Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de LauraMLK : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Autant en emporte le vent - Intégrale Autant en emporte le vent - Intégrale
Margaret Mitchell   
Que dire sur Gone with the wind hormis que c'est mon roman préféré... Je l'ai découvert lorsque j'avais 13 ans et maintenant, plus de 22 ans après, le plaisir est toujours aussi intact. Je vibre pour Scarlett, héroïne aussi détestable que fascinante, mue par son amour pour Ashley Wilkes, le voisin d’à côté et seul homme à lui résister.... Et Scarlett de commettre erreur sur erreur, (comme d'épouser Charles, le frère de la femme d'Ashley) uniquement dans le but ultime de voir Ashley lui céder. Mais il y a Mélanie, la douce Mélanie, tellement aveugle aux machinations de sa chère Scarlett qu'elle est devient agaçante... Même si il faut l'admettre, Melly est l'amie qu'on rêve toutes d'avoir ! Et bien entendu, il y aussi Rhett, aventurier, pirate, gentleman, et désespérément amoureux de notre Scarlett. Ces deux là s'aiment, se haissent, se séparent, se retrouvent... A chaque pas de Scarlett, Rhett est présent, pour lui signaler ses erreurs, combler son besoin compulsif de possession, et pour souffrir alors qu'elle se languit de son stupide Ashley. Vous l'avez compris, Autant en emporte le vent est une fantastique histoire d'amour, celui de Rhett pour Scarlett mais aussi celui de la dévotion de Melly pour la Belle du Comté, plus vivante et vibrante que la pauvre petite chose ne le sera jamais... C'est aussi l'histoire d'Ashley, partagé entre son amour sincère pour Mélanie qu'il sait être faite pour lui et la passion dévorante que Scarlett lui inspire... Tout gentleman qu'il soit, Ashley ne joue pas toujours franc jeu avec les deux femmes de sa vie. Quand à Rhett, il est parfait de cynisme et de noirceur, il entraine Scarlett dans son sillage ... Autant en emporte le vent c'est avant tout l'histoire de Scarlett, propulsée dans une guerre qui détruit tout ce qu'elle aime et la vie idéale qu'elle a toujours vécue. Face à l'incompétence de tous ceux qui l'entourent ( exception faite de Melly, admettons le) Scarlett s'efforce de maintenir à flot sa petite famille, sa plantation ( Tara !) et Ashley... (quel boulet celui-ci) Pour cela, elle va bien sûr abandonner peu à peu tous ses scrupules et les enseignements de sa mère, la douce Ellen, à qui elle rêve de ressembler tout en devant s'avouer qu'elle ne parviendra jamais à être une grande dame. Scarlett est une fripouille, une canaille, qui n'hésite pas à voler le fiancé de sa sœur (en même temps, elle a raison, l'argent de Frank était mieux employé avec elle, je suis sûre que Suellen n'aurait jamais donné un centime pour Tara !), complote pour voler le mari de sa seule amie ( chose qu'elle ne réalisera que trop tard) , use et abuse de ses charmes pour parvenir à ses fins. Rhett est son partenaire idéal et leur couple est mythique... On peste de la voir s'entêter sur ce stupide Ashley et on la suit avec autant de passion que d'agacement. Scarlett est une héroïne qu'on ne peut ni oublier ni totalement détester !

Ce que j'aime : Scarlett, Rhett, leur histoire, la relation entre Scarlett et Melly, les hésitations d'Ashley

Ce que j'aime moins : le destin de Melly et de Bonnie, même si avouons le, sans cela le roman ne serait pas aussi fort.

En bref : Un inclassable, une formidable histoire et un roman à lire et relire sans la moindre modération.

Ma note : 10/10.... j'ai beau faire, je ne lui trouve aucun défaut.

par JessSwann
À tout hasard, Intégrale À tout hasard, Intégrale
Jamie McGuire   
On a frôlé la catastrophe pour moi !
Des personnages que je n'ai pas trouvé attachant pour un sou, une histoire qui aurait pu être bonne vu le sujet mais qui je trouve a été très mal exploité et une romance... Comment dire ça gentiment ? Chiante !
Erin ne m'a pas bouleversée, bien que je salue son courage dans certains moments. A d'autres, j'avais envie de la gifler pour lui ouvrir les yeux. Avec Weston par exemple ! Alors celui-là, j'ai pas compris. C'est le personnage le plus bipolaire que j'ai pu lire dans une romance... Erin le dit elle-même, son humeur est changeante et bien, pour moi, c'était soûlant. Weston n'a rien d'attirant selon moi, il veut tout et tout de suite sinon monsieur se transforme en gros bébé. Son personnage est extrêmement agaçant et dans ce livre, je n'aurais pas été mécontente d'une bad-end ! (c'est pour dire combien j'aimais le couple qu'ils formaient tous les deux).
Bref, je me souviens avoir plutôt apprécié "Beautiful Disaster" et beaucoup aimé les spin-off des frères Maddox mais ici, le charme n'a pas du tout opéré !
Sans déconseillé... Voyez si vous n'avez pas d'autres lectures en attente avant de passer à celle-ci ^^

par SmallBab
D'une vie à l'autre D'une vie à l'autre
Martine Delomme   
Quand Diane perd son mari et se retrouve seule avec leur fille de cinq ans, elle doit se battre avec son quotidien et faire face à l'adversité. Elle n'a pas d'autres choix que de quitter Paris, son emploi de styliste, et accepter de relever de nouveaux défis. La société de ses beaux-parents en crise, est pour elle le début d'une sacrée aventure...
C'est un roman grave et sensible que nous tenons entre les mains, dès les premières lignes. Rien n'épargne cette mère de famille qui perd tous ses repères au décès tragique de son époux.

On la suit avec beaucoup d'émotions dans les étapes de son deuil et sa reconstruction. Les difficultés, auxquelles elle doit faire face, sont immédiates, intransigeantes. Derrière sa fragilité apparente, on sent poindre en elle, une vraie force et une rage de vie. Son caractère invite au respect et à l'amitié. On aime sa relation aux autres toujours franche et sans ambiguïté.

L'écriture est fluide, captivante, passionnée. Il y a des nombreuses péripéties, des flux tendus, des ébauches de sentiments, de la tragédie. Avec Diane, on prend possession des lieux au cœur du Béarn, on se méfie, on marche en terrain miné et on s'accroche à son énergie et tout le travail effectué.

C'est un roman aux tiroirs multiples et secrets, et un bel exemple de résilience qui nous est donné. Intenses et dévorantes, les émotions sont au centre de ce récit aussi incontrôlable que sidérant.
Sign of Love, Tome 2 : Leo's chance Sign of Love, Tome 2 : Leo's chance
Mia Sheridan   
Repris du tome 1 mais du point de vue du personnage masculin. Ayant adoré le tome 1, je n'ai pu qu'adorer autant ce tome, voire plus. J'ai adoré être dans la tête de ce personnage, sur qui on apprend beaucoup de choses de son passé! Il a été blessé de nombreuses façons mais a su rebondir! J'ai beaucoup d'affection pour ce personnage masculin! Gros gros coup de coeur!
Je te vois Je te vois
Clare Mackintosh   
Deux femmes. Zoé, madame tout le monde, qui va avoir l’horreur de découvrir son portrait dans le journal. Elle va en être troublée et, en y regardant de plus près, se rendre compte qu’elle n’est pas la seule. Elle fera très vite le lien avec des victimes de crimes, de meurtres. Malgré la peur qu’elle ressent, elle a besoin de savoir et mènera sa propre enquête. Ensuite, Kelly, femme flic, après avoir aidé l’une des victimes et grâce aux indications de Zoé, elle sera la première à trouver des réponses. C’est un bien sombre réseau qui va être dévoilé.

Un rythme qui se déroule en trois temps. Un début un peu lent où l’auteure prend son temps pour poser les bases de son histoire. Où en apprend à connaître les deux protagonistes principaux. Laps de temps pendant lequel on se plonge dans leur quotidien, où on fait connaissance avec les femmes qu’elles incarnent. Deux femmes auxquelles il est facile de s'identifier. Un second temps où le rythme devient plus pressent car le mal s’est immiscé dans leur vie. Alors que Zoé prend peur et voit la menace partout, Kelly va tout faire pour éradiquer cette dernière aux côtés d’une belle équipe d’investigation. Enfin, un troisième temps qui devient une véritable course contre la montre. On sent son cœur qui palpite tant on prend peur pour les protagonistes menacés. L’ensemble conduisant à une fin dès plus inattendue.

La plume de l’auteure est très agréable et fluide. Peut-être est-ce dû à la traduction, mais il y a certaines phrases que j’ai dû relire pour bien en comprendre le sens. Cela n’a néanmoins pas entaché ma lecture. Je me suis sentie peu à peu aspirée par l’intrigue, par cette histoire dont la victime pourrait être n’importe qu’elle femme que l’on croise ou soi-même. La menace se fait présente et la lecture palpitante.

J’ai aimé qu’il y ait également de cours passages où on se retrouve dans la tête de celui qui mène « le jeu ». On se prend à vouloir y déceler des indices. Au plus on avance dans l’histoire et au plus les suspects sont nombreux. Malgré tout, le dénouement m’a surprise car je n’avais pas pensé à ce scénario.

Un récit qui met en avant certains défauts de notre société actuelle. Le fait que l’ensemble de nos faits et gestes soient épiés mais aussi l’indifférence des gens lorsqu’il arrive quelque chose à l’un de leurs semblables. Être entouré de monde n'est plus synonyme de sécurité. On y voit aussi la manière dont le crime est vécu par la victime, sa volonté parfois inconcevable de vouloir tirer un trait sur ce qui s’est pas passé.

Un thriller totalement addictif, une intrigue bien ficelée, des investigations qui vont mettre à jour un sombre réseau et une fin dès plus surprenantes. Un régal.
Constance Constance
Anne Loréal   
C’est l’histoire de Constance, relatée par elle-même, sans tabou mais avec, parfois, une certaine pudeur sur les évènements évoqués. C’est le récit d’une femme résolument moderne pour son époque. Dont l’intelligence, la force et la détermination font faire d’elle une femme à part, qui a ses objectifs propres et très ambitieux. Une héroïne que j’ai pris énormément de plaisir à suivre et qui m’a beaucoup touchée.

Elle n’est pas femme à suivre les dictats. Quitte à en venir à prendre une autre apparence pour arriver à montrer sa valeur. De nombreuses embûches, parfois très dures, viendront entraver le cours de son destin mais, jamais, elle ne baissera les bras. Elle trouvera à s’entourer de véritables amis à même de voir en elle sa valeur, la femme exceptionnelle qu’elle est. Elle va évoluer dans un monde d’homme où généralement les femmes ne sont pas admisent et leurs avis encore moins considérés. C’est sa ténacité et son audace qui la mèneront loin.

Un pavé de 560 pages dans une police très condensée. Cela pourrait rebuter mais je suis heureuse de ne pas y avoir prêter attention. La plume de l’auteure nous emporte dans cette époque où le développement industriel prend toute son ampleur. Certains passages plus techniques m’ont semblé un peu long, certaines descriptions également mais, dans l’ensemble, j’ai trouvé que le récit avait un bon rythme. Nous suivons Constance sur de nombreuses années et sa vie a été plus que fournie.

Une jeune femme qui m’a touchée dans son vécu où de nombreuses choses m’ont révoltées. Le lecteur a également le plaisir de partager avec elle des moments de bonheur et de très belles réussites. Constance est toujours égale à elle-même. Très humble dans sa manière d’être et fidèle à ceux qui lui sont chers.

La fin m’a à la fois plu, surprise et profondément émue. Oui, grande sensible que je suis, je n’ai pu retenir mes larmes.

Une très bonne lecture.
Les Enquêtes de Laurie Moran, Tome 2 : La mariée était en blanc Les Enquêtes de Laurie Moran, Tome 2 : La mariée était en blanc
Mary Higgins Clark    Alafair Burke   
Je ne sais pas quelle mouche me pique, mais depuis quelques temps je lis de plus en plus de policiers et de thrillers alors que ce n’était pas du tout ma tasse de thé avant. Ce genre d’histoires me plait chaque fois plus et je voulais donc continuer sur ma lancée en lisant un ouvrage de la célèbre Mary HIGGINS CLARK, qui n’est plus à présenter. Je n’avais jamais eu l’envie de me plonger dans l’un de ses récits, mais comme on dit le dit si bien : mieux vaut tard que jamais.

« La mariée était en blanc » met en scène Laurie Moran, productrice de l’émission de télé-réalité ‘Suspicion’ qui a pour but de reconstituer des crimes non résolus, avec l’espoir de trouver peut-être le coupable.
Pour sa prochaine émission, Laurie a décidé de se pencher sur l’affaire de ‘La Mariée Envolée’, de son nom Amanda Pierce, qui a subitement disparue la veille de son mariage. Sans trace d’elle depuis cinq ans, ni sa famille ni ses amis ne savent si elle est encore vivante et n’a pas eu le courage de rompre ses noces ou si elle a été tuée.
Laurie Moran et toute son équipe vont donc rassembler une nouvelle fois toutes les personnes présentes au moment du crime à l’hôtel de Palm Beach, lieu où devait se dérouler le mariage.
A travers cette émission, les masques vont tomber et les vérités vont éclater.

Cette histoire est juste fantastique !
J’ai été captivée de la première à la dernière page et j’avoue avoir eu beaucoup de mal à refermer ce livre quand je le devais.

Le récit est vraiment prenant.
Il mêle une affaire criminelle plutôt classique avec notre époque grâce au concept de télé-réalité. C’est hyper moderne et surtout : ça marche !
Ce concept a déjà été utilisé par nos deux auteurs dans le livre précédent, « L’affaire Cendrillon », mais aussi dans « Le bleu de tes yeux » écrit uniquement par Mary HIGGINS CLARK.

Le style d’écriture est juste parfait. Bien que ce livre ait deux auteurs, nous ne remarquons absolument pas les changements de vocabulaire ou ces autres petits détails qui montrent le changement entre les deux écrivains.
Ici, Mary HIGGINS CLARK et Alafair BURKE réussissent à viser le mot juste et à aller droit au but. Ils ne nous engluent pas dans des phrases longues et complexes et préfèrent garder un style simple, mais direct, avec des phrases courtes. Cela rajoute vraiment du tempo au récit, mais aussi de la tension.
Cette tension se manifeste également à travers les chapitres qui sont tous courts. Cet effet de rapidité nous plonge encore plus dans l’histoire et nous rend accro car aucun chapitre n’est inutile. Tous comportent des indices et font avancer l’enquête.
J’ai vraiment été séduite par cette écriture !

J’ai également été conquise par les personnages de cette histoire.
Laurie Moran nous parait d’abord un peu froide de par son côté professionnel. Petit-à-petit, nous découvrons que derrière cette femme se cache quelqu’un de blessé, d’hésitant, mais surtout d’humain. Son duo avec son fils, Timmy, et la relation qu’elle a avec son père, Léo, n’en sont que des preuves. Comme je n’ai pas lu les précédents ouvrages la mettant en scène, je l’ai seulement découverte telle qu’on nous la présente ici et c’est peut-être pour cela que je l’ai trouvé un peu froide dans les premiers chapitres.
Alex, qui campe le rôle de présentateur de l’émission, mais aussi d’avocat et de petit-ami de Laurie est juste absolument charmant. J’ai vraiment été séduite par son caractère doux et son côté professionnel.
Timmy et Léo sont tous les deux attendrissants.
Je ne m’attarderai pas vraiment sur chaque personnage qui fait parti de l’enquête car j’en aurai beaucoup à dire, mais sans révéler un seul indice sur la fin cela risque d’être très compliqué pour moi.

Si je devais trouver un seul petit défaut à « La mariée était en blanc » c’est la rapidité avec laquelle nos personnages vont réussir à élucider le mystère de ‘La mariée envolée’. Alors oui, le coupable n’a pas été très futé et c’est un peu à cause de lui que l’on va découvrir la vérité, mais j’ai un peu de mal à accepter que des policiers n’aient pas réussis à trouver le coupable pendant cinq années. Laurie est une productrice de télévision, Alex un avocat et mis-à-part le père de Laurie qui est un ancien policier, ils ne sont clairement pas qualifiés pour résoudre des enquêtes.
Mais bon, c’est juste pour chipoter que je pointe ce petit détail car ça ne m’a pas du tout déranger dans ma lecture.

Le final est rapide, mais efficace.
Nos auteurs ne traînent pas et l’on passe de rebondissements en rebondissements, jusqu’au dernier mot. Ils ont réussi à me piéger car je n’ai jamais réussi à trouver l’identité du coupable. A chaque fois, ils m’ont fait croire que je détenais la vérité, mais je ne suivais que le raisonnement qu’ils voulaient que j’ai.


En conclusion, « La mariée était en blanc » est un policier dans l’air du temps et extrêmement prenant. Mary HIGGINS CLARK et Alafair BURKE nous offrent un superbe moment de lecture que je ne cesserai de recommander.



Un livre à lire pour tous les amoureux de bons romans policier, mais aussi pour ceux qui voudraient se lancer avec une valeur sûre du genre.

( http://lectrice-lambda.blogspot.fr/2016/01/la-mariee-etait-en-blanc-mary-higgins.html )
Zigzags Zigzags
Thierry Matteï    Vanessa Caffin   
Livre qui m'a été conseillé par la vendeuse de France Loisirs mais franchement très déçu.
Je m'attendais à mieux. L'histoire est fade, n'a pas vraiment d'originalité.

par lyndsay86
Sign of Love, Tome 1 : Léo Sign of Love, Tome 1 : Léo
Mia Sheridan   
Deux enfants, Evie et Léo, abandonnés par la vie, mais qui se trouve l'un et l'autre, comme si le destin, avait programmé leur rencontre. Cependant, la vie est parfois cruelle, et il se trouve séparé. Une promesse du lendemain. Une vie à s'attendre. Malgré la distance, ils se sont promis de toujours garder espoir et de se revoir à la majorité d'Evie. Malheureusement, le temps passe, et le silence est profond.

Pourquoi Léo a-t-il abandonné Evie ?

Mia Shéridan, à un talent indéniable, elle arrive, à retranscrire au travers de ses mots et de sa plume, une émotion tellement vive, qui vous percute au plus profond de vous-même, que vous en oubliez les défauts de la romance.

Car oui, cette romance a des défauts, qui ont fait que le coup de cœur, m'a échappé.

Cette histoire est construite entre présent et passé, la jeune Evie, à continuer à vivre, après le départ de Léo, plutôt devrais-je dire survivre. Loin des tracas, de la drogue, délinquance, de la prostitution, elle a réussi, à rester humble, et droite. Quand du jour au lendemain, Jake, se présente à sa porte, en lui disant qu'il connaît Léo, tout le passé de la jeune Evie, ressurgit, les promesses, les caresses, tout ce qu'elle pensait enfui au plus profond d'elle. Ainsi, nous tentons de comprendre ce qui s'est passé dans sa vie, après l'adoption de Léo.

Pourquoi je dis comprendre, tout simplement, la romance est tellement rapide, comme s'il lui manquait une partie de son âme, c'est peut-être fort, ce que je dis là, mais c'est ce que je ressens. Comme si nous détenions dans les mains que la moitié d'un livre, la moitié des réponses, qui nous intéressent.

Mais malgré, ça, l'histoire est tellement poignante, presque brutale, on ressent comme une urgence, dans les scènes d'intimité, d'Evie et Jake. Comme si le passé essayait de rattraper le présent. Nous ne pouvons, que nous laisser transporter par tant de désespoir et en même temps d'espérance.

Léo est une romance que j'attendais avec tellement d'impatience, que malgré toutes les émotions que j 'ai ressenties, je ressens quand même une déception. Je pense, et j'espère que tout sera comblé, par le tome 2 Léo's.

par Jbyaly
Dunkerque Dunkerque
Joshua Levine   
https://leslecturesdecyrlight.home.blog/2019/08/12/dunkerque-joshua-levine/

Dunkerque est un roman historique, qui effectue le parallèle entre l'évacuation anglaise lors de la Seconde Guerre mondiale et le long-métrage éponyme réalisé par Christopher Nolan.

La mention « livre officiel du film évènement » affichée sur la couverture est quelque peu trompeuse. Pourquoi ? Je m'attendais tout simplement à lire une novélisation, alors qu'il s'agit d'une œuvre purement historique. Même si je conviens que cette erreur est due à mon inattention (j'aurais dû vérifier plus attentivement), j'ai vite grincé des dents.

Ce livre n'a beau compter que trois cents et quelques pages, c'est un pavé d'énumérations de lieux, de noms, de stratégies, de matériel militaire... J'ai beau m'intéresser à l'Histoire, ayant très peu de connaissances sur la Seconde Guerre mondiale, tout cela m'a paru indigeste.

À moins d'être vraiment passionné ou d'avoir déjà pas mal de notions, on oublie quasiment au fur et à mesure ce qu'on vient de lire, tant le contenu du texte est dense. Si on ne peut que louer le travail et les détails fournis par l'auteur, on peut aussi lui reprocher le caractère soporifique que son ouvrage. À cause de cela, on s'enlise dans la narration et on décroche peu à peu.

Venir à bout de Dunkerque m'aura demandé un temps considérable, et même à présent que je l'ai terminé, je ne suis pas certaine d'avoir retenu grand-chose, hormis un profond sentiment d'ennui. J'ai toujours été d'avis que la meilleure façon d'apprendre, c'est de le faire en se captivant pour son sujet, or cette lecture est tout sauf prenante.

Je mets la moyenne à ce livre, car il n'est tout de même pas dépourvu d'intérêt et saura sûrement en séduire d'autres mieux que moi.

par Cyrlight