Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de LaurineP31 : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Les Chasseurs d'âmes, Tome 1 : Destinés Les Chasseurs d'âmes, Tome 1 : Destinés
Alyson Noël   
http://wandering-world.skyrock.com/3145396800-Les-Chasseurs-d-Ames-Tome-1-Destines.html

J'attendais, avec la saga Les Chasseurs d'Âmes, de découvrir Alyson Noël sous un nouveau jour. Je comptais énormément sur Destinés pour changer ma vision de son écriture et de ses histoires en général. Malheureusement, aucune de mes attentes ne s'est vue être comblée. Destinés reste dans la même veine que la précédente série de l'auteure, Éternels, de par de nombreux aspects : c'est un récit très moyen, avec énormément de longueurs, un monde qui pourrait être intéressant mais beaucoup trop complexe, des personnages auxquels on ne s'attache pas, et des rebondissements beaucoup trop simplistes.
Un peu à l'image de Ever dans Éternels, j'ai beaucoup aimé le personnage de Daire dans Destinés... Du moins au début. En effet, les premiers chapitres sont, malgré tout, très sympathiques. J'ai bien aimé découvrir l'héroïne principale, sa vie faite de voyages, de rencontres avec des grandes stars du cinéma, et tous les éléments surnaturels auxquels elle doit faire face pratiquement quotidiennement. Ses visions - enfin, ses cauchemars - peuplées de têtes coupées, d'étranges lumières blanches et de corbeaux m'ont, au départ, beaucoup plu. Pour tout vous dire, j'étais même plutôt confiant quant à la suite de l'histoire. Je me disais que si le rythme restait le même, je pourrais bien reconsidérer mon jugement sur Alyson Noël. Daire m'a semblé être très intelligente, humble, sûre d'elle tout en laissant transparaître ses failles, et très amusante à suivre.
Par ailleurs, j'ai également beaucoup apprécié, et ce tout au long du livre, sa relation avec sa mère, Jennika et le lien très puissant avec sa grand-mère, Paloma. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais Daire a su me toucher à chaque dialogue avec Jennika. Il y a beaucoup de non-dits entre elles, et chaque mot est lourd de sens. Même si Daire reste très enquiquinante et lourde par moment, elle et Jennika m'ont touché. Même chose avec Paloma, d'ailleurs. Cette grand-mère m'a fait sourire et m'a ému, et j'adorerais que les miennes me racontent de telles légendes et histoires qui s'avéreraient, en fait, être vraies...
En parlant de l'univers, j'en profite pour vous dire que, lui aussi, il m'a plu dans les premières pages. En effet, les premières révélations sont assez intéressantes pour nous donner envie d'en savoir plus, et d'aller encore plus loin dans notre lecture. Le monde chamanique décrit par Alyson Noël est vraiment intrigant au premier abord, et je me suis dit qu'il était beaucoup plus passionnant que celui des immortels dans Éternels. Bref, au départ, l'histoire avait l'air tout de même assez convaincante. Sauf qu'il y a un gros "mais"...
Voyez-vous, Alyson Noël n'a pas hésité à emprunter un chemin très dangereux, et qui est complétement rébarbatif à mes yeux : celui des longues descriptions. Attention, je ne suis pas du tout en train de dire qu'il me faut des romans qui ne contiennent que des dialogues mais, là, un peu plus d'échanges n'auraient pas été de trop. L'auteure nous offre des pages entières sans aucun tiret ni aucune parole. Pour tout vous dire, je crois qu'il n'y a pas une page pour laquelle je n'ai pas sauté quelques paragraphes. L'intrigue stagne beaucoup, et on tourne rapidement en rond : Daire qui est perdue, Daire qui retrouve force et courage, Daire qui a peur, Daire qui est sûre d'elle, Daire qui est perdue, Daire qui retrouve force et courage... Bref, très rapidement, on s'ennuie. Pire encore, j'ai totalement perdu l'attachement qui avait vu le jour avec elle. A la fin du livre, je me fichais complètement de ce qui pouvait lui arriver. Ses réactions deviennent de plus en plus enfantines et imprévisibles. Même dans ses démonstrations de courage et d'amour, elle s'est mise à m'agacer.
Et c'est loin d'être tout ! Niveau coups de théâtre, ce livre est une énorme blague ambulante. Les rebondissements sont beaucoup trop simples, et nos questions trouvent leurs réponses bien trop facilement. Devant toutes les facilités que l'auteure s'est accordée, je suis resté complètement sur les fesses. Et vas-y que je fais découvrir toute l'histoire à des personnages secondaires en un claquement de doigt, que Daire et ses prétendants amoureux se connaissent et se parlent comme si tout était normal, et que les révélations coulaient de source. Non non non et non ! Mais qu'est-ce que c'est que ça ? A ce compte-là, l'auteure n'avait qu'à nous écrire chaque mystère sous forme d'une question et à nous écrire la réponse juste après. Tous les bons éléments qui nous sont offerts au départ se voient être réduits à l'état de simples faits divers, comme si tout était normal et allait de soi. Bref, grosse déception de ce côté-là.
C'est sans parler de la romance, qui m'a juste semblé grotesque et illogique. Voyez-vous, Daire rêve sans cesse de deux beaux jeunes hommes, l'un gentil et l'autre méchant. Et elle se demande sans arrêt si elle pourra vraiment faire confiance au gentil lorsqu'elle le rencontrera. Au secours. Ils vont donc tous les trois se rencontrer, comme ça, pouf, et les sentiments de chacun vont s'enflammer... Non mais oh, on va où là ? L'histoire d'amour entre Dace et Daire ne m'a pas touché du tout, et j'ai trouvé que leur relation se mettait en place d'une manière bien trop brusque et rapide pour être cohérente et convaincante. C'est du grand n'importe quoi. Concernant Cade, le frère de Dace, ce n'est guère mieux. Un coup Daire joue avec lui, puis l'autre elle le déteste. Puis il ne m'a pas semblé si effrayant ou méchant que ça... Tsssssst, je me rends-compte en écrivant mon avis que j'ai vraiment détesté ces protagonistes, ainsi que l'horrible romance entre Daire et Dace.
La conclusion de Destinés m'a totalement perdu, et je dois bien avouer que je n'y ai pratiquement rien compris. Tout ça pour ça ? Je pensais que les enjeux étaient quand même beaucoup plus grands... Là, j'ai l'impression que l'auteure a tout fait pour en rajouter un maximum et pour faire passer Daire pour une martyre, alors qu'en fait la fin de l'intrigue est toute bête. Puis les dernières lignes m'ont laissé un goût étrange dans la bouche, comme si je comprenais seulement maintenant que, en fait, l'histoire était réservée à de plus jeunes lecteurs que moi. Je ne saurai pas décrire exactement cette sensation, mais je crois qu'elle s'avère être vraie. Destinés n'était absolument pas fait pour moi.
En résumé, ce premier tome de la saga Les Chasseurs d'Âmes m'a totalement déplu, et je ne pense vraiment pas en lire la suite. Même si, au départ, l'histoire est prenante et pose de bonnes bases pour la suite de l'intrigue, le rythme et l'ambiance prennent rapidement une toute autre tournure, et nous plongeons au cœur d'une histoire bien trop simpliste et bien trop brouillon. Alyson Noël nous livre un univers charmant au premier abord, mais qui devient bien trop complexe et dont toutes les explications ne nous sont pas fournies. Par ailleurs, l'espèce de triangle amoureux entre Daire, Dace et Cade ne m'a pas convaincu du tout. Une lecture qui ne m'aura malheureusement pas permis de revoir mon point de vue sur les écrits de cette auteure qu'il va me falloir, je pense, éviter à partir de maintenant. Je conseillerai ce roman à de plus jeunes lecteurs comme dit précédemment, parce que pour du YA, c'est vraiment très très moyen.

par Jordan
Les Chasseurs d'Âmes, Tome 2 : Écho Les Chasseurs d'Âmes, Tome 2 : Écho
Alyson Noël   
Il y a de ces livres où on a du mal à se mettre dedans pour au final se rendre compte que les pages se tournent d'elles même, et qu'on ne peut plus le lâcher car on veut absolument savoir comment ça va se finir. Et bien ce tome 2 fait parti de ces livres !
J'ai encore passé un agréable moment avec ce livre qui est placé sous le signe de la romance, et même si certains passages m'ont paru longs, ou que par moment j'ai eu l'impression que ça partait dans tous les sens, l'univers créé par Alyson Noël est captivant ! Les animaux totem, la magie, le monde souterrain, l'amour entre Daire et Dace ... bref tout vous tient en haleine. Et pour changer, dans ce tome, nous avons les points de vue de Daire et de Dace.
En tout cas, j'apprécie énormément le plume de l'auteur qui je trouve douce et poétique.

par coco69
Les Chasseurs d'Âmes, Tome 3 : Mystique Les Chasseurs d'Âmes, Tome 3 : Mystique
Alyson Noël   
J'ai moins aimé ce tome là... On rencontre des personnages qui connaissent Daire mais on en reste là (je pense qu'on aura un aperçu plus approfondi dans le prochain tome.. Enfin j'espère).
Pareil, on découvre le Monde Supérieur mais au final, quand on y repense on n'a pas de description, on reste cantonné à une pièce.
On retrouve donc des personnages qu'on adore, Daire, Lita, Xotichl, Dace ...
Il y a un peu de suspense tout de même. J'ai apprécié ma lecture, puisque je l'ai lu assez rapidement. Mais globalement je reste déçue par rapport aux tomes précédents. A voir dans le dernier tome..

par popop
Les Chasseurs d'Âmes, Tome 4 : Horizon Les Chasseurs d'Âmes, Tome 4 : Horizon
Alyson Noël   
Me revoilà avec le dernier tome de la saga "Les chasseurs d'âmes" et je confirme que cette saga est fantastique et Magique. Elle a su garder son rythme durant les 4 tomes, nous plongeant tour à tour dans la noirceur, la douceur, le doute, la peur, la tristesse, l'espoir et l'amour.
Avec "Horizon" pas le temps de s'ennuyer et de souffler. Tout s'enchaîne et ce pour notre plus grand bonheur. Sans compter que l'histoire est captivante, envoûtante et innovante.
J'ai vraiment apprécié voyager dans l'univers crée par Alyson Noël qui allie la mythologie chamanique, les démons, les chasseurs, et les animaux totems.
Je n'ai donc aucun regret d'avoir tenté l'aventure "Les chasseurs d'âmes".
Tout comme les tomes précédents, Horizon se compose de trois parties, avec à chaque fois les points de vue de différents personnages.

La 1ère partie est la plus douce et la moins intense.
On y retrouve Daire six mois après le décès de sa grand-mère, et elle a encore du mal à l'accepter. Elle s'est coupée de ses amies mais heureusement Dace la soutient et ils vivent un bonheur parfait puisque les Richter sont aux abonnés absent depuis l'incendie du Terrier du Lapin.
Mais Daire va devoir faire son deuil et accepter d'être la dernière chasseuse, tout comme elle va devoir affronter son destin et tenter de supprimer une bonne fois pour toute le clan des Richter.
Dace quant à lui tente tant bien que mal de maîtriser la créature qui sommeil en lui. Mais les révélations qui vont lui être faites vont tout changer. Aura-t-il la force de combattre le mal qui sommeil en lui ? Que doit-il faire pour sauver Daire ?

Dans la 2ème partie, l'intensité monte d'un cran avec le retour des Richters. De plus, ils comptent parmi eux un nouvel allié ... Dace ! Sa part de ténèbres a finalement été plus forte que la lumière. Il a accepté sa destiné et fui ceux qu'il aimait afin de les sauver. Le démon qui sommeil en lui est prêt à prendre le dessus. Mais parviendra-t-il à le maîtriser assez longtemps pour mettre à exécution son plan ?
Daire ne croit pas que Dace puisse l'abandonner. Ne lui disait-il pas que l'amour était plus fort que tout ? Alors si lui ni croit plus, elle y croira et se battra pour deux !
L'heure du combat approche, Daire et ses amis se prépare au chaos, mais pour ce faire ils vont devoir se jeter dans la gueule du loup ... Le Terrier du lapin !!

La troisième partie porte très bien son titre ... Requiem, et c'est là que tout se joue. La pression est forte et le doute persistant.
Le bien et le mal s'affronte ...
Les pertes vont être lourdes ...
La prophétie se réalisera-t-elle ?
Dace parviendra-t-il à prendre le dessus sur le démon qui l'habite ?
L'amour peut-il vraiment être plus fort que le mal ?

En résumé, un final qui clôture parfaitement bien cette saga et qui va crescendo. Nous avons toutes les réponses à nos questions et Alyson Noël va même jusqu'à insuffler une part d'appréhension et de doute à la toute fin.
Quoi qu'il en soit, on referme ce livre satisfait par ce qu'on y a lu et découvert.
Et les couvertures sont sublimes tout comme les pages des chapitres et les titres des différentes parties. Se sont de très beaux livres.

par coco69
Textrovert Textrovert
Lyndsey Summers   
Je tiens à remercier les éditions Michel Lafon ainsi que Camille pour l'envoi de ce roman.

Lors du salon du livre de Montreuil, le résumé et les explications du roman avaient titillé ma curiosité. D'autant plus qu'il me faisait penser à PhonePlay, qui est également une œuvre tirée de Wattpad et comme je l'avais énormément aimé, cette prochaine sortie est restée dans un coin de ma mémoire.

Nous suivons Keeley, une adolescente assez distraite et qui échange, malencontreusement son portable avec celui d'une autre personne. Quand elle le découvre, il est déjà trop tard, le garçon qui possède le sien a déjà quitté la ville pour se rendre à un stage de football durant une semaine. Mais qui est vraiment de l'autre côté de l'écran ? Est-ce Talon est-il sincère avec elle ou lui cache-t-il quelque chose ?

Les aventures de Keeley sont vraiment très sympathique et agréables à suivre. C'est ce que j'appelle un roman de plage, qu'on lit sans se prendre la tête et majoritairement pour se détendre et ça grâce à la plume de Lyndsey Summers qui et très fluide et simple à lire. Cette simplicité nous permet de rentrer assez vite dans l'histoire, au point de vouloir stopper notre lecture qu'une fois le point final de poser. Seulement, quelques points négatifs viennent faire de l'ombre au récit.

De la façon dont est raconté le résumé, je m'attendais à retrouver beaucoup plus d'échanges par SMS et beaucoup moins de récits ou de dialogue. Malheureusement, ce n'est pas le cas. Les textos sont trop nombreux et se font vite noyer par le texte qui l'entoure. Évidemment, ce n'est qu'un petit détail, mais j'avoue que j'ai été assez déçue sur ce point.

L'intrigue me plaisait énormément et sur ces débuts, m'a beaucoup fait penser au roman ''L'appel de l'ange'' de Guillaume Musso. J'étais très impatiente de savoir où toute cette histoire allait nous mener, mais au final, je n'ai pas vraiment été surprise. Dès qu'un nouveau suspens voyait le jour, je connaissais déjà les réponses et les révélations qui sont faites au fur et à mesure de notre avancée n'ont pas été à la hauteur de mes espérances. Pour faire court, tout est assez prévisible.

En ce qui concerne les personnages, je n'ai pas non plus adhéré. Ils sont faits à base de tous les clichés américains et en conséquence, manquait cruellement de profondeur et parfois de logique dans leur comportement. Je m'explique. Lors de certaines scènes ou lors de certains aveux, la réaction des personnages est pleinement exagéré. J'entends par là qu'une petite histoire peut prendre des conséquences importantes et devenir, aux yeux des protagonistes, un drame. J'ignore si je suis trop vieille pour lire ces querelles d'adolescents, mais en tout cas, ça n'a pas marché sur moi.

En conclusion, j'ai eu des bonnes et des mauvaises surprises avec les romans WattPad, et j'ignore dans laquelle de ces deux catégories situer ce roman. Peut-être simplement entre les deux. Même s'il s'agit d'une lecture plutôt agréable je n'ai, malheureusement, pas vraiment été emballée par ce que j'ai pu lire. Toutefois, Textrovert est un roman qui se lit avec une grande facilité et qui saura ravir les petits lecteurs.

Liens vers le blog : http://aliybooks.weebly.com/contemporain---jeunesse/textrovert

par Philla
PhonePlay PhonePlay
Morgane Bicail   
https://aliceneverland.wordpress.com/2016/01/24/phoneplay-morgan-bicail/

PhonePlay est un livre qui m’avait attirée dès son annonce. Son résumé et sa couverture me bottaient, donc c’est sans surprise que je me suis rapidement jetée sur ce livre sitôt paru. Sauf que, voilà… Installez-vous bien, ça va être long, mais je vais essayer d’exprimer au mieux mon ressenti général sur cette lecture…

Je ne vais pas prendre de pincettes : je n’ai pas du tout aimé ce livre. Pourtant, le young adult c’est mon dada, ma came comme on dirait. J’adore ce genre, j’en raffole, et j’ai tendance à être gaga devant les relations sirupeuses à souhait de ces chers adolescents. Mais j’ai eu l’affreuse sensation dès les premières pages que ça n’allait pas le faire du tout ici. Comme si j’étais trop vieille pour apprécier le style de l’histoire. Et se prendre ses vingt-sept années en pleine tête, ce n’est pas vraiment très agréable.

J’ai eu cette impression de m’être faite avoir sur la marchandise. Et je me sens vraiment coupable de ressentir cela. Car il ne faut pas oublier que l’auteur est toute jeune – seulement quinze ans – et je suis admirative de sa volonté d’écrire. Sauf que, pour ma part, cela n’excuse pas tout. Surtout à ce niveau là de l’édition : je m’attends à quelque chose de bon, et pas autant cliché à souhait. Je vais être sévère, et je m’en veux vraiment de ressentir cela pour l’auteur. Mais voilà : pour moi c’était fade, creux, et complètement futile. Et je vais essayer d’être la plus claire possible sur les raisons de ce ressenti.

Déjà, dès le début, je savais que ça n’allait pas le faire avec Alyssa, l’héroïne. Et la suite de l’histoire n’a fait que confirmer ce sentiment. Décrite comme une jeune fille « intelligente, rebelle, intéressante et libre », j’ai pourtant eu envie de la tarter dès le premier paragraphe ; ce n’est qu’une gamine prétentieuse, froide, hautaine et complètement snob dans sa façon d’être. Elle n’est nullement attachante; j’avais l’impression de voir une jeune en pleine crise d’adolescente. Au contraire, elle ne pense qu’à elle et c’est une véritable garce avec sa meilleure amie (je me demande d’ailleurs comment Holly peut rester à ses côtés malgré ce qu’Alyssa lui balance…). Pourtant l’auteur essaie de nous la présenter comme une jeune fille incroyablement mature. Sauf qu’elle m’a paru bien plus gamine qu’autre chose…

L’histoire, quant à elle, souffre de nombreuses platitudes. A un certain moment je sautais carrément des pages entières pour arriver au plus vite vers la fin. Car il faut dire qu’il ne se passe pas grand chose (voire rien du tout en dehors du correspondant mystère des textos). D’ailleurs le niveau des échanges SMS était complètement à côté de la plaque. Comme si on voulait à tout prix faire passer nos deux héros pour des ados super-hyper-méga cool, au summum de la coolitude tant espérée et complètement imagée. Bref, du cliché en veux-tu en voilà à toutes les sauces..

Quant à l’écriture, elle est assez naïve, et très enfantine, et les dialogues restent peu élaborés. Alors oui, Morgan Bicaïl avait quatorze ans quand elle a écrit ce livre, mais voilà, pour moi, cela n’excuse pas tout. Et je ne juge pas un livre par rapport à l’âge de l’auteur. Mais les « Je fume comme un pompier depuis mes quinze ans car mes parents travaillent trop et ne s’occupent pas de moi » et autres « Cool, t’as dix-huit ans, tu peux aller en boîte légalement ! »… J’en avais les yeux ronds comme des soucoupes devant tant de naïveté, et j’avais juste envie de crier un gros « WTF ??? » !

Quant à « Lui », il ne m’a pas immédiatement convaincue. Et moi qui m’attendait à quelqu’un avec beaucoup de charisme pour proposer un tel jeu, je suis un peu tombée de haut. Sincèrement, qui tombe sous le charme d’un Inconnu qui annonce le plus naturellement du monde « Je ne choisis que les plus belles filles pour jouer » et « Il y en a eu dix-huit avant toi » ? Euh LOL. Heureusement que l’auteur a intégré quelques point de vue de son côté à « Lui », car sinon mon désespoir aurait été des plus total… Et cela m’a quand même permis mieux comprendre quelque peu la situation…

Mais je ne cache pas que ma curiosité était quand même titillée dès le départ, malgré mon énervement. Je me suis prise au jeu d’essayer de découvrir qui se cachait derrière « Lui », j’ai élaboré pas mal d’explications bien plus farfelues que la vérité. A ce niveau là, l’auteur a réussi à fournir assez d’indices et d’éléments pour nous donner envie de poursuivre cette lecture. Même si malgré tout cela n’a malheureusement pas permis de sauver le roman pour ma part, et je me suis empressée de le terminer au plus vite.

Pour conclure : j’ai du mal à comprendre les éditeurs qui se jettent aujourd’hui sur les auteurs « Wattpad » dès que ceux-ci commencent à recenser un certain nombre de lecteurs fidèles. Car, malheureusement, pour l’instant je n’ai pas rencontré ces fameuses pépites que l’on nous promet. Certes certains se démarquent et offrent des histoires agréables, mais il ne faut pas oublier que tout n’est pas bon à être édité. Malgré tout, je rappelle que ce n’est que mon ressenti, d’autres ayant bien plus apprécié cette lecture que moi. Et je ne peux que vous conseiller de vous faire votre propre avis. Sans oublier que je souhaite vraiment à Morgan Bicaïl de continuer, car ce n’est pas tout le monde qui peut accomplir son rêve à quinze ans (c’est même merveilleux pour elle, et j’en suis vraiment admirative). Mais, pour ma part, c’est une histoire que je vais m’empresser d’oublier…

par Kesciana
Le Marchand de sable, Saison 1 Le Marchand de sable, Saison 1
Gaïa Alexia   
Le marchand de sable, conte de notre enfance qui permettait à nos parents de nous berner pour aller se coucher et bien dormir. Ici dans ce roman, nous serons bien loin de la douceur de cette histoire, Nicolas et Pimprenelle n’ont qu’à bien se tenir !

Depuis quelque temps, Nola voit un homme étrange dans ses rêves, celui-ci la terrifie si bien qu’elle s’empêche de dormir pour ne plus le voir. Devenue insomniaque, elle fera des recherches pour savoir qui il est, allant même jusqu’à se faire suivre par un psy pour être sur de ne pas devenir folle. Seulement quand l’homme aussi sexy que terrifiant devient réel, Nola ne sera plus quoi penser, ni quoi faire pour le fuir et ne plus le voir apparaitre. C’est déboussolée, à la fois attirée et apeurée que Nola va finir par rencontrer Le marchand de sable, ne sachant pas pourquoi sa présence l’angoisse autant qu’il la soulage, lui fait du bien sans qu’elle ne comprenne pourquoi. C’est face à un homme séduisant, le Bad boy tatoué, rebelle jusqu’au bout des ongles que Nola devra faire face à des découvertes qu’elle n’attendait pas. Elle va se retrouver souvent confronter à Mane de son vrai nom, à son caractère explosif et destructeur mais aussi à ce regard envoutant et rempli de tristesse.

C’est face à une héroïne au premier abord banale que nous allons suivre cette histoire. Nola est étudiante, elle suit des cours à la fac, peinant dans quelques matières et plus précisément celle sur les Dieux Nordiques. Elle trouvera un allier pour l’aider à remonter ses notes, un professeur en total décalage avec le corps professoral qui sera lui redonner espoir en cette matière sans pour autant la lui rendre plus simple. Nola va dans ce premier tome faire face à beaucoup de chamboulements, faire la connaissance de nouvelles personnes, de nouveaux décors, elle va devoir gérer des émotions inconnues pour elle et qui la bousculeront.

J’ai vraiment beaucoup aimé ma lecture, c’est un texte assez prenant, surtout sur la seconde partie de roman, la première partie m’ayant fait sentir quelques passages un peu longs. C’est à la fois un roman fantastique, romancé mais aussi pédagogique car on apprend beaucoup de choses en le lisant sur les dieux Nordiques. Une fois bien ancrée dans l’histoire et une fois avoir fait la découverte de points importants, il est difficile de s’en détacher. C’est dans le doute et l’euphorie que nous avançons, perdant la notion du temps et du monde qui nous entoure tellement on est happé par l’histoire de Nola et Mane. Les personnages qui nous sont présentés sont intrigants. Nola est tout en simplicité, elle va se dévoiler et s’ouvrir au fil des pages, nous offrant une héroïne attachante et touchante. Mane lui est beaucoup plus difficile à cerner, surtout au départ, on ne sait pas qui il est vraiment, dans le sens où on ne devine pas ses intentions envers Nola : est-il bon ou mauvais ? quel est son but ? tant de question dont les réponses vont petit à petit nous être révélées. Les personnages secondaires vont aussi jouer un rôle important dans cette histoire, certain m’ont surpris, d’autres me font douter sur leur motivation et leur manière d’être.

Gaia Alexia a encore une fois donner à son livre une fin à se taper la tête contre un mur, c’est frustrée que j’ai refermé mon livre, attendant maintenant avec impatience la sortie du second tome.

https://www.livresavie.com/le-marchand-de-sable-saison-1-de-gaia-alexia/

par Natoche
Le Marchand de sable, Tome 2 Le Marchand de sable, Tome 2
Gaïa Alexia   
La lecture du premier tome du Marchand de sable n'avait pas été l'expérience la plus extraordinaire qui soit (première partie chiante, pas emballée par les personnages principaux, mais une seconde partie plus rythmée et intrigante), mais à côté de ce second tome, c'est presque un chef d'oeuvre !
Je n'ai pas accroché du tout...
Tout ce qui me rendait le premier tome supportable a disparu ici. Envolée la retenue entre les personnages, bienvenue la New Romance à part entière. Les protagnistes passent tout le livre à faire du yoyo sentimental, à se bader et à se jeter l'un sur l'autre (les dieux nordiques seraient nympho ?).
Que dire de l'intrigue ? L'intrigue principale s'entend, pas l'intrigue amoureuse, je parle de celle supposée justifier l'emploi de la mythologie comme support: c'est une grosse blague.
Je n'en reviens toujours pas que l'autrice ait osé nous sortir ça tant c'est bateau et pas travaillé du tout. Il faut dire que les personnages sont tellement occupés à se bouder ou se grimper dessus qu'ils en oublient totalement de faire avancer le schmilblick dont le lecteur, celui qui s'en tape de leurs humeurs et de leurs galipettes, attend désespérément qu'ils remettent à l'ordre du jour.
Grosso modo il y a des détails importants qui ont été donnés en fin de tome précédent ou au début de celui-ci, qui ont été enregistrés comme tels par l'héroïne, mais dont elle ne fait absolument rien jusqu'au final. Le pire étant quand l'autrice essaie de faire passer ça pour un retournement ultime de la mort qui tue tout en nous invoquant un magnifique Deus Ex Machina (de circonstance non ?).
J'ai passé tout le livre à me dire "non quand même pas, il y a plus, c'est pas possible autrement" et j'ai fini par me résigner aux trois quarts en ne voyant rien de plus venir. J'ai même du me faire violence pour aller jusqu'au bout en lisant en diagonale et confirmer ce lourd constat: c'est creux, très bof et absolument pas pour moi.
Bref, alors que j'étais déjà tiède au sortir du premier tome, j'aurais du être raisonnable et limiter les dégats. Au lieu de ça, j'ai persisté et j'ai à présent l'impression d'avoir perdu mon temps.
Orion, Tome 1 : Ainsi soient les étoiles Orion, Tome 1 : Ainsi soient les étoiles
Battista Tarantini   
http://www.my-bo0ks.com/2019/01/orion-tome-1-ainsi-soient-les-etoiles-battista-tarantini.html

L'habit ne fait pas le moine, je le sais. Pourtant, lorsque j'ai découvert la couverture de ce premier tome d'Orion, j'ai su que je voulais découvrir son contenu. Une fois de plus, je vais aller à l'encontre des nombreux avis que j'ai vu passer dernièrement et vous dire pourquoi je n'ai pas aimé Orion, ainsi soient les étoiles car cela a été ma seconde grosse déception de l'année.

Avant ça, un bref résumé de l'histoire pour vous mettre dans l'ambiance du roman. Leonie alias Leo est danseuse depuis de nombreuses année touche enfin au but. Elle devient première ballerine à l'Opéra pour une représentation qu'elle a énormément travaillé. Toute sa vie se résume à la danse pourtant, lorsque le célèbre Orion débarque pour choisir sa nouvelle muse, et danseuse, tout se bouscule et entre eux une relation intense et étrange s'installe.

Avant d'entrer dans le vif du sujet, j'avoue ne pas avoir été tant que ça emballée par le style de l'auteure, qui m'a paru assez brouillon et manquait de piquant pour rendre l'histoire captivante dès les premières lignes. Malheureusement, j'ai senti dès le début que cette lecture serait compliquée pour moi et que ma note allait en pâtir. Je ne m'étais pas trompée car plus j'avançais dans l'histoire et moins j'appréciais.

Tout d'abord, j'ai détesté Leo. A dire vrai je l'ai trouvé très immature, cruche à l'extrême et vraiment agaçante. Elle m'a d'ailleurs rappelé une certaine Ana (cf : Cinquantes nuances de Grey) alors étant donné que je n'ai pas aimé ce dernier, la cohabitation entre elle et moi s'est assez mal passée. Elle est molle et se laisse totalement manipuler et façonner par Orion. Vous l'aurez compris, sa personnalité s'efface totalement, telle une page blanche à réécrire.

De son côté Orion, bien que mystérieux et passionné par son travail, je lui accorde ce point m'a déplu de A à Z. Non vraiment il est quasiment tout ce que je n'aime pas dans les personnages masculins. Il est possessif à l'extrême, un brin manipulateur, parce que quand il veut, il obtient, quitte à faire des choses pas très correctes pour y arriver. Et puis bien sur, il ne pense qu'au cul, et ça, c'est le cerise sur le gâteau. Une vierge à déflorer, SUPER, réglons ça rapidement histoire de passer à autre chose. Et alors pour couronner le tout, il est comme le cliché du français que l'on aperçoit souvent dans les romans américains (je pense notamment au second tome de Calendar Girl avec Alec) et j'avoue ne pas avoir compris, puisqu'il s'agit d'un roman français... Alors certes, cela se passe en Australie mais quand même. J'aurais aimé éviter ces clichés du type qui ne pense qu'au sexe et dont les tiques verbales sont répétitives pour bien montrer qu'il est français. On s'abstiendra de sa relation spéciale qu'il a avec Claudia, parce que là aussi j'ai été "dégoûtée" de ce que je lisais...

L'histoire en elle-même avait tout pour me plaire, car déjà très jeune, les seuls romans que je lisais étaient sur la Danse, et j'avais vraiment hâte de me plonger dans Orion pour ces mêmes raisons. Un roman qui n'épargne pas le lecteur, qui montre l'envers du décor d'une ballerine, des dérives mais aussi la beauté des représentations. Je lui accorde donc ce point, un univers qui peut captiver le lecteur.

En revanche, pour ma part, ça ne l'a pas fait. Principalement à cause des personnages que j'ai tout simplement détesté. Mais aussi par le rythme du roman, assez lent et pourtant trop rapide concernant la relation Leo/Orion. Dans ces circonstances, il est difficile d'apprécier sa lecture. Je m'arrêterai donc là et laisse la suite à ceux qui ont apprécié ce premier tome.

par Carole94P
Orion, Tome 2 : Les étoiles ne meurent jamais Orion, Tome 2 : Les étoiles ne meurent jamais
Battista Tarantini   
http://despagespoursenvoler.fr/new-romance/orion-tome-2-battista-tarantini.htm

Un deuxième tome encore plus bouleversant que le premier, comment Battista Tarantini a-t-elle réussi cette prouesse ?

J’ai adoré retrouver l’écriture de l’auteure, si poétique et si sublime. Je pourrais acheter tous les romans de l’auteure juste pour retrouver son écriture si particulière. L’auteure ne nous raconte pas simplement une histoire, elle nous la fait voir, nous la fait ressentir grâce à son écriture qui transcrit si bien les sentiments de ses personnages. Chaque mot, chaque phrase fait sens.

Je suis encore toute retournée par cette histoire si originale et si terrible. Du début à la fin, je me demandais ce qui allait se passer, rien ne laisser présager de la fin du roman. Je ne peux absolument pas faire de chronique détaillée car tout dans ce roman est suspense et je ne veux spoiler personne. Je peux simplement vous dire que j’ai trouvé cette histoire très originale : déjà, nous retrouvons le thème de la danse classique, thème relativement rare en littérature, ensuite, une partie de l’histoire se déroule au Japon, ce qui est également exceptionnel pour un roman occidental !

Suite sur le blog ! :)

par Moii_xD