Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Lauriaen : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Trilogie de la Poussière, Tome 2 : The Secret Commonwealth La Trilogie de la Poussière, Tome 2 : The Secret Commonwealth
Philip Pullman   
‘It used to be you who was impulsive,’ said Pan, ‘and me who kept holding you back. We’re different now.’

She nodded. ‘Well, you know, things change … This isn’t just shoplifting. This is murder.’

‘I know. I saw it.’

‘And maybe by doing this we’d be helping the murderer get away with it. By interfering with the investigation. That can’t be right.’

‘That’s another thing,’ he said.

‘What?’

‘You used to be optimistic. You used to think that whatever we did would turn out well. Even after we came back from the north, you used to think that. Now you’re cautious, you’re anxious … You’re pessimistic.’

She knew he was right, but it wasn’t right that he should speak to her accusingly, as if it was something to blame her for.

‘I used to be young,’ was all she could find to say.

He made no response.

They didn’t speak again till they reached the station. Then she said ‘Pan, come here,’ and he leapt up at once into her hands. She put him on her shoulder and said quietly, ‘You’re going to have to look out behind. Someone might be watching.’

par Miney
M. Pénombre, libraire ouvert jour et nuit M. Pénombre, libraire ouvert jour et nuit
Robin Sloan   
Tout ça pour ça, ai-je envie de dire au moment de refermer les pages de ce livre au titre pourtant si alléchant.
Il faut dire que la barre a été placée haute : plusieurs de mes amis ont dévoré et adoré ce roman sur fond d'énigme digne des plus mystérieuses sociétés secrètes.
Alors je m'attendais à être subjuguée, fascinée.
Hélas, je suis restée sur ma faim.
Cent pages d'attente où il ne se passe pas grand chose. Même si le décor de cette vieille librairie m'a plu, j'ai failli refermer plusieurs fois ce livre d'ennui.
Et puis, l'enquête se met en branle. Les indices tombent. Les histoires se mêlent... et s'embrouillent.
Et m'embrouillent.
Quand un secret moyenâgeux rejoint les bureaux high-tech de Google, moi je reste en plan. Je n'arrive pas à me laisser embarquer dans l'aventure.
Je dois manquer de fantaisie.

Bref... Je ne vais pas dire que j'ai détesté ce roman car il a tout de même attisé ma curiosité mais j'ai trouvé tout ça bien tiré par les cheveux.
Certaines idées sont intéressantes mais dans son ensemble, ce méli-mélo d'infos m'a donné un sentiment d'indigestion.
La Légende du noble chat Piste-fouet La Légende du noble chat Piste-fouet
Tad Williams   
Il y a décidément des choses que je ne comprends pas. À l'heure où ce qui fait le plus de vues sur le net ce sont les vidéos de chats, on laisse ce genre de chefs-d’œuvre s'échanger à des prix exorbitants faute de réédition...
Du coup, j'avoue que quand j'ai trouvé cette pépite en ebook complétement par hasard, je n'ai pas vraiment hésité à me jeter dessus (après tout même en l'achetant plus de 100 balles d'occasion, ce n'est pas non plus Tad Willams que je récompense).
Je voulais absolument lire ce livre depuis que j'avais lu cette phrase énigmatique sur Elbakin.net : "Vous aimez les chats ? Alors, considérez que ce roman se voit attribuer la note de 11/10."
C'est donc chose faite et je ne regrette absolument pas mon voyage. Il m'a fallut du temps pour en venir à bout, non pas parce que le roman est particulièrement dense mais parce qu'il a cette particularité des romans dont on veut absolument connaître la fin mais dont on ne veut pas quitter l'univers les personnages.
Par bien des aspects, le quête de Piste-fouet ressemble à celle entreprise par Bilbo mais elle sait aussi s'en différencier pour se forger ses propres spécificités et c'est vraiment avec un plaisir non dissimulé qu'on s'amuse à retrouver les points communs pour mieux souligner les différences.
Bref, un roman qui rend hommages à nos chers félins comme peu savent le faire mais aussi aux grandes histoires d'aventure qui savent nous faire rêver et nous évader du fin fond de notre canapé.

par Eurylia
Des choses fragiles Des choses fragiles
Neil Gaiman   
J'ai bien aimé ce recueil, même si je préfère les romans de Gaiman.... aux nouvelles, que je trouve souvent bien trop courtes !!!
j'ai adoré la nouvelle : " le jour de l'arrivée des soucoupes"... elle ne tient que sur 2 pages... mais elle m'a fait sourire... et quelque part elle est tellement vrai.
hormis cette nouvelle on passe tour à tour de nouvelles fantaisistes à d'autres horrifiques, on trouve dans certains textes des personnages que l'on connait depuis l'enfance... comme cette nouvelle ou l'héroïne est Shérazade, c'est parfois drôle, parfois triste, parfois terrible.... mais cela met systématiquement notre imagination a contribution.
J'ai également retrouvé avec un grand plaisir le Hero d'American Gods, Ombre au cours de la dernière nouvelle, l'histoire se situant au royaume unis, après la disparition de Voyageur..

Il reste que comme tout recueil de nouvelles l'intérêt pour certaines histoires et plus grand que pour d'autres... toutefois, Je vous conseille ce livre, si vous aimez les histoires qui mettent votre imagination en ébullition.

pour info, ce livre a reçu le grand prix de l'imaginaire 2010 de la nouvelle étrangère pour l'ensemble du recueil ainsi que les British Fantasy award et prix lotus 2007 comme meilleur recueil de nouvelles !!

par spider
Les Salauds Gentilshommes, Tome 4 : L'épine d'Emberline Les Salauds Gentilshommes, Tome 4 : L'épine d'Emberline
Scott Lynch   
Je l'ai trouver meilleur que les précédents.
Plus d'action, normale, c'est la guerre.
En plus, il y a une quête de soi.
Une bonne fin.

par Luc35
Les Ferrailleurs, Tome 1 : Le Château Les Ferrailleurs, Tome 1 : Le Château
Edward Carey   
Un livre vraiment bien construit avec des personnages plus incroyables les uns que les autres et tout ceci dans une ambiance tellement prenante, magique et étrange à souhaits !
Une intrigue intéressante et une fin à couper le souffle !

par Amita
Le Village Le Village
Emmanuel Chastellière   
C’est avec beaucoup de surprises que je ressors de la lecture du Village. On tient là un véritable univers, contenu simplement dans le petit espace du village et de ses environs. On découvre en début de lecture l’ambiance singulière de ce roman avec ses personnages mystérieux et ses lieux bien particuliers. La découverte est vraiment agréable, j’ai apprécié me laisser embarquer dans ce monde sombre et rempli de secret.

Au fur et à mesure de ma lecture, j’ai beaucoup aimé les petits détails dans les descriptions ou bien, rien que les prénoms des personnages qui créent une ambiance à eux seuls. On est pris d’empathie pour ces jeunes gens piégés dans ce village et on sent dans leur personnalité que sa pesante atmosphère est lourde à porter.

J’ai été surprise par le rythme choisi en début de roman. Après les premiers chapitres introductifs, on se retrouve avec une allure de fin de roman, où les révélations se succèdent et les actions prennent de l’ampleur. Ce choix fut un peu déroutant après la découverte du village, mais très intéressant. J’ai aussi beaucoup apprécié les interludes. Je me suis presque attachée plus à ses personnages qu’à ceux des chapitres normaux, car il y avait une autre ambiance, toute particulière, que j’aimais retrouver. Par la suite, j’ai trouvé que le rythme ralentissait un petit peu.
[spoiler]
Lorsque les interludes disparaissent, j’ai trouvé que l’on s’éloignait un peu de l’entité du village et que les relations entre les personnages étaient un peu trop présentes à mon goût, comme si on se séparait du début de l’histoire avec le Village et son passé.[/spoiler]

Mais celui-ci est revenu plus rapide sur les quelques derniers chapitres, avec les destins de certains personnages qui m’ont plus qu’étonné. La fin est l’image de ce roman, tout en surprise.

Pour ce qui est de l’écriture, parce qu’il faut la souligner, j’ai trouvé qu’elle était très imagée. On n’avait aucun mal à s’imaginer les décors et les scènes. Elle nous aidait à plonger un peu plus dans l’ambiance sombre et mystérieuse du Village. Sans aucun doute, le style d'écriture est un véritable atout pour ce roman.
Les Seigneurs de Bohen Les Seigneurs de Bohen
Estelle Faye   
Les seigneurs de Bohen est vraiment un livre ambitieux. Avec ses 600 pages et quelques et le résumé dense qui nous ai proposé, on sait avant même de commencer qu'Estelle Faye va nous raconter une grande histoire. Et cette histoire, l'auteure aurait pu continuer de ma la conter sur des milliers de pages, je pense que je ne m'en serais jamais lassée !

Bohen cache beaucoup de secrets. Bâtie sur les restes d'une ancienne et obscure civilisation d'êtres-dragons, les Wurms, Bohen est un Empire dont les dirigeants, maudits, peinent à régner. La chute de cet Empire va nous être conté. Pour se faire, l'auteure nous propose de suivre des personnages différents qui vont finir par se retrouver dans leur vision du futur et leur envie de changement.

Dès les premiers chapitres, j'ai été impressionnée par la maîtrise et la justesse de l'auteure. Le lecteur doit en effet assimiler beaucoup de choses en peu de temps. Le récit alterne le parcours de plusieurs personnages différents. Bohen est un Empire très vaste, les croyances sont diverses et les cultures variées. Il y a de la magie, des êtres surnaturels et différents éléments imaginaires que l'on ne connait pas. Pourtant, pas une fois je n'ai été perdue, l'auteure nous rappelant toujours ce qu'il faut où il faut, les interludes aidant beaucoup.

En fait, j'ai été complètement happée par cet univers, par sa richesse et son originalité. Lorsqu'on lit beaucoup de fantasy, les mondes proposés finissent parfois par se ressembler. Mais celui d'Estelle Faye n'est pas comme les autres. Les créatures que l'on croise nous sont plus ou moins connues : vouivres, goules ou encore métamorphes, mais elle réussit à s'approprier et à complètement renouveler ces figures de la fantasy. Chaque région de Bohen est très différente, que ce soit au niveau des croyances, de la mode ou encore de l'architecture. Elle mélange les genres, les inspirations, glissant par exemple la poudre et les armes à feu ou encore l'imprimerie qui vont faire basculer son univers dans une nouvelle époque. Et il y a toujours ces questions et ce mystère autour de l'étrange civilisation des Wurms dont on veut connaître les secrets !

Mais ce sont avant tout les différents personnages que l'on va croiser qui portent le livre. Ils ont tous leur importance, et ce sont parfois leurs faiblesses et leurs erreurs qui vont finir par faire changer le cours de l'histoire. Ils ne sont pas parfaits, ce ne sont pas des héros, ce sont des personnages vraiment humains, animés par leurs sentiments et leurs différences. Ils ont en effet tous une particularité un peu étrange : Sainte-Etoile a un monstre dans sa tête, Maëve est une magicienne dont le pouvoir n'est au premier abord pas très utile, pour ne citer qu'eux. Ils sont presque tous animés par l'amour, l'amour dans toute sa différence, sans être niais, mais juste et beau. Des relations qui m'ont profondément touchées, surtout à la fin lorsque nous, lecteurs, sommes au courant du destin d'un personnage alors que son âme sœur a toujours l'espoir de le revoir. Toute petite déception pour le monstre de Sainte-Etoile, j'en attendais beaucoup plus de lui, une raison peut-être.

Dans tous les cas, on a terriblement envie de continuer à suivre tous ces personnages. La fin de l'Empire est peut-être la fin du livre, mais, comme dit plus haut, j'aurais pu continuer ma lecture indéfiniment. Estelle Faye arrive vraiment à nous toucher et à nous transporter. J'aurais aimé continuer à voguer avec Maëve, en découvrir plus sur les Wurms, assister à la renaissance de la magie apportée par Janosh et Wens... Je n'en ai pas fini avec Bohen et j'espère qu'Estelle Faye non plus car je n'attends qu'une chose, c'est de pouvoir replonger dans cet univers et en découvrir toujours plus !

http://bookshowl.blogspot.fr/2017/03/le-mois-destelle-faye-les-seigneurs-de.html
Porcelaine Porcelaine
Estelle Faye   
En début d'année, je me suis constitué une petite pile de livres numériques que je voulais absolument lire en plus des petits imprévus. Porcelaine en a très vite fait partie et entrait par la même occasion dans mon challenge littérature de l’imaginaire spécial SF/Fantasy. La belle excuse donc pour découvrir enfin cette auteure française que tout le monde encense. 

Un voyage dans le folklore chinois 
Porcelaine, raconte l'histoire de Xiao Chen, comédien maudit à la face de tigre qui traverse les siècles accompagné de sa troupe théâtrale. En chemin, il va rencontrer Li Mei, une douce fille de marchand qui deviendra son épouse. Derrière un résumé classique se cache un petit bijou littéraire profond fortement influencé par la culture asiatique autant dans la manière d'écrire (et surtout de raconter) que dans les créatures que peuple Porcelaine. J'ai souvent eu la sensation d'être face à un Miyazaki mélangé à Guin Saga (pour le personnage à tête d'animal) pour mon plus grand bonheur.  



Pourtant ce n'était pas gagné d'avance et j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire durant quelques pages. Les noms pleuvent et l'univers est assez particulier pour demander un petit temps d'adaptation, mais une fois passé la première centaine de pages, c'est le coup de cœur assuré. Il y a tant de douceur et de poésie dans ces lignes que s'en est émouvant parfois. J'ai rencontré des fées, des hommes-oiseaux ou encore des démons de la forêt (coucou Miyazaki) et tellement de choses différentes que j'en ai prises plein les yeux. J'ai découvert des villes chinoises, des senteurs et des tissus chatoyants brodés. 

Conclusion, un livre superbement écrit inspiré par les contes et légendes chinoises qui nous fait voyager sur des siècles d'Histoire. Un conte abouti avec des personnages tous uniques et marquants. Une version illustrée de ce livre serait un plus tant l'univers est superbe. Une belle entrée pour moi qui ne connaissait pas Estelle Faye. 

https://wp.me/p8ww3Y-16B