Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
728 403
Membres
1 066 636

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Assassin Royal - Première époque, Tome 1



Description ajoutée par lady-chat 2018-04-22T15:08:43+02:00

Résumé

Bâtard du prince chevalerie, le jeune Fitz grandit dans l'ombre de la forteresse de Castelcerf, où le roi subtil ambitionne de faire de lui son assassin personnel. Mais pour survivre, et avant même d'apprendre à manier la lame, il lui faudra faire preuve d'une connaissance parfaite des arcanes de la politique.

Cet intégrale comprend les volumes initialement publiés sous forme :

- L'apprenti assassin

- L'assassin du roi

- La nef du crépuscule

Afficher en entier

Classement en biblio - 647 lecteurs

extrait

— La gloire n’est pas pour tout le monde, observai-je.

— En es-tu sûr, Fitz ? En es-tu sûr ? A quoi bon une petite vie qui ne change rien à la grande vie du monde ? Je ne conçois rien de plus triste. Pourquoi une mère ne se dirait-elle pas : Si j’élève bien cet enfant, si je l’aime, si je l’entoure d’affection, il mènera une existence où il dispensera le bonheur autour de lui, et ainsi j’aurai changé le monde ? Pourquoi le fermier qui plante une graine ne déclarerait-il pas à son voisin : Cette graine que je plante nourrira quelqu’un, et c’est ainsi que je change le monde aujourd’hui ?

— C’est de la philosophie, fou. Je n’ai jamais eu le temps d’étudier ces choses-là.

— Non, Fitz : c’est la vie. Et nul ne peut se permettre de ne pas y penser. La moindre créature doit en avoir conscience, songer au moindre battement de son cœur. Sinon, à quoi sert de se lever chaque matin ?

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Quand j'ai débuté la série, le titre m'évoquait une intrigue s'associant à ce qu'on trouve de plus récurrent dans la thématique des assassins. Or, l'univers est plus terre-à-terre que ce à quoi je m'attendais et bien que je ne sois généralement pas attiré par les livres écrits à la 1ère personne, il n'y a rien à dire ici tant Robin Hobb maîtrise son art. L'écriture est parfaite, l'intrigue est captivante, l'immersion est quasi-immédiate, les personnages sont attachants et rien que le 1er intégrale a su m'arracher plus de larmes qu'un livre ne m'ait jamais tiré.

Spoiler(cliquez pour révéler)Je n'ai jamais été autant bouleversé que durant le passage où Fitz réclame sa mère, alors qu'il se croit abandonné par Umbre.

Pour conclure, je dirais que l'intégral est impressionnant non pas par sa masse, mais par son contenu. Robin Hobb est incontestablement un prodige de l'écriture.

Afficher en entier
Diamant

Attention : cette critique porte sur l’ensemble des volumes regroupés sous le titre de “l’Assassin royal” en français. Cela inclut donc la première et la seconde époque dans les intégrales publiées par J’ai Lu.

Genres : fantasy médiévale, roman d’apprentissage

Thèmes abordés : amitié, deuil, poids du destin, transmission familiale, paternité, difficulté de vieillir, relations homme / nature / animaux, acceptation de soi, gestion des traumatismes, tradition, tolérance, virilité et homosexualité, exercice du pouvoir.

Contexte :

Nous sommes dans un monde de fantasy médiévale classique, inspiré du Moyen- Age historique, avec un système féodal, des châteaux, des guerres à l’arme blanche.

Le pitch :

Nous suivons FitzChevalerie Loinvoyant, fils bâtard de l'héritier du trône du royaume des Six-Duchés, lorsqu’il est abandonné par sa mère et conduit à la Cour du château de Castelcerf. Placé sous l’aile du maître des écuries, il va rapidement devenir l’apprenti de l’assassin du roi. Sa présence au château est loin de plaire à tous les membres de la Cour, et Fitz devra compter avec de nombreux ennemis, mais aussi apprendre à accepter ses origines, dans un monde où la magie se transmet en héritage, et peut être source de privilèges mais aussi causer l’exclusion et le mépris.

Mon avis :

Cette saga fleuve, qu’on ne présente plus, m’a emportée comme aucune autre.

Au fil des pages, l’histoire est devenue un refuge, un cocon confortable que l’on sait pourvoir retrouver en se glissant parmi ses personnages si familiers. Elle a créé chez moi un confort, un sentiment d’appartenance que je pense n’avoir ressenti auparavant que lors de ma lecture de la saga Harry Potter à sa sortie. Or, pour cette dernière, je pense que cette implication était partiellement due au fait que j’ai débuté la saga très jeune, et que je l’ai poursuivie au rythme de ses parutions, de l’enfance à l’âge adulte, grandissant en même temps que les personnages.

Il est vrai bien sûr que la longueur de la saga nous permet de suivre les personnages sur plusieurs décennies, facilitant notre attachement, en particulier à Fitz que l’on rencontre à la petite enfance. Mais pour l’essentiel, c’est l’immense talent de conteuse de Robin Hobb qui fait toute la différence.

Et à ce niveau, je serais bien en peine d’essayer d’expliquer, par une analyse détaillée, pourquoi ces livres sont à ce point addictifs. J’ai également lu les Aventuriers de la mer de la même autrice, et d’un point de vue objectif, je trouve cette seconde série plus surprenante, plus ambitieuse, plus adulte. La multiplication des points de vue et des sous-intrigues est menée avec maestria, il y a énormément d’action, du suspense, des personnages mémorables. Et pourtant… Ma préférence va indéniablement à l’Assassin royal, avec son narrateur unique et ses longs passages de calme plat.

Je comprends ce que les détracteurs du livre n’ont pas aimé : il est vrai que le rythme est assez inégal, parfois très lent. Les intrigues sont en soi assez simples, et s’il y a quelques coups de théâtre qui viennent nous secouer, ce n’est clairement pas un roman à retournement ou à cliffhanger. Le récit s’attache à nous faire partager le quotidien de Fitz, ses conversations, et toute son intériorité : ses doutes, tergiversations, remises en question. Chaque voyage, quête ou conflit est détaillé. Pourtant j’ai tourné les pages sans m’en rendre compte, et j’en redemande !

Si les inconditionnels des romans d’action n’y trouveront clairement pas leur compte, je recommanderais de tenter le coup même si ce n’est pas votre style de prédilection habituel, car l’autrice n’a pas son pareil pour vous prendre par la main et ne pas vous lâcher.

J’en suis venue à parler de la “magie Robin Hobb” pour désigner sa capacité à nous faire entrer dans son répit sans avoir à le rendre palpitant à chaque instant, sans recourir à des artifices.

Un bémol à noter, partagé par la plupart des livres de fantasy classique : j’aurais aimé que les personnages féminins soient plus nombreux, plus développés et aient des rôles plus intéressants. Mis à part Kettricken, on ne peut pas dire que les femmes aient des arcs narratifs passionnants ! C’est pourtant le cas dans les Aventuriers de la mer, qui contient une flopée de femmes indépendantes, comptant parmi les personnages principaux.

Vous l’aurez compris, ce classique de la fantasy est pour moi un incontournable, et je suis la plus heureuse de savoir qu’il me reste encore deux cycles à lire !

Points forts du roman :

Des personnages gris aux relations complexes et évolutives, un système de magie ancré dans l’intrigue, un récit ultra immersif, une plume fluide et riche.

Pour une analyse détaillée des points forts, de la narration et des personnages, rendez-vous sur curiosites-litteraires.fr

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

J'ai été emportée par ce premier intégral de L'Assassin royal. L'univers y est d'une richesse incroyable, avec un système politique complexe mais fascinant. L'utilisation de "l'Art" comme forme de magie apporte une touche d'originalité remarquable. La première partie, bien que pouvant être perçue comme un prologue, est essentielle pour planter le décor, définir les enjeux et introduire les personnages. Malgré cette mise en place, je ne me suis pas ennuyée un seul instant. Les deuxième et troisième parties sont véritablement captivantes, avec un rythme qui s'accélère et des enjeux qui montent en puissance. Fitz, malgré sa jeunesse, échappe aux clichés des protagonistes de son âge qui agissent souvent de manière impulsive. Bien qu'il puisse parfois se montrer impétueux, c'est un personnage profondément réfléchi. Chaque personnage est soigneusement élaboré et apporte une contribution significative à l'ensemble de l'histoire. C'est une très belle découverte, et j'ai hâte de me plonger dans la suite de cet univers fascinant.

Afficher en entier
Diamant

Je suis entrée lentement dans cet univers fantastique, le temps d'en appréhender la richesse, de découvrir la profondeur et les nuances des personnages. Ensuite plus moyen de remonter et de quitter une histoire incroyable, rebondissante, émouvante. Le coeur dans les montagnes russes. Retour en enfance, le souhait que cet unviers existe et que l'on puisse le rejoindre et connaître ses merveilles. Une saga magistrale, quelle chance que l'auteur soit prolifique !

Afficher en entier
Diamant

juste, si vous cherchez une fantasy avec une romance au second plan, des intrigues politiques, un univers terriblement bien fait, des relations plus complexe encore que les intrigues et un personnage que l'on va suivre faire ses propres fautes à travers sa vie, alors je vous recommande chaudement l'assassin royal de robbin hobb.

Fitz est un des personnages auxquels je me suis le plus attachée malgré les erreurs commises et que j'ai suivi le plus longtemps.

l'avantage de cette edition est qu'elle permet d'avoir un condensé des trois premiers livres (et globalement de 3 en 3) pour le prix d'un livre. Le papiers est blanc et fin, le livre est souple et l'écriture ne bave pas. Le livre est légèrement plus grand qu'un livre de poche mais pas aussi grand qu'un broché. En revanche, les interlignes sont très petits et les marge aussi en plus d'une police réduite. Je ne recommande donc pas cette version du livre pour toute personne ayant des problèmes liés à la lecture.

Si vous souhaitez pour un papier plus épais et une écriture plus espacée je vous recommanderais de vous tournez vers les tomes classiquement séparés.

Afficher en entier
Or

J'ai adoré cette saga de fantasy ! J'ai lu chaque opus avec jubilation, impatiente de me plonger dans l'univers inventif et poétique de Robin Hobb. Son héros si particulier, malmené par la vie, toujours debout malgré les épreuves, fidèle à ses idéaux et à ses amours... De la grande épopée comme je les aime !

Afficher en entier
Diamant

L'équivalent du tome 1 m'a paru un peu long, mais j'ai vraiment adoré cette "première époque".

La seule chose qui me vient là, c'est vivement que je puisse continuer la lecture de "L'assassin Royal" 😉

Afficher en entier
Diamant

Un incontournable de la fantasy à avoir lu dans sa vie si on aime ce genre. Robin Hobb nous écrit là une des meilleures aventures qui m'est était donnée de lire.

Afficher en entier
Diamant

Cela fin des années que j’entends parler de la saga de l’Assassin Royal et que mon entourage s’offusquait de me voir lire autant de fantasy médiévales sans ouvrir un seul livre de Robin Hobb. Et bien, je peux dire maintenant que c’est chose faite ! J’ai découvert ce roman tout d’abord en le lisant, mais par manque de temps, je me suis vite tournée vers l’audio… Et c’était fabuleux. Le narrateur est excellent et sa voix m’a transportée du début à la fin !

Commençons par parler de la plume de la talentueuse Robin Hobb. Je l’ai tout de suite trouvée enivrante et addictive. Elle est simple à lire et à écouter et est très accrocheuse. Elle décrit certaines situations de manière plutôt poétique et introspective. Les scènes sont bien détaillées, sans que cela soit trop lourd. Ce fut un réel plaisir à la lecture. Sa plume dessert totalement l’univers qu’elle a créé. Et quel univers ! Il est riche et elle l’exploite en long en large et en travers. A la fin de cette première intégrale, on sent qu’il nous reste beaucoup de chemin à faire avant de tout découvrir et j’adore ça.

Concernant l'intrigue, elle est rudement bien menée. Elle est bien construite et prenante (bien que le tome 1 était un peu plus “mou” à mes yeux, il posait les bases de l’univers). Les aventures de Fitz sont palpitantes et l’autrice sait nous tenir en haleine. Je voulais toujours en savoir plus au fur et à mesure que les lignes défilaient. Le lecteur est plongé en plein cœur des intrigues politiques et des intrigues de cour. On traverse en long et en large ces aspects-là et avec beaucoup de minutie et de détails. C’est très immersif.

Les personnages sont quant à eux vraiment bien développés. Tout d’abord, parlons de Fitz. De par le type de narration, nous sommes directement plongés dans ses pensées, ses tourments, ses joies, ses angoisses… Sa psychologie est d’autant plus développée. Je tiens également à souligner que le lecteur “grandit” avec lui, le rendant de plus en plus attachant au fil de l’histoire. J’aimerais également revenir sur le personnage de Burick, cette figure paternelle que l’on apprend aussi bien à aimer que détester en fonction de situation. Son personnage est un pilier dans l’histoire du héros et ce fut une joie de lire les passages où il intervient. J’en ai trouvé certains très hilarants ! Bien entendu, je ne mets pas tous les autres personnages de côté, ils ont tous une place importante dans mon coeur, qu’ils soient du côté des “gentils” ou du côté des “méchants” : Umbre, Kettricken, Vérité, Molly, Subtile, Royal, Le Fou… Tous si différents et si complexes. Je suis totalement tombée sous leur charme !

La conclusion de cette intégrale est une vraie torture. J’ai d’ailleurs directement enchaîné avec le tome 4 car je ne pouvais pas rester sans savoir ! Je suis plus que ravie d’avoir -enfin- découvert cette saga et m’en veut de ne pas m’y être plongée plus tôt. Un incontournable pour les férus de fantasy !

Afficher en entier
Diamant

Attention : cette critique porte sur l’ensemble des volumes regroupés sous le titre de “l’Assassin royal” en français. Cela inclut donc la première et la seconde époque dans les intégrales publiées par J’ai Lu.

Genres : fantasy médiévale, roman d’apprentissage

Thèmes abordés : amitié, deuil, poids du destin, transmission familiale, paternité, difficulté de vieillir, relations homme / nature / animaux, acceptation de soi, gestion des traumatismes, tradition, tolérance, virilité et homosexualité, exercice du pouvoir.

Contexte :

Nous sommes dans un monde de fantasy médiévale classique, inspiré du Moyen- Age historique, avec un système féodal, des châteaux, des guerres à l’arme blanche.

Le pitch :

Nous suivons FitzChevalerie Loinvoyant, fils bâtard de l'héritier du trône du royaume des Six-Duchés, lorsqu’il est abandonné par sa mère et conduit à la Cour du château de Castelcerf. Placé sous l’aile du maître des écuries, il va rapidement devenir l’apprenti de l’assassin du roi. Sa présence au château est loin de plaire à tous les membres de la Cour, et Fitz devra compter avec de nombreux ennemis, mais aussi apprendre à accepter ses origines, dans un monde où la magie se transmet en héritage, et peut être source de privilèges mais aussi causer l’exclusion et le mépris.

Mon avis :

Cette saga fleuve, qu’on ne présente plus, m’a emportée comme aucune autre.

Au fil des pages, l’histoire est devenue un refuge, un cocon confortable que l’on sait pourvoir retrouver en se glissant parmi ses personnages si familiers. Elle a créé chez moi un confort, un sentiment d’appartenance que je pense n’avoir ressenti auparavant que lors de ma lecture de la saga Harry Potter à sa sortie. Or, pour cette dernière, je pense que cette implication était partiellement due au fait que j’ai débuté la saga très jeune, et que je l’ai poursuivie au rythme de ses parutions, de l’enfance à l’âge adulte, grandissant en même temps que les personnages.

Il est vrai bien sûr que la longueur de la saga nous permet de suivre les personnages sur plusieurs décennies, facilitant notre attachement, en particulier à Fitz que l’on rencontre à la petite enfance. Mais pour l’essentiel, c’est l’immense talent de conteuse de Robin Hobb qui fait toute la différence.

Et à ce niveau, je serais bien en peine d’essayer d’expliquer, par une analyse détaillée, pourquoi ces livres sont à ce point addictifs. J’ai également lu les Aventuriers de la mer de la même autrice, et d’un point de vue objectif, je trouve cette seconde série plus surprenante, plus ambitieuse, plus adulte. La multiplication des points de vue et des sous-intrigues est menée avec maestria, il y a énormément d’action, du suspense, des personnages mémorables. Et pourtant… Ma préférence va indéniablement à l’Assassin royal, avec son narrateur unique et ses longs passages de calme plat.

Je comprends ce que les détracteurs du livre n’ont pas aimé : il est vrai que le rythme est assez inégal, parfois très lent. Les intrigues sont en soi assez simples, et s’il y a quelques coups de théâtre qui viennent nous secouer, ce n’est clairement pas un roman à retournement ou à cliffhanger. Le récit s’attache à nous faire partager le quotidien de Fitz, ses conversations, et toute son intériorité : ses doutes, tergiversations, remises en question. Chaque voyage, quête ou conflit est détaillé. Pourtant j’ai tourné les pages sans m’en rendre compte, et j’en redemande !

Si les inconditionnels des romans d’action n’y trouveront clairement pas leur compte, je recommanderais de tenter le coup même si ce n’est pas votre style de prédilection habituel, car l’autrice n’a pas son pareil pour vous prendre par la main et ne pas vous lâcher.

J’en suis venue à parler de la “magie Robin Hobb” pour désigner sa capacité à nous faire entrer dans son répit sans avoir à le rendre palpitant à chaque instant, sans recourir à des artifices.

Un bémol à noter, partagé par la plupart des livres de fantasy classique : j’aurais aimé que les personnages féminins soient plus nombreux, plus développés et aient des rôles plus intéressants. Mis à part Kettricken, on ne peut pas dire que les femmes aient des arcs narratifs passionnants ! C’est pourtant le cas dans les Aventuriers de la mer, qui contient une flopée de femmes indépendantes, comptant parmi les personnages principaux.

Vous l’aurez compris, ce classique de la fantasy est pour moi un incontournable, et je suis la plus heureuse de savoir qu’il me reste encore deux cycles à lire !

Points forts du roman :

Des personnages gris aux relations complexes et évolutives, un système de magie ancré dans l’intrigue, un récit ultra immersif, une plume fluide et riche.

Pour une analyse détaillée des points forts, de la narration et des personnages, rendez-vous sur curiosites-litteraires.fr

Afficher en entier
Diamant

Une grande découverte ce roman. Un mélange de solitude, de complot, d'apprentissage et d'aventure.

Afficher en entier
Or

Je me suis plongée dans cet univers de Robin Hobb en un rien de temps. L'histoire prend de l'ampleur au fil des pages, on s'attache au personnage principal et on suit les tourments des Six-Duchés comme si on les vivait. L'écriture est prenante, je ne pouvais plus lâcher mon livre. Je recommande vraiment ce livre pour un public qui veut découvrir un univers original qui les fera voyager.

Afficher en entier

Date de sortie

L'Assassin Royal - Première époque, Tome 1

  • France : 2014-04-02 (Français)

Activité récente

Mumei13 l'ajoute dans sa biblio or
2024-06-21T05:47:14+02:00
Drooken l'ajoute dans sa biblio or
2024-05-10T18:25:05+02:00
Llyarha l'ajoute dans sa biblio or
2024-05-08T13:18:41+02:00

Titres alternatifs

  • La Citadelle des Ombres, tome 1 - Français

Distinctions de ce livre

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

lecteurs 647
Commentaires 40
extraits 19
Evaluations 114
Note globale 9.09 / 10