Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de lauree1108 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
The Mortal Instruments - Renaissance, Tome 3 : La Reine de l'air et des ombres (I) The Mortal Instruments - Renaissance, Tome 3 : La Reine de l'air et des ombres (I)
Cassandra Clare   
Queen of Air and Darkness est le troisième et dernier tome de la série The Dark Artifices qui fait partie des Shadowhunters Chronicles de Cassandra Clare. Il clôt les aventures d’Emma Carstairs et Julian Blackthorn.

Ces quelques 900 pages qui concluaient TDA sont passées très vite et pour cause : il n’y a pas de temps morts, seulement des rires et des larmes.

La malédiction des Parabatai est au centre même de The Dark Artifices : l’histoire d’amour de Julian et Emma rendue impossible par cette malédiction. Dans ce quatrième et dernier tome, on connaît enfin le fin mot de l’histoire : d’où vient la malédiction, quel est exactement son effet ?

Il est horrible comme on nous l’avait annoncé et Emma et Jules souffrent dans ce tome comme ce n’avais jamais été le cas dans les deux premiers. Un véritable déchirement, qui m’ plus d’une fois tiré des larmes.

Cassandra Clare l’avait promis, nos chasseurs d’ombres favoris découvriraient un autre monde dans Queen of Air and Darkness. A ce prix-là, ils auraient très bien pu rester ici, hein, on aurait moins souffert. Je ne vais pas rentrer dans les détails (spoiler-free oblige) mais il est question de points critiques, de ratés, de gens morts alors qu’ils devaient être en vie et inversement.

Après la mort tragique de Robert Lightwood, une certaine ordure répondant au nom de Horace Dearborn réussit à se faire nommer inquisiteur. Je trouve cette partie-là de l’histoire particulièrement intéressante car la Cohorte joue avec les peurs des Chasseurs d’ombres comme certains partis extrémistes peuvent le faire. L’analogie est forte.

Toujours est-il que si l’Enclave avait pu autrefois être un soutien en les personnes de Robert et Jia, elle devient dangereuse lorsqu’Horace Dearborn déterre des secrets et s’en sert à mauvais escient. Le pire étant les impostures de Zara, j’ai rarement autant éprouvé de haine envers un personnage. Cette fille est répugnante, du début à la fin du livre.

Laissons les triangles amoureux aux autres, Cassandra Clare préfère les histoires mêlant cinq ou six protagonistes au bas mot. Le trio formé par Keiran, Mark Blackthorn et Cristina Rosales Mendoza est fascinant, et encore une fois la conclusion est loin d’être facile et bateau. Gros fou rire avec la réaction de la mère de Cristina, qui m’a l’air d’être une femme tout à fait intéressante.

Et enfin la conclusion dont on rêvait. Bon, ok, pas exactement celle dont on rêvait. Mais l’épilogue de Queen of Air and Darkness, sans être aussi bien que celui de la Princesse Mécanique, ne laissera pas les fans des chasseurs d’ombres insensibles. Je n’en dis pas plus et je vous laisse découvrir par vous-même ce beau moment.

par Lisly
Le vicomte de Bragelonne, tome 4 Le vicomte de Bragelonne, tome 4
Alexandre Dumas   
Deuxième tome de la fin du cycle des trois mousquetaires.


par Snaga78
Le Collier de la reine Le Collier de la reine
Alexandre Dumas   
Alexandre Dumas était décidément LE grand feuilletoniste de l’époque !
Dans celui-ci, il nous raconte sous la forme d’un véritable roman-feuilleton, cette incroyable affaire du collier de la reine, une arnaque subtilement mise en œuvre qui a fait vaciller un trône et a contribué à donner naissance à un mouvement révolutionnaire.
Nous assistons pendant plus de 1000 pages à la mise en place d’une intrigue tout à fait rocambolesque où tous les rouages s’emboîtent les uns après les autres pour créer de toutes pièces un des plus grands scandales historiques.
L’auteur, avec le talent qu’on lui connaît, ne peut s’empêcher de faire partager à ses lecteurs une admiration sans bornes pour Marie-Antoinette dont la réputation fut éclaboussée par cette trouble histoire. Il décrit avec brio l’ambiance qui régnait à la cour de France où les nombreux courtisans, tous plus avides des faveurs de la royauté les uns que les autres, se côtoyaient dans un climat de secrets, d’obséquiosités et de jalousies permanentes.
Un classique à découvrir ou même redécouvrir, comme un excellent roman historique sous la plume d’un maestro du genre !

par Lupa
La Cité des ténèbres, Tome 4 : La Cité des anges déchus La Cité des ténèbres, Tome 4 : La Cité des anges déchus
Cassandra Clare   
Wow… Je viens juste de le finir. Il est tout simplement magnifique ! J’en suis encore toute chamboulée.
Pour commencer, je vais parler de la lettre. Je la trouve sublime ! On découvre réellement comment Jace voit les choses, ce qu'il ressent, ses sentiments. J'en ai eu des frissons !
Concernant le livre. La première chose que j'ai noté, c'est que Simon est nettement plus présent. Il essaye de s'adapter [spoiler]à sa condition de vampire[/spoiler]. Je l'ai préféré dans ce tome-ci que dans les précédents. D'un certain côté, je l'ai trouvé plus mature, malgré une grosse bêtise qu'il a commise.
Jace est plus "tortué" que dans les autres tomes, mais ça ne l'empêche pas de faire des répliques sarcastiques, même dans les pires situations.
Clary, toujours fidèle à elle-même, n'en fait qu'à sa tête, quitte à se fourrer dans les ennuis jusqu'au cou.
Concernant l'intrigue, j'ai adoré ! Elle est tellement bien ficelée que je n'ai pas réussi à savoir comment ça allait se terminer, ni qui était derrière tous ça. J'ai été tenu en haleine jusqu'au bout, aucun temps mort, et dans les 3 derniers chapitres, tout s'enchaîne et s'accélère. Jusqu'au moment où on se dit "Ouf', c'est fini"
Et là, "pof" un nouvel événement, et on se rend compte que c'est loin d'être terminé.
C'est une fin comme ça dans ce livre. Elle fait passer le dénouement du tome 1 et du 2 pour une promenade de santé ! Cassandra Clare a vraiment le don pour les gros retournements de situation. C'est une fin horrible, qui laisse pleins de questions en suspens. Quand j'ai lu la dernière phrase, ma première réaction a été de regarder s'il ne manquait pas une page. Et bien non. On termine ce bouquin sur un gros cliffhanger. Et on ne peut s'empêcher de se demander comment ça va évoluer, quel sera le dénouement (si il y en a un !).

Amour, joie, tristesse, colère, action, suspens et rebondissements, voilà les ingrédients de City of Fallen Angels.

J'ai vraiment hâte de pouvoir lire City of Lost Souls !
Herminie Herminie
Alexandre Dumas   
Edouard, jeune Parisien oisif, mène une vie de plaisirs et de légèreté entre sa maîtresse et ses cours de droit. Jusqu'à sa rencontre avec une mystérieuse femme, qui lui avoue tout à la fois sa passion et sa furieuse singularité : son amour est absolu et peut se changer en haine mortelle si Edouard révèle leur liaison.
Troublé, le jeune homme se laisse entraîner dans une relation aussi sensuelle que dangereuse... Pourra-t-il en modifier les règles du jeu ?

par anonyme
Deus Ex : Black Light Deus Ex : Black Light
James Swallow   
J'ai adoré ! Bon, je suis fan de l'univers donc ça joue aussi. Un prélude à Mankind Divided qui lève le voile sur de nombreux mystères. Je conseille de le lire avant de jouer au jeu, celui-ci sera dès lors plus clair. Adam Jensen est toujours aussi badass, je n'en attendais pas moins. On se retrouve dans le fameux univers cyberpunk de Deus Ex, avec ses complots tantôt mondiaux, tantôt à échelle humaine, mais toujours liés. Un roman addictif, lu en une nuit. :)
Cécile Cécile
Alexandre Dumas   
Cécile de Marsilly est une jeune femme noble dont la famille s'est exilée à Londres, sous la Révolution, rencontrant toutes les misères et les soucis de cet exil. Sa mère et sa grand-mère souhaitent la marier. Dans ce but, Cécile rentre en France qui est devenue un Empire...

Ce roman méconnu d'Alexandre Dumas,dans une veine tout à fait romantique, traite de l'émigration, de la difficulté du retour en France et du déclassement social de la petite bourgeoisie.

par LIBRIO64
Marie des Adrets Marie des Adrets
Antonin Malroux   
Je découvre pour la première fois cet auteur que je trouve très plaisant. Je craignais en lisant ce roman de terroir d'être perdue dans d'interminables descriptions paysagistes comme le fait souvent Christian Signol mais non pas du tout. Dès le 1er chapitre, on entre dans le vif du sujet.
Le lecteur développe rapidement une réelle affection pour Marie et suit son apprentissage de la vie.
J'ai beaucoup aimé cette histoire et cela malgré sa fin tragique, je recommande ce livre car la lecture se fait sans prise de tête, bref, un beau roman!

par Lucette33
Miroir, miroir Miroir, miroir
Collectif    Serena Valentino   
J'ai vraiment adoré ce livre!!!
Moi qui une suis une grande fan de disney j'attendais énormément de ce livre et je n'ai pas du tout été déçu <3
En plus la couverture est juste MAGNIFIQUE

[spoiler]Même si on connait tous l'histoire de Blanche-neige et de son horrible marâtre,on espère que l'histoire change pour une fois.
On découvre la reine sous un jour nouveau au début, une personne aimante, gentil et pleine vie. Mais vite son comportement tant bien connu reprend le dessus et on découvre les raisons de son égocentricité. La haine que lui porte son père à cause de la mort de sa mère et ensuite la mort de son roi la fait basculer vers une noirceur extrême. Mais jusqu'au bout on sait qu'elle aime sa fille plus que tout.[/spoiler]

Je conseil vraiment ce livre et j'ai vraiment hâte de lire le tome 2 sur la belle et la bête :)

par Alouille
La Cité des Ténèbres - Les Origines, Tome 3 : La Princesse mécanique La Cité des Ténèbres - Les Origines, Tome 3 : La Princesse mécanique
Cassandra Clare   
Geez, best book ever !!!
Je regrette qu'on ne puisse pas mettre une note de onze aux personnages, parce que c'est le grand point fort du bouquin.
J'adore la façon dont il est si intensément relié aux Mortal Instruments, et au présent de Jace et Clary, par des allusions aux allures de private jokes, tantôt drôles, tantôt émouvantes, et juste surexcitantes pour les fans comme moi. Les noms de famille, la couleur de leurs cheveux, aussi, qui se répercute de génération en génération, de façon suffisamment marquante pour faire sourire tous les aficionados, les détails, tels que le pendentif rouge, dont je me demandais justement d'où il venait, et puis, bien sûr, LE lien entre les deux séries, qui était déjà annoncé en quelque sorte dans City of Lost Souls, que tout le monde avait déjà plus ou moins deviné, mais qui pose un nouveau mystère dans l'épilogue de Clockwork Princess, un mystère qui fait monter mon impatience de trois crans.
[spoiler]Tout le monde se doutait déjà que Brother Zachariah était Jem, mais QUI a découvert le remède, et COMMENT ? J'aurais parié sur Jace et son feu divin, mais Clary et ses runes ont une chance aussi… ou quelque chose de plus général ? Toujours est-il que quand on relit les passages où le Frère Zachariah a la parole dans City of Lost Souls, tout s'éclaire[/spoiler]
Néanmoins, là où beaucoup ont critiqué l'auteur pour avoir fait un "remake" des Mortal Instruments, je dois les détromper. J'étais de cet avis au tout début, mais en lisant le tome 3, il devient évident que… les personnages ne pourraient pas être plus différents. Relire City of Lost Souls m'a d'ailleurs filé un mal de crâne lorsque j'essayais de relier les deux entre eux.
Dans les Mortal Instruments, les personnages sont plus indépendants, et l'amour entre eux, plus égoïste. Dans les Infernal Devices, tout est dans l'altruisme, le sentiment familial, la profondeur de leur (res)sentiments, de leur douleur, de leur amitié… bien sûr, c'est quelque part aux dépends du Big méchant, mais on pardonne, parce que ça sonne tellement vrai… Et la fin est d'une beauté ! (enfin, quand je parle de la fin, je parle de l'épilogue en entier, avec ce qu'elle nous apprend sur ce qui s'est passé, sur ce qui se passera dans City of Heavenly Fire…)
Vraiment, la profondeur des personnages est impressionnante. Ils ont un véritable relief. Revoir le personnage de Magnus lui rajoute vraiment de la consistance dans les Mortal Instruments, ce qui rejaillit sur les autres personnages. D'autant que maintenant, on connaît une partie de son histoire. On sait ce qu'il ressent lorsque Alec lui parle de Will, la boîte de Woolsey Scott prend une autre dimension…
Je sais que je déborde sur le commentaire de la Cité des Ténèbres, mais il est impossible de commenter l'un sans l'autre. Ils sont aussi différents qu'ils sont complémentaires.
De la romance, de l'humour comme s'il en pleuvait, et beaucoup, beaucoup de serrements de cœur (jamais je n'avais éprouvé autant de compassion, d'affection, de compréhension envers des personnages)… Et toujours l'univers sombre, gracieux et incroyable des Shadowhunters.
Je suppose que si vous êtes là c'est parce que vous êtes déjà au courant que ce livre est une pure merveille, un véritable trésor. Sinon, eh bien reprenez au départ. Tome 1, City of Bones. Si si. On l'apprécie d'autant plus que l'on se sent impliqué dans l'univers, qu'on le connaît dans ses détails, que l'on comprend les allusions.