fait pour moi, ça ne me laissera pas un souvenir, à part celui de ne pas avoir compris le fond comme la forme de l'histoire.

Je vous invite vraiment à lire ce livre pour vous faire votre propre idée dessus. Je suis tout de même contente d'avoir réussi à lire ce roman jusqu'au bout. Je n'aime pas abandonner une lecture, par respect pour l'auteure. Je pense que je tenterai de lire les autres romans de Louise Erdrich, peut-être reprendre cette sorte de « trilogie » ou de cycle comme il est dit dans le résumé, pour voir si c'est à cause de cela que je ne suis pas arrivée à comprendre ce roman. Ça me questionne beaucoup, car je ne suis pas du genre à ne trouver que du négatif dans une histoire, j'arrive d'habitude, à trouver du positif, des messages..mais là, rien et ça m'intrigue beaucoup...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Tomette 2019-07-01T20:41:30+02:00
Or

Un plongeon dans une culture méconnue. L'histoire est belle, surprenante, attachante et dure !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par leslecturesdEsmeralda 2018-02-09T12:16:05+01:00
Diamant

L'avis d'Esméralda :

Je voulais absolument débuter par cet extrait qui à mes yeux recèle toute la profondeur de ce roman : entre tradition et modernité, le poids de l’héritage dans ce monde qui a détruit et malmène, encore, de nos jours la communauté amérindienne. Roman sociétal de toute beauté, LaRose retrace l’histoire d’un peuple, à l’occurrence, ici, le peuple Ojibwé.

Je découvre pour la toute première fois la plume talentueuse de Louise Erdrich. Je me dois tout de même de souligner le travail remarquable de la traductrice, Isabelle Reinharez. J’ai entendu dire que découvrir l’univers de Erdrich avec ce roman, n’est pas forcément l’idéal ou judicieux. J’avoue que les premières pages furent très difficiles. Difficulté de m’imprégner de ce monde, de ces personnages, des enjeux et de cette syntaxe si particulière à Erdrich. Je suis du genre obstinée. Et ma patience fut récompensée !

LaRose est le cinquième du nom. Attribué aux jeunes filles, ce petit garçon va porter sur ses épaules un lourd fardeau. Prénom portant une certain malédiction, il va réussir malgré lui à concilier l’ancien temps des traditions à celui contemporain. Confié aux Ravich, lorsque le petit Dusty fut tué par son père, Landreaux Iron, il va avoir la lourde tâche de combler cette perte. Ce petit garçon est juste remarquable. Prenant conscience très vite des enjeux, son courage et sa présence d’esprit vont faire de ce petit indien un grand héros.

Erdrich dépeint aux travers de portraits hétérogènes les affres de vies. Naviguant entre présent et passé, le dépaysement est total : traditions et enseignement, déracinement, Fort Totten, perte de l’identité, alcool, drogue, réserve… Tableau percutant, horrible, dérangeant et sinistre. Mais au milieu de cette description atterrante (mais bien réelle), la lumière brille et fait vaciller toute cette noirceur : dans l’unité, le soutien, la transmission orale des légendes et histoires, dans la quête de vérité (je pense aux victimes qui n’ont jamais été remis aux familles), le prolongement des traditions et rites, anecdotes…

Ce roman est un véritable coup de cœur, celui qui transperce l’âme. Il m’a emporté sur un terrain que je ne connaissais que trop peu. Gardien de la mémoire d’un peule et annonceur d’un certain renouveau. Le tableau final ne pouvait que refléter à la perfection l’état d’esprit d’Erdrich et de son message : le lien entre la tradition et la modernité, entre les esprits et le vivant. Un monde où les préjugés raciaux n’ont pas leur place. Un monde où la tolérance et le respect peuvent se côtoyer. Un monde où les combats pour l’identité ne devrait pas exister.

LaRose est juste sublime, émouvant, envoutant. Un livre qui devrait trôner dans de nombreuses bibliothèques.

Connaisseurs et curieux, ce roman est fait pour vous ! Le doute n’est plus permis !

Afficher en entier

Date de sortie

LaRose

  • France : 2018-01-17 (Français)

Activité récente

sandri l'ajoute dans sa biblio or
2020-02-27T18:10:53+01:00
Envy l'ajoute dans sa biblio or
2019-08-11T16:12:34+02:00
Tomette l'ajoute dans sa biblio or
2019-07-01T20:39:15+02:00

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 20
Commentaires 4
extraits 10
Evaluations 9
Note globale 7.11 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode