Livres
558 085
Membres
606 080

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Or

Je dois avouer que j’étais un peu réticente à l’idée de commencer ce roman après avoir vu pas mal d’avis plutôt mitigés... or ce roman est la preuve que parfois il ne faut pas seulement se fier au jugement des autres mais se lancer pour se faire son propre avis. Cette lecture a été une superbe découverte, j’ai beaucoup apprécié l’univers, les personnages, mais aussi la plume de l’auteure!

J’ai également beaucoup aimé le personnage de Guenièvre dont on va avoir accès au point de vue tout au long de cette lecture. On suit donc ici une jeune femme plus ou moins contrainte de se marier avec le célèbre roi Arthur. Elle se retrouve propulsée en plein milieu de ce monde dont elle ne connaît rien. Cependant, elle ne connaît peut être rien à ce monde et pourtant, il se trouve qu’elle a un rôle central dans la préservation de ce dernier puisqu’elle a pour mission de le sauver car une menace plane au-dessus de Camelot. 

 

Notre héroïne n'est pas l’héroïne parfaite qui maîtrise tout sur tout, elle se retrouve propulsée à Camelot, avec en option un mariage et un sauvetage du monde (pas vraiment commun comme situation vous en conviendrez) et pourtant tout au long de ce récit elle garde la tête haute, elle hésite parfois, il lui arrive de douter, d’avoir des craintes et d’avoir peur, mais elle reste forte bien décidée à se battre pour ce qu'elle juge bon. 

J’ai beaucoup apprécié cette idée d’une héroïne forte, dans cette société médiévale où l'homme est au pouvoir. J’ai également beaucoup apprécié la façon dont Kiersten White a apporté sa touche personnelle aux légendes arthuriennes d’une manière très originale et rafraîchissante!

Les relations entre les différents personnages sont bien développées, entre amis, ennemis, alliés, trahisons .... Tous ces éléments apportent de la richesse au roman, c’est vraiment top!

Il en va de même pour les personnages secondaires qui sont bien développés, on ressent vraiment qu’ils ont une histoire, un passé et encore une fois ce sont des éléments qui apportent de la complexité au récit. 

 

Et enfin, on a une petite romance qui se dessine ( un petit triangle amoureux aussi). Je ne vous dis pas avec qui, je vous invite à le découvrir ;). Mais une chose est sûre c’est que parfois il est bon de se méfier des apparences…

 

Parlons un peu de l’univers, franchement il est top top top! il y a tellement d’éléments qui apportent de la complexité à ce dernier, que se soit des créatures fantastiques, le passé de Camelot qui a vraiment une histoire (un background) et bien sûre la magie qui a une place importante dans l’univers même si elle y est assez mal vue. Dans tous les cas on est loin des petits tours de passe-passe, on est là sur quelque chose de bien plus complexe! 

Je n’ai pas grand chose à dire à propos de la plume de Kiersten White, à part que je l’ai trouvé vraiment belle, presque poétique, et c’était vraiment un plaisir de lire ce roman!  

Vous n’êtes sûrement pas non plus sans savoir que ce roman était au coeur d’une polémique, et c’est en partie pour cela que j’ai mis un peu de temps avant de me lancer… et en fin de compte j’ai relevé des coquilles (la notes du traducteurs aussi), mais il y en avait bien moins que ce que je pensais. J’avais peur que ça me dérange dans ma lecture et finalement non, donc je suis hyper contente! (Par contre, j'ai bien aimé les en-têtes de chapitre)

En bref, un roman qui m’a fait passer par tout un tas d’émotions, un roman que j’ai trouvé juste incroyablement riche et captivant avec un univers maîtrisé et des personnages vraiment au top ! Sans oublier les différents rebondissements que j’ai un peu vu venir mais pas trop! Je pense pouvoir vous affirmer que ce roman est rentré dans mon top 10 de cette année 2021 et j’attend avec impatience la suite qui promet d’être tout aussi riche en rebondissements! 

Afficher en entier
Argent

J'aime énormément l'histoire du roi Arthur alors j'étais très contente de me plonger dans cette réécriture du point de vue de Guenièvre qui n'est pas le personnage que l'on retiendra le plus de l'histoire originale.

Le pitch de base est très intéressant. Le côté magie interdite avec un protecteur sorcier qui doit protéger le roi Arthur m'a beaucoup fait penser à la série Merlin, et j'aime beaucoup les histoires d'identités secrètes. A ce niveau, j'ai été satisfaite. Tout ce qui tourne autour de la magie et des mystères est bien fait, j'ai trouvé le système de magie de cet univers très original. Quand à Guenièvre (qui n'est pas vraiment Guenièvre aha) j'ai trouvé que c'était une très bonne héroïne, forte et déterminée... Pendant deux quarts du roman. Vers le milieu, elle redevient malheureusement trop effacée et c'est dommage vue la promesse du roman. Heureusement qu'elle participe activement au dénouement final sinon cette promesse n'aurait pas été tenue.

Les autres personnages sont tous très sympathiques et intéressants, du moins pour ceux qui sont développés. Ce que je veux dire c'est que beaucoup de personnages importants dans la légende originale ne sont que des noms ici et c'est dommage (donnez moi plus de Gauvin svp). Mais l'avantage d'avoir un faible nombre de personnages c'est qu'on peut bien se pencher sur eux. Gros coup de coeur sur la relation Guenièvre/Arthur, je les trouve adorables !

J'ai eu quelques surprises lors de ma lecture Spoiler(cliquez pour révéler)croyez le ou non mais je ne m'attendais pas du tout à ce que Mordred soit un antagoniste... Je sais que c'est son rôle dans la plupart des versions de l'histoire mais ici j'aurais cru qu'il soit juste une sorte de rival pour Arthur, sans pour autant être du côté obscur. J'ai bien aimé le petit "triangle amoureux" entre lui, Guenièvre et Arthur. Mais d'autres points étaient un peu prévisibles Spoiler(cliquez pour révéler)J'ai tout de suite compris que Lancelot (enfin le chevalier patchwork) était une femme. Ce n'est pas dit explicitement pour le moment mais je suis presque sûre que la dame du lac cherche à récupérer Guenièvre et non Excalibur.

Dans l'ensemble, je dirais qu'on à droit à une réécriture de l'histoire d'Arthur d'un point de vue féministe et avec des thématiques plus "modernes" mais mieux fait que dans une autre œuvre du même genre nommé Cursed (j'aime beaucoup cette série/livre mais j'y trouve aussi beaucoup de maladresses)

Je pense tout de même que la partie du milieu du roman est vraiment trop lente ce qui m'empêche d'y adhérer totalement. J'ai cependant hâte de lire la suite et de voir comment l'auteure va continuer sa réinterprétation du mythe arthurien.

Ma note : 7/10

Afficher en entier
Argent

J'ai beaucoup aimé l'univers fantastique qui s'ancre bien dans les légendes arthuriennes.

Pas besoin de s'y connaître sur le sujet pour comprendre l'histoire : je ne me souvenais que des noms de certains chevaliers et personnages importants, que j'ai retrouvés, et j'ai appris le reste au fur et à mesure.

Guenièvre, le personnage principal ici, est jeune mais déjà propulsée dans des intrigues qui la dépassent. Elle est déchirée entre la vie qu'elle découvre et ce qu'elle croit être son devoir. Elle se retrouve seule, lâchée dans un monde qu'elle ne connaît pas, à devoir choisir son avenir (et potentiellement sauver le monde). Et si elle semble souvent perdue et tâtonne dans l'obscurité qui entoure sa quête véritable, sa détermination à ne jamais se laisser faire et à toujours rester maître de son destin est puissante. Elle est un personnage fort.

Autre point intéressant de ce roman : la force des femmes. Elles sont omniprésentes autour de Guenièvre, contrairement à ce qu'on pourrait imaginer aux premiers abords de ce monde chevaleresque, et aucune d'entre elle n'est tout à fait sans défense...

La véritable intrigue se dévoile lentement, la moitié du livre se concentre sur les questionnements de Guenièvre concernant les menaces qu'elle devra affronter. C'est un personnage torturé qui reste entouré de mystère encore à la fin (bien que j'ai ma petite idée sur la question), et j'aimerais beaucoup en savoir plus.

Le seul gros point négatif a été la traduction en VF. Elle était vraiment maladroite dans de nombreux passages et rendait ma lecture laborieuse, manquant de me faire décrocher. Plusieurs fois j'ai posé le livre, agacée, tentant de prendre du recul et de juste remettre de l'ordre dans l'histoire en faisant abstraction des coquilles, problèmes de temps, erreurs de noms ou de sujet... Beaucoup ont relevé ce problème avant moi, et je confirme qu'il aurait été nécessaire qu'une (autre ?) relecture soit effectuée avant la publication.

Je pense néanmoins que l'histoire mérite d'être suivie. J'attends donc de voir ce que le futur nous réserve.

Afficher en entier
Diamant

J'ai beaucoup apprécié ma lecture ! L'histoire par rapport à Kamelot sort du lot ! Cela fait du bien de changer de monde un peu. On y retrouve Guenièvre, Arthur, lancelot et bien d'autre. J'espère en apprendre plus par la suite sur Arthur car il reste dans l'ombre dans ce premier tome et c'est le seul petit regret selon mois ! On apprend à connaître Guenièvre et on se pose au final beaucoup de questions à son sujet en même temps quel, on cherche son identité véritable, qui elle est, pourquoi est elle réellement ici. Franchement j'ai adoré ma lecture !

Afficher en entier
Bronze

https://lislysworld.fr/lascension-de-camelot-tome-1-la-duperie-de-guenievre/

Merci aux éditions De Saxus pour l’envoi de ce roman

Bon, autant commencer tout de suite par le passage désagréable mais obligatoire. Vous savez peut-être que la maison d’édition De Saxus a eu quelques problèmes dans ses traductions. Là… Je vais être honnête, j’ai eu énormément de mal à lire le début du roman. Entre des problèmes de concordance des temps, les notes de traductions qui se glissent dans le texte et les endroits où la VO est transparente, c’était difficile.

Maintenant que c’est dit, je vais écrire le reste de cette chronique en mettant ça de côté, comme si j’avais lu le roman en VO, parce qu’il a une intrigue intéressante et plein de belles qualités et qu’il mérite d’être lu.

La légende Arthurienne

J’ai apprécié la façon dont Kiersten White s’est approprié les légendes Arthuriennes. Tous les éléments centraux de l’histoire (les circonstances de la naissance d’Arthur, la prise de Camelot, l’arrivée du christianisme face à la magie et les liens entre les chevaliers).

C’est très bien fait puisque le lecteur qui connaît déjà ces légendes retrouve facilement ses marques (garanti sans « c’est n’importe quoi ça ! », on sent la recherche et la cohérence). Quant à ceux qui n’ont lu que peu de romans sur le sujet, pas d’inquiétudes, tout est clairement expliqué !

Le mystère autour de Guenièvre

Dans La duperie de Guenièvre, Guenièvre n’est… Et bien, ce n’est pas vraiment Guenièvre. On est donc face à une héroïne qui doit dissimuler sa véritable identité à tout son entourage, telle une espionne envoyée par Merlin.

Mais ce qui est vraiment incroyable dans cette histoire, c’est que même le lecteur n’arrive pas à connaître le véritable nom de Guenièvre. Notre héroïne est un mystère tout au long du roman, la seule chose que nous savons sur elle est qu’elle a été élevée par Merlin. Pire encore, elle a très peu de souvenirs et on sent qu’il y a quelque chose à découvrir là derrière, sur sa véritable identité. Si je devais prendre un pari, je dirais qu’elle n’est pas juste quelqu’un de random ajouté par l’autrice mais plutôt un personnage connu des légendes arthuriennes, ce qui donnerai dans les tomes à venir un plot twist des plus incroyables… mais je m’éloigne du sujet !

En tout cas, il est indéniable que le mystère est présent, par Guenièvre mais aussi à travers le chevalier Patchwork ou encore Mordred, et encore plus indéniable que l’autrice maîtrise à merveille son intrigue.

La fin

Encore un mot sur une partie un peu particulière du roman (mais sans spoilers, promis !). J’ai trouvé la fin du roman (je dirais que ça correspond au dernier cinquième du livre à peu près) beaucoup plus passionnante que tout ce qui avait pu se passer avant.

Pourquoi ? De multiples raisons : plus d’action, une héroïne qui s’affirme, des retournements de situations et surtout un aspect plus sombre où il est davantage question de l’attrait du pouvoir et de l’aspect dangereux de la magie.

Tout ça pour dire que le rythme est visiblement donné pour les tomes suivants, que je lirais à coup sûr et qui promettent d’être passionnants.

En conclusion

La duperie de Guenièvre est un très bon roman dont la lecture est malheureusement freinée par de gros ratés de traduction mais qui n’en est pas moins bien écrit et intriguant. Idéale pour les fans de romans médiévaux et de magie, ou plus particulièrement ce qui apprécient les légendes autour du roi Arthur !

Afficher en entier
Argent

Et c’est un petit coup de cœur pour moi ! Je vous préviens tout de suite, je suis une très grande fan de la série Merlin et je pense que ça a fortement influencé mon avis pour ce roman. Cette série a bercé mon enfance et m’a donné goût aux légendes Arthurienne et j’ai retrouvé pas mal de choses que j’aimais dans la série dans « La duperie de Guenièvre ».

Alors avant toute chose, oui, la traduction est mauvaise. C’est un fait, on ne peut pas le nier. Certaines phrases sont mal construites et on a l’impression que la traduction est littérale, presque mot à mot. Bon, De Saxus a prit conscience du problème et a réagit en embauchant des gens afin de mieux soigner les futures parutions. Pour moi, c’est vraiment le mieux qu’on pouvait espérer, ils ont admis leur erreur et font ce qu’il faut pour la corriger. Après, pour ce qui est de « La duperie de Guenièvre », il vous faudra faire abstraction de la mauvaise traduction pour profiter pleinement de l’histoire. Personnellement, il m’a fallu quelques pages, mais j’ai fini par me concentrer uniquement sur le déroulé des événements.

Le personnage de Guenièvre est particulièrement attachant, je trouve. Elle est déterminée, relativement puissante, elle maîtrise la magie, elle est courageuse, observatrice et déterminée. Mais elle est aussi terriblement naïve, ce qui curieusement ne m’a pas agacé, mais plutôt touché. On a la sensation qu’elle découvre un peu le monde, comme une enfant, ce qui va plutôt bien avec sa « perte de mémoire » si on peut dire et surtout le fait qu’elle ne sache pas réellement qui elle est. Son désir farouche de protéger Arthur et de réussir sa mission lui permet de nouer avec le roi une relation assez mignonne, basé sur le respect. Et en même temps, il n’y a pas une énorme place laissé à la romance. On sent bien que les deux personnages s’attachent l’un à l’autre, mais ça s’arrête là. Moi qui ne supporte pas les histoires d’amour qui vont trop vite, j’ai apprécié cet aspect-là du récit. De plus, le personnage d’Arthur est fidèle à la légende : fort, courageux, gentil, altruiste… Il a toutes les qualités du bon chevalier et du grand roi tout en ayant parfois des réactions très adolescentes qui trahissent son jeune âge. Il n’est pas parfait, mais il s’en rapproche, ce qui colle parfaitement à l’image que j’ai du personnage d’Arthur dans la légende.

Pour ce qui est du rythme du récit, il est assez lent. Il faut un moment pour que l’intrigue se mette en place, et on sent bien que la majeure partie des enjeux reste encore dans l’ombre. Mais sachant que c’est le premier tome d’une trilogie, le coté très introductif ne m’a pas dérangé plus que ça. De plus dans l’ensemble, c’est assez bien rythmé, les événements s’enchaînes avec fluidité et les scènes d’action alterne avec des scènes plus centrées sur l’émotion et les relations entre les personnages. Ce qui a été plus gênant en revanche, c’est l’absence totale de suspense. Si vous connaissez un peu la légende Arthurienne, vous savez qui est le méchant dès le départ ! Spoiler(cliquez pour révéler) Mordred est celui qui est supposé tuer Arthur, il n’est jamais gentil ! Et puis bon, sa pseudo-histoire d’amour avec Guenièvre pour créer un pseudo-triangle amoureux ? Je n’aime pas les triangles amoureux dans les histoires, mais s’il y en a, j’aime au moins que ça soit bien fait ! Là, franchement, qui a douté du fait qu’elle choisirait Arthur à la fin ? Pas moi en tout cas. Mais bon, ça reste du Young Adult, le scénario n’est pas forcément ce que je regarde de près dans ce type d’ouvrage, donc j’ai aisément pardonné au récit sa prévisibilité.

L’histoire nous introduit rapidement beaucoup de personnages de la légende, mais qui ne sont pas réellement présent. Les seuls personnages à être vraiment développés sont Guenièvre, Mordred, la servante de Guenièvre, Lancelot et Arthur. C’est déjà bien, mais ce n’est rien au vu du nombre de personnages de la légende et j’ai donc beaucoup d’attentes pour le tome 2. Un autre grand point positif, ce sont les personnages féminins qui sont vraiment fort tout en n'étant pas « trop » et puis évidemment la présence de représentation LGBTQ+. Spoiler(cliquez pour révéler) Pour commencer, Lancelot est une femme ! Bon, c’est un peu cliché comme révélation, mais personnellement, je ne l’avais pas vu venir, et puis on n'a jamais assez de girl power ! Et puis ensuite on a l’histoire d’amour entre la servante de Guenièvre et Yseult, parce que les couples lesbiens, c’est bien, et adieu Tristan ! Non franchement, hâte de rencontrer Yseult et d’en savoir plus sur leur couple qui a l’air adorable.

Bref, voilà, je pourrais écrire sur ce bouquin pendant encore des heures, mais je pense que j’ai dit le plus important à savoir : j’ai adoré ce livre et je vous le recommande à 100 % si vous aimez les chevaliers de la table ronde, la magie, le girl power ou tout simplement les bons romans de fantasy Young Adult.

Afficher en entier
Argent

Cet ouvrage est une réécriture de la légende d’Arthur et des chevaliers de la table ronde.

L’histoire se concentre sur Guenièvre dont la mission est de protéger son époux, Arthur.

Bien que ce dernier ait banni la magie de Camelot, elle utilisera quand même de la magie afin de mener à bien sa mission.

Cependant, elle devra user de prudence pour ne pas se faire bannir du royaume.

Ce livre est original, l’autrice utilise les personnages de la légende et les retravaille de façon différente afin de surprendre le lecteur.

La version française souffre d’une traduction parfois un peu bancale, mais le sens de l’histoire est accessible et on se laisse vite emporter dans le récit.

Je lirais la suite avec plaisir.

Afficher en entier
Bronze

Je suis intriguée par les mythes Arthurien, ce qui m'emmène à lire ce qui touche le sujet dès fois. Et ce fut le cas pour ce livre, espèrant y voir un peu d'originalité niveau revisite. Ce que semble promettre le livre, avec les références de bases du mythe. Cependant, il est assez lent à démarrer, et il faut un moment pour y rentrer. Mais une fois de dans, donc aux deux tiers du livre, on le dévore. J'ai beaucoup de question pour la suite, avec quelque hypothèse sur qui est véritablement Guenièvre. Je l'ai bien aimé. C'est une héroïne généreuse qui ne se laisse pas faire, tout en prenant à coeur son rôle. Elle ne supporte pas d'être inutile et laissait de côté. Quand à Arthur, qu'est-ce que j'ai eu envie de le baffer. Tellement pris par le côté chevalier, qu'il en oublie sa reine. Je trouve que c'est un personnage qui s'éparpille. Par contre, j'aurais aimé que d'autre personnage soit plus mis en avant. Et j'espère que des intrigues seront plus développées dans le prochain tome, car il a beaucoup de potentiel. Les descriptions sont intéréssantes, et nous décrives différents endroits des plus fascinants sans alourdir l'histoire. J'adore comment est décris Camelot, on imagine facilement la beauté du lieu et son histoire.

http://lecholitteraire.e-monsite.com/blog/fantasy-et-fantastique/la-duperie-de-guenievre.html

Afficher en entier
Or

La duperie de Guenièvre était un livre qui me faisait de l'oeil depuis un moment déjà, et j'ai été plus qu'heureuse de m'en délecter !

Ici, la légende du roi Arthur et de ses chevaliers est revisitée à travers les yeux d'une Guenièvre... un peu différente de celle qu'on nous vends habituellement.

J'ai adoré la manière dont l'autrice nous a présenté cet univers dont elle a su s'approprier les codes, pour les modifier à sa guise. C'était une vraie surprise, très agréable !

Le Camelot qui nous est dépeint dans cette histoire est absolument charmant, et cela se voit que l'autrice a passé beaucoup de temps à réfléchir à son univers, et comment il était construit. Les enjeux qui s'y jouent m'ont captivé de bout en bout !

J'ai adoré les personnages, qui sont loin d'être aussi clichés qu'ils le semblent, au premier abord. Ils sont tous passionnants et merveilleusement bien développé, et j'ai adoré rencontrer les versions de ces personnages légendaires à travers les yeux de cette Guenièvre !

Spoiler(cliquez pour révéler)Je pense notamment à Brangien, Tristan, ou même encore Arthur et Mordred, sans oublier Lancelot. Ce sont des personnages qui ont été minutieusement construits, qui semblent réalistes et sont tout autant touchant. J'ai adoré les petits changements que l'autrice a apporté à son oeuvre, comme la romance entre Brangien et Yseult, ou même celle entre Mordred et Guenièvre. Pour une fois qu'un triangle amoureux semblait justifié ET intéressant... Voir que l'autrice avait décidé de changer le plus célèbre des triangles amoureux en quelque chose de totalement novateur m'a charmée ! Arthur est un amour, et Mordred, l'éternel chevalier noir, est tout aussi attachant, dévoué comme Arthur, à sa cause. L'un et l'autre sont comme les deux faces d'une même pièce, et je n'ai que rarement été aussi investie dans une romance aussi déchirante, à travers les yeux de la juvénile Guenièvre. Juvénile, et trompée, mais profondément intéressante, et dévouée à la cause qui lui semblait la plus juste ! Elle désire plus que tout faire le bien, et protéger ce qui doit l'être, et elle le réussit merveilleusement bien, malgré ses erreurs. Je suis un peu frustrée de ne pas avoir pu en apprendre plus sur sa réelle identité, ou sur son passé mystérieux, mais j'ai hâte d'en apprendre plus par la suite !

Pour les fans de la célèbre légende de la Table Ronde, je ne peux que recommander ce début de trilogie, qui apporte un souffle novateur à ce récit sans doute pluri-millénaire...

Afficher en entier
Bronze

https://lesjolieslecturesdepapier.com/2021/04/la-duperie-de-guenievre-l-ascension-de-camelot-tome-1-kiersten-white.html

{Instagram : aur131}

Bon… J’annonce immédiatement la couleur; ce livre est d’un extrême ennui, du moins pour ma part. La Duperie de Guenièvre était pourtant une sortie qui me faisait vraiment très très envie. J’étais de suite tombée sous le charme de la couverture ainsi que du résumé qui promettait une histoire fort originale. Cependant et malheureusement, ma lecture n’a pas eu l’effet escompté. D’ailleurs, pour vous montrer à quel point ma lecture a été laborieuse, il m’a fallu un peu plus d’un mois pour parvenir à la finir. Je pense que ça veut tout dire…

En débutant La Duperie de Guenièvre, j’avais énormément d’attentes. Peut-être un peu trop. Je trouvais accrocheur le fait que l’auteure décide de réécrire la légende Arthurienne à sa sauce et de plus, on nous promettait magie, romance, aventure et héroïne « badass ». Un très bon programme donc. Hélas, il faut croire que ces promesses étaient loin d’être ce que j’imaginais.

Tout d’abord, on nous annonçait de la magie. Mais quelle magie ?! Parce que honnêtement, je n’ai pratiquement vu aucune magie… Je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus spectaculaire, au final on se retrouve avec une version édulcorée de magie. Je vous avoue que je n’ai pas non plus très bien compris l’histoire des noeuds, je crois que je suis totalement passée à côté de cette partie de l’intrigue et c’est bien dommage. Ensuite, la romance. Ne me lancez pas sur ce sujet car je ne sais pas si on peut à proprement parler de romance. Il n’y a aucune alchimie, aucune émotion… Bref, c’est barbant. Le fait qu’il y est une romance ou non ne change rien à l’histoire et n’apporte aucun intérêt.

Au sujet de la partie « aventure », je pense que le résumé essaye un peu trop de nous en mettre plein la vue. La grande majorité de l’intrigue est d’un ennui magistral. On tâtonne pendant les 3/4 du récit, c’est fade, vide et on ne sait pas du tout où tout cela nous mène. J’ai bien failli à plusieurs reprises décider d’abandonner ma lecture, mais étant donné que je déteste délaisser un livre j’ai malgré tout continué. Allez savoir, je dois être sadomaso… Heureusement, les 100 dernières pages du livre contiennent un peu plus d’action et de rebondissements. Pas suffisamment pour rattraper l’ensemble du livre, mais suffisamment pour ne pas terminer la lecture sur une totale déception.

Parlons ensuite des personnages, ou plutôt parlons des personnages qui font davantage office de figurants. Là encore, c’est un des éléments du roman qui m’a le plus énervée. Je m’attendais à découvrir une héroïne « badass », eh bien j’ai rapidement déchanté. Guenièvre se révèle être aussi soporifique que le reste du livre. On est sans cesse trimballés entre ses questions existentielles et la banalité de sa petite vie. Je pensais découvrir une jeune femme avec une forte personnalité, du caractère, mais on se retrouve surtout avec une Guenièvre qui passe le plus clair de son temps à se lamenter et à se faire coiffer au lieu de protéger Arthur et Camelot. À part un ou deux tours de passe-passe, elle ne fait pas grand-chose.

Pour ce qui est des autres personnages, c’est la même chose. Je ne sais vraiment pas quoi dire sur eux pour la simple et bonne raison qu’ils sont tous aussi ennuyeux les uns que les autres. On ne voit que très rarement Arthur et les seules fois où il apparaît, il repart aussi vite qu’il est arrivé sans laisser un souvenir impérissable. J’ai peut-être trouvé à la limite le personnage de Mordred plus intéressant que les autres mais là encore, il est peu présent. En résumé, je ne me suis attachée à aucun d’entre eux. Après avoir lu les 400 pages que renferme le livre, on oublie rapidement et facilement leurs noms, comme s’ils n’avaient jamais existé.

Pour finir, je suis obligée de parler de l’écriture, ou plutôt de la traduction, car celle-ci est par moments cauchemardesque. Les fautes sont nombreuses, il manque des mots ou alors il y a des doublons. Certaines phrases sont également très mal tournées, répétitives et on dirait qu’elles sont traduites mots à mots. Il y a des fautes de syntaxe, de grammaire, de temps... C’est comme si on s’était servi d’un site de traduction. Du coup, tout cela plombe le récit. Il n’y a aucune fluidité, c’est plat et la narration manque cruellement de dynamisme. Dans ces conditions, c’est difficile d’apprécier la plume de l’auteure à sa juste valeur. Je n’ai pas pu m’empêcher de me demander si ma lecture aurait été plus agréable en ayant une traduction de meilleure qualité.

Dans l’ensemble, La Duperie de Guenièvre n’est pas entièrement mauvais, il n’y a pas que du négatif. L’idée de base est originale, Kiersten White est parvenue à l’adapter à sa façon en mettant en avant des sujets comme le féminisme. Les décors sont également relativement bien décrits, l’époque médiévale est bien représentée. Les évènements de la fin donnent aussi envie de lire la suite, néanmoins il est dommage que ces quelques points positifs soient gâchés par la traduction et par le manque d’action.

En conclusion, si le roman m’avait dans un premier temps intriguée, j’ai regretté le manque de développement, l’ennui que m’ont suscité certains éléments de l’histoire ainsi que la traduction. L’ironie du sort a voulu que je demande ce roman pour mon anniversaire, finalement je me dis que j’aurais mieux fait de m’abstenir. Même si c’est pour moi une lecture en demi-teinte, presque une déception, je vous encourage tout de même à lire ce roman si vous aimez ce genre de récit. De nombreuses personnes ont aimé, il se peut que vous l’appréciez davantage que moi. Comme je le disais, peut-être que le roman aurait été meilleur si la traduction avait été de qualité, c’est pourquoi je ne tire pas définitivement un trait sur cette histoire. C’est encore à réfléchir mais si la traduction est davantage prise au sérieux pour la suite, je me laisserai peut-être tenter par le second tome...

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode