Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Laura-247 : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Wonder Wonder
R.J. Palacio   
http://wandering-world.skyrock.com/3127404127-Wonder.html

Ouaw. Ouaw. Ouaw ouaw ouaw. On a tous déjà lu un roman qui nous a bouleversé et ému au possible. Qui nous a renversé et nous a coupé le souffle. Qui a changé notre perception du monde. Et qui nous a ouvert les yeux. Wonder fait partie de ces ouvrages. Je ressors de ma lecture totalement déboussolé et plein d'étoiles dans les yeux. Ce livre, c'est une pépite. Un cocktail d'émotions intenses et puissantes, qui restera certainement longuement gravé dans ma mémoire. Ouaw. J'en arrive même au point où je regrette réellement d'avoir déjà refermer le livre, parce que je prends peu à peu conscience que j'ai quitté August et sa famille. Wonder est une vraie baffe. Et, étrangement, c'est une baffe qui fait du bien.
En fait, plus j'avance dans mon avis, et plus je réalise à quel point je me suis attaché à Auggie. Purée, ça faisait vraiment très longtemps que je n'avais pas noué un lien aussi fort avec un personnage fait d'encre et de papier. Et, je dois bien le reconnaître, ça m'avait manqué. August est... indescriptible. Né avec plusieurs malformations faciales et ayant subi vingt-sept opérations, c'est un jeune garçon très différent des enfants "normaux". Dès le départ, j'ai su que l'histoire allait me plaire. Rares sont les romans qui abordent des thèmes aussi sensibles que les handicapes et le regard des autres. Et, avec August, nous en voyons vraiment de toutes les couleurs. J'ai ri. Beaucoup, d'ailleurs. Il y a de nombreuses blagues qui vous attendent dans ce récit, ainsi qu'une pointe d'auto-dérision et d'ironie qui m'a beaucoup plu. Les échanges entre August et son père sont à pleurer de rire, et ils m'ont procuré énormément de plaisir. J'ai eu les larmes aux yeux. Souvent. Très souvent, même. Voyez-vous, Wonder nous fait vivre l'ascenseur émotionnel. On passe du rire aux larmes en quelques chapitres. On s'attache tellement à tous les protagonistes qu'il est juste impossible de ne pas vibrer, pleurer, rire, détester telle ou telle personne, être heureux ou totalement démunis avec eux. L'auteure a su offrir une telle humanité à tous les personnages que j'en suis encore scotché. Mais August est définitivement le protagoniste le plus touchant et le plus passionnant du roman. Haaaa, qu'est-ce que je l'aime ce "Auggie Doggie".
Le truc, voyez-vous, c'est que l'on comprend véritablement toutes ( mais vraiment TOUTES ) les personnes qui peuplent le récit. La famille d'August, leurs réactions, celles de ses amis et celles de ses ennemis. R.J. Palacio a réussi à tenir ce pari complètement dingue de décrire toute une palette d'émotions ultra sensibles à faire partager. En effet, le handicape bouleversant d'August ne laisse personne insensible. Dégoût, peur, pitié, amitié, nous voyageons au cœur de sentiments profonds et authentiques. Pendant toute ma lecture, je n'ai pas cessé de me demander comment je réagirais si je rencontrais August. Du coup, j'ai bien compris que toutes les émotions se valaient, et qu'on ne pouvait que comprendre les ressentis de tous les héros. L'auteure a su retranscrire à merveille l'horreur que vivent les personnes comme Auggie jour après jour, et je dois bien avouer que ma perception à ce sujet a énormément été modifiée. Surtout que nous ne découvrons réellement August qu'à la 120ème page, au moment où sa sœur, Via, nous le décrit. Avant, on s'imagine un peu comment il pourrait être, mais rien ne nous prépare à ce que l'on découvre. Sincèrement, je ressens encore un énorme pincement au cœur pour ce garçon tellement attendrissant et si adorable.
En parlant de sa sœur, d'ailleurs, je l'ai également adoré. Olivia est aussi extraordinaire que son petit-frère. Vivre avec une personne handicapée n'est pas facile, et on le comprend encore mieux grâce à ce merveilleux récit. Via éprouve de nombreuses choses, et, même si on sait pertinemment qu'elle aime August par-dessus tout, on la comprend sans aucune peine lorsqu'elle veut cacher son identité et sa maladie à son lycée, ou qu'elle déteste ses parents pour ne pas lui prêter assez d'attention. On comprend. On comprend, vraiment. Il y a une telle empathie qui se met en place avec tous les personnages que je suis certain qu'ils vont mettre énormément de temps à quitter mon esprit. On comprend également les parents d'August, leurs peines, leurs peurs, leurs envies. C'est renversant. Ouaw. Ouaw, ouaw, ouaw.
Wonder nous livre également de belles leçons de vie, et est une véritable ode à l'amour et à l'espoir. Même si Auggie va devoir faire face à de nombreux détracteurs et à des critiques acérées, sa famille et ses amis sont toujours là. L'amour est un thème récurrent dans ce livre. L'amour le plus pur du monde. L'amour le plus brillant et lumineux qui puisse exister. J'ai été époustouflé par les relations qu'entretiennent tous les membres de la famille de Auggie, ainsi que les liens qu'a tissé celui-ci avec ses camarades de classe. Il n'y a rien de plus fort que l'amour. Nous le comprenons grâce à August. On saisit également qu'il faut profiter de chaque instant, et que la vie vaut réellement la peine d'être vécue. Et qu'il faut, bien sûr, changer son point de vue et ses convictions sur les personnages malades ou handicapées. Sincèrement, Wonder m'a transformé. M'a changé. A modifier mes préjugés et mes idées pré-conçues. Et si, habituellement, je déteste le changement, il est, cette fois-ci, extrêmement bienvenu. Merci madame Palacio pour ce tremblement de terre sentimental.
Concernant l'écriture de l'auteure, elle colle merveilleusement bien au récit. A la fois enfantine mais pas trop, complètement maîtrisée et ultra poignante, aucun mot ne vous laissera indifférent(e). Chaque phrase est choisie à la perfection et colle magnifiquement bien aux thèmes abordés dans le roman. Il y a de nombreuses expressions "coup de poing" parsemées dans l'intrigue qui nous poussent à avancer encore et encore dans celle-ci, parce qu'on devient littéralement accros à toutes les palpitations que nous fait ressentir Wonder. De plus, les chapitres sont très très courts, et nous avons le droit à de nombreux points de vue qui rythment l'histoire avec brio. On ne s'ennuie jamais, et on ne veut absolument pas quitter August avant d'avoir lu le dernier mot de son aventure. La preuve, j'ai achevé Wonder en une journée.
En résumé, Wonder est une lecture indispensable, puissante et intense, à ne louper sous aucun prétexte. Nous rencontrons un héros terriblement attachant, qui me manque déjà atrocement. Son histoire est frappante et déchirante, et elle s'abat sur nous tel un tsunami gorgé d'espoir, de lumière et de douceur. Nos perspectives sont brisées et démolies, et on referme Wonder avec le sentiment d'avoir été dévasté. Et c'est magnifique. August est véritablement un être humain en or, qui nous permet de revoir nos positions sur les handicapés et les malades, ainsi que sur ce que NOUS leur faisons en les jugeant, en les critiquant ou en les évitant. Une déclaration d'amour dévastatrice à l'espoir et à l'amitié, aux luttes que certains et certaines mènent tous les jours pour survivre et exister, et un roman saisissant et brillant, qui devraient se retrouver entres les mains d'absolument tout le monde.

par Jordan
Gone, Tome 6 : La Lumière Gone, Tome 6 : La Lumière
Michael Grant   
Put*in de m*rde de chiasse de...
Rrm. Interlude juron mérité, puisque je viens de finir Gone 6, Light, en anglais. Et f*ck, that was sooooooo great! Amazing!! En fait, j'hésite entre les regrets de l'avoir lu et pleurer. En fait, je pleure. Depuis que je l'ai fini, je vous annonce que je suis en deuil. Deuil de cette magnifique série, et de mon perso préféré. En larmes, je vous dis. Je n'ai jamais autant pleurer de ma vie.
Sincèrement, ce tome propulse cette série au rang de chef d'oeuvre. Je sais pas quoi dire de plus parce que j'ai la gorge nouée et les larmes aux yeux, et ça m'empêche d'organiser mes pensées.
A vous, chanceux (ou pas, d'ailleurs, je ne sais pas trop), qui n'avez pas encore fini avec cette incroyable aventure...
Gone, Tome 5 : La Peur Gone, Tome 5 : La Peur
Michael Grant   
Je l'ai dévoré le jour même de sa sortie... Il est magnifique !!!
On commence le livre : Tout va bien !
On avance dans sa lecture : Tout va mal...
Et on finit le bouquin : ...... Je vous laisse la surprise !!!
On pensait qu'au bout de quatre tomes, on connaissait bien les personnages... En fait, non ! Certains nous étonnent, d'autres nous déçoivent, les autres gardent leurs personnalités...
La fin est... Bah, c'est une fin, quoi ! On a seulement hâte que le tome 6 sorte !!!
Gone, Tome 4 : L'Épidémie Gone, Tome 4 : L'Épidémie
Michael Grant   
Wahouu ce tome est génial ! J'en ai pris plein la tête, plein les yeux, l'auteur est un géni.
Ces enfants souffrent tellement, tant de morts...
J'ai hâte de connaître enfin le pourquoi du comment de cette fameuse "zone".
Effectivement cette série est assez gore et à ne pas mettre entre les mains des plus jeunes.
J'aime toujours autant l'allure de cette saga, de l'action encore et toujours.
Vivement la suite.
Gone, Tome 3 : Mensonges Gone, Tome 3 : Mensonges
Michael Grant   
Magnifique. Ce livre est tout simplement génial.

Le mystère de Britney et de Drake qui se baladent dans la ville est plein de supsens. Dès le début on est de nouveau aspiré dans la zone, où le fragile équilibre qui venait de s'installer menace de s'effondrer.

Vers la premier quart du livre, tout s'accelère, on est tiraillé entre les histoires de pas mal de personalités de la zone, Sam qui a du mal à s'entendre avec le conseil, Astrid qui ne supporte plus les responsabilités, Caine, Diana et leur bande qui souffre cruellement de la faim, Lana, Mary et tant d'autre....

C'est presque impossible de relacher le livre.

Et la fin... Woah.

A lire sans hésiter ;D Par contre on en a pour un an avant la suite ><'
Gone, Tome 2 : La Faim Gone, Tome 2 : La Faim
Michael Grant   
Tout simplement génial ! Je le préfère de loin au tome 1 car on parle plus des personnages secondaires ...
La fin nous laisse en suspens . j' attend le tome 3 avec impatience
Gone, Tome 1 : Gone Gone, Tome 1 : Gone
Michael Grant   
Un premier tome à l'écriture fluide, facile à lire. L'histoire est originale, dans le sens où elle raconte un peu le rêve de chaque enfant : un monde sans adulte. Mais contrairement à Peter Pan, elle montre aussi l'envers du décor, la réalité de la chose : les problèmes de survie, de tensions entre groupes, etc.

par Selenna
Cœur d'encre, Tome 3 : Mort d'encre Cœur d'encre, Tome 3 : Mort d'encre
Cornelia Funke   
Un troisième ouvrage très très satisfaisant!!
Une trilogie inoubliable mais je suis déçue qu'il n'y ait pas de quatrième tome.Mais je pense qu'il vaut mieux finir un livre et avoir envie de connaître la suite plutôt que d'être complétement dégoûté.

par lanka85
Cœur d'encre, Tome 2 : Sang d'encre Cœur d'encre, Tome 2 : Sang d'encre
Cornelia Funke   
J'ai encore plus aimé que le premier, je pense ! Le monde d'Encre est plus exotique que le nôtre, on découvre tout un nouveau mode de vie, de nouvelles villes, de nouveaux personnages, tout en gardant nos favoris qui vivent de dangereuses aventures pleines de rebondissements. La fin laisse présager un tome 3 fascinant, et j'ai hâte de le lire !
Le Pouvoir des Cinq, Tome 4 : Necropolis Le Pouvoir des Cinq, Tome 4 : Necropolis
Anthony Horowitz   
oui cette serie est tres bien mes toute fois trop ressemblante a la premiere, daccord ce ne sont pas les meme nom mais tous les evenement ou presque de la premiere serie son dans la deuxieme donc lorsqu'on a lui la premiere serie en premier on conné presque la deuxieme mais elle est tres bien rien a dire

par lilouze