Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de LastRookie9 : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Nightwing, Tome 2 : La République de demain Nightwing, Tome 2 : La République de demain
Geraldo Borges    Tom DeFalco    Eddy Barrows    Kyle Higgins   
Un excellent tome! J'ai vraiment hâte de lire la suite ^^ je l'ai trouvé meilleur et plus intéressant que le premier. Les intrigues sont saisissantes et il n'y a pas de temps mort.
Nightwing, Tome 1 : Pièges et trapèzes Nightwing, Tome 1 : Pièges et trapèzes
Geraldo Borges    Kyle Higgins    Trevor McCarthy    Eddy Barrows   
Un très bon prologue à la cour des hiboux vision Nightwing. On retrouve le personnage avec un grand plaisir d'autant que les dessins sont soignés et agréables. Le scénario est bien écrit, sans anicroche ou complexités inutiles. Un tome très agréable à lire qui demande une suite qu'on retrouve dans les batman saga. En espérant qu'Urban les compile en librairie :D
Apocalypsis, Tome 2 : Cavalier Rouge : Edo Apocalypsis, Tome 2 : Cavalier Rouge : Edo
Eli Esseriam   
Ah quel merveilleux roman !

Décidément, j’adore les Apocalypsis ! Cette saga est juste à coupée le souffle ! Ce tome 2 est tout aussi génial que le premier, tout aussi intense, c’est fou comme l’auteur joue avec ses personnages, c’est incroyable ! Mais attention : cette saga n’est pas faite pour les âmes sensibles. Eli Esseriam à une écriture crue et brute, elle n’essaie pas de ménager les adolescents comme la plupart des auteurs de YA, non elle écrit les choses tels qu’elles sont vraiment. Et c’est ça qui rend le livre si magique.

Edo à toujours une vie horrible. Un père alcoolique, une mère qui s’en fout, un taudis pour maison… La seule chose qui compte à ses yeux, c’est son jeune frère Anel. Tout le reste, il à en rien à foutre. Même de lui-même. Il à une haine et une soif de sang en lui totalement incontrôlable. Il aime tuer. Mais il ignore que cette rage ne vient pas de nul part. Edo Halilovic est un des quatre Cavaliers de l’Apocalypse, le Cavalier Rouge. Et la fin approche…

Ce qui m’étonne le plus dans la plume d’Eli Esseriam, c’est ces personnages. Ils sont totalement inhumains. Alice était déjà comme ça mais Edo, c’est encore pire. A part la colère et quelques rare fois, l’amour, il ne ressent aucun sentiment humain. Ni la culpabilité, ni la peine, ni la joie, ni rien. Un vrai robot. C’est dingue. Je ne peux pas dire que j’ai appréciée Edo… on ne peut pas apprécier quelqu’un comme lui. Si insensible. Si mort. Mais les quelques fois où il ressent de l’amour sont de très beaux passages.

Dans ce deuxième tome, on avance dans l’idée de l’Apocalypse. Alors qu’avec Alice, c’était plus une entrée en matière avec des petites attaques, ici c’est vraiment le chaos. La fin du monde commence vraiment. Et ça fait flipper. Ce livre est terrifiant, il vous fait trembler de peur à l’idée que des choses pareilles puissent êtres vrais. J’ai adorée ce deuxième tome, il est juste à coupée le souffle, encore plus cruelle et dure que le premier, un vrai régal ! Je crois néanmoins avoir préférée le tome 1 mais très légèrement seulement, je crois que j’ai surtout préférée le point de vue d’Alice à celui d’Edo, c’est pour ça que je mets un 5/5 au lieu d’un 6/5.

J’ai hâte de lire le 3 !

Karneval, Tome 3 Karneval, Tome 3
Toya Mikanagi   
Je n'accroche toujours pas à l'histoire. J'ai beau essayer, à continuer la série, le scénario ne me botte vraiment pas. Déçue, parce que j'aime plutôt bien le graphisme - -'

par Zinthia
Karneval, Tome 7 Karneval, Tome 7
Toya Mikanagi   
Un tome où il n'y a pas beaucoup d'action, mais qui reste très appréciable au niveau lecture. On retrouve Gareki dans son école, où il a pu rentrer dans la branche d'étude Circus et où ces cours commencent enfin, lui montrant la dure réalité concernant le fossé entre ses aptitudes et celles des membres de Circus avec qui il était. Pendant ce temps Nai reste avec Karoku qui ne garde aucun souvenir de lui, mais après tout il n'est qu'une... "matrice", et il ne veut pas que Nai reste auprès de lui, ce qui rend le jeune homme triste et perdu.
Hâte de voir ce qui se passera dans le tome 8 ! et surtout qui sera sur la couverture !

par takiko
Karneval, Tome 8 Karneval, Tome 8
Toya Mikanagi   
Nai semble petit à petit grandir et comprendre plus de choses...sans oublier qu'il prend enfin des initiatives tout seul !! Sa relation avec Karoku est toujours aussi étrange mais la fin du tome suggère pas mal de rebondissements pour la suite.
Gareki progresse de son côté et le dilemme auquel il est confronté à la fin est terrible...je crois savoir ce qu'il choisira au final mais ça comportera des risques.
L'action est de retour, on avance dans l'enquête sur Kafka et les vargas...j'ai hâte de lire la suite !!

par Nocturis
L'Avènement de Nagash, tome 3 : Nagash l'Immortel Volume 2 L'Avènement de Nagash, tome 3 : Nagash l'Immortel Volume 2
Mike Lee   
La guerre avec les skavens terminée, Nagash commence à préparer son invasion des terres des hommes. À la tête de la plus gigantesque armée que le monde ait jamais vue, le nécromancien se prépare à recouvrir le Vieux Monde d’un voile de ténèbres éternelles. Mais c’est sans compter sur Neferata, la reine-vampire de Lahmia, et son champion, un jeune roi spécialement entraîné pour éliminer le seigneur-liche. Nagash se retrouve dans une situation délicate, d’autant que ses nouveaux alliés complotent sa chute…



par ludo
La Confrérie de la dague noire, Tome 1 : L'Amant ténébreux La Confrérie de la dague noire, Tome 1 : L'Amant ténébreux
J.R. Ward   
Pour commencer, je tiens à prévenir que ce livre n’est pas à mettre dans les mains jeunes lecteurs à cause de ses scènes parfois digne d’un film érotique tellement l’auteur est capable de nous faire ressentir les émotions de ces personnages.
Je vais essayer de ne pas spoiler (je trouve ça désagréable quand je lis un avis qui me dévoile des choses importantes à découvrir pendant la lecture) mais j’ai tellement envie de partager ce que j’ai ressenti pendant cette lecture que j’ai peur d’en faire malgré moi, donc désolée par avance.
Commençons par le style d’écriture de l’auteure. Comme je le disais plus haut, elle sait très bien faire passer les émotions des personnages aux lecteurs ce qui nous permet vraiment de nous identifier aux personnages mais aussi de vivre avec eux leurs aventures. L’écriture est simple, fluide. On peut enchainer les chapitres les uns après les autres sans risque d’indigestion. Enfin, j’ai beaucoup apprécié le fait qu’avant de commencer l’histoire, l’auteur nous fasse un petit lexique des termes employés par les vampires. Cette technique est beaucoup moins lourde que si elle avait défini les termes dans l’histoire lorsqu’ils sont utilisés.
Revenons-en à l’histoire en elle-même. J’ai apprécié le fait que l’auteur revisite d’une façon différente, de ces consœurs écrivains, le mythe du vampire. Tout d’abord, ils sont inconnus des humains et comptent bien le rester. Ensuite, ils se nourrissent de sang mais le sang humain n’est pas celui qu’ils préfèrent (pour savoir lequel c’est, il faudra lire le livre). Ils ont un seul ennemi mais c’est un ennemi de taille : les éradiqueurs. Pour finir, ils ont leur propre langue même s’ils parlent couramment la langue des humains (dommage, l’auteur nous transcrit rarement cette langue, à part deux ou trois termes, on ne sait pas à quoi ressemble cette langue. Du coup, cette spécialité parait peu utile).
Passons aux membres de la confrérie de la dague noire, ils sont aux nombres de sept. Kolher, le chef de cette confrérie et personnage principal de ce tome. Je dirais que J.R. Ward, le voit comme un amant ténébreux (vu le titre du tome), personnellement, j’ai du mal à l’imaginé ténébreux mais une chose est sure, je ne serais pas contre avoir un amant comme lui… Au cours de ce tome, on découvre son passé qui nous permet de mieux comprendre son comportement actuel. Les autres membres, nous les connaissons peu mais, j’ai déjà ma petite préférence pour Rhage, que j’ai hâte d’apprendre à découvrir dans les prochains tomes. Zadiste, Vizs, Tohrment, Fhurie sont prêt à tout, comme les deux premiers, pour protéger leur espèce des éradiqueurs. Et bien sur, il y a Audazs, le père de Beth. Tous sont souvent appelés par la première lettre de leur prénom (Audazs devient D, surement dû à un changement de nom lors de la traduction mais pas de la lettre). Enfin Beth et Butch, deux humains qui vont découvrir le monde caché des vampires. Contrairement, aux humains des précédentes saga bit-lit, ils ont du mal à accepter cette partie cachée du monde même si évidemment, au final, ils acceptent l’existence des vampires (un peu trop rapidement à mon goût, surtout pour Butch).
Je ne m’étais pas rendue compte mais j’ai déjà pas mal écrit sur ce livre. C’est la première fois que je m’éclate autant à écrire une chronique. J’espère ne pas vous en avoir trop dévoilé et surtout j’espère vous avoir donné envie de découvrir cette nouvelle saga. En tout cas, moi, j’ai hâte de découvrir les prochains tomes…
Dernière chose, je ne serais pas contre une adaptation cinématographique...
La voie de l'incube La voie de l'incube
Andy Chambers   
Bienvenue, camarade voyageur, bienvenue ! Que vous soyez un simple observateur ou un acteur involontaire du drame qui se déploie devant nous, c’est un plaisir de vous accueillir. Malheureusement, je dois avant tout sacrifier aux conventions dramatiques. Voyez-vous, il s’agit-là du deuxième volet d’une série en trois parties, d’un triptyque pour ainsi dire. Donc, nous devons nécessairement commencer par un récapitulatif des faits, un résumé et un réexamen des événements précédents, aussi ennuyeux que cela puisse paraître.
Ceux d’entre vous qui ont suivi cette histoire ténébreuse jusqu’ici connaissent déjà ces faits et j’espère qu’ils me pardonneront cette petite attention aux nouveaux venus. Si vous faites confiance à votre mémoire, je vous invite à passer sans détour à la suite du récit. Toutefois, une petite mise en perspective peut servir à la fois à ceux qui ignorent les machinations antérieures, et à ceux qui n’auraient pas saisi toute leur importance.
Tout d’abord, la scène : Commorragh, la cité éternelle. Sombre, terrible, délicieuse Commorragh, où la souffrance et la soumission sont l’eau et le pain de créatures sans âge et d’une cruauté infinie. Pour comprendre pleinement Commorragh, on doit appréhender le vaste univers qui la supporte. En premier lieu, laissez-moi vous dévoiler un secret qui, si vous en saisissez toutes les implications, pourrait changer vos perceptions à jamais. L’ensemble de la réalité, tout ce que nous percevons comme statique, sûr et solide, est en fait un flux constant. Les grains de sable sur la plage montrent davantage de longévité et d’immutabilité que les planètes que nous chérissons et tenons pour absolues.
Voyez-vous, la matière de notre univers est née du Chaos et notre réalité n’est rien de plus que le fruit d’un caprice passager des dieux sombres, un moment incroyablement court, pendant lequel l’anarchie a été suspendue assez longtemps pour que notre myopie et notre médiocrité nous poussent à croire qu’il existe un « ordre naturel » dans l’univers.
Quel concept hilarant ! Quel orgueil démesuré !
La puissante Commorragh est une facette de la réalité née de la vanité, et qui est très différente des rebuts que la création a régurgités au hasard. C’est une perle agrégée par un processus conscient, l’œuvre d’anciens esprits mortels qui se croyaient les égaux des dieux. Et quel séjour ils se bâtirent !
Hors de Commorragh et de ses sous-royaumes asservis, l’univers matériel évolue : les civilisations naissent et meurent, les étoiles implosent et la grande foire d’empoigne pour la domination de la galaxie continue. À Commorragh même, un crépuscule lugubre règne sans partage depuis des millénaires. Ses habitants trichent avec la mort et se soustraient à leur destin entre les griffes de l’Assoiffée, la déesse-démon qu’ils ont eux-mêmes créée. Sensuels, sadiques, hédonistes, tels sont les eldars noirs, derniers survivants d’un empire qui s’étendait jadis à toute la galaxie.
Il y a pourtant des raisons de plaindre les Commorrites, piégés dans une cage qu’ils se sont eux-mêmes fabriquée. Ils peuvent s’aventurer brièvement sur le plan matériel afin d’assouvir leur faim dévorante, ravissant tout ce qu’ils peuvent pour le ramener dans leur cité éternelle, mais ils ne connaîtront jamais la satiété. Chaque jour l’Assoiffée aspire un peu plus de leur âme et ce vide grandissant ne peut être comblé que par la souffrance d’autrui.
Les acteurs : un groupe de nobles commorrites tente de restaurer sa gloire perdue en initiant l’un des sempiternels jeux de pouvoir de la cité crépusculaire. Ces comploteurs étaient unis par leurs lignées et par leur mépris du nouveau régime imposé suite à la chute de leurs ancêtres. Les personnages secondaires comprenaient : le maître tourmenteur Bellathonis, employé pour présider à une résurrection proscrite, Lileath, une jeune chanteuse de monde exodite enlevée pour servir de vierge de souffrance dans le cadre de l’opération, et Sindiel, renégat des vaisseaux-mondes qu’on persuada finalement d’aller la sauver. Au vu des événements, le plus important de tous est, peut-être, le garde du corps et exécuteur appelé Morr, membre de l’étrange culte guerrier des incubes.

par neicna16
Halo, La Saga Forerunner, Tome 1 : Cryptum Halo, La Saga Forerunner, Tome 1 : Cryptum
Greg Bear   
Un roman très maussade:

Pour ce qui en est du global, ce roman est un spin off plutôt quelconque de l'univers de Halo. Les personnages ne sont pas particulièrement charismatique et on arrive même à les confondre dans certains dialogue.
Certains moment du roman arrive cependant à être très bon avec des vrais idée bien sympathique.

En réalité le livre mets des lustres à commencer (250 pages sur les 380) pour nous faire vraiment entré dans un univers forerunners.

A conseiller uniquement au fan pur et dur à la fois de la série de jeu et de lecture simple.
(ayant profité de l'offre milady je lirais le tome 2)

par Gyna